Le thylacine ou loup de Tasmanie : une espèce qui continue de fasciner

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Un siècle après sa disparition tragique, l’animal suscite encore les débats et hante l’imaginaire collectif. À tel point qu’il fait aujourd’hui l’objet d’un programme de dé-extinction : le Thylacine autrement connu sous le nom de loup ou tigre de tasmanie est-il de retour ? Et surtout : a-t-il jamais vraiment disparu ? Cette espèce unique de marsupial carnivore a officiellement été vue pour la toute dernière fois en 1936 dans un zoo de Hobart, en Tasmanie. Pourtant, il n’a jamais cessé de faire parler de lui. Enquête sur celui dont l’absence laisse de nombreuses leçons

Le thylacine ou loup de Tasmanie : une espèce qui continue de fasciner

Une silhouette atypique toujours bien présente

Le Thylacine (Thylacinus cynocephalus) était un marsupial (comme le Quokka) à l’allure singulière, rappelant à la fois un chien. Mesurant près de 1,5 mètre de long, il arborait un pelage brun clair strié de bandes noires sur le dos qui expliquent son surnom de "tigre de Tasmanie". 

Son museau allongé, ses grandes oreilles dressées et sa queue rigide lui donnaient une apparence distincte parmi les autres marsupiaux. La ressemblance morphologique avec le loup est d’ailleurs frappante. 👉 Le loup en France.

À l’origine, le Thylacine habitait une large partie de l'Australie et de la Nouvelle-Guinée. Pourtant, au moment de l’arrivée des colons européens en Australie, au 19e siècle, on ne trouvait plus l’animal qu’en Tasmanie. Le loup de Tasmanie préférait les forêts denses, les prairies ouvertes et les marécages, où il pouvait chasser les kangourous, oiseaux et autres petits mammifères.

Et plus il disparaissait, plus l’importance culturelle de l’animal grandissait. Ainsi, le Thylacine est devenu l'emblème des armoiries de Tasmanie. Les principaux produits d’exportation tels que les pommes, le houblon et, ironie du sort, leur supposée proie, les moutons, étaient estampillés d’un logo présentant deux loups au pelage fauve. Aujourd’hui, sa silhouette est partout en logo : sur les étiquettes de bière, les bus. Il est même devenu la mascotte de l’équipe de cricket. Et voilà comment ce marsupial aux allures mi-félines, mi-canines est passé de nuisible à symbole national.Le loup de tasmanie

Le thylacine ou loup de Tasmanie.

Le déclin et l’extinction de toute l’espèce

Selon le National Museum Australia, on estime qu’il y avait environ 5000 Thylacine en Tasmanie avant l’arrivée des colons. Accusé de menacer les troupeaux de moutons, le loup marsupial a été victime d’une traque acharnée pendant plus de 50 ans par les colons européens. 

En effet, la chasse intensive était encouragée par des primes pour protéger les troupeaux. Pourtant ce n’est pas la seule raison de sa disparition.

L'extinction du Thylacine est une tragédie liée à une série de facteurs humains mais aussi environnementaux. La compétition avec les chiens sauvages (les dingos) et les renards introduits par les colons et la perte d'habitat ont participé à son éviction. Les épidémies et les changements climatiques ont également pu jouer un rôle. 

La concurrence entre le loup de Tasmanie et les chiens errants ou les renards s’explique aussi par leurs différences biologiques : le Thylacine, étant un marsupial, n’a pas les mêmes capacités de reproduction ou cognitives qu’un mammifère. Les deux ou trois jeunes Thylacines que la femelle met au monde nécessitent un temps de développement plus long que les quatre à huit bébés chiens ou renards.

Deux mois avant son extinction, le gouvernement de Tasmanie avait fait du loup de Tasmanie, une espèce protégée. Malheureusement, cela n’aura pas suffi. 

Le dernier Thylacine sauvage a été abattu en 1930. En 1936, la mort de “Benjamin”, le dernier Thylacine en captivité, marque officiellement l'extinction de l'espèce. Cette date est désormais commémorée chaque année en Tasmanie comme une journée de sensibilisation à la conservation de la faune.

👉 Pourquoi parle-t-on de la sixième extinction ?

Rêve ou réalité : affaire classée

Depuis l'extinction officielle, de nombreux témoignages et preuves photographiques douteuses ont alimenté l'espoir de la survie du Thylacine dans les régions reculées de Tasmanie. 

Des recherches et expéditions ont été menées pour prouver l'existence de survivants, mais aucune preuve concluante n'a émergé jusqu'à présent. 

Ces mystères et la fascination pour cette espèce ont même conduit à des projets visant à ressusciter le Thylacine par des techniques avancées de génie génétique. À l’ère de l’intelligence artificielle et de la réalité augmentée, le diable de Tasmanie pourrait bien ressusciter… Ne serait-ce qu’en film ou dans votre série préférée.

La morale de l’Histoire : un héritage clé

Le Thylacine reste une icône culturelle en Tasmanie et un symbole poignant des conséquences de l'impact humain sur la faune. Sa disparition a éveillé une prise de conscience mondiale sur l'importance de protéger les espèces menacées et leur habitat naturel. 

En dépit de sa disparition, le Thylacine continue de captiver l'imagination, rappelant l'importance de la conservation pour éviter de nouvelles extinctions. En fin de compte, le mystère et la légende du Thylacine soulignent la fragilité de notre biodiversité et la nécessité urgente de protéger notre planète pour les générations futures.

À retenir

Le Thylacine ou loup de Tasmanie de la famille des marsupiaux est devenu une véritable légende malgré lui. Souvent comparé au chien ou au loup, son pelage brun strié pouvait également rappeler celui du tigre. Pourtant, sa différence singulière avec les chiens errants ou les renards est une des causes de son extinction. Le marsupial n’aura pas pu résister à l’arrivée des colons et de mammifères concurrents dont la reproduction est plus rapide. La disparition de son habitat naturel pour des raisons climatiques et sa traque intensive par les colons expliquent la disparition du Thylacine et laissent surtout une leçon amère. Face aux changements climatiques qui s’opèrent, il est plus que jamais capital de préserver la biodiversité et le milieu naturel d’espèces sauvages.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : Muséum National d’histoire naturelle - National Géographic

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Pour vivre heureux, vivons… En yourte ? Un style de vie au naturel

La vie en yourte, retour aux sources ou effet de mode ? Si ce logement insolite séduit son public le temps d’un week-end au vert, pour d’autres, c’est devenu un mode de vie. À l’origine utilisée par les nomades d’Asie Centrale, la yourte constituait l’habitat le plus adapté au climat et à leurs habitudes. Mais qu’en-est-il pour les Occidentaux ? Les questions écologiques, l’ouverture au monde, l’envie de se rapprocher de la nature mais aussi l’apparition d’une pandémie mondiale nous ont amenés à reconsidérer en profondeur notre rapport à l’habitat et à la vie en société. Si la yourte présente de nombreux atouts et semble répondre à une quête de sens et de liberté, mieux vaut considérer tous ses aspects avant de vous lancer. Yourte ou pas ? Quelques clés pour choisir en pleine conscience.

Le 2 août 2024 : jour du dépassement. Prévenir pour mieux agir

Si nous vivons sur la même planète, vous en avez sûrement entendu parler au moins une fois… Le jour du dépassement, c’est cette date indicative à partir de laquelle nous aurons consommé l’ensemble des ressources que la Terre est capable d’approvisionner en une année. Calculé pour sonner l’alerte et sensibiliser la population mondiale, le jour du dépassement semble faire parler plus qu’il ne fait agir. Comment la date est-elle calculée ? Pourquoi est-elle différente d’un pays à l’autre ? Comment retarder concrètement son avancée ? Voici quelques clés pour mieux comprendre les enjeux du jour du dépassement. Loin de nous l’idée de nourrir votre éco-anxiété mais plutôt la prise de conscience de notre responsabilité à en matière d’habitudes de consommation.

Bernic & Clic : l’appli qui vous reconnecte à la nature

Lorsque la mer se retire, le littoral est le théâtre d’une fascinante faune et flore peu familière. Marcheurs ou pêcheurs, vous vous êtes déjà demandé comment s’appelle ce drôle de coquillage qui ressemble à un chapeau chinois ? Qu’est-ce qu’un estran ? Comment les poissons respirent-ils sous l’eau ? Bonne nouvelle ! Toutes les réponses à vos questions sont sur Bernic & Clic. Des passionnés de nature et de biodiversité ont créé l’application idéale pour éveiller la curiosité des petits marins d’eau douce et de leurs parents. Mollusques, crustacés, algues et poissons n’auront bientôt plus de secret pour vous et vos graines de sauveteurs. Rendez-vous à la prochaine marée et d’ici là, découvrez tout sur l’application qui pourrait bientôt vous accompagner dans vos futures excursions les pieds dans la vase.

Zoonoses et climat : même combat ! Enjeux climatiques & santé

Les “zoo” quoi ? Les zoonoses, ce sont les maladies transmises par les animaux aux humains. Ça vous rappelle un certain pangolin ? Tout juste ! Comment est-ce possible ? Depuis le Covid 19, de sérieuses hypothèses mettent en cause le climat. En effet, le réchauffement climatique serait à l’origine de l’émergence de nouveaux organismes vivants dits pathogènes, c’est-à-dire responsables de maladies. Comment éviter de nouvelles pandémies ? Comment préserver la biodiversité et nos écosystèmes pour lutter contre ces zoonoses ? Quels sont les dangers en matière de santé publique et économique ? Voici quelques clés pour maîtriser le sujet.

Les indispensables pour partir en Festival sans polluer

Les festivals de musique et concerts en plein air sont synonymes de plaisir et de liberté mais aussi d’abus, lorsque le Festival n’est pas éco-conçu. Pour profiter de la nature encore longtemps, mieux vaut la préserver ! Alors, avant de sillonner la France à la recherche de scènes endiablées et de bons sons à partager, voici une liste des objets durables qui vous accompagneront pendant des années et rendront vos co-festivaliers verts… de jalousie !

Les fruits et légumes d'août pour faire le plein d'énerergie !

Août est le mois le plus chaud de l’année, la saison parfaite pour les pique-niques, apéros dînatoires, barbecues et planchas 😎. On a donc envie de fraîcheur et de délicieuses saveurs sucrées. Et ça tombe bien, car les ingrédients parfaits pour des recettes légères et rafraîchissantes sont justement en plein boom. La nature n’est-elle pas incroyablement bien faite ? Les fruits et légumes sont plus que jamais gorgés de soleil, bourrés de vitamines, minéraux et antioxydants. Et si vous profitiez de vos vacances pour vous mettre au vert ?

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

La citation qui nous parle