Blaireau, tout savoir sur ce drôle d'animal

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Le blaireau fait partie de ces animaux sauvages vivant tout près de nous, dans nos forêts et nos compagnes, mais dont on ne sait en définitive pas grand-chose… Mal aimé et cruellement chassé en France, son nom, injustement repris comme insulte ou une marque de mépris pour désigner quelqu’un de nul, minable et d’imbécile, n’aide pas à redorer son blason. Et pourtant, animal sociable et paisible, il est essentiel à la biodiversité. C’est l’heure de changer d’avis sur le blaireau ! 🙃

Sommaire :

Le blaireau : mieux le connaître pour mieux le protéger 🤓

Parfois appelé blaireau vulgaire, blaireau commun, blaireau ordinaire ou tasson, le blaireau d’Europe est un joli mammifère, le plus gros représentant de la famille des mustélidés 🦡, qui comprend aussi la fouine, la belette ou encore l’hermine, le putois, et les visons. Vivant en Eurasie (Europe et Asie centrale), les premiers fossiles de blaireaux y datent d’environ 100 000 et de 800 000 ans, ça fait un bail !

Il mesure de 70 à 90 cm, avec une hauteur au garrot de 25 à 30 cm. Il est trapu, court sur pattes, avec une queue touffue qui peut mesurer de 10 à 20 cm. Son museau est allongé, sa tête conique, ses griffes longues non rétractiles, robustes et acérées. Son pelage est gris-noir sur le dos, avec deux bandes longitudinales blanches sur la tête et le museau, et des pattes noires. 

Il peut peser de 6 à 20 kg, en fonction du sexe et de l’époque de l’année, et bien lancé, il est capable de pointes à 30 km/h. Son ouïe est excellente et son odorat environ 800 fois plus élevé que le nôtre 👂. En revanche, sa vue laisse à désirer.

Le blaireau marque son territoire d’une substance (mal)odorante produite par ses deux glandes anales 🦨. Détail bien pratique : il est totalement immunisé contre le venin de la vipère ! Il est également peu sensible à la rage, mais peut être porteur du bacille de la tuberculose bovine (une des raisons pour lesquelles il est montré du doigt 👇 !).

👉 8 animaux de la forêt à faire découvrir à vos enfants

Où le rencontre-t-on ?

Il apprécie les forêts boisées, feuillues ou mixtes, les prairies, haies et bosquets, de même que les terres agricoles. On peut trouver également certains terriers dans des galeries souterraines artificielles : aqueducs romains, anciennes mines, galeries de drainage… Il parvient parfois à se maintenir en environnement urbain, s’adaptant à cet environnement malgré la présence de chiens et la forte circulation routière (à laquelle ils paient néanmoins un lourd tribut 😢), venant parfois se nourrir dans les gamelles des chiens, autour des mangeoires pour oiseaux, ou dans les potagers.

Le blaireau, révélateur d’une riche biodiversité

Sa seule présence sur un territoire est synonyme d’une riche biodiversité et de la présence d’une vie fructueuse. C’est l’un des maillons essentiels de la chaîne alimentaire forestière. En retournant la terre, il favorise la germination de plantes et d’arbres autochtones, et contribue à disséminer les graines de fruits et baies au moyen de ses excréments 🌱. Il régule également les populations de diverses espèces en les consommant.

Au menu du blaireau 😋

De l’ordre des carnivores, il a néanmoins la morphologie et le comportement d’un omnivore, et se délecte de vers de terre et limaces, d’escargots 🐌, d’insectes, de rongeurs tels que les campagnols, les musaraignes ou les mulots, de hérissons, taupes, oiseaux, poissons, et reptiles, tels que couleuvres ou orvets 🐍, mais également de fruits, de céréales et de champignons.

Un animal discret et nocturne…

Il est principalement nocturne, se faisant très discret la journée, qu’il consacre au repos sous terre 😴, bien que les exceptions soient nombreuses. Au crépuscule, il part à la recherche de nourriture, aménage et entretient son terrier, fait sa toilette, et entretient sa riche vie sociale.

… à la vie sociale bien remplie

Animal très sociable, il vit en clan hiérarchisé d’une dizaine d’individus, dirigé par un couple dominant, avec des liens très forts entre ses membres. Ils se toilettent mutuellement et sont très tolérants les uns envers les autres.

Les amours du blaireau

La femelle, la blairelle, met au monde 2 à 7 petits blaireautins, après une gestation d’une durée de 9 à 12 mois en raison d’une ovo-implantation différée (chaque ovule fécondé n’est pas implanté immédiatement dans l’utérus mais reste en attente pendant une longue période), après une saison des amours suivant les grands froids, au printemps. Pourquoi différer ainsi la gestation ? Cela permet d’éviter la surpopulation s’il y a déjà trop de blaireaux dans les parages, malin 👍 ! Les petits seront sevrés au bout de 3 mois.

La blairelle, avant de devenir mère, est plutôt volage : elle batifole avec plusieurs mâles du clan 🥰. Mais une fois qu’elle a mis bas, elle forme un couple avec le mâle soudé et fidèle, bien que sa portée puisse être mixte, c’est-à-dire de plusieurs pères différents…

Une étonnante espèce-ingénieur

Il s’agit d’une « espèce ingénieur », tout comme le castor ou le grand tatou, capable de modifier son environnement 💪. Fervent fouisseur, il creuse de longues et profondes galeries, avec des terriers, qui peuvent s’étendre jusqu’à 1000 m², aller jusqu’à 5 mètres de profondeur, avec différentes entrées et sorties que l’on appelle des « gueules », des chambres reliées par des galeries de centaines de mètres : un véritable labyrinthe !

C’est un terrassier très efficace, capable de déplacer de gros volumes de terre et d’en excaver de 30 à 50 tonnes ! À noter qu’il choisit toujours des zones non inondables, dans des endroits calmes, dans des coins riches en vers de terre. On peut apercevoir des déblais très impressionnants devant les issues, avec éventuellement des petits toboggans nommés « gouttières ». Certains terriers peuvent compter jusqu’à 100 gueules ! Cela s’explique par le fait que les terriers peuvent avoir une grande ancienneté, et être occupés durant des décennies, voire bien plus, par des générations successives, et sont aménagés au fil du temps. Dans la région Rhône Alpe, par exemple, un grand terrier toujours occupé l’était déjà vers 1875 ! En moyenne, on trouvera néanmoins entre 20 et 30 gueules pour une même galerie.Il peut utiliser des terriers de renard, et accueillir d’autres espèces dans sa demeure, qui profitent de ses galeries : il peut ainsi cohabiter en bonne intelligence avec des chats forestiers 😸, lapins ou putois.

Le blaireau, ce mal aimé

Le blaireau peut vivre 15 ans dans la nature, et jusqu’à 20 ans en captivité. Ses prédateurs sont peu nombreux : le renard, le lynx, le chien, et certains rapaces (hiboux, faucons, aigles, grand-duc 🦅), probablement le loup, l’ours, et… l’Homme, pardi 🙄 !

Le blaireau fait-il autant de dégâts que ce qui lui est reproché ? Dégradation des pelouses, terriers gênants, dégradations agricoles sur les céréales ou les fruits arrivés à maturité… La liste des éléments à charge est longue pour ce pauvre blaireau ! Pourtant, des méthodes dissuasives bénignes, de répulsion olfactive et de barrières physiques notamment, sont très efficaces. Les craintes au sujet de cet étonnant animal, victime de sa réputation désavantageuse, sont bien souvent injustifiées.

Le blaireau fait partie de ces animaux qui sont ou qui ont été traqués et durement chassés en raison d’une réputation aussi mauvaise qu’injuste, tout comme le loup autrefois, ou le renard.

Et si c’était l’Homme, le blaireau ?

Il est classé comme espèce protégée dans de nombreux pays 👏 : Espagne, Grande-Bretagne, Luxembourg, Italie, Belgique, Pays-Bas, Danemark, Grèce, Irlande, Portugal … 👉  5 espèces menacées par le réchauffement climatique. Pourtant, en France, il est victime de sa très mauvaise réputation auprès des chasseurs et des agriculteurs, qui le piègent, le chassent, et pratiquent le déterrage, une pratique barbare, le tout au nom de la tradition 😠. À partir du 15 mai, une période de chasse complémentaire particulièrement cruelle appelée « vénerie sous terre » est instaurée dans nombre de départements. Il n’est néanmoins plus classé comme « nuisible » que dans leurs esprits...

De plus, l’agriculture intensive et la dégradation de son habitat naturel n’arrangent rien. Le morcellement de leur espace naturel les isole et met à mal les échanges entre groupes familiaux. La mortalité par collision est également une cause très importante de décès, du fait notamment de l’absence de présence de corridors biologiques et de « blaireauducs » sur les infrastructures 🚗. Cette tendance est d’autant plus malheureuse que la dynamique de population du blaireau est lente, se reproduisant avec parcimonie. Il est donc très important de maintenir les populations présentes…

À retenir :

Le blaireau est un bel animal, qui peuple nos forêts et nos campagnes, y creusant d’impressionnantes galeries : c’est en effet un fouisseur hors norme, qui a le sens du confort pour y installer son clan et y faire naître ses petits blaireautins. Il est victime d’une désastreuse réputation qui lui vaut d’être persécuté par les chasseurs et agriculteurs : à quand un statut d’animal protégé, comme c’est le cas dans la plupart des autres pays d’Europe ?

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : instinct-animal.fr, vienne-nature.fr, atlasmam.fauneauvergnerhonealpes.org, lemagdesanimaux.ouest-France.fr, encyclopedie-animaliere.jimdofree.com, ecotree.green

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Comment protéger les océans ? A nous de jouer !

Les océans et mers recouvrent 70% de notre belle planète bleue et représentent 97% de...

Lire

Comment prendre soin de l'environnement ?

Le 5 juin, c’est la journée mondiale de l’environnement, et ça se passe en Suède ! Un...

Lire

Où partir en vacances avec son chien ? Découvrez les destinations dog friendly

Les vacances 😎 ? C’est « jamais sans mon chien » ! Eh oui, il fait partie intégrante...

Lire

Fête de la nature, 5 jours d'animations gratuites en France

La fête de la nature, vous connaissez ? Parce que le besoin de nature n’a jamais été ...

Lire

GR 340, le tour de Belle-Île-en-Mer

Vous connaissiez le GR 34, le sentier des douaniers, en Bretagne ? On vous présente s...

Lire

L'impact de nos crèmes solaires sur l'environnement

Sous le soleil, exactement 🎵 ! Comme aimait à nous le rappeler Gainsbourg, quel plai...

Lire

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle