L'eutrophisation : tout savoir sur cette pollution de l'eau

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Dans la catégorie « pollution des écosystèmes », on vous présente l’eutrophisation ! Un terme barbare qui désigne un syndrome de mauvaise qualité des eaux douces ou marines caractérisé par la prolifération de végétaux aquatiques, en raison d’apports excessifs en phosphore et en azote… Ce terme est en effet tiré du grec « eutrophos », qui signifie « bien nourri », ou « nourrissant » : ces algues reçoivent trop d’apports et se développent de manière anormale et excessive, ce qui n’est pas sans poser problème pour la biodiversité environnante… Quelles sont les causes de l’eutrophisation ? En quoi est-ce néfaste ? Le point sur cette réaction en chaîne dévastatrice 👇

L'eutrophisation : tout savoir sur cette pollution de l'eau

C’est quoi, l’eutrophisation ?

Nos sociétés humaines se sont bien souvent établies en bordure d’eau, de lacs ou le long du littoral : l’eau est en effet essentielle à leur développement. La contrepartie, c’est que bien souvent, elle est le réceptacle, volontairement ou non, de nombreuses substances et déchets liés aux activités humaines, dépassant les capacités d’épuration naturelle 🌍. Chacun a pu observer un jour sans vraiment le savoir ce phénomène qui se manifeste par une apparition de marée verte au printemps, que ce soit dans un lac, une rivière ou même sur le littoral marin, comme c’est parfois le cas en Bretagne. Ce syndrome saisonnier ne passe en effet pas inaperçu et témoigne d’une altération des eaux et d’une modification des équilibres biologiques de l’écosystème considéré.

Une réaction en chaîne dévastatrice

Un déséquilibre écologique se crée en effet en raison d’apports trop importants en phosphore, et notamment en phosphate (PO43-), et en azote ou en nitrate (NO3-) 🤓. Ces apports sont excessifs, et causent une véritable explosion du développement des végétaux, qui s’accumulent localement et sont source de nombreux désagréments. Le mécanisme n’est pas bien difficile à comprendre :

  • pour se développer, les végétaux aquatiques ont notamment besoin de lumière, d’une température adéquate et d’un apport en azote et en phosphore. C’est pourquoi, par exemple, leur développement est limité entre l’automne et le printemps : ils ne reçoivent alors pas suffisamment de lumière et les températures sont trop basses. À l’inverse, la teneur de l’eau en azote et en phosphore est en principe très limitée à la belle saison, ce qui est censé canaliser leur expansion.
  • Seulement voilà, les activités humaines sont venues mettre leur grain de sel là-dedans 😒: de nombreux rejets d’origine agricole, domestique ou industrielle viennent libérer d’importantes quantités d’azote et de phosphore dans ces milieux naturels, faisant parfois exploser leur concentration que ce soit en eau douce ou dans les mers et océans, généralement par l’intermédiaire des cours d’eau qui s’y déversent. 👉 Comment protéger les océans ? À nous de jouer !
  • Les eaux deviennent hyperfertilisées par le déversement de ces détergents et engrais 💪.
  • La végétation prospère alors, et ne rencontre plus aucune limite dans son développement, boostée par ailleurs par un ensoleillement et des températures idéales, parfois jusqu’à saturation. Une bonne nouvelle pour les algues, une mauvaise pour la biodiversité 👎!
❓ Quelles sont ces algues folles qui posent problème ? 
Ce sont bien souvent les macro-algues vertes telles que les Ulves et les Entéromorphes, mais également des microalgues comme le phytoplancton.

L’anoxie du milieu, fatale pour la biodiversité

Parmi les conséquences de ce déséquilibre, on trouvera en tête de gondole un appauvrissement très conséquent de la biodiversité. Car cette végétation hors de contrôle permet le développement de nombreuses bactéries dites aérobies (c’est-à-dire gourmandes en oxygène), en raison de l’abondance des matières organiques liée à sa décomposition. Les couches profondes de l’eau s’appauvrissant en oxygène, plus encore en présence d’eau captive ou stagnante, comme les mares, étangs, lacs ou marais.

L’oxygène ayant disparu, ce sont les bactéries anaérobies, qui elles n’ont pas besoin d’oxygène, qui prennent le relais. Ne parvenant pas à consommer toute cette matière organique, qui s’accumule, un mécanisme de fermentation se déclenche, provoquant des dégagements gazeux de méthane ou de sulfure d’hydrogène.

L’eutrophisation cause ainsi la disparition de nombreuses autres espèces végétales, privées de lumière interceptée en surface, et animales, victimes d’un manque de dioxygène et des fonds saturés en dépôts végétaux. C’est ce qu’on appelle l’anoxie du milieu, c’est-à-dire la privation d’oxygène, fatale pour la plupart des espèces 😟.

👉 Le cycle du carbone : un élément essentiel à toute forme de vie

Les activités humaines montrées du doigt

Bien que ce déséquilibre puisse parfois avoir une origine naturelle, il est le plus souvent causé par les activités humaines. Si les phosphates sont désormais interdits dans les lessives depuis le 1er juillet 2007 en France, et sont restreints dans toute l’UE depuis le 10 février 2012, cela ne suffit pas à enrayer le phénomène, du fait de l’utilisation massive des détergents et engrais. 👉 Comment faire sa lessive maison soi-même ?

🚜 L’agriculture, notamment, porte une forte responsabilité en ce qui concerne l’azote : même en l’absence de rejet volontaire dans les milieux naturels, les engrais, fumiers ou lisiers sont dispersés en trop grande quantité sur les cultures et ne sont pas intégralement absorbés. L’excédent, entraîné par les précipitations et les eaux de ruissellement, rejoint les cours d’eau, puis les mers. Mais cela passe également par les rejets d’eaux usées et boues d’épuration, le phénomène étant accentué par la déforestation et les incendies de forêt qui favorisent le ruissellement et l’érosion. Le réchauffement climatique passe également par-là, et vient l’amplifier encore un peu.

👉 Engrais naturels : 9 idées à faire soi-même

Des stocks qui s’accumulent dans les milieux naturels

Mais même en cas d’action locale visant à limiter plusieurs années de suite les rejets en phosphore dans les cours d’eau, les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous. La raison est simple : une partie du phosphore est captée par les sédiments marins et le lit des rivières, et est susceptible de maintenir une forte concentration pendant bien longtemps 😯. Même en cas de mesures fortes pour limiter leur rejet, les stocks importants de phosphore et d’azote s’étant accumulé dans les milieux – sols, eaux souterraines et sédiments - entretiendront encore bien longtemps ce fléau…

À retenir :

L’eutrophisation désigne un syndrome de pollution des écosystèmes aquatiques, caractérisée par une prolifération complètement folle des végétaux aquatiques. En cause ? Un apport excessif en phosphore et en azote, bien souvent du fait des activités humaines… La modification des équilibres biologiques est telle qu’elle peut mener jusqu’à l’anoxie du milieu, c’est-à-dire la privation d’oxygène. La destruction de cet écosystème entraîne immanquablement la disparition de la plupart des espèces qui y vivent. Il faut savoir que le lac Léman était victime de cette pollution avant que le gouvernement n’interdise l’usage des phosphates dans les lessives dans les années 80. Agriculture raisonnée ? Dénitrification et déphosphatation des eaux usées ? À quand des mesures efficaces pour épargner nos cours d’eau et leur précieuse biodiversité ?

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild


Sources : planet-vie.ens.fr, geo.fr, inrae.fr, youmatter.word, cnrs.fr

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Marche nordique, qu'est-ce que c'est ? Comment s'y mettre ?

La marche nordique ou Nordic Walking, ou encore Sauvakävely, était pratiquée à l’origine en Finlande par les skieurs de fond comme entraînement pendant la belle saison, et a progressivement acquis ses propres lettres de noblesse jusqu’à devenir une discipline à part entière. Le marcheur nordique se considère comme un quadrupède, qui passe de deux à quatre appuis au sol à l’aide de bâtons. Cette marche dynamique fait de plus en plus d’adeptes en raison de ses nombreux bienfaits. Décryptage 👇

Démarche ZAN, le programme pour réduire l'extension des villes

L’artificialisation des sols est l’une des premières causes du réchauffement climatique et de l’érosion massive et sans précédent de la biodiversité. En moyenne, en France, entre 20 000 et 30 000 hectares d’espaces naturels, agricoles et forestiers sont consommés chaque année. C’est pourquoi le Plan Biodiversité avait instauré en 2018 l’objectif ZAN - Zéro Artificialisation Nette - dans le but de protéger ces zones en repensant l'aménagement urbain. L’idée, c’est d’atteindre en 2050 l’absence de toute artificialisation nette des sols, avec un premier objectif intermédiaire de réduction de moitié du rythme de la consommation d’espaces d’ici 2030. Le point sur un challenge ambitieux 👇

Comment préparer mon jardin au retour du grand froid ?

Si les premiers flocons de neige ❄️ sont un spectacle qui fait toujours plaisir à voir, votre coin de verdure pourrait pourtant ne pas se remettre de l’arrivée des premiers frimas. Pour être sûr de le retrouver tout aussi beau qu’avant au prochain printemps, quelques arrangements sont nécessaires. Comment préparer votre jardin au retour du grand froid ? On vous partage toutes nos astuces ! 🌳

Et si on offrait de la seconde main cette année à Noël ?

Écologique, économique, l’idée d’offrir des présents d’occasion à Noël a de quoi séduire… Durant cette période où la surconsommation est reine et dénature l’esprit même de la Nativité, cette pratique propose une alternative très intéressante pour des fêtes de fin d’année plus vertes et éthiques. Pourtant, les réticences font encore obstacle, dans certains esprits, à sa généralisation. Un tabou qui cède peu à peu du fait de la conjoncture économique et écologique de ces dernières années. Parce que prendre soin de ses proches et de la planète est parfaitement compatible, osez la seconde main sous le sapin ! 🎄

Journée mondiale du climat, à vos agendas !

Y’a plus d' saison, ma p’tite dame ! Et chaque année, le 8 décembre, c’est la Journée mondiale du climat, instaurée à l’initiative de plusieurs ONG, avec un objectif : faire prendre conscience au plus grand nombre de l’importance des changements climatiques, qui nous impactent, chaque année, encore un peu plus. Le réchauffement climatique est désormais un sujet qui fait parler de lui quasiment constamment dans les médias, bien souvent pour alerter encore et toujours sur l’urgence climatique, et de temps en temps pour relayer les mesurettes dérisoires prises par les instances gouvernementales ou internationales. Parce que nous n’avons qu’une seule terre #UneSeuleTerre, c’est l’occasion ou jamais de réfléchir et surtout d’agir en faveur du climat.

Sapin en plastique ou naturel ? Comment choisir ?

La sapin, c’est le symbole de Noël. Avec ses guirlandes et ses boules, il est dans tous nos souvenirs de fêtes de fin d’année 🎄. Et pour beaucoup d’entre nous, il est impensable de mettre les cadeaux ailleurs qu’à son pied. Mais un dilemme se pose au moment de l’acheter. Sapin en plastique ou naturel : comment choisir entre ces deux options ?

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle