Sous-vêtements thermiques, comment bien les choisir ?

Mis à jour le par Equipe Rédaction

D’après la phrase culte de la très célèbre série Game of Thrones : « Winter is coming », et qui dit hiver, dit températures hostiles 🥶. Avant de se lancer sur les pistes de ski, sur les chemins de randonnée gelés et enneigés, ou d’enfiler ses raquettes, bref, avant d’aller pratiquer un sport de pleine nature par un froid de canard, un petit point vestimentaire s’impose. On est bien d’accord, pour profiter à fond de la pratique de vos activités outdoor, mieux vaut s’assurer un minimum de confort et ne pas se peler les fesses. Quoi de plus désagréable que de claquer des dents toute l’après-midi ? Pour cela, il est impératif de respecter la règle des 3 couches, dont la première, celle des sous-vêtements thermiques, est d’une importance capitale : puisqu’elle deviendra votre seconde peau, autant bien la choisir !

Sous-vêtements thermiques, comment bien les choisir ?
Sommaire :

C’est quoi, la règle des 3 couches ?

Le triptyque des 3 couches, c’est la base : c’est un système très efficace qui a fait ses preuves, qui consiste à s’habiller de manière optimale pour affronter des températures basses dans la cadre de vos activités outdoor telles que la randonnée, le ski, ou encore l’alpinisme ☃️. Le principe est simple :

  • La première couche est le fameux sous-vêtement thermique, ou vêtement thermo régulateur, qui est porté à même la peau.
  • La seconde, qui apporte isolation et chaleur, emprisonne l’air autour de votre corps : une polaire ou une doudoune pourront remplir ce rôle.
  • Et la 3ème, qui protège contre les éléments extérieurs, c’est-à-dire les intempéries et le vent ☔ : ce rôle pourra être rempli par une veste imperméable, avec membrane respirante de type Gore-Tex, ou softshells en l’absence de forte précipitation.

Quoiqu’il arrive, ces 3 couches devront permettre l’évacuation de l’humidité émise par votre corps, sous forme de vapeur d’eau, sans laisser pénétrer la pluie, un véritable challenge, en particulier pour la 3ème couche… 💪

👉 « Friluftsliv », viens on va jouer dehors !

Pourquoi la première couche est-elle si importante ?

Non, le sous-vêtement thermique n’est pas un slip en moumoute. Cette première couche, invisible, est absolument essentielle. C’est aux sous-vêtements thermiques qu’incombe la responsabilité de réguler votre chaleur corporelle et d’évacuer votre transpiration au cours de votre effort 🌡️. Si cette première couche est mal choisie, elle annulera les bienfaits apportés par les couches supérieures, peu importe si vous avez fait de bons choix par ailleurs. Ce n’est donc pas parce qu’elle ne se voit pas qu’elle dit être négligée, bien au contraire.

Les qualités recherchées d’un sous-vêtement thermique

Le rôle premier du sous-vêtement thermique est de réguler la température corporelle.

  • De ce fait, cette première couche se doit d’être à la fois chaude et respirante, afin d’évacuer la transpiration, et d’éviter le coup de froid.
  • Pour votre confort, sa matière doit être élastique, afin d’être moulante tout en assurant une totale liberté de mouvement aux sportifs de tous bords. D’autant que vous n’êtes pas à l’abri de changer de morphologie d’une année sur l’autre.
  • L’absence de couture est indéniablement un plus, afin d’éviter tout frottement ou irritation désagréable.
  • Idéalement, cette première couche, en contact direct avec la peau et la transpiration, devrait être en mesure de canaliser les odeurs 🦨. C’est là que la notion de matière intervient, car toutes ne seront pas en mesure de cocher toutes les cases en fonction du contexte.

👉 Participez au défi des 1000 heures dehors !

Quelle matière privilégier ? Fibres naturelles vs/ fibres synthétiques

Votre cœur balance entre fibres naturelles et fibres synthétiques ? Elles présentent toutes deux des avantages et des inconvénients. Quoi qu’il en soit, le coton est en principe proscrit en raison de sa faible respirabilité et de sa capacité à absorber l’humidité sans la restituer.

👍 Côtes fibres naturelles, la laine, la laine merinos ou encore le bambou présentent d’indéniables qualités : ils assurent une chaleur naturelle, leur légèreté est très appréciable, de même que leur toucher. Ces matières assurent notamment une très bonne gestion des odeurs grâce à de qualités antibactériennes. Leurs qualités thermorégulatrices sont très intéressantes, et permettent d’alterner des phases actives et statiques, comme c’est le cas en randonnée ou pour le ski alpin par exemple. Même humide, la laine ne perd pas ses caractéristiques d’isolation. La laine mérinos peut emmagasiner jusqu’à 30% de son poids en eau 🐑.

👎 Néanmoins, coté praticité, ce n’est pas le top : ils sont fragiles et s’abîment facilement, leur coût est dissuasif, et ils mettent du temps à sécher, d’autant que leur entretien est délicat. Notons toutefois qu’en contrepartie, ils peuvent être utilisés plusieurs jours d’affilée sans être lavés.

Conclusion : Ces fibres sont idéales pour un usage intensif et technique.

👍 Côté synthétique, entrent dans l’arène le polyester, le polyamide, l’elasthane ou encore le polypropylène, qui sèchent plus rapidement, sont plus résistants à l’usure et coûtent moins cher. Ils présentent également une meilleure élasticité, et sont plus simples d’entretien.

👎 Néanmoins, la gestion des odeurs en pâtit, et la chaleur qu’ils apportent est moindre. Il ne faut également pas perdre de vue la pollution engendrée par le processus de fabrication de ces matières synthétiques.

Les fibres synthétiques pourront donc être privilégiées pour des activités modérées.

Désormais, le mélange des fibres synthétiques et naturelles est courant, afin de créer des hybrides de nature à piocher dans les qualités de l’une et de l’autre, et de trouver un bon compromis. Ces vêtements permettent notamment de répartir plus de laine sur les endroits du corps que l’on cherche à protéger du froid, et à l’inverse, des fibres synthétiques sur les zones susceptibles de transpirer davantage.

👉 Chaussures de randonnée, le guide pour bien les choisir

Le grammage

On entre dans la technique avec la notion de grammage, à ne pas négliger dans votre choix. Celui-ci va influer sur l’apport de chaleur et sur la respirabilité, autrement dit sur l’essence même du sous-vêtement thermique. Le choix idéal dépendra de l’activité projetée et des températures extérieures, c’est un juste milieu à trouver. Éviter le coup de froid, oui, mais sans surchauffer. Pour éviter l’effet sauna, fort désagréable, il faut se poser les bonnes questions.  

  • Pour les activités très intenses (trail, ski de fond…) et/ou en cas de température modérément froide, un faible grammage suffira.
  • Pour des activités d’intensité modérée (ski alpin ⛷️, rando d’intensité moyenne…), et/ou par temps plutôt froid, un grammage intermédiaire sera indiqué.
  • Les grammages très isolants, seront réservés aux activités très peu intenses, et/ou par temps très froid.

👉 Bâton de marche, ce que vous devez savoir pour bien le choisir

Faites la chasse aux toxiques

Le critère écologique est bien entendu d’importance dans le choix de votre première couche. Votre sous-vêtement thermique étant porté à même la peau, sa composition est particulièrement importante, les vêtements n’étant malheureusement pas exempts de produits chimiques toxiques. Il convient de privilégier notamment les produits portant la mention « PFC Free », ce qui signifie qu’il ne contient pas de produits chimiques perfluorés ou polyfluorés, des perturbateurs endocriniens reconnus, qui en plus, présentent un danger pour l’environnement 🙅‍♀️. 

Ils se dégradent en effet très lentement et peuvent s’immiscer dans la chaîne alimentaire… Méfiance : ces produits chimiques artificiels sont largement utilisés par les industriels du textile pour rendre leurs articles imperméables et antitaches.

À retenir :

La pratique d’activités et de sport de pleine nature en hiver suppose de savoir adapter sa tenue vestimentaire afin de garantir son confort. Trouver le juste milieu entre une protection efficace contre le froid et les risques de surchauffe pendant l’effort est tout un art. Il est largement admis que la règle des 3 couches permet de s’habiller de manière optimale, en fonction des circonstances, au regard notamment de l’intensité de l’effort et des températures extérieures. La première couche, c’est-à-dire celle des sous-vêtements thermiques en est la base, et leur choix ne doit pas être laissé au hasard. À la fois chaude et respirante, elle fera office de 2ème peau. En fibres naturelles, synthétiques ou mixtes, trouvez la solution qui convient à votre situation afin de profiter à fond du moment, sans grelotter.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild


Sources : hardloop.fr, randonner-malin.com, barooders.com, greenpeace.fr


Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Marche nordique, qu'est-ce que c'est ? Comment s'y mettre ?

La marche nordique ou Nordic Walking, ou encore Sauvakävely, était pratiquée à l’origine en Finlande par les skieurs de fond comme entraînement pendant la belle saison, et a progressivement acquis ses propres lettres de noblesse jusqu’à devenir une discipline à part entière. Le marcheur nordique se considère comme un quadrupède, qui passe de deux à quatre appuis au sol à l’aide de bâtons. Cette marche dynamique fait de plus en plus d’adeptes en raison de ses nombreux bienfaits. Décryptage 👇

Démarche ZAN, le programme pour réduire l'extension des villes

L’artificialisation des sols est l’une des premières causes du réchauffement climatique et de l’érosion massive et sans précédent de la biodiversité. En moyenne, en France, entre 20 000 et 30 000 hectares d’espaces naturels, agricoles et forestiers sont consommés chaque année. C’est pourquoi le Plan Biodiversité avait instauré en 2018 l’objectif ZAN - Zéro Artificialisation Nette - dans le but de protéger ces zones en repensant l'aménagement urbain. L’idée, c’est d’atteindre en 2050 l’absence de toute artificialisation nette des sols, avec un premier objectif intermédiaire de réduction de moitié du rythme de la consommation d’espaces d’ici 2030. Le point sur un challenge ambitieux 👇

Comment préparer mon jardin au retour du grand froid ?

Si les premiers flocons de neige ❄️ sont un spectacle qui fait toujours plaisir à voir, votre coin de verdure pourrait pourtant ne pas se remettre de l’arrivée des premiers frimas. Pour être sûr de le retrouver tout aussi beau qu’avant au prochain printemps, quelques arrangements sont nécessaires. Comment préparer votre jardin au retour du grand froid ? On vous partage toutes nos astuces ! 🌳

Et si on offrait de la seconde main cette année à Noël ?

Écologique, économique, l’idée d’offrir des présents d’occasion à Noël a de quoi séduire… Durant cette période où la surconsommation est reine et dénature l’esprit même de la Nativité, cette pratique propose une alternative très intéressante pour des fêtes de fin d’année plus vertes et éthiques. Pourtant, les réticences font encore obstacle, dans certains esprits, à sa généralisation. Un tabou qui cède peu à peu du fait de la conjoncture économique et écologique de ces dernières années. Parce que prendre soin de ses proches et de la planète est parfaitement compatible, osez la seconde main sous le sapin ! 🎄

Journée mondiale du climat, à vos agendas !

Y’a plus d' saison, ma p’tite dame ! Et chaque année, le 8 décembre, c’est la Journée mondiale du climat, instaurée à l’initiative de plusieurs ONG, avec un objectif : faire prendre conscience au plus grand nombre de l’importance des changements climatiques, qui nous impactent, chaque année, encore un peu plus. Le réchauffement climatique est désormais un sujet qui fait parler de lui quasiment constamment dans les médias, bien souvent pour alerter encore et toujours sur l’urgence climatique, et de temps en temps pour relayer les mesurettes dérisoires prises par les instances gouvernementales ou internationales. Parce que nous n’avons qu’une seule terre #UneSeuleTerre, c’est l’occasion ou jamais de réfléchir et surtout d’agir en faveur du climat.

Sapin en plastique ou naturel ? Comment choisir ?

La sapin, c’est le symbole de Noël. Avec ses guirlandes et ses boules, il est dans tous nos souvenirs de fêtes de fin d’année 🎄. Et pour beaucoup d’entre nous, il est impensable de mettre les cadeaux ailleurs qu’à son pied. Mais un dilemme se pose au moment de l’acheter. Sapin en plastique ou naturel : comment choisir entre ces deux options ?

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle