Les confinements nous ont-ils rapprochés de la nature ?

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Loin des yeux, loin du cœur dit le proverbe. Mais cette maxime est-elle vraie quand on parle de notre rapport à la nature ? Enfermés chez nous pendant les restrictions liées à la Covid 19, avons-nous peu à peu oublié le bonheur d’une balade en forêt ou d’un après-midi passé dans un parc ? Ou au contraire, les confinements nous ont-ils rapprochés de la nature ? On fait le point sur cette question et ce qu’elle annonce pour notre futur.

Les confinements nous ont-ils rapprochés  de la nature ?
Sommaire :

Les confinements nous ont coupé de la nature pour nous en rapprocher

Lorsqu’on se rend tous les jours au travail, ou que l’on va faire les courses, nous évoluons dans un monde où la nature est présente. Les plantes, les arbres et les insectes font partie de notre décor. Mais à force de les entrapercevoir au quotidien, sans vraiment les regarder, nous avions oublié leur existence. Jusqu’à ce que nous en soyons totalement privés…

Comme le fait remarquer Anne-Caroline Prévot, chercheuse au CNRS et au Muséum national d’Histoire naturelle, « paradoxalement, le confinement pourrait aussi nous rapprocher d’une autre nature, désirée cette fois ». Enfermés chez nous, nous avons eu plus de temps disponible pour vraiment prêter attention à notre environnement. Par ces petites activités comme écouter un oiseau chanter, observer un insecte ou regarder nos plantes pousser ; nous sommes rentrés en interaction avec la nature. Comme elle le résume, nous avons vécu de « véritables expériences intimes avec le vivant ». 🥰

👉 De simple décor, la nature s’est alors changée en une multitude d’organismes desquels nous nous sommes rapprochés.

L’inégalité d’accès à la nature : une iniquité mise en avant par les confinements

Mais pour s’adonner à ces activités, encore faut-il avoir accès à un extérieur ! C’est l’une des nombreuses inégalités mises en avant par les confinements successifs : tout le monde ne profite pas du même accès à la nature. Souvent mise de côté au profit des inégalités économiques ou sociales, cette disparité a, pour une fois, été au centre de toutes les conversations. Comme le rappelle Anne-Caroline Prévot, il suffisait de demander à quelqu’un comment se passait son confinement pour que sa première réponse soit On a de la chance d’avoir un jardin ou alors malheureusement, je suis dans un appartement entouré de béton… ». Le coin de verdure est soudainement devenu un facteur décisif dans le moral de tout un chacun.

Les Français souhaitent recréer du lien avec la nature

L’importance grandissante de l’environnement naturel dans la vie des Français, c’est ce que valide une étude réalisée en mai 2020. Au sortir du confinement, l’Observatoire de l’Habitat Nexity 2020 (ObSoCo), met en avant l’envie de renouer avec la nature. Nous sommes ainsi 87% à déclarer « aspirer à plus de naturalité ».

🌳 Ce besoin se fait notamment sentir par la demande d’habitats différents. Une immense majorité (96%) trouve maintenant important de disposer d’un espace extérieur. 

👉 Balcon, terrasse, jardin privatif ou même parc ou jardin partagé : peu importe la forme. L’accès rapide à des espaces de verdure est devenu primordial pour la très grande majorité d’entre nous. Un habitat plus vert, avec davantage de nature à portée de main, voilà sans aucun doute une aspiration sortie renforcée de la crise sanitaire.

La préoccupation écologique de plus en plus forte  

Selon cette même étude, les confinements successifs auraient également eu un impact sur notre conscience écologique. En 2020, nous étions 57% à être très attentifs à la pollution, soit 4 points de plus qu’en 2018. Et 8 personnes sur 10 déclarent  même ressentir un sentiment d’urgence environnementale. Un ressenti qui pourrait se traduire en actes concrets, car 90% des Français  se disent prêts à changer leurs habitudes pour avoir un impact positif sur la planète.

À retenir :

Paradoxalement, en nous coupant de l’extérieur, les confinements successifs ont fait renaître l’envie de se rapprocher de la nature. Un besoin qui pourrait se traduire dans les années à venir par une modification de l’habitat et plus d’égalité dans l’accès à un espace vert. Mais également une montée des comportements écologiques.  

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Vous avez bien encore 5 minutes ? #SlowLife : 

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Un mode vie durable, c'est quoi au juste ?

Les experts sont formels, et ne cessent de tirer la sonnette d’alarme : notre mode de vie et de consommation impacte à ce point l’environnement, les écosystèmes et la biodiversité qu’il est insoutenable sur le long terme pour la planète. En d’autres termes il faudra immanquablement en changer, et dans ce domaine, le plus tôt sera le mieux : tout l’enjeu est de ne pas atteindre le point de bascule au-delà duquel la résilience des écosystèmes sera compromise au point d’en risquer l’effondrement 😱. De ce fait, l’adoption d’un mode de vie durable n’est pas seulement une recommandation, mais devient une nécessité. De quoi s’agit-il exactement ? Sur quels leviers pouvons-nous agir, à notre niveau dès aujourd’hui 🤔 ?

Les Jeux Olympiques de Paris seront écolos, vraiment ?

Réduction de moitié des émissions de CO2 liées à l’organisation des jeux, utilisation exclusive d’énergie renouvelable et quasi exclusive d’infrastructures déjà existantes ou temporaires, restauration bas carbone… Les engagements de Paris 2024 en matière d’environnement sont ambitieux. Mais la promesse de Jeux écologiques est-elle crédible ? N’existe-t-il pas une incompatibilité de fait entre l’organisation d’un tel évènement et la lutte contre le changement climatique ? Faut-il crier au greenwashing 🤔?

Qui pollue le plus, l'avion ou le bateau ? The winner is...

On entend très souvent de nombreux griefs contre le trafic aérien dans la lutte contre le réchauffement climatique, désignés comme LE moyen de transport à éviter absolument pour limiter nos émissions. C’est oublier que le transport maritime n’a rien de bien plus reluisant, et engendrerait une pollution parfois dénoncée comme étant en réalité plus importante que celle de l’aérien. Or, d’après l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le transport maritime représente plus de 80 % des volumes transportés et 90 % des échanges intercontinentaux de marchandises. Tous les moyens de transport polluent, c’est un fait, mais dans quelle mesure ? Qui, de l’avion ou du bateau, remporte la palme du moyen de transport le plus polluant 🤔?

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

L’ouverture de la pêche à la truite, c’est maintenant !

La pêche réduit le stress, entretient votre santé, travaille votre concentration, vous aide à vous ressourcer et à vous relaxer grâce à son cadre en pleine nature… C’est l’activité « slow life » par excellence 😎 ! La pêche à la truite est plus qu’un simple hobby : c’est un véritable sport d’aventure. Elle est pratiquée en eau douce, en cours d’eau rapide de haute altitude, en bord de rivière, en étang ou encore en lac. Patience, silence et persévérance seront vos meilleures armes pour la débusquer. Rencontre avec soi-même ou retrouvailles avec les copains, la pêche à la truite reprend le samedi 9 mars 2024, à vos cannes !

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle