Pourquoi parle-t-on de la sixième extinction ?

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Saviez-vous que plus de 99% de tous les organismes ayant vécu sur terre ont déjà disparu ? Flippant, n’est-ce pas 😱 ? Les 500 derniers millions d’années ont été le théâtre de cinq catastrophes apocalyptiques ayant causé la disparition d’une grande proportion des espèces vivantes de la planète. C’est un cycle naturel qui veut que certaines espèces s’adaptent, et continuent leur petit bonhomme de chemin, et que d’autres n’y parviennent pas et s’éteignent. Ainsi va la vie, pourrait-on dire... Sauf que la sixième, qui est en cours, est entièrement d'origine anthropique : autrement dit, elle est exclusivement imputable aux activités humaines, et progresse à un rythme sans précédent. Ne nous leurrons pas : ce coup-ci, Bruce Willis ne va pas débarquer pour réparer toutes nos bêtises et sauver le monde. Essayons de faire la lumière sur un déni grandeur nature.

Pourquoi parle-t-on de la sixième extinction ?

C’est quoi une extinction de masse ?

L’air de rien, la Terre a déjà 5 extinctions de masse à son actif : autrement dit, à 5 occasions, la vie a presque disparu de la planète. Une extinction de masse ou massive désigne une crise biologique majeure ayant un impact cataclysmique sur les espèces vivantes : la moyenne de disparition des espèces animales, tant terrestres que marines, et végétales intervenues au cours des extinctions de masses identifiées jusqu’alors tourne autour de 75%. Elles marquent généralement la transition d’une forme de vie dominante pour une autre 🌍. Pourtant, d’un point de vue géologique, ces périodes sont relativement courtes.

Contrairement aux apparences, il n’y a pas que du mauvais dans les extinctions de masse. Sur le moment, c’est sûr que ça a dû être un peu trash. Mais l’être humain aurait eu sans doute eu beaucoup plus de mal à percer s’il avait côtoyé les grands dinosaures du Jurassique 🦖. C’est d’ailleurs leur extinction qui a permis aux mammifères et aux oiseaux de prospérer et d’évoluer. D’autres formes de vie émergent, c’est ça qui est merveilleux dans la nature : « la vie trouve toujours un chemin », réplique célèbre du film Jurassic Park.

Les 5 premières extinctions massives

Opérons un rapide tour d’horizon des 5 premières périodes d’anéantissement biologique traversées par notre planète, on a cité :

  • L’extinction ORDOVICIEN-SILURIEN il y a 444 millions d’années, en raison d’une période glaciaire courte, mais intense 🥶;
  • L’extinction du DÉVONIEN il y a 383-359 millions d’années : 75 % de toutes les espèces terrestres ont alors disparu sur une période d'environ 20 millions d'années…
  • L’extinction du PERMIEN il y a 252 millions d’années : la plus meurtrière de toutes avec 96% des espèces marines et ¾ des espèces terrestres qui se seraient éteintes (même les insectes ont presque disparu au cours de cet épisode🦟 !) ;
  • L’extinction du TRIAS-JURASSIQUE il y a 201 millions d’années ;
  • L’extinction du CRÉTACÉ-PALÉOGÈNE il y a 66 millions d’années : l’œuvre du fameux astéroïde d'environ 12 kilomètres de diamètre, qui aurait frappé la Terre avec une puissance un milliard de fois plus élevée que la bombe atomique d’Hiroshima, ayant sonné le glas de 76% des espèces de la planète, dont les dinosaures 🦕. Leur absence a ensuite profité aux mammifères, et de fil en aiguille, l’homo sapiens est apparu pour mettre un beau bazar dans tout ça jusqu’à initier la 6ème extinction de masse…

C’est d’ailleurs un peu dingue de se dire que si à l’occasion d’une seule de ces extinctions précédentes, un seul des animaux dont nous descendons n’avait pas tenu le coup, nous ne serions tout simplement pas là, non ? On pense par exemple à l’Astrapis, ce petit poisson de la taille d’une main🐟, ancêtre de tous les futurs êtres vivants vertébrés de la planète, qui a survécu à l’extinction de l’Ordovicien.

À quoi doit-on ces extinctions de masse ? La plupart du temps, elles sont dues à des changements majeurs dans le cycle du carbone terrestre (tiens donc !), excepté pour l’extinction du Crétacé-Paléogène imputable à un énorme astéroïde. Ainsi, de grandes éruptions et volcans géants auraient projeté des quantités massives de CO2 dans l’atmosphère, causant un réchauffement planétaire, l’acidification des océans, et une perte d’oxygène dans l’eau... Comme un petit air de déjà entendu, n’est-ce pas 🙄 ?

👉 Empreinte carbone : qu’est-ce que c’est ? Comment la calculer, la réduire ?

👉 L'eutrophisation : tout savoir sur cette pollution de l'eau

La 6ème extinction de masse, d’origine humaine, a déjà commencé

La 6ème extinction de masse est en marche, et le rythme s’accélère. Contrairement aux précédentes, néanmoins, l’unique coupable de cette situation est l’Homme. Le dernier rapport du WWF est sans détour : près de 70 % des effectifs d'animaux sauvages – poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens ou reptiles - ont disparu depuis 1970. On parle bien ici d’effectif, et non d’espèces. Il s’agit d’une alerte rouge pour la planète, et pour l’humanité ⚠️. L'Amérique latine est une région des zones géographiques les plus sévèrement touchées : 94% des populations de vertébrés sauvages ont d’ores et déjà disparu dans cette région clé pour la régulation du climat et la biodiversité.

Mais si l’on prend en compte les invertébrés, comme les insectes ou les mollusques, qui constituent pourtant la grande majorité des espèces animales connues, cette 6ème extinction de masse est absolument effrayante. En fait, entre 7,5% et 13% des 2 millions d’espèces connues pourraient déjà avoir disparu depuis l’an 1500, soit de 150 000 à 260 000 espèces rayées de la carte ☠️.

Au cours du XXème siècle, plus de 237 000 populations appartenant à 515 espèces de vertébrés terrestres sont sur le point de s’éteindre, situées en grande majorité dans des régions tropicales et subtropicales, ont été éliminées. Sans notre aimable participation, il aurait fallu des milliers d’années pour observer une disparition aussi vertigineuse 👏. Et le problème, c’est qu’en matière d’écosystème, l’extinction nourrit l’extinction : lorsqu’une espèce disparaît, elle déstabilise les autres, par ricochet.

👉 6 gestes simples à adopter pour aider les abeilles

Une extinction de masse au rythme sans précédent

Déforestation, surpêche, braconnage, réchauffement climatique, pollution des océans, propagation des espèces invasives, urbanisation… L’érosion de la biodiversité constatée par les scientifiques nous conduit droit à un nouveau carnage. La disparition des espèces se poursuit à un rythme alarmant, malgré les avertissements des experts du monde entier📣.

Ce qui distingue cet épisode d’extinction de masse, qui n’en est qu’à ses balbutiements si rien n’est fait, c’est qu’elle suit un rythme sans précédent : Si pour le moment, nous sommes loin en pourcentage des 75% de disparition d’espèces peuplant notre planète, les extinctions interviennent à un rythme des centaines de fois plus rapides qu’elles ne le feraient naturellement, si on la compare à la moyenne des 10 millions d'années qui viennent de s'écouler. Sans parler des espèces encore inconnues dans les fins fonds des forêts et océans qui disparaîtront avant même que nous les découvrions. Le niveau d'une extinction massive, c’est-à-dire le seuil des 75% d’espèces rayées de la carte, pourrait ainsi être atteint d'ici 240 à 540 ans. En comparaison, les autres épisodes d’extinctions massives se sont étalés sur des milliers voire des millions d’années…

Sachant qu’il faut compter environ 7 millions d'années pour se remettre d’une extinction massive, la situation est plus qu’alarmante. Le constat est simple : la population mondiale a tellement augmenté ces dernières décennies que les ressources manquent pour subvenir à ses besoins, et rend impossible une cohabitation avec les espèces sauvages. En pillant leurs ressources, en dégradant leur habitat, en morcelant les milieux naturels, nous les fragilisons, nous les acculons, parfois jusqu’à l’extinction 🥺.


Du fait des activités humaines, le climat de la planète évolue très rapidement, et l’histoire de la Terre nous a déjà prouvé combien les changements climatiques brusques et soudains pouvaient perturber profondément les écosystèmes et les mener jusqu’au point de rupture et au chaos.  

👉 Comment prendre soin de l'environnement ?

Sauver la biodiversité pour sauver l’espèce humaine : agir et vite

Les écosystèmes de la terre souffrent, les populations animales fondent comme neige au soleil, tout comme les glaciers. Pourtant, l’être humain semble rester insensible face à ces chiffres, qui lui sont martelés depuis des dizaines d’années maintenant 🙈🙉. Notre planète est tellement fascinante : la préserver relève de notre responsabilité. Il nous revient de laisser notre fatalisme au placard. Il est vital de relâcher la pression que nous faisons peser sur l’environnement et de mettre en place des actions de préservation ambitieuses et à la hauteur du désastre annoncé 💪. Car ce que nous semblons éluder, c’est que cette 6ème extinction de masse met la survie de notre propre espèce en danger. Compte tenu de l’évolution alarmante de la situation, nous ne disposons que d’une ou deux décennies pour agir.

👉 Peut-on vraiment encore sauver la planète ?

S’il est désormais établi que la 6ème extinction de masse est en cours, le fait que nous ayons les cartes en main pour y mettre un terme l’est également. La nature est profondément résiliente🌿 : les mesures de protection, lorsqu’elles sont mises en place, sont efficaces et permettent d’inverser des tendances pourtant catastrophiques au premier abord sur une espèce ou une population donnée.

👉 Apprendre aux enfants le respect de l'animal et du vivant

À retenir :

Notre planète en a déjà vu des vertes et surtout des pas mûres : elle a traversé au cours de son histoire 5 extinctions de masse au cours desquelles une proportion très importante des espèces vivantes a littéralement été décimée. Jusqu’à 96% des espèces marines et ¾ des espèces terrestres en ce qui concerne l’extinction du PERMIEN il y a 252 millions d’années ! Autant dire qu’elle est rodée…

C’était sans compter sur l’intervention de l’Homme qui n’a de cesse de scier la branche sur laquelle il est assis. Car si ces périodes ont à chaque fois trouvé leurs origines dans des évènements et évolutions naturels s’étalant sur des milliers d’années, la 6ème extinction massive, celle qui a déjà démarré et qui évolue insidieusement à une vitesse folle, est d’origine anthropique : l’espèce humaine en est la seule responsable.

Peut-on encore l’empêcher ? Survivrons-nous à la catastrophe que nous avons nous-même provoquée ? Oui et oui A CONDITION d’agir, et vite : il ne nous resterait que deux décennies pour inverser la tendance. D’après les termes de Bruno David, naturaliste et président du Muséum national d'histoire naturelle, « Quand elle disparaît, la biodiversité ne fait pas de bruit », enjoignant l’humanité à arrêter de jouer contre son propre camp…

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild


Sources : nationalgeographic.fr, futura-sciences.com, planetanimal.com, nationalgeographic.fr, geo.fr, libération.fr, reporterre.net, lemonde.fr, save4planet.com

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Comment préparer son jardin pour le printemps ? 9 Conseils

Les jours rallongent, le soleil fait progressivement son retour, quelques bourgeons apparaissent sur les arbres… Ça sent bon le printemps, ça 😎 ! Et avec lui, comme chaque année, les affaires vont pouvoir reprendre au jardin après cette longue période d’accalmie. Vous allez bientôt pouvoir dégainer vos graines et plants, mais avant toute chose, une bonne préparation est indispensable ! Comment s’assurer un beau jardin et un potager productif pour toute la saison ? Suivez le guide !

Semaine du jardinage à l'école, tout le monde dehors !

Du 18 au 23 mars 2024, c’est la semaine du Jardinage pour les écoles 🌿 ! Cette 24ème édition intitulée « Jardiner c’est ma nature » donnera lieu, comme chaque année, à de nombreux ateliers et animations pédagogiques avec comme objectif la découverte des plantes et la sensibilisation au respect de la nature. Une initiation au jardinage qui rencontre chaque année un succès grandissant. Promouvoir une culture de la nature chez les plus jeunes est incontournable pour leur développement et leur équilibre, et c’est ce que la semaine du jardinage à l’école souhaite favoriser. Parce que tout ne s’apprend définitivement pas entre les 4 murs d’une salle de classe, à eux les grandes découvertes ! 🤗

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

L’ouverture de la pêche à la truite, c’est maintenant !

La pêche réduit le stress, entretient votre santé, travaille votre concentration, vous aide à vous ressourcer et à vous relaxer grâce à son cadre en pleine nature… C’est l’activité « slow life » par excellence 😎 ! La pêche à la truite est plus qu’un simple hobby : c’est un véritable sport d’aventure. Elle est pratiquée en eau douce, en cours d’eau rapide de haute altitude, en bord de rivière, en étang ou encore en lac. Patience, silence et persévérance seront vos meilleures armes pour la débusquer. Rencontre avec soi-même ou retrouvailles avec les copains, la pêche à la truite reprend le samedi 9 mars 2024, à vos cannes !

Réutiliser l'eau de sa douche pour alimenter les WC, bonne idée !

L’eau potable est en passe de devenir la ressource la plus précieuse de la planète, plusieurs régions du monde étant menacées de pénurie. Et pourtant, nous utilisons 140 litres d’eau par jour, dont seulement 1% pour nous abreuver. Dans ce contexte, vous souhaitez à la fois économiser de l’eau et lutter contre le gaspillage ? Saviez-vous qu’il était possible de réutiliser son eau « grise », et notamment l’eau de sa douche, pour alimenter sa chasse d’eau ? 🚽

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle