El niño : tout comprendre sur ce phénomène climatique

Mis à jour le par Equipe Rédaction

À première vue, on pourrait croire au nom d’un baron de la drogue, mais il n’en est rien ! L’enfant terrible du Pacifique, « El Niño », connaît actuellement son apogée et devrait, d’après les experts, se poursuivre jusqu’au printemps. Il s’agit d’un phénomène climatique naturel qui se traduit par une augmentation des températures de l’air et des océans, et qui inquiète tout particulièrement dans le contexte de réchauffement climatique planétaire. Comment se traduit El Niño ? Quelles sont ses conséquences ? Aggrave-t-il le dérèglement climatique ? Le point 👇

El niño : tout comprendre sur ce phénomène climatique

El Niño, de quoi s’agit-il ?

El Niño s’intègre dans un phénomène plus large nommé l’oscillation australe El Niño (ENSO- El Niño Southern Oscillation), et désigne une variation naturelle du climat qui concerne la zone équatoriale de l’océan Pacifique et qui induit un réchauffement de la planète et une augmentation des événements extrêmes 🌏. Ce phénomène connaît deux cycles : un qui se réchauffe, El Niño, et sa partie froide : La Niña 🥶, qui a tendance, à l’inverse, à modérer les températures moyennes à l’échelle planétaire. Tous deux modifient la façon dont l'air et l'humidité se déplacent dans le monde, et ont une influence sur le climat à l’échelle de la planète.

El Niño, l’enfant terrible du climat

Ce phénomène climatique se traduit par une hausse de la température à la surface de l'eau, jusqu’à une profondeur d’environ 10 mètres, de l’est de l’océan Pacifique, autour de l’équateur. Son nom lui a été donné par les pêcheurs péruviens, et vient de la traduction en espagnol signifiant « enfant », en référence à « El Niño de Navidad », Jésus, du fait que le phénomène atteint généralement son apogée autour de Noël 🎄.

👉 Les océans plus chauds que jamais, un signal clair ...

Le fonctionnement climatique normal de la zone géographique

En principe, dans la zone considérée, les alizés, c’est-à-dire les vents des régions intertropicales, soufflent d’est en ouest, soit de l’Amérique vers l’Australie et l’Asie, de sorte que les eaux chaudes de surface sont poussées vers l’ouest de l’océan Pacifique dans sa zone équatoriale, vers l’Indonésie, la Papouasie et le nord de l’Australie. Du fait de cette chaleur, l’évaporation s’intensifie et les précipitations se font plus fréquentes et abondantes. À l’inverse, les eaux froides remontent le long des côtes américaines 🥶. En effet, au large du Pérou, on retrouve une remontée d’eaux froides depuis les profondeurs, entraînant une baisse de la température de l’eau près de la surface. Cette eau plus fraîche est également plus riche en nutriments. En gros, une année « normale » est marquée par un temps frais et pas trop pluvieux sur la côte ouest des Amériques, et un climat chaud et humide sur la partie ouest du Pacifique. C’est ce qu’on appelle la circulation de Walker.

Les perturbations engendrées par El Niño

Au moment de El Niño, la tendance s’inverse 🙃 : les eaux de l’Australie et de l’Asie sont donc plus froides qu’à l’accoutumée, et les précipitations liées à la chaleur et à l’humidité se font plus rares pendant la saison humide, provocant des sécheresses au cours de la saison sèche suivante. Au milieu du Pacifique, des ouragans se forment, frappant la Polynésie. De leur côté, les eaux des côtes américaines se réchauffent, et causent une augmentation des précipitations sur les côtes occidentales, provoquant des inondations dévastatrices, et perturbant la faune marine : les poissons en surface se font plus rares. Les coraux ne supportant ni la chaleur ni le froid extrêmes, sont lourdement impactés par le phénomène, et blanchissent alors de manière très préoccupante : des récifs entiers meurent.

En quoi c’est important ?

Même si El Niño ne touche concrètement que l’océan Pacifique, il influence en fait l’ensemble du climat mondial 🌍. Le régime des cyclones est perturbé, les hivers, selon les zones géographiques, sont tantôt plus cléments, tantôt plus rigoureux. La sécheresse affecte sévèrement l’Amazonie, l’Indonésie ou encore l’Australie et provoque d’importants feux de forêt. Globalement, lorsque le phénomène est marqué, comme au cours des hivers 1997/1998 ou 2015/2016, il peut engendrer une augmentation de la température de la planète, et ça, ça ne nous arrange pas dans le contexte actuel de réchauffement climatique. El Niño aggrave en effet le phénomène de réchauffement des eaux océaniques, symptôme du dérèglement climatique planétaire. Inondations dévastatrices, feux de forêts, biodiversité marine bouleversée… El Niño s’accompagne de nombreux effets en cascade, comme un effet domino.

El Niño peut-il aggraver le réchauffement climatique ?

Ce qui fait peur, c’est la fusion entre les effets du dérèglement climatique et ceux de El Niño. Ainsi, L’Organisation météorologique mondiale (OMM) prévoit que les températures mondiales atteindront des niveaux record au cours des cinq prochaines années sous l'effet conjugué du réchauffement climatique et d'El Niño. Ces dernières années, parmi les plus chaudes jamais enregistrées, ont pourtant été placées sous l’influence climatique de La Niña. Or, de fait, les années « El Niño » ont tendance à être plus chaudes que la normale. Qu’en sera-t-il, cette année, sous l’influence de l’enfant terrible du climat ?

Quelle est la fréquence de El Niño ?

El Niño ne se produit pas chaque année, et le phénomène est observable environ tous les 2 à 7 ans. Par exemple, un épisode est actuellement rencontré depuis l’été 2023, mais le dernier enregistré remontait à 2015-2016. En règle générale, il débute au printemps, s’amplifie peu à peu au cours de l’été et de l’automne et atteint son apogée en fin d’année. L’épisode actuel est plutôt atypique, et devrait durer au moins jusqu'en avril 2024, avec un pic entre novembre 2023 et janvier 2024, d’après l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

👉 Est-il encore possible de stopper le réchauffement climatique ?

Qu’est-ce qui provoque le cycle ?

🤔 En fait, on ne sait pas encore clairement ce qui provoque ce cycle, qui rythme le climat planétaire depuis des milliers d’années, et il serait question de l’intensité du rayonnement solaire. Une étude récente parue dans Geophysical Research Letters le 14 octobre 2023 tend néanmoins à démontrer que le cycle de l’ENSO (El Niño Southern Oscillation) ne suit plus le rayonnement solaire, mais plutôt la hausse des températures, et donc que le réchauffement climatique d’origine anthropique serait de nature à influer sur ce dernier.

À retenir

El Niño, ce phénomène de variation naturelle du climat de la zone équatoriale de l’océan Pacifique, sévit actuellement, et ce depuis l’été 2023. Il s’accompagnera, comme à chaque fois qu’il fait son apparition, d’un certain nombre de conséquences, dont certaines sont particulièrement dévastatrices : sécheresses, inondations, perturbation des précipitations, feux de forêts… Si on le craint plus particulièrement cette année, c’est parce que ses effets combinés avec ceux du réchauffement climatique, lui-même aggravé par le phénomène, pourraient impliquer, pour ces prochaines années, des températures particulièrement élevées.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild


Sources : futura-sciences.com, meteofrance.com, nationalgeographic.fr, theconversation.com, huffingtonpost.fr

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Un mode vie durable, c'est quoi au juste ?

Les experts sont formels, et ne cessent de tirer la sonnette d’alarme : notre mode de vie et de consommation impacte à ce point l’environnement, les écosystèmes et la biodiversité qu’il est insoutenable sur le long terme pour la planète. En d’autres termes il faudra immanquablement en changer, et dans ce domaine, le plus tôt sera le mieux : tout l’enjeu est de ne pas atteindre le point de bascule au-delà duquel la résilience des écosystèmes sera compromise au point d’en risquer l’effondrement 😱. De ce fait, l’adoption d’un mode de vie durable n’est pas seulement une recommandation, mais devient une nécessité. De quoi s’agit-il exactement ? Sur quels leviers pouvons-nous agir, à notre niveau dès aujourd’hui 🤔 ?

Les Jeux Olympiques de Paris seront écolos, vraiment ?

Réduction de moitié des émissions de CO2 liées à l’organisation des jeux, utilisation exclusive d’énergie renouvelable et quasi exclusive d’infrastructures déjà existantes ou temporaires, restauration bas carbone… Les engagements de Paris 2024 en matière d’environnement sont ambitieux. Mais la promesse de Jeux écologiques est-elle crédible ? N’existe-t-il pas une incompatibilité de fait entre l’organisation d’un tel évènement et la lutte contre le changement climatique ? Faut-il crier au greenwashing 🤔?

Qui pollue le plus, l'avion ou le bateau ? The winner is...

On entend très souvent de nombreux griefs contre le trafic aérien dans la lutte contre le réchauffement climatique, désignés comme LE moyen de transport à éviter absolument pour limiter nos émissions. C’est oublier que le transport maritime n’a rien de bien plus reluisant, et engendrerait une pollution parfois dénoncée comme étant en réalité plus importante que celle de l’aérien. Or, d’après l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le transport maritime représente plus de 80 % des volumes transportés et 90 % des échanges intercontinentaux de marchandises. Tous les moyens de transport polluent, c’est un fait, mais dans quelle mesure ? Qui, de l’avion ou du bateau, remporte la palme du moyen de transport le plus polluant 🤔?

Comment préparer son jardin pour le printemps ? 9 Conseils

Les jours rallongent, le soleil fait progressivement son retour, quelques bourgeons apparaissent sur les arbres… Ça sent bon le printemps, ça 😎 ! Et avec lui, comme chaque année, les affaires vont pouvoir reprendre au jardin après cette longue période d’accalmie. Vous allez bientôt pouvoir dégainer vos graines et plants, mais avant toute chose, une bonne préparation est indispensable ! Comment s’assurer un beau jardin et un potager productif pour toute la saison ? Suivez le guide !

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle