Chaussures de randonnée, le guide pour bien les choisir

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Trouver chaussure à son pied pour partir en randonnée n’est pas chose aisée ! Mal ajustée, inadaptée à votre morphologie, au terrain… Les erreurs dans votre choix pourraient être lourdes de conséquences. Du simple inconfort à l’accident, le choix de la chaussure de randonnée est une étape incontournable. Entre confort et technicité, comment ne pas se tromper 🥾 ?

Chaussures de randonnée, le guide pour bien les choisir
Sommaire :

Quoi de plus désagréable que de finir ses journées de marches avec des ampoules plein les pieds ? Faire une chute en raison d’un faux pas causé par l’inadéquation de vos chaussures, peut être 🤕 ! Une entorse est vite arrivée, mais les conséquences peuvent être bien plus graves. Le mot d’ordre pour faire votre choix, c’est confort et sécurité, peu importe le look !

4 questions préalables à se poser pour choisir ses chaussures de rando

Avant toute chose, posez-vous les bonnes questions afin de bien cerner vos besoins : qu’attendez-vous de cette future paire de chaussures de marche 🤔 ? Quel est votre programme ? Quels seront les terrains, la technicité des passages, la durée de votre randonnée ? Et bien sûr, les chaussures ne suffisent pas pour une rando réussie 👉 Sac de randonnée, nos conseils pour bien le choisir, Bâton de marche, ce que vous devez savoir pour bien le choisir.

1. Quelle tige pour quel usage ?

La tige recouvre le dessus du pied, et peut être constituée de différentes matières : cuir, nubuck ou synthétique. On trouve des tiges hautes (qui montent et enserrent la cheville), des tiges basses (qui ne dépassent pas la malléole), ou « mid », un entre-deux. Elles sont souvent agrémentées d’un insert de Gore-Tex ou autre membrane synthétique, afin d’assurer leur étanchéité ☔. La structure de la chaussure est généralement renforcée sur les zones d’impact exposées à l’abrasion (les pare-pierres).

Les tiges basses sont plus légères et souples, tout en étant protectrices et confortables, elles sont très appréciables. La cheville reste bien mobile, et assure au randonneur une liberté de mouvements qui est un atout précision et vitesse : il peut évoluer rapidement et s’adapter prestement aux terrains 🏃. Mais la cheville étant moins protégée, le risque est de vriller et d’être victime d’une entorse. Pour les marcheurs qui ne sont pas sujets aux torsions fréquentes de cheville, elles peuvent suffire pour de la petite randonnée, de la balade en forêt sur chemin facile, avec peu de dénivelés, ou en montagne jusqu’à 2.000 m, avec peu de passages techniques.

Si vous envisagez de plus longues randonnées sur sentiers accidentés, en pleine nature sur GR, ou en moyenne montagne, la tige haute, ou chaussure de trek, est plus indiquée : elle est montante, protégera votre cheville et favorisera la tenue de votre pied. Elle est en effet complètement rigide, en tenant bien l’ensemble pied-cheville 🦶. Plus étanche, elle permettra de traverser plus confortablement des ruisseaux ou passages boueux. Elles sont aussi plus durables, mais … plus lourdes !

Vous avez trouvé vos chaussures de rêve ? Alors il est temps de partir s'aventurer dehors, voici quelques idées 👉 Chemin de Stevenson, ce que vous devez savoir avant de vous lancerGR 20, The rando à faire en Corse, ce que vous devez savoir avant de vous lancer !

Les chaussures à tige moyenne « mid », qui sont à mi-chemin, et maintiennent mieux la cheville qu’une tige basse, tout en restant légères et assurant une bonne adhérence. C’est un excellent compromis.

Pour de la randonnée glaciaire ❄️, c’est-à-dire pas encore de l’alpinisme, mais dans cette direction (glaciers, sections alpines…), on passe sur d’autres types de produits : on optera pour des chaussures à tige haute imperméables avec débord arrière pour la fixation des crampons, plus rigide qu’une chaussure de randonnée.

Les chaussures de trail ne sont pas des chaussures de randonnée 👟. Ce sont des chaussures de running renforcées avec une meilleure accroche et adhérence. Elles peuvent néanmoins parfaitement convenir pour de la balade.

2. Le test de la torsion, quelle résistance ?

Pour déterminer le type de randonnée auquel la chaussure convient, il faut observer sa réaction à la torsion latérale : si elle se tord facilement, le maintient sera assez mauvais sur terrain difficile, et la chaussure fera bien l’affaire pour de la petite randonnée, mais guère plus. Si la chaussure est plus rigide, elle résistera à la torsion, et pourra être choisie pour des terrains plus accidentés 💪.

3. Quelle semelle ?

La semelle de randonnée est accrocheuse, plus ou moins crantée, solide et amortissante. Elle doit optimiser le déroulé du pied lors de la marche et assurer sa fluidité 🚶🏻‍♂️ (contact, plein appui, poussée). Elle assure également l’amorti. Elle est généralement peu épaisse sur les chaussures à tige basse. Pour la montagne, on optera pour des semelles dures avec crampons.

4. Quel laçage ?

On attend du laçage de la chaussure de randonnée qu’il soit aisé, rapide et stable. Le bon maintien du pied est un critère central, afin d’éviter les traumas.

De bonnes chaussures font toute la différence ! Et n'oubliez pas non plus votre carnet de randonnée, la bonne idée pour de jolis souvenirs !

C’est parti pour les essayages !

Les deux premières qualités de la chaussure de randonnée sont donc le maintien et le confort. N’oubliez pas que votre pied aura tendance à gonfler au cours de votre excursion : préférez un essayage en fin de journée avec des chaussettes de randonnée. N’hésitez pas à opter pour la pointure supérieure si nécessaire.

Une fois que vous aurez lacé à fond, vérifiez que vos orteils ne sont pas compressés. Ce n’est pas compliqué, vous devez vous sentir très confortable 🤗. La pointure a bien sûr son importance, mais le volume du pied doit aussi être pris en compte, en fonction de votre morphologie. Essayez bien les deux pieds, ils sont parfois différents.

Les lacets sont maintenus par de petits crochets autobloquants verrouillant la cheville, et devront être bien serrés, mais sans comprimer la cheville ou les pieds. Lors de la marche, vos talons ne doivent pas se soulever de plus de 5 millimètres (gare aux ampoules !). Arpentez le magasin pour vous en assurer, de préférence sur surface dure. Les plans inclinés éventuellement à votre disposition vous permettront de simuler les pentes : vous ne devez pas sentir vos orteils buter à l’avant de la chaussure. N’hésitez pas à essayer plusieurs modèles et marques différents, idem pour les tailles !

À retenir :

Choisir des chaussures de marche est très important pour randonner dans de bonnes conditions de confort et de sécurité. Votre choix doit tenir compte de l’usage que vous prévoyez d’en faire : petite balade à la journée ou randonnée sur plusieurs jours et terrain accidenté ? Et n’oubliez pas, il est indispensable d’essayer des chaussures de randonnée, les achats sur internet sont donc déconseillés. On vous souhaite de trouver vos bottes de sept lieues 😉.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : mongr.fr, quechoisir.org, montagnes-magazine.com, i-trekkings.net

Vous avez bien encore 5 minutes ? 😁 #SlowLife : 

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Comment retrouver son chemin en forêt ? 5 conseils efficaces

Quelques minutes suffisent. Pris dans l’automatisme de la marche, vous vous perdez dans vos pensées. Et quand vous refaites surface, vous vous rendez compte que vous n’êtes plus sur le bon chemin. 😱 Mais depuis combien de temps exactement ? Un quart d’heure ou plutôt une demi-heure ? Vous regardez autour de vous et ne voyez aucune trace de la piste. Seulement des arbres et encore des arbres. Si la situation peut paraître angoissante, il ne faut surtout pas paniquer. Application mobile ou indications de la nature : voici comment retrouver son chemin en forêt. 🌲

Sylvothérapie : se reconnecter à soi au contact des arbres

Les bienfaits de la nature sur notre santé physique et psychologique ne sont plus à prouver : de très nombreuses études scientifiques sont venues le confirmer. C’est sur cette vague que surfe la sylvothérapie, qui vous invite à atteindre un profond état de relaxation et de méditation au contact des arbres. Rien de tel pour réduire stress et tensions nerveuses, paraît-il. Sceptique ? Et si vous preniez un petit bain de forêt ?

5 bonnes raisons de faire un gros câlin aux arbres !

Non, nous n’allons pas essayer de vous convaincre de vous déguiser en fougère pour communier avec la nature, mais pas loin ! La sylvothérapie, vous connaissez 🌳 ? Cette discipline, qui nous vient tout droit du Japon, nous invite à se soigner au contact des arbres, en prenant pour ainsi dire un bain de forêt. Une pratique qui aurait des bienfaits insoupçonnés sur le corps et l’esprit… On a mené l’enquête pour vous : découvrez les 5 raisons de faire un câlin aux arbres !

Le chevreuil, cette merveille de la nature

Le chevreuil, du latin capreolus, est un ruminant herbivore de la famille des Cervidés. C’est en fait le plus petit d’entre eux en Europe ! Cet animal qui peuple nos forêts subjugue par sa grâce et par sa beauté. Craintif et fuyant, il peut se laisser surprendre furtivement au détour d’un sentier, et croiser son chemin est toujours un privilège. Présentation d’un magnifique représentant de notre majestueuse et riche faune sauvage 👇

Des psoques à la maison, signe d'humidité, comment s'en débarrasser ?

Dans la catégorie « petites bêtes que l’on aimerait bien éviter à la maison », on vous présente les psoques ! Ces petits insectes de quelques millimètres seulement peuvent se dissimuler un peu partout dans les habitations : dans les moulures, derrière les plinthes, sous les planchers, derrière les cloisons, les tuyaux, les gaines, ... Ils avancent à bas bruit, et lorsqu’ils deviennent visibles, ils témoignent d’une invasion déjà bien avancée. Véritables indicateurs d’humidité, en venir à bout n’est pourtant pas si compliqué. Mode d’emploi pour une maison plus saine à tout point de vue ! 👇

4 conseils pour être un peu plus écolo à la maison

Dans la vie de tous les jours, on doit parfois mettre de côté ses aspirations à plus d’écoresponsabilité. Mais face à la frénésie du monde extérieur, le chez-soi est un vrai refuge. « Chacun est maître en sa maison » comme le dit le proverbe. Une fois votre porte d’entrée fermée, il ne tient qu’à vous de transformer votre logement en ode à la vie green ! 😊 Si vous vous demandez par où commencer, voici nos 4 conseils pour être plus écologique à la maison.

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle