La surpêche, quand les poissons touchent le fond !

Mis à jour le par Equipe Rédaction

C’est un véritable fléau pour les océans, et la situation ne fait qu’aller de mal en pis : du fait de la surpêche, les stocks de poissons diminuent, et en réponse, les techniques de pêches se font de plus en plus dégradantes pour les fonds marins. Le poisson est excellent pour notre santé, c’est un fait, mais notre appétit pour ce dernier menace les océans, à tel point que les ressources sont aujourd’hui au bord de l’épuisement. Zoom sur l’un des plus dangereux fléaux pour les océans, la biodiversité marine, et pour la sécurité alimentaire mondiale🐟.

La surpêche, quand les poissons touchent le fond !

La surpêche : le triste état des lieux

Pas moins de 93 % des stocks de poissons sont pleinement exploités (57,3%) ou surexploités (35,4%) dans le monde 🌍. Des stocks qui tombent alors à un niveau d’abondance tellement faible que leur pêche n’est tout simplement plus rentable. Si nous continuons sur cette voie, la plupart des espèces aujourd’hui consommées dans le monde auront disparu au milieu du siècle. En fait, plus de la moitié des océans est exploitée de manière intensive… 👉 Comment protéger les océans ? À nous de jouer !

🤓 Ainsi, on parle de surpêche lorsque la hausse du nombre de captures entraîne une diminution du nombre de prises, une diminution de la taille et de l’âge moyen des prises et une diminution du nombre d’individus mâtures susceptibles de se reproduire. Le thon rouge d’Atlantique, très recherché pour sa chair onctueuse qui ravit les amateurs de sushis, en est un triste symbole, et pour cause : il n’arrive à maturité sexuelle qu’entre 4 et 9 ans, et est bien souvent pêché avant d’y parvenir.

👉 Réduire sa consommation de viande, oui mais par quels aliments la remplacer ?

Une illusion de l’abondance qui persiste : les ravages de la surpêche

Non, les océans ne sont pas d’une abondance sans fin : comme toutes les ressources naturelles de la planète, des prélèvements trop importants mettent en péril les populations de nombreuses espèces marines. Au passage, de nombreux autres animaux marins qui ne sont pas initialement pris pour cible périssent, pris au piège dans les filets. Les pratiques de plus en plus intensives favorisent ainsi la capture accidentelle d’autres espèces, telles que les dauphins, requins, ou encore les raies 🎣.

🐠 D’après les chercheurs de l’Ifremer, seuls 56% des stocks de poissons pêchés et consommés en France sont exploités durablement, n’empêchant pas une reproduction satisfaisante et un renouvellement de la population étudiée. C’est infiniment mieux qu’il y a 20 ans, où cette proportion n’était que de 15%, mais ce n’est pas foufou pour autant. Dans les ports européens, 50 espèces seulement représentent 95% des prises, 10% des espèces sont considérées comme effondrées et la quasi-totalité des stocks de Méditerranée est surpêchée. De même, la pêche illégale représente 20% des captures.

👉 Les gestes à adopter pour protéger le littoral

Plus les populations diminuent, plus les méthodes de pêche sont destructrices

Afin de maintenir un niveau de prises de nature à satisfaire la demande mondiale, le nombre et la puissance des navires de pêche n’ont de cesse d’augmenter 🚢. Navires plus grands, techniques plus invasives, plus profondes, plus reculées… Nous vidons, petit à petit, les mers, et flirtons de plus en plus dangereusement avec la pénurie. Des chaluts géants, véritables usines flottantes, mettent en péril l’équilibre de ces précieux écosystèmes.

Alors qu’il y a encore quelques dizaines années, il suffisait d’encercler un banc de poisson au moyen d’une senne coulissant – un filet de poisson déroulé en surface pour capturer ces derniers – pour bénéficier d’une pêche facile et abondante, les choses ont changé et les pêcheurs doivent se montrer plus incisifs, faute de proies en nombre suffisant. Désormais, c’est à bord de véritables navires de guerre que les professionnels se lancent à l’assaut de la mer, équipés de sonars permettant de localiser les bancs de poissons, et de moteurs puissants. Les filets de pêche récents peuvent à présent se dérouler sur des kilomètres 😱.

Certains braquent sur l’eau une de lampe extrêmement puissante qui diffuse une lumière attirant les poissons. 💥 D’autres utilisent la pêche à l’explosif, une véritable horreur. Les chaluts de fond, de leur côté, tractent de vastes filets ratissant les fonds marins, et décimant tout sur son passage, sans aucune sélection.🪝Les palangres sont des dispositifs munis de milliers d’hameçons, qui s’étendent sur des dizaines de kilomètres.

⚡La pêche électrique, également, interdite dans l’UE depuis 2021 au même titre que le chalutage profond, est assez terrifiante : il s’agit d’équiper les filets des chaluts d’électrodes, qui envoient des décharges électriques attirant les poissons sous l’effet du champ magnétique, qui sont paralysés avant de remonter à la surface, couverts de brûlures et d’ecchymoses. Les pêcheurs ne savent plus quoi inventer pour ratisser chaque mètre carré des océans afin de remonter à la surface leur précieux butin.

👉 Le 7ème continent de plastique, qu'est-ce que c'est ? Quel danger ?

La pêche, enjeu majeur de sécurité alimentaire et précieux moyen de subsistance

Pourtant, la pêche est un grand enjeu de sécurité alimentaire mondiale. Une surpêche qui prive, accessoirement, de nombreux pays en développement d’un précieux moyen de subsistance, comme c’est le cas du Sénégal. Or, le poisson est la principale source de protéines et de revenu pour plus de 800 millions de personnes sur la planète. La vraie question, c'est : combien d'humains la terre peut-elle supporter ?

L’équilibre des écosystèmes marins en péril

Mais au-delà de ça, il faut voir le problème comme un effet domino géant : Si les populations de poissons prédateurs sont victimes de surpêche, le haut de la pyramide alimentaire est perturbé, et les proies herbivores pullulent, ce qui menace le plancton, consommé massivement, ce même plancton qui permet la captation du CO2. Oui, le plancton, à qui nous devons 70% de l’oxygène présent dans l’atmosphère 😱.

👉 Acidification des océans : un problème majeur, explications

Des poissons de plus en plus contaminés au mercure

Mais un second impact, moins connu mais tout aussi préoccupants, des effets combinés à la fois de la surpêche et du réchauffement climatique, c’est l’augmentation de l’accumulation de contaminants neurotoxiques comme le mercure chez les espèces marines, et notamment le poisson que nous consommons 😲. Un véritable problème de santé publique qui se profile. En effet, en cas de surpêche sur une espèce donnée, les flottes de pêcheurs se rabattent souvent sur la base de la chaîne alimentaire, ce qui perturbe la composition du réseau alimentaire d’autres espèces, et favorise le transfert de contaminants comme le mercure jusqu’aux prédateurs supérieurs, qui se rabattent, à leur tour, sur des proies différentes, plus petites ou en plus grand nombre. Et ces prédateurs sont bien souvent ceux sur lesquels nous jetons notre dévolu 🍽️…

Pourquoi l’aquaculture n’est pas la solution

L’aquaculture, pratique particulièrement répandue en Asie, tente de prendre le relais, et alimente à près de 50% les étals des poissonniers. Chine, Indonésie, Inde, Bangladesh, Vietnam… Ils approvisionnent le monde entier 🌍. Le problème, c’est que ces poissons d’élevages sont nourris… à base de poissons sauvages 🙃. Si, si… Des poissons transformés en farine, à destination des élevages. Pourtant, l’utilisation de farine d’insectes pourrait représenter une excellente alternative.

Par ailleurs, l’intensification de l’aquaculture a des effets négatifs sur l’environnement, et participe à une importante pollution des eaux (rejet de déchets, de produits chimiques, de médicaments…). Les maladies et parasites dévastent ces populations de poisson, menaçant de contaminer les espèces sauvages. Le développement de ces élevages participe également à détruire des écosystèmes entiers, parmi les plus précieux de la planète, comme c’est le cas de la mangrove.

Réguler pour une pêche durable

Il existe un principe de liberté de la mer qui domine une grande partie des océans. À l’origine, on considérait les ressources halieutiques comme inépuisables. Si certaines réglementations ont émergé concernant les Zones Economiques Exclusives (ZEE) qui appartiennent aux Etats côtiers et s’étendent jusqu’à 200 miles marins (370km) des côtes, les eaux sont internationales ou de haute mer sont encore une zone de non droit où presque tout est permis, à l’exception de quelques pratiques interdites. Même s’il existe une Politique Commune de la Pêche (PCP) européenne, cette dernière se contente de fixer des quotas de capture bien supérieurs aux préconisations scientifiques, tout en accordant des subventions pour la modernisation de la flotte💰.

Pourtant, les océans sont résilients. Il suffirait de laisser la population reproductrice se reconstituer pour rétablir les stocks, ce qui relancerait le secteur de la pêche. De nombreuses expériences ont démontré qu’avec des pratiques de pêches raisonnées, tout le monde y gagne, et les populations pourraient connaître des augmentations substantielles, mais il faudrait pour cela une véritable volonté politique en la matière.

Par exemple, l’interdiction dans les pays de l’UE de la pêche au-delà de 800 mètres de fond en vigueur depuis 2016 a eu un impact très positif sur la biodiversité marine. Réguler la pêche est un pari gagnant à long terme. Si par exemple, on réduit les prises de capelan, la morue, qui est son prédateur direct, verra son stock augmenter, une bonne nouvelle pour les pêcheurs, dans la mesure où justement, la valeur marchande de la morue est supérieure à celle du capelan.

👉 Les océans plus chauds que jamais, un signal clair ...

À retenir

Réchauffement climatique, pollution plastique, surpêche… Les grandes menaces qui planent sur les océans sont de plus en plus préoccupantes dans un monde qui consomme de plus en plus de poisson. Et avec nos quelque 8 milliards de bouches à nourrir, il en faut du poisson ! C’est pourquoi la demande ne fait qu’augmenter, tandis que les ressources hyaluroniques, surexploitées, ne cessent de décliner. À l’aide de techniques de plus en plus destructrices pour les fonds marins et pour la biodiversité, nous n’avons de cesse de piler toujours plus de poisson dans des océans qui ne parviennent plus à renouveler leurs stocks : à ce rythme, de nombreuses espèces pourraient disparaître. Une régulation de la pêche semble donc incontournable pour préserver la biodiversité marine est les ressources alimentaires des générations futures.


Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild


Sources : geo.fr, theconversation.com, sciencesetavenir.fr, lesechos.fr, wwf.fr

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Un mode vie durable, c'est quoi au juste ?

Les experts sont formels, et ne cessent de tirer la sonnette d’alarme : notre mode de vie et de consommation impacte à ce point l’environnement, les écosystèmes et la biodiversité qu’il est insoutenable sur le long terme pour la planète. En d’autres termes il faudra immanquablement en changer, et dans ce domaine, le plus tôt sera le mieux : tout l’enjeu est de ne pas atteindre le point de bascule au-delà duquel la résilience des écosystèmes sera compromise au point d’en risquer l’effondrement 😱. De ce fait, l’adoption d’un mode de vie durable n’est pas seulement une recommandation, mais devient une nécessité. De quoi s’agit-il exactement ? Sur quels leviers pouvons-nous agir, à notre niveau dès aujourd’hui 🤔 ?

Les Jeux Olympiques de Paris seront écolos, vraiment ?

Réduction de moitié des émissions de CO2 liées à l’organisation des jeux, utilisation exclusive d’énergie renouvelable et quasi exclusive d’infrastructures déjà existantes ou temporaires, restauration bas carbone… Les engagements de Paris 2024 en matière d’environnement sont ambitieux. Mais la promesse de Jeux écologiques est-elle crédible ? N’existe-t-il pas une incompatibilité de fait entre l’organisation d’un tel évènement et la lutte contre le changement climatique ? Faut-il crier au greenwashing 🤔?

Qui pollue le plus, l'avion ou le bateau ? The winner is...

On entend très souvent de nombreux griefs contre le trafic aérien dans la lutte contre le réchauffement climatique, désignés comme LE moyen de transport à éviter absolument pour limiter nos émissions. C’est oublier que le transport maritime n’a rien de bien plus reluisant, et engendrerait une pollution parfois dénoncée comme étant en réalité plus importante que celle de l’aérien. Or, d’après l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le transport maritime représente plus de 80 % des volumes transportés et 90 % des échanges intercontinentaux de marchandises. Tous les moyens de transport polluent, c’est un fait, mais dans quelle mesure ? Qui, de l’avion ou du bateau, remporte la palme du moyen de transport le plus polluant 🤔?

Comment préparer son jardin pour le printemps ? 9 Conseils

Les jours rallongent, le soleil fait progressivement son retour, quelques bourgeons apparaissent sur les arbres… Ça sent bon le printemps, ça 😎 ! Et avec lui, comme chaque année, les affaires vont pouvoir reprendre au jardin après cette longue période d’accalmie. Vous allez bientôt pouvoir dégainer vos graines et plants, mais avant toute chose, une bonne préparation est indispensable ! Comment s’assurer un beau jardin et un potager productif pour toute la saison ? Suivez le guide !

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle