Les mauvaises herbes sont-elles vraiment si mauvaises que ça ?

Mis à jour le par Equipe Rédaction

L’étude des mauvaises herbes porte un nom : c’est la malherbologie, une science inventée au milieu du XIXème siècle par James Buckman, pharmacien chimiste anglais et Thilo Irmisch, botaniste allemand. Eh bien, ils ont tous deux mis en lumière le fait que parmi ce que nous appelons communément « mauvaises herbes » se cachent en fait des herbes amies, injustement mal aimées et qualifiées d’indésirables. Et si les « mauvaises » herbes étaient en fait nos alliées ?

Les mauvaises herbes sont-elles vraiment si mauvaises que ça ?

Pourquoi, « mauvaises » ?

Les mauvaises herbes au jardin sont les mêmes que nous admirons à la campagne sur le bord des chemins. C’est ainsi qu’une plante qui pousse à un endroit où elle n’est pas souhaitée est qualifiée d’adventice ou de mauvaise herbe 🌱. Le jardinier ne les apprécie que modérément, dans la mesure où celles-ci entrent en concurrence avec les plantations du jardin, tant sur la question des nutriments que de la lumière ou encore de l’eau.

Elles ont en plus une fâcheuse tendance à surgir de nulle part, comme par sorcellerie, sans avoir été semée au préalable, et à proliférer de manière plus ou moins anarchique. Ce côté envahissant fait d’elles les ennemies à abattre au jardin, dès le début du printemps.

En fait, si les mauvaises herbes sont si difficiles à éradiquer, c’est avant tout parce qu’elles doivent faire preuve d’une grande ingéniosité pour prospérer malgré les attaques de l’homme. C’est ainsi que génération après génération, elles sont devenues plus prolifiques en graines, afin de se disperser plus facilement 🌿.

Les plantes sauvages, des atouts biodiversité

Mais en fait, il existe de nombreuses bonnes « mauvaises » herbes, qui soutiennent la biodiversité en fournissant le gîte et/ou le couvert à la faune. Par exemple, la marjolaine, l’origan, le pissenlit, la berce, la chicorée sauvage, la bardane, le lierre, l’eupatoire, le lamier, ou la bourdaine attirent les précieux insectes pollinisateurs 🐝. 

Le sureau, le lierre, les graminées, l’aubépine, la renouée ou le plantain nourrissent les oiseaux 🐦. Les insectes auxiliaires au jardin sont favorisés par la centaurée, le fenouil, l’ortie, le lierre, ou encore les pâquerettes.

À l’inverse, de nombreuses « mauvaises » herbes ont une action insecticide bien utile au jardinier qui sait les reconnaître, comme la tanaisie ou la fougère aigle.

👉 7 animaux à avoir au jardin, ciao les pesticides !

Et pourquoi ne pas se nourrir de mauvaises herbes ?

Sans oublier les « mauvaises » herbes comestibles 😋, telles que le pissenlit, la cardamine, l’ail des ours, le fenouil, les orties, ou les feuilles de pâquerettes. Depuis la nuit des temps, les adventices faisaient partie de notre régime alimentaire, un moyen de subsister grâce à la cueillette. 

Ce n’est qu’en se sédentarisant que l’Homme a commencé à cultiver lui-même les plantes de son choix, au point aujourd’hui d’avoir centré entièrement son alimentation sur les quelques fruits et légumes les plus rentables à exploiter. Pourtant, l’utilisation de plantes sauvages en cuisine regagne du terrain, une tendance qui sonne comme un retour aux sources.

Le pouvoir médicinal des adventices

De nombreuses plantes ont le pouvoir de soigner les Hommes (sauge, bouillon-blanc, bleuet, chélidoine…) de même que les autres plantes (consoude, orties, soucis…). C’est en se nourrissant des plantes que les Hommes ont découvertes, au fil des siècles, l’incroyable pouvoir de certaines d’entre elles 💊. C’est ainsi que nombre d’herbes folles ont été exploitées pour leurs vertus thérapeutiques.

👉 Découvrez ces 12 antibiotiques naturels et leur utilisation

Des bio-indicateurs de la qualité d’un sol

Toutes les herbes sont des indicateurs de qualité du sol. La graine permet aux plantes d’attendre le bon moment, de rester en dormance jusqu’à ce que les conditions soient réunies pour permettre sa pousse. Les « mauvaises » herbes sont de précieuses plantes bioindicatrices qui nous en apprennent beaucoup sur le sol 🔍.

Ici, c’est leur caractère spontané qui nous intéresse. C’est ainsi qu’un jardinier bien renseigné déduira de la présence d’orties, de gratteron, de lamier, de bourrache, de séneçon ou encore de pissenlit que le sol est fertile, et qu’à l’inverse, les coquelicots et l’oseille apprécient les sols pauvres et calcaires. 

De leur côté, le plantain, l’espargoute et la renouée des oiseaux annoncent un sol acide, tandis que la pensée sauvage, l’oreille de mulot ou la sanve prolifèrent sur un sol alcalin. Le liseron des champs, de son côté indique qu'il y a trop d'azote, tandis que le chiendent apparaîtra si la terre est retournée trop régulièrement.

À quoi bon savoir tout ça ? Pour sélectionner les plantes à cultiver préférentiellement sur la zone concernée 🎯, et pour ajuster ses pratiques au potager.

Les « mauvaises herbes » enrichissent la terre

De leur côté, le rumex, le trèfle, ou les fabacées bonifient les sols 💪. Certaines plantes sont ainsi susceptibles d’enrichir la terre, on aurait bien tort de s’en priver ! Ainsi, le pissenlit apporte du fer, du sodium, du potassium et du phosphore, et le chiendent disséminera du potassium, de la silice, du chlore et du molybdène.  

Les belles mauvaises herbes : certaines sont tout simplement très jolies et ornementales, comme le pavot, le bleuet, la campanule ou le lierre.

Désherber, oui, mais avec parcimonie !

Il est donc primordial d’apprendre à désherber avec discernement et à se montrer sélectif, afin d’éviter que les herbes sauvages ne se propagent et concurrencent les autres plantations tout en épargnant celles qui peuvent se montrer utiles. Une bonne pratique consiste à conserver des zones naturelles au jardin, une habitude excellente pour la biodiversité !

Les adventices arrachées pourront rejoindre le compost afin de restituer tous les nutriments qu’elles avaient prélevés dans la terre.

👉 Comment faire son herbicide maison ? Les recettes

À retenir :

Georges Oxley, biologiste et spécialiste de la vie des sols, en est convaincu : les mauvaises herbes n’existent pas. Selon lui, les plantes sauvages sauveront l’humanité, et il en a même fait un ouvrage intitulé « la fleur au fusil », évoquant les questions de nutrition, de santé et de climat.

Et en effet, les « mauvaises » herbes, ces mal-aimées à qui nous faisons la guerre au jardin pourraient bien être en fait bien plus utiles que ce qu’on pense : outre ce qu’ils apportent à la biodiversité dans sa globalité, certaines adventices sont comestibles, et d’autres ont des vertus médicinales. Au-delà de ça, elles disent toujours quelque chose du sol dans lequel elles poussent, et sont des bioindicateurs de la qualité et des carences de la terre, qu’elles enrichissent parfois . Autant de raisons d’apprendre à les reconnaître afin de désherber avec intelligence et discernement.  

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : radiofrance.fr, jardinage.lemonde.fr, gammvert.fr, mediapart.fr

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Prévention des feux de forêt, ce que vous devez savoir

L’été dernier a marqué les esprits du fait de la recrudescence des feux de forêt, et sonnera comme l’été de tous les records : celui des surfaces brûlées et celui des émissions de carbone en Europe. Pour la seule Union Européenne, plus de 785 000 hectares sont ainsi partis en fumée du 1er janvier au 19 novembre, et 9 mégatonnes de CO2 ont ainsi été rejetées - contre une moyenne annuelle de 6,75 mégatonnes en 2003-2021 - du seul fait de ces incendies ravageurs, avec évidemment un énorme pic estival… Il est impératif que l’été 2024 ne suive pas cette tendance apocalyptique, et pour cela, la prévention est la clé 🗝️

Les produits chimiques éternels, le poison du siècle !

Ils font polémique en ce moment, et à juste titre : les PFAS (prononcez « pifasse »), ces « produits chimiques éternels », sont partout. Textiles, emballages alimentaires, ustensiles de cuisine, cosmétiques… Quelle est l’ampleur du phénomène ? En quoi est-ce dangereux pour notre santé ? Quels sont les impacts environnementaux de cette véritable invasion ? Comment expliquer cette omniprésence de substances dont la nocivité est parfaitement connue ? Voici tout ce que vous devez savoir sur les PFAS 👇

Les conséquences du réchauffement climatique sur la fertilité

Les effets du réchauffement climatique passent désormais difficilement inaperçus : évènements météorologiques extrêmes, canicules, sécheresses, incendies de forêts, insécurité alimentaire… Des effets qui gagnent également la sphère sanitaire, en impactant sous de nombreux aspects la santé humaine. Notamment, notre fertilité, au même titre que celle de nombreuses espèces, pourrait en pâtir. Explications 👇

Les fanons de la baleine, une merveille de la nature

Cet imposant mammifère marin est aussi célèbre que méconnu. Il existe près de 90 espèces de ce cétacé, au sein duquel on peut distinguer les baleines à dents, dites « Odontocètes » des baleines à fanons, dites « Mysticètes », telles que la baleine à bosse, le rorqual commun ou encore la baleine bleue. La plus petite d’entre elles, la baleine pygmée, mesure environ 6 mètres, et la plus grande, une trentaine pour environ 150 tonnes ! Ainsi, la bouche du plus gros animal vivant de notre planète est dotée de ces étranges lames cornées… De quoi s’agit-il exactement, et à quoi servent, au juste, les fanons de la baleine ? La réponse 👇

Comment faire son Bee Wrap soi-même ? Le tuto !

Tote bag, disques démaquillants lavables, Furoshiki, … Dans le cadre d’une démarche zéro déchets, le Bee Wrap est lui aussi un indispensable ! Ces emballages réutilisables vous permettront de tourner le dos aux films alimentaires et autres papiers aluminium dans la cuisine. Mode d’emploi ! 👇

Loi AGEC, la loi anti-gaspi, que prévoit-elle exactement ?

La loi AGEC n° 2020-105 du 10 février 2020 (loi anti-gaspillage pour une économie circulaire) ambitionnait d’accélérer la transition de nos modèles de production et de consommation, dans l’optique de réduire les déchets, préserver les ressources naturelles, limiter le réchauffement climatique et protéger la biodiversité. Pour cela, elle annonce une transformation de notre système vers une économie circulaire, afin de sortir du « produire – consommer – jeter » qui caractérise nos pratiques actuelles. Quels sont ses grands axes ? Quels premiers bilans peut-on en tirer ? 👇

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

La citation qui nous parle


La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle