L'interdiction de destruction des invendus non-alimentaires

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Depuis le 1er janvier 2024, l’intégralité des produits non alimentaires invendus est concerné par une interdiction de destruction. Il s’agit d’une des étapes fixées par la loi anti-gaspillage et économie circulaire dite loi AGEC, qui poursuit son calendrier d’application. Réduction du gaspillage et de la quantité de déchets, les objectifs visés par le texte sont pluriels. Explications 👇

L'interdiction de destruction des invendus non-alimentaires

Une interdiction de destruction qui s’étend à tous les invendus non alimentaires

🤓 Le 31 janvier 2021, la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire interdisait déjà la destruction des invendus non alimentaires couverts par le principe de responsabilité élargie du producteur (REP). Au-delà de l’interdiction de destruction, depuis le 1er janvier 2022, les produits d’hygiène et de puériculture invendus doivent faire en priorité l’objet d’un don. Mais bonne nouvelle : à compter du 1er janvier 2024, l’obligation est étendue à l’ensemble des produits non-alimentaires sans exception, qui doivent alors faire l’objet d’une valorisation, éventuellement par voie de recyclage ♻️.

Producteurs, importateurs et distributeurs sont concernés par cette interdiction, dans le respect d’une hiérarchie de valorisation :

  • 1) réemployer (don aux associations, déstockage…) en priorité,
  • 2) à défaut, réutiliser,
  • 3) en dernier recours, recycler.

Quels sont les produits concernés ?

Sont concernés les produits électriques et électroniques, les meubles, les textiles (vêtements, chaussures...), les équipements de conservation et de cuisson des aliments, les produits d'hygiène et de puériculture, les produits d'éveil et de loisirs, et les livres et fournitures scolaires, et désormais plus généralement l’ensemble des produits non alimentaires n’ayant pas trouvé preneur par la voie commerciale classique 🛒.

👉 La décroissance, une solution envisageable pour la planète ?

Une aberration écologique et sociale qui touche à sa fin

À l’heure où les ressources naturelles s’amenuisent un peu partout dans le Monde, où la population mondiale a dépassé les 8 milliards d’individus, faisant peser une pression à la limite du soutenable sur la planète, 630 millions d'euros de produits neufs sont détruits chaque année en France pour une valeur marchande estimée par l’Ademe à plus de 4 milliards d’euros 😱. 👉 Combien d'humains la terre peut-elle supporter ?

Incinération, enfouissement… 🤔 Un gaspillage incompréhensible, pour ces articles qui ont nécessité de la matière première, de la main-d’œuvre, du transport, de l’énergie, de la pollution pour être conçus, fabriqués et distribués, le tout à pure perte. Produits textiles, d’hygiène et de beauté, électroniques, chaussures, livres… Une destruction qui provoque jusqu’à 20 fois plus d’émissions de gaz à effet de serre que leur réutilisation.

En cause, on trouve avant tout des effets de mode, et la surproduction, qui condamnent certains articles à la mise au rebut. Dans un contexte où les Français sont étranglés par l’inflation, peinent pour certains à s’approvisionner en produits d’hygiène de première nécessité, comment justifier un tel gaspillage 🙃 ? C’est une véritable aberration tant sociale qu’écologique qui prend fin, et qui englobe désormais sans distinction l’ensemble des produits non alimentaires.

Des obligations méconnues des entreprises, et peu respectées

Pourtant, une étude commandée par Comerso, acteur phare de l’anti-gaspi en France, auprès du cabinet Dynata, révèle qu’un an après l’entrée en vigueur initiale de l’interdiction, 70% des entreprises interrogées n’avaient pas connaissance de cette dernière, et seulement 2% d’entre elles déclaraient parvenir à valoriser la totalité de leurs invendus non alimentaires neufs. De leur côté, 17% d’entre elles pouvaient justifier d’une valorisation à plus de 50% des invendus. Une loi qui est donc restée longtemps méconnue des principaux protagonistes, pourtant censés la respecter 🙄 …

Pourtant, certaines mesures visent à faciliter les bonnes pratiques, comme le fait que les entreprises soient dispensées de reverser la TVA sur les invendus quand ils sont donnés à une organisation reconnue d’utilité publique.

👉 Stop au gaspillage alimentaire, on ne jette plus !

Mais parfois, les obstacles sont tout simplement d’ordre logistique. Par exemple, la loi AGEC prévoit que les entreprises donatrices ne sont pas tenues de s’occuper de la livraison des invendus, mais qu’elles doivent néanmoins les conserver un mois minimum pour laisser le temps aux associations de venir les chercher. Les PME peuvent alors se retrouver en difficulté, ne pouvant pas assumer le prix du transport et ne disposant pas pour autant d’espaces de stockage colossaux à y consacrer…

À retenir

La destruction des invendus non-alimentaires, aussi absurde soit elle, est courante et représente un gaspillage aberrant dans le contexte écologique et social actuel, marqué par une urgence climatique et environnementale d’un côté, et par la précarité grandissante des ménages du fait de l’inflation. C’est ce à quoi la loi AGEC souhaite mettre un terme en interdisant purement et simplement cette pratique, afin de privilégier le réemploi et la valorisation des biens en question. Une obligation désormais étendue à tous les invendus non alimentaires sans distinction depuis le 1er janvier 2024.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild


Sources : gouvernement.fr, actu-environnement.com, economie.gouv.fr, challenges.fr

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Un mode vie durable, c'est quoi au juste ?

Les experts sont formels, et ne cessent de tirer la sonnette d’alarme : notre mode de vie et de consommation impacte à ce point l’environnement, les écosystèmes et la biodiversité qu’il est insoutenable sur le long terme pour la planète. En d’autres termes il faudra immanquablement en changer, et dans ce domaine, le plus tôt sera le mieux : tout l’enjeu est de ne pas atteindre le point de bascule au-delà duquel la résilience des écosystèmes sera compromise au point d’en risquer l’effondrement 😱. De ce fait, l’adoption d’un mode de vie durable n’est pas seulement une recommandation, mais devient une nécessité. De quoi s’agit-il exactement ? Sur quels leviers pouvons-nous agir, à notre niveau dès aujourd’hui 🤔 ?

Les Jeux Olympiques de Paris seront écolos, vraiment ?

Réduction de moitié des émissions de CO2 liées à l’organisation des jeux, utilisation exclusive d’énergie renouvelable et quasi exclusive d’infrastructures déjà existantes ou temporaires, restauration bas carbone… Les engagements de Paris 2024 en matière d’environnement sont ambitieux. Mais la promesse de Jeux écologiques est-elle crédible ? N’existe-t-il pas une incompatibilité de fait entre l’organisation d’un tel évènement et la lutte contre le changement climatique ? Faut-il crier au greenwashing 🤔?

Qui pollue le plus, l'avion ou le bateau ? The winner is...

On entend très souvent de nombreux griefs contre le trafic aérien dans la lutte contre le réchauffement climatique, désignés comme LE moyen de transport à éviter absolument pour limiter nos émissions. C’est oublier que le transport maritime n’a rien de bien plus reluisant, et engendrerait une pollution parfois dénoncée comme étant en réalité plus importante que celle de l’aérien. Or, d’après l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le transport maritime représente plus de 80 % des volumes transportés et 90 % des échanges intercontinentaux de marchandises. Tous les moyens de transport polluent, c’est un fait, mais dans quelle mesure ? Qui, de l’avion ou du bateau, remporte la palme du moyen de transport le plus polluant 🤔?

Comment préparer son jardin pour le printemps ? 9 Conseils

Les jours rallongent, le soleil fait progressivement son retour, quelques bourgeons apparaissent sur les arbres… Ça sent bon le printemps, ça 😎 ! Et avec lui, comme chaque année, les affaires vont pouvoir reprendre au jardin après cette longue période d’accalmie. Vous allez bientôt pouvoir dégainer vos graines et plants, mais avant toute chose, une bonne préparation est indispensable ! Comment s’assurer un beau jardin et un potager productif pour toute la saison ? Suivez le guide !

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle