Zoonoses et climat : même combat ! Enjeux climatiques & santé publique

Mis à jour le

Les “zoo” quoi ? Les zoonoses, ce sont les maladies transmises par les animaux aux humains. Ça vous rappelle un certain pangolin ? Tout juste ! Comment est-ce possible ? Depuis le Covid 19, de sérieuses hypothèses mettent en cause le climat. En effet, le réchauffement climatique serait à l’origine de l’émergence de nouveaux organismes vivants dits pathogènes, c’est-à-dire responsables de maladies. Comment éviter de nouvelles pandémies ? Comment préserver la biodiversité et nos écosystèmes pour lutter contre ces zoonoses ? Quels sont les dangers en matière de santé publique et économique ? Voici quelques clés pour maîtriser le sujet.

Zoonoses et climat : même combat ! Enjeux climatiques & santé publique

🦠 Plusieurs formes de zoonoses

D’après l’Organisation Mondiale de la santé animale, 60% des maladies infectieuses humaines sont zoonotiques. Les agents responsables des zoonoses peuvent être des bactéries, des virus, des parasites ou des prions (affectant le système nerveux). Ainsi, il existe plus de 200 types de zoonoses. 

Certaines peuvent être évitées par la vaccination, c’est le cas de la rage. Pourtant d’autres ont des conséquences plus graves et variées sur notre système digestif (salmonellose campylobactériose), notre système respiratoire (grippe aviaire et porcine, coronavirus), sur le foie (hépatite E) ou encore sur notre système nerveux (rage, West Nile).

Rappelons que la zoonose est une maladie infectieuse transmise de l’animal à l’homme soit par contact direct, soit par les aliments, l’eau ou l’environnement. Si les personnes exerçant des métiers en contact avec la nature ou les animaux sont plus exposées, le risque reste présent pour tout le monde. 

Par exemple, le commerce de produits d’origine animale dans l’alimentation présente des risques. Par ailleurs, certaines maladies comme le VIH commencent comme une zoonose avant de muter chez l’homme. D’autres zoonoses provoquent comme Ebola ou la salmonellose, agissent par pics. Enfin, certaines maladies comme le Coronavirus, à l’origine de la COVID-19, provoquent des pandémies. Bref, vous l’aurez compris, il existe plusieurs typologies de zoonoses mais aucune n’est vraiment anodine. Mieux vaut donc prévenir avant de guérir.

Les principales causes des zoonoses

♻️ Des écosystèmes naturels perturbés

Températures élevées, réduction du taux de précipitations ou de la couverture végétale sur certains territoires : les changements climatiques forcent de nombreuses espèces à migrer vers de nouvelles régions en quête de conditions plus favorables. La recherche de nouveaux habitats entraîne des interactions inédites entre les espèces, facilitant la transmission d’agents pathogènes. 

Par exemple, les chauves-souris, souvent porteuses de virus zoonotiques, sont de plus en plus observées dans des zones habitées par l’homme en raison de la dégradation de leur habitat naturel.

🤒 Nos systèmes immunitaires plus vulnérables

En étant plus souvent en contact avec des animaux porteurs, nous devenons plus vulnérables aux zoonoses. Nos modes de vie sédentaires, combinés à une alimentation moins saine ou aux perturbateurs endocriniens influencent à la baisse, la capacité de notre corps à lutter contre de nouveaux agents pathogènes. 

Par ailleurs, en raison des conditions météorologiques, nous sommes de plus en plus exposés à ces virus et notamment, les habitants de régions touchées par la sécheresse ou les inondations puisque ces conditions favorisent la prolifération de virus et la contamination des sources d’eau.

🌀 Les vecteurs et cycles de transmission

Les vecteurs de maladies, tels que les moustiques et les tiques, sont extrêmement sensibles aux variations climatiques. La hausse des températures permet à ces vecteurs de survivre et de se reproduire dans de nouvelles régions. 

Par exemple, le moustique vecteur de la dengue, du chikungunya et du Zika, étend progressivement son habitat vers des zones plus tempérées.

La tique, responsable de la maladie de Lyme, profite également des hivers plus doux pour étendre son aire de répartition vers le nord de l’Europe et de l’Amérique du Nord. Enfin, les hivers plus courts et plus chauds permettent aux rongeurs porteurs de hantavirus de rester actifs plus longtemps, ce qui accroît les risques de transmission vers l’homme.

Mieux vaut prévenir que guérir

Pour réduire le risque de contracter une zoonose, des mesures de prévention, de surveillance et d'adaptation sont nécessaires.

La principale mesure est de lutter contre le réchauffement climatique afin de préserver l’habitat naturel des animaux porteurs et de limiter nos interactions. 

D’autre part, si les animaux doivent pouvoir cohabiter avec les populations humaines, il est également essentiel de surveiller de près l’évolution des agents pathogènes dont ils sont vecteurs. 

Au sein de ses laboratoires, l’Anses mène ainsi des recherches sur les maladies d’origine zoonotiques. L’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l'environnement et du travail développe également des outils de diagnostic permettant de détecter les agents pathogènes. Ces travaux permettent d’évaluer les facteurs de virulence, les mécanismes d’action des virus sur le corps humain ou de mieux connaître les agents biologiques transmis par les aliments et ainsi de s’en prémunir ou encore de lutter en développant les bons vaccins. Pourtant, mieux vaut toujours prévenir que guérir. 

Ainsi, chaque effort pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre est capital pour ralentir le réchauffement climatique et son impact sur la santé mondiale.

À retenir :

Le lien entre les zoonoses et le réchauffement climatique est complexe et pose des défis significatifs pour la santé publique. En favorisant l’émergence de vecteurs, les changements environnementaux accélèrent la propagation de virus et donc de maladies. Par ailleurs, les changements climatiques modifient nos comportements et ceux des animaux qui se voient contraints de migrer. Agir pour le climat, c’est donc préserver la biodiversité, l’habitat naturel des animaux et l’équilibre global de nos écosystèmes. C’est aussi endiguer la progression de zoonoses, transmises à l’homme par l’animal. En résumé : la lutte contre le réchauffement climatique et la prévention des zoonoses vont de pair pour protéger à la fois notre planète et notre santé.

Explorer - protéger - se ressourcer 

#BornToBeWild

Sources : OMS - Ministère de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire - Notre environnement

Retrouvez les articles sur le thème :

Nos derniers articles

Pour vivre heureux, vivons… En yourte ? Un style de vie au naturel

La vie en yourte, retour aux sources ou effet de mode ? Si ce logement insolite séduit son public le temps d’un week-end au vert, pour d’autres, c’est devenu un mode de vie. À l’origine utilisée par les nomades d’Asie Centrale, la yourte constituait l’habitat le plus adapté au climat et à leurs habitudes. Mais qu’en-est-il pour les Occidentaux ? Les questions écologiques, l’ouverture au monde, l’envie de se rapprocher de la nature mais aussi l’apparition d’une pandémie mondiale nous ont amenés à reconsidérer en profondeur notre rapport à l’habitat et à la vie en société. Si la yourte présente de nombreux atouts et semble répondre à une quête de sens et de liberté, mieux vaut considérer tous ses aspects avant de vous lancer. Yourte ou pas ? Quelques clés pour choisir en pleine conscience.

Le 2 août 2024 : jour du dépassement. Prévenir pour mieux agir

Si nous vivons sur la même planète, vous en avez sûrement entendu parler au moins une fois… Le jour du dépassement, c’est cette date indicative à partir de laquelle nous aurons consommé l’ensemble des ressources que la Terre est capable d’approvisionner en une année. Calculé pour sonner l’alerte et sensibiliser la population mondiale, le jour du dépassement semble faire parler plus qu’il ne fait agir. Comment la date est-elle calculée ? Pourquoi est-elle différente d’un pays à l’autre ? Comment retarder concrètement son avancée ? Voici quelques clés pour mieux comprendre les enjeux du jour du dépassement. Loin de nous l’idée de nourrir votre éco-anxiété mais plutôt la prise de conscience de notre responsabilité à en matière d’habitudes de consommation.

Bernic & Clic : l’appli qui vous reconnecte à la nature

Lorsque la mer se retire, le littoral est le théâtre d’une fascinante faune et flore peu familière. Marcheurs ou pêcheurs, vous vous êtes déjà demandé comment s’appelle ce drôle de coquillage qui ressemble à un chapeau chinois ? Qu’est-ce qu’un estran ? Comment les poissons respirent-ils sous l’eau ? Bonne nouvelle ! Toutes les réponses à vos questions sont sur Bernic & Clic. Des passionnés de nature et de biodiversité ont créé l’application idéale pour éveiller la curiosité des petits marins d’eau douce et de leurs parents. Mollusques, crustacés, algues et poissons n’auront bientôt plus de secret pour vous et vos graines de sauveteurs. Rendez-vous à la prochaine marée et d’ici là, découvrez tout sur l’application qui pourrait bientôt vous accompagner dans vos futures excursions les pieds dans la vase.

Les indispensables pour partir en Festival sans polluer

Les festivals de musique et concerts en plein air sont synonymes de plaisir et de liberté mais aussi d’abus, lorsque le Festival n’est pas éco-conçu. Pour profiter de la nature encore longtemps, mieux vaut la préserver ! Alors, avant de sillonner la France à la recherche de scènes endiablées et de bons sons à partager, voici une liste des objets durables qui vous accompagneront pendant des années et rendront vos co-festivaliers verts… de jalousie !

Les pires pollueurs plastique du monde sont...

Chaque année, l’ONG Break Free From Plastic dresse un classement des principaux pollueurs plastique au monde. L’enjeu ? Créer l’alerte pour rendre chaque consommateur conscient et acteur de son propre impact sur la planète mais pas seulement. Il s’agit aussi d’appeler les entreprises à se responsabiliser et les pouvoirs publics à adopter un cadre légal mondial contraignant pour lutter contre la pollution plastique à la source et à l’échelle du globe. Tandis qu’en tête de cette liste noire se trouve, Coca Cola Company, l’un des plus grands sponsors des Jeux Olympiques, on est en droit de se demander comment contraindre ces gros acteurs mondiaux à lutter contre la pollution plastique ? Première étape : les pointer du doigt. Parmi les pires pollueurs de la planète se trouvent 👀

Les fruits et légumes d'août pour faire le plein d'énerergie !

Août est le mois le plus chaud de l’année, la saison parfaite pour les pique-niques, apéros dînatoires, barbecues et planchas 😎. On a donc envie de fraîcheur et de délicieuses saveurs sucrées. Et ça tombe bien, car les ingrédients parfaits pour des recettes légères et rafraîchissantes sont justement en plein boom. La nature n’est-elle pas incroyablement bien faite ? Les fruits et légumes sont plus que jamais gorgés de soleil, bourrés de vitamines, minéraux et antioxydants. Et si vous profitiez de vos vacances pour vous mettre au vert ?

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

La citation qui nous parle