Qu'est-ce que le Corail ? Pourquoi est-il si important ?

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Éblouissants de beauté, les coraux fascinent. Pourtant, ¼ des récifs coralliens mondiaux auraient déjà subi des dégâts irréversibles, et 2/3 seraient sérieusement menacés par les activités humaines. Les coraux hébergent la vie, leur valeur est inestimable 🐠. Pourtant, il s’agit d’une espèce menacée partout dans le monde, victime du réchauffement climatique et de bien d’autres dangers. Ils pourraient disparaître d’ici 2050 si rien n’est fait pour les protéger. Pourtant, savons-nous précisément ce qu’est le corail ? Qu’est ce qui fait sa valeur écologique irremplaçable ? En quoi la préservation des récifs coralliens a-t-elle tant d’importance ?

Qu'est-ce que le Corail ? Pourquoi est-il si important ?
Sommaire :

C’est quoi, le corail ?

Longtemps, les naturalistes ont hésité sur la nature de cet étrange organisme qu’est le corail. On a considéré dans un premier temps qu’il s’agissait d’une plante marine qui se transformait en pierre une fois extraite de l’eau, du fait de son apparence de minuscules arbres à fleurs fixés sur des rochers. Désormais, cela ne fait aucun doute : c’est un animal, classé dans la grande famille des animaux urticants, les Cnidaires (tout comme les méduses, les gorgones ou encore les anémones de mer). Autrement appelés polypes, ils ressemblent à de mini-anémones et fabriquent, pour certaines espèces, un squelette externe calcaire commun, qui croit de quelques millimètres à 20 centimètres par an, et qui est la base fondatrice d’un récif corallien. Ils peuvent ainsi constituer des colonies 🐡.

Il existe de nombreuses sortes de corail : les coloniaux, les solitaires, ceux qui construisent des récifs, les mous, qui ne construisent pas de squelette calcaire … Plus de 1.600 espèces sont rangées dans cette catégorie. Il se nourrit de microscopiques organismes, de planctons, et de débris organiques, qu’il capture grâce à un orifice entouré de tentacules. Il vit en symbiose avec une algue unicellulaire, nommée zooxanthelle, qui lui donne sa superbe couleur 🥰. Ces algues les alimentent notamment en oxygène, sucres et acides aminés et gras. Elles sont essentielles à leur développement. Lorsqu’il blanchit, cela témoigne du fait qu’il perd cette algue symbiotique.

👉 Snorkeling, à vous les randonnées palmées ! 🤿

Le jardin d’Eden des Océans

Ces récifs coralliens sont constitués d’un grand nombre d’espèces de coraux qui forment un écosystème, et pas n’importe lequel 🏆 : ils abritent des milliers d’espèces de poissons, de crabes, de coquillages, d’étoiles de mer, de tortues… Bref, ça grouille de vie, dans les récifs coralliens ! Ils font partie des écosystèmes les plus complexes de la planète, raison pour laquelle ils ont tant d’importance.

Les coraux, ce sont un peu les forêts amazoniennes de la biodiversité marine 🐟. Tantôt refuge, tantôt lieu de reproduction, tantôt nurserie, tantôt garde-manger… Ils abritent la vie de très nombreuses autres espèces. Des milliers d’algues, plus de 4000 espèces de poissons et des milliers d’autres animaux dépendent d’eux pour leur survie. En tout, près de deux millions d’espèces différentes y vivraient, ou vivraient à proximité directe des récifs coralliens 🦈. Ils abritent à eux seuls plus de 30% de la biodiversité marine, en ne couvrant que 0,2 % de la surface des océans. ¼ des poissons y grandissent, dont certaines espèces sont consommées par l’être humain.

Par ailleurs, les grands récifs coralliens comptent parmi les plus vieux animaux coloniaux vivants du monde, certaines colonies vivraient plusieurs milliers d’années selon certains experts 😯! Leur rôle écologique est donc central et d’une importance capitale : ils sont de véritables oasis de vie. 1 km² de corail peut produire jusqu’à 150 tonnes de poisson par an ! Une source de revenus importants pour les populations locales qui vivent de la pêche, et une source alimentaire dont dépendent des millions de personnes 🎣.

Un rempart contre les catastrophes naturelles

Par ailleurs, ils constituent d’excellentes protections pour la côte en cas de catastrophes naturelles, telles que les tsunamis, les cyclones, les typhons ou les ouragans et font obstacle à l’érosion des sols 🛡️. Un véritable rempart d’une valeur inestimable. Les récifs coralliens sont également de véritables puits de carbone, avec des taux d’absorption de 70 à 90 millions de tonnes de carbone par an, participant à la réduction des émissions de CO2 dans l’air. 👉 Empreinte carbone : qu’est-ce que c’est ? Comment la calculer, la réduire ?

De l’importance du tourisme récifal

Leur présence provoque également un engouement touristique tel qu’il est à l’origine d’une part importante des revenus économiques de nombre de régions tropicales 🤑. Une centaine de pays bénéficient de cet attrait, qui, paradoxalement, est parfois susceptible de les mener à leur perte… Les bénéfices s’élèvent à plusieurs milliards d’euros chaque année, des recettes dont ils auraient bien du mal à se passer !

La Grande barrière de corail en Australie est le plus grand système corallien de la planète, et a été inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco. Visible depuis l’espace, elle s’étend sur 344 400 km² ! Ce véritable sanctuaire marin est l’une des attractions touristiques les plus populaires au monde 😎 .

👉 Des vacances oui, mais écolos ! 10 commandements à suivre

Coraux et perspectives médicales

La médecine s’intéresse également de près à ces coraux, qui offrent des perspectives de traitements dans le cadre de plusieurs maladies 👨‍⚕️. Ce sont des coraux que sont issues certaines molécules utilisées pour traiter le cancer ou le SIDA.

Les hommes et les coraux, aussi étonnants que ça paraisse, ont un patrimoine génétique commun. Le génome du corail Acropora, par exemple, possède 48 % de correspondances avec celui d’un être humain. Des perspectives très intéressantes pour la recherche médicale. Les coraux contiennent notamment des molécules protégeant du soleil ou du vieillissement qui intéressent tout particulièrement les chercheurs 🔬 !

Seulement en eau chaude tropicale ?

Idée reçue n°1 : les coraux ne vivraient qu’en eau chaude tropicale ? Faux ! Il en existe de nombreuses espèces, dont certaines se développent plus dans les profondeurs, jusqu’à 7000 mètres, et/ou en eau froide 🥶. Certaines espèces vivent notamment en Méditerranée, comme c’est le cas du corail rouge dont le squelette est utilisé pour confectionner des bijoux. D’autres se rencontrent au large de la Norvège, ou de la Grande-Bretagne.

Néanmoins, les coraux dits « bâtisseurs » vivent exclusivement dans des profondeurs de moins de 50 mètres, à la température comprise entre 21 et 29°C 🏖️.

Le blanchissement un phénomène très inquiétant

Le blanchissement du corail est causé par la mise à nue de leur squelette calcaire, du fait de la disparition de leurs algues symbiotiques, en raison d’un stress ayant pour origine des bactéries, des virus, l’action de polluants ou la chaleur excessive de la température de l’eau de mer 🥵. C’est là que le sujet se croise avec celui du réchauffement climatique dont les coraux sont l’une des innombrables victimes… Une belle catastrophe qui se prépare !

👉 5 espèces menacées par le réchauffement climatique… Ça chauffe !

Les vagues de chaleur n’interviennent pas que dans notre atmosphère avec les canicules, mais également dans l’océan, et les spécialistes craignent qu’elles ne deviennent 20 fois plus fréquentes, y compris en cas de respect des objectifs fixés par l’accord de paris de 2015 (qu’on n’est vraiment pas partis pour atteindre 😕!), c’est-à-dire y compris si l’on parvient à limiter l’augmentation de la température atmosphérique à 2°C par rapport aux niveaux préindustriels. À ce rythme, 90% de ces récifs coralliens seraient amenés à disparaître 😱.

👉 L'impact de nos crèmes solaires sur l'environnement

L’acidité de l’eau augmente dangereusement, impactant leur croissance et provoquant leur blanchissement. De plus, la pollution d’origine agricole 🚜, notamment, les impacte sévèrement. En cause les produits d’épandage et pesticides. Après un épisode de blanchissement, les coraux nécessitent environ 15 ans pour se régénérer, et sont d’ores et déjà dépassés par la fréquence des anomalies positives de température.

👉 Comment protéger les océans ? À nous de jouer !

À retenir :

Le réchauffement climatique, la surpêche, la pollution… La survie des coraux est menacée de manière très préoccupante. Ils pourraient disparaître dans les décennies à venir, ce qui serait une véritable catastrophe, tant pour la biodiversité marine que pour la survie humaine : des millions de personnes dépendent des fruits de la pêche pour se nourrir, et ¼ des poissons y grandiraient. Les services qu’ils nous rendent sont irremplaçables, et leur disparition serait irréparable. À quand des mesures chocs ?

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : futura-sciences.com, oceano.org, oceano.org, wwf, wwf, odysseedelaterre.fr, planet-vie.ens.fr


Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Marche nordique, qu'est-ce que c'est ? Comment s'y mettre ?

La marche nordique ou Nordic Walking, ou encore Sauvakävely, était pratiquée à l’origine en Finlande par les skieurs de fond comme entraînement pendant la belle saison, et a progressivement acquis ses propres lettres de noblesse jusqu’à devenir une discipline à part entière. Le marcheur nordique se considère comme un quadrupède, qui passe de deux à quatre appuis au sol à l’aide de bâtons. Cette marche dynamique fait de plus en plus d’adeptes en raison de ses nombreux bienfaits. Décryptage 👇

Démarche ZAN, le programme pour réduire l'extension des villes

L’artificialisation des sols est l’une des premières causes du réchauffement climatique et de l’érosion massive et sans précédent de la biodiversité. En moyenne, en France, entre 20 000 et 30 000 hectares d’espaces naturels, agricoles et forestiers sont consommés chaque année. C’est pourquoi le Plan Biodiversité avait instauré en 2018 l’objectif ZAN - Zéro Artificialisation Nette - dans le but de protéger ces zones en repensant l'aménagement urbain. L’idée, c’est d’atteindre en 2050 l’absence de toute artificialisation nette des sols, avec un premier objectif intermédiaire de réduction de moitié du rythme de la consommation d’espaces d’ici 2030. Le point sur un challenge ambitieux 👇

Comment préparer mon jardin au retour du grand froid ?

Si les premiers flocons de neige ❄️ sont un spectacle qui fait toujours plaisir à voir, votre coin de verdure pourrait pourtant ne pas se remettre de l’arrivée des premiers frimas. Pour être sûr de le retrouver tout aussi beau qu’avant au prochain printemps, quelques arrangements sont nécessaires. Comment préparer votre jardin au retour du grand froid ? On vous partage toutes nos astuces ! 🌳

Et si on offrait de la seconde main cette année à Noël ?

Écologique, économique, l’idée d’offrir des présents d’occasion à Noël a de quoi séduire… Durant cette période où la surconsommation est reine et dénature l’esprit même de la Nativité, cette pratique propose une alternative très intéressante pour des fêtes de fin d’année plus vertes et éthiques. Pourtant, les réticences font encore obstacle, dans certains esprits, à sa généralisation. Un tabou qui cède peu à peu du fait de la conjoncture économique et écologique de ces dernières années. Parce que prendre soin de ses proches et de la planète est parfaitement compatible, osez la seconde main sous le sapin ! 🎄

Journée mondiale du climat, à vos agendas !

Y’a plus d' saison, ma p’tite dame ! Et chaque année, le 8 décembre, c’est la Journée mondiale du climat, instaurée à l’initiative de plusieurs ONG, avec un objectif : faire prendre conscience au plus grand nombre de l’importance des changements climatiques, qui nous impactent, chaque année, encore un peu plus. Le réchauffement climatique est désormais un sujet qui fait parler de lui quasiment constamment dans les médias, bien souvent pour alerter encore et toujours sur l’urgence climatique, et de temps en temps pour relayer les mesurettes dérisoires prises par les instances gouvernementales ou internationales. Parce que nous n’avons qu’une seule terre #UneSeuleTerre, c’est l’occasion ou jamais de réfléchir et surtout d’agir en faveur du climat.

Sapin en plastique ou naturel ? Comment choisir ?

La sapin, c’est le symbole de Noël. Avec ses guirlandes et ses boules, il est dans tous nos souvenirs de fêtes de fin d’année 🎄. Et pour beaucoup d’entre nous, il est impensable de mettre les cadeaux ailleurs qu’à son pied. Mais un dilemme se pose au moment de l’acheter. Sapin en plastique ou naturel : comment choisir entre ces deux options ?

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle