L'orvet, à ne surtout pas confondre avec un serpent !

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Si l’orvet, ou Anguis fragilis, ou encore « serpent de verre », est bien un reptile, il est souvent confondu avec le serpent en raison de sa morphologie, il est vrai, très proche de ce dernier : l’orvet est en fait un lézard dépourvu de pattes, ou lézard apode. Une espèce discrète, mais passionnante et très utile au jardin, qui décline malheureusement au même titre que de nombreuses autres. Zoom sur un animal méconnu et injustement mal aimé 👇

L'orvet, à ne surtout pas confondre avec un serpent !

Pas de panique, l’habit ne fait pas le moine !

Contrairement à certains serpents, l’orvet est complètement inoffensif et absolument pas agressif envers l’homme 🐍. Ce lézard déguisé en serpent ne mord que très rarement, et ne possède aucun venin. En revanche, pour les nuisibles, c’est autre chose ! L’orvet fait partie des auxiliaires précieux au jardin : c’est un redoutable prédateur qui se nourrit d’insectes, d’araignées, de vers, d’escargots, de limaces, de chenilles 🐛… Mis à part son appétit vorace pour les lombrics 🪱, vous avez tout intérêt à l’attirer au jardin (les vers de terre sont eux aussi de précieux alliés au jardin).

Pour cela, essayez de mettre à sa disposition un endroit humide où il pourra s’abriter, et faites un compost : cet endroit chaud regorge de vers et d’insectes variés, c’est l’endroit rêvé pour l’orvet ! De même, une bonne couche de paillage lui laissera le loisir d’évoluer en toute discrétion, dévorant au passage toutes les limaces qui croiseront sa route.

👉 4 informations à connaître pour réussir son compost

Mais pourquoi ce lézard n’a-t-il pas de pattes comme les autres ?

Ça, c’est un des mystères de l’évolution 🤔. En observant l’orvet au rayon X, on peut constater des petits résidus de pattes, des reliques de membres qu’il possédait bien initialement. Il est probable que ces dernières soient devenues trop encombrantes pour ces animaux fouisseurs, qui passent une bonne partie de leur existence sous une couverture herbacée ou sous terre. 

Bon, forcément, sans pattes, il se déplace moins vite que les autres espèces de lézard, on s’en serait douté 😅... Mais il est également moins agile que les serpents.

Comment faire la différence entre un orvet et un serpent ?

La distinction peut aisément être faite en observant les yeux de l’animal 🔎. L’orvet cligne les yeux et a des paupières mobiles, quand le serpent possède une paupière fixe, fine et transparente. L’orvet mesure au maximum 50 cm (la femelle étant plus longue que le mâle), et possède des écailles lisses de sorte que sa peau apparaît comme brillante. Sa couleur peut en fait varier considérablement d’un individu à un autre : brun clair, gris, brique, avec parfois une ligne vertébrale noire (pour la femelle) ou des taches foncées ou rougeâtres (pour le mâle). Le museau est plutôt conique et arrondi, de même que la queue.

👉 Avoir un crapaud dans le jardin, un locataire bien utile !

Pour vivre heureux, vivons cachés

En effet, l’orvet est un animal timide et casanier qui affectionne la végétation. « Pour vivre heureux, vivons cachés », semble-t-il dire, en évoluant dans les haies, les lisières de bois, les friches, ou encore les bords de plans d’eau… Il apprécie particulièrement les composts, ou les tas de feuilles et de branches, de même que les herbes hautes 🌿 et les souches 🪵, qui lui permettent de rester à l’abri des regards. Il est plus actif en soirée, et par temps pluvieux.

👉 7 animaux à avoir au jardin, ciao les pesticides !

Un animal à sang froid

Tout comme le lézard, l’orvet est un animal à sang froid, incapable de réguler lui-même sa température corporelle 🌡️. Il est donc complètement dépendant de son environnement : la température ambiante doit lui apporter la chaleur suffisante pour vivre. Il craint donc le froid, autant que les grosses chaleurs. C’est pourquoi en hiver, il restera en léthargie dans des terriers en attendant des jours meilleurs.

L’orvet se reproduit au printemps (l’accouplement peut durer jusqu’à 20 heures 😯 !), et la femelle pond entre 5 et 20 œufs en été. Dès leur naissance, les petits sont formés et indépendants, capables de chasser et de se nourrir par eux-mêmes. Néanmoins, ils n’atteignent leur maturité sexuelle qu’au bout de trois années.

Pourquoi est-il qualifié de « fragile » ?

Pourquoi « fragilis » ? Parce que comme les autres lézards, sa queue peut se casser pour servir de leurre aux éventuels prédateurs rencontrés sur sa route : le membre gesticule et occupe l’agresseur pendant que l’orvet décampe 💪. Un joker bien pratique, mais valable une seule fois ! La queue, en effet, repousse en partie, mais demeure à l’état de moignon…

L’orvet, animal vulnérable à protéger

L’orvet est, comme de nombreux autres, un animal vulnérable. Il est classé dans les espèces protégées sur tout le territoire national, et inscrit à l'annexe III de la convention de Berne. Si son espérance de vie avoisine les 20 à 30 ans, il est bien rare qu’il vive aussi longtemps dans la nature. Sa population est en nette diminution du fait des grandes quantités de pesticides et de fongicides utilisées par l’agriculture intensive, et de la circulation routière qui fait de nombreuses victimes. L’urbanisation gagnant inexorablement du terrain, les zones naturelles où il évolue se raréfient. De plus, sa ressemblance avec le serpent n’aide pas, car il est souvent tué par erreur 😞.

Il est présent partout en France, généralement en dessous de 1 200 mètres d’altitude, et en Europe, sauf en Irlande, dans les pays scandinaves, et au sud de la Péninsule ibérique.

À retenir :

L’orvet est un lézard dépourvu de pattes, ou lézard apode, raison pour laquelle il est bien souvent confondu avec le serpent. Il est pourtant complètement inoffensif, et apprécie les milieux qui lui permettent de vivre bien à l’abri des regards. Il s’agit sans nul doute d’un auxiliaire précieux au jardin, en raison de son appétit vorace pour les nuisibles : au menu, limaces, escargots, chenilles, insectes… Espèce vulnérable et menacée, il mériterait plus de considération et de protection.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : jardinage.lemonde.fr, detentejardin.com, ouest-France.fr, jardindesplantesdeparis.fr, onf.fr

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Earth hour, une heure dans le noir pour la bonne cause

L’Earth hour, ou « heure pour la planète », est une mobilisation planétaire initiée par le World Wildlife Fund (WWF), invitant à une participation à la fois symbolique et concrète à la lutte pour la défense de l’environnement, la biodiversité et contre le dérèglement climatique🌿. Cette campagne écologique figure parmi les plus vastes et les plus connues au monde. Cette année, ça se passe le samedi 25 mars à 20h : rejoindre la plus grande mobilisation citoyenne pour la nature, ça vous tente ?

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Les 25 bosses de Fontainebleau, une sortie incontournable

Le circuit des 25 bosses propose de faire le tour de la Forêt des Trois Pignons en effectuant, comme son nom l’indique, l’ascension de 25 buttes. Cette randonnée sportive mythique d’un peu plus de 15 km est située à l’ouest de la forêt de Fontainebleau, et se destine à un public averti. Le terrain d'entraînement parfait pour vos prochains challenges ! Présentation d’un parcours unique en son genre, à faire absolument 👇

Fleurs comestibles, un régal pour les papilles !

Il y a des milliers d’années, les Grecs et les Romains les utilisaient déjà pour parfumer leurs plats. Aujourd’hui elles sont un ingrédient de base pour de nombreuses cultures à travers le monde. Parce qu’elles peuvent transformer n’importe quelle recette basique en un savoureux met, on se met nous aussi aux fleurs comestibles 🌸. Comment les choisir et comment les utiliser ? On vous explique tout sur cet assaisonnement magique !

Installer un hôtel à insectes dans le jardin : un geste pour la planète et votre potager

Enfants, nous étions émerveillés en voyant une coccinelle se poser sur notre bras. Nous en comptions les points pour en deviner l’âge puis faisions un vœu avant qu’elle ne s’envole. Malheureusement, de nos jours, ces jolies bêtes à bon Dieu se font de plus en plus rares. Pourtant, les coccinelles et autres petites bêtes sont d’une importance vitale dans l’équilibre de notre planète. Heureusement, il existe une façon de les protéger : installer un hôtel à insectes dans le jardin. Mais comment s’y prendre concrètement ? On vous explique tout.

Avoir un crapaud dans le jardin, un locataire bien utile !

Vous avez trouvé un crapaud dans votre jardin ? Il faut bien reconnaître qu’il y a plus mignon comme rencontre... Mais avant de chasser ce repoussant batracien, réfléchissez-y à deux fois ! D’une part, ce pourrait être un prince charmant victime d’un mauvais sort, on ne sait jamais 🤴🏻. Et même dans le cas contraire, c’est un excellent auxiliaire de jardin ! Accueillez-le comme il se doit, vous avez tout à y gagner.

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle