Pollution marine, la comprendre pour bien agir

Mis à jour le par Equipe Rédaction

8 millions de tonnes de déchets finiraient dans les océans chaque année, et 730 tonnes sont déversées en Méditerranée chaque jour, mer la plus polluée au Monde… Les océans représentent plus de 70% de la planète bleue, et sont le vaste déversoir d’une pollution d’origine humaine multifactorielle, qui dégrade d’année en année ce précieux habitat aquatique 🌍. Longtemps, on a pensé que leur profondeur leur permettait de diluer toutes sortes de substances jusqu’à les rendre inoffensives. On sait désormais que c’est entièrement faux. Aujourd’hui, les écosystèmes sont au bord de l’effondrement du fait de cette terrible erreur d’appréciation, et des nombreuses sources de pollution qui ne tarissent pas.

Pollution marine, la comprendre pour bien agir
Sommaire :

Les Océans : la poubelle de la planète

L’Homme semble considérer les océans comme un immense dépotoir planétaire. La pollution marine désigne tous les produits créés par l’Homme qui pénètrent, à terme, dans l’océan. C’est notamment l’introduction de matières toxiques et de polluants d’origine humaine dans les eaux océaniques : produits chimiques, hydrocarbures, déchets agricoles, industriels, et tant d’autres…

Si désormais, il est interdit de répandre, saufs quelques rares exceptions, tout déchet et matériau dans les océans, saviez-vous qu’avant 1972, il était courant d’y déverser délibérément des déchets en tout genre - chimiques, radioactifs, métaux lourds, ou des boues d’épuration - en totale impunité. Ce faisant, nous les avons introduits la même occasion dans notre propre chaîne alimentaire 🍽️…

Même aujourd’hui, de nombreux déversements accidentels interviennent. Les accidents en stations pétrolières, ou lors du transport du pétrole, notamment, sont particulièrement destructeurs, polluant les fonds marins pendant des décennies. De même, par l’effet du ruissellement, c’est-à-dire lorsqu’un excès d’eau dû à de fortes pluies ou à des inondations ne s’infiltre pas dans le sol mais rejoint les cours d’eau, de nombreux résidus, déchets et particules nocifs finissent dans les océans 🌊. 👉 Comment protéger les océans ? À nous de jouer !

De quoi sont composés les déchets marins

Pour mieux lutter, connaître la nature et l’origine de cette pollution est essentiel 🤓 :

  • Les déchets retrouvés en mer proviennent à 27 % de la pêche et de l'aquaculture, notamment en raison des « engins fantômes », c’est-à-dire engins de pêche perdus ou abandonnés en mer 🎣 ⛵.
  • 49 % des déchets jonchant les océans sont imputables au plastique à usage unique, et 6% des autres plastiques.
  • 18% sont des déchets autres que plastique.

Dans le top 10 des déchets en plastique à usage unique retrouvés en mer, on retrouve 🏆 :

  • Les bouteilles, bouchons et couvercles ;
  • Filtres de cigarette 🚬 ;
  • Cotons-tiges ;
  • Paquet de chips ou papier d’emballage de bonbons ;
  • Serviettes hygiéniques et tampons ;
  • Sacs en plastique ;
  • Couverts, pailles ;
  • Gobelets et couvercles 🥤;
  • Ballons et tiges à ballons 🎈;
  • Contenants pour nourriture, dont emballages de restauration rapide.
C’est là qu’on comprend tout l’intérêt de s’engager dans une démarche zéro déchets :


La pollution plastique : quand consommation de masse rime avec pollution de masse

La pollution plastique est un véritable fléau pour les océans. Chaque année, entre 4,8 et 12,7 millions de tonnes de plastique terminent dans les océans. On y trouve aujourd’hui 150 millions de tonnes. On estime que d’ici 2050, les océans pourraient contenir plus de plastique que de poissons 😱…

Elle s’y insinue généralement par l’effet du ruissellement, acheminée en mer par le vent et les cours d’eau, ou plus rarement délibérément. Le septième continent de plastique dans l’océan Pacifique, entre le Japon et la Californie, cet amas flottant de plus de 3,5 millions de km² (6 fois le territoire français !) composé d’innombrables débris plastiques, en témoigne tristement. Le grand coupable : le plastique à usage unique 😠.

👉 Moins c'est mieux, et si on se mettait au minimalisme ?

Ces déchets sont consommés accidentellement par de nombreux animaux marins, et sèment la désolation sur leur passage, comme les tortues qui ingèrent des sacs en plastique qu’elles confondent avec des méduses. Les animaux consomment les petits fragments de plastique, les prenant pour de la nourriture, et de nombreux mammifères marins sont retrouvés échoués avec l’estomac rempli de plastique 🐬. D’autres se blessent, s’enchevêtrent, comme les poissons ou les oiseaux. Des morceaux peuvent rester coincés dans leur gorge ou leur système digestif, jusqu’à les empêcher de se nourrir ou de respirer. En fait, c’est l’ensemble de la vie marine qui est exposée à des risques graves de toxicité, de famine ou de suffocation du fait de ce raz-de-marée de déchets plastiques.

Par ailleurs, ces déchets ne se dégradent jamais complètement : ils se désagrègent progressivement, jusqu’à se transformer en microplastique, des microparticules qui envahissent insidieusement les moindres recoins de notre planète (y compris le sang ou le placenta humain 😱 !). Car oui, nous consommons des microplastiques, qui ont intégré notre chaîne alimentaire : pour 300 grammes de chair de moule, il faut compter en moyenne 300 microparticules de plastique. Ces microplastiques proviennent également de l’usure des pneus de voiture, des particules contenues dans les cosmétiques, ou du lavage de textiles synthétiques et polaires en machine, qui rejoignent l’océan par les eaux usées. On estime qu’aujourd’hui, les déchets plastiques visibles en surface ne représentent qu’1% du plastique en mer…

Même si les nouvelles législations interdisent progressivement le plastique à usage unique, il y a énormément de chemin à faire pour endiguer ce phénomène.

👉 Opération plage propre : 5 gestes pour la préserver

La pêche fantôme

Un filet de pêche abandonné ou perdu va continuer de piéger pendant des années poissons, tortues ou mammifères marins 🦈 : c’est ce qu’on appelle la « pêche fantôme ». En mer Baltique, 10 000 filets seraient ainsi abandonnés chaque année, condamnant des milliers d’animaux à mourir dans de terribles souffrances. Ils représentent à eux seuls environ 640 000 tonnes de déchets

La pollution chimique, ou comment l’Homme contamine sa propre chaîne alimentaire

Des contaminants nocifs, polluants d’origine humaine, tels que pesticides, herbicides, eaux usées ou composés chimiques industriels, sont introduits volontairement ou accidentellement dans les profondeurs marines, souvent déversés bien en amont, dans les cours d’eau.

Nos eaux usées sont rejetées à 80% sans traitement préalable, des chiffres qui font réfléchir ! Détergents, phosphates, métaux lourds, rejets industriels… Un cocktail mortel pour la faune et la flore marine ☠️.

👉 7 produits de nettoyage naturels à toujours avoir à la maison

Par exemple, les engrais utilisés sur les terres agricoles favorisent la multiplication massive d’algues en mer, en raison d’un phénomène de surfertilisation, privant l’eau d’oxygène. Le résultat est sans appel : des zones entières sont mortes, inhospitalières au développement de la vie des organismes marins, qui y suffoquent. Un phénomène courant dans le Golfe du Mexique ou de la mer Baltique.

Les poissons que nous consommons sont contaminés au mercure, qui s’attaque au cerveau et au système hormonal 🐟. La pollution pétrolière continue ses ravages, avec encore aujourd’hui 6 millions de tonnes de produits pétroliers déversés. L’exploitation minière, de son côté, libère du cobalt, du zinc, de l’argent, de l’or et du cuivre dans les eaux marines, des dépôts qui nuisent aux écosystèmes marins.

La faune marine est également affectée par certains composants chimiques ou produits pharmaceutiques drainés dans les océans, qui s’accumulent dans leur sang, puis dans le nôtre 💊… Nous savons également que certains composants contenus dans les crèmes solaires que nous utilisons sont toxiques et dégradent de manière très préoccupante les récifs coralliens, ces jardins d’Eden de la biodiversité marine dont la disparition entraînerait des conséquences catastrophiques.

👉 L'impact de nos crèmes solaires sur l'environnement

La pollution sonore perturbe les moyens de communication de la faune marine

Les sons forts et persistants provenant des bateaux, sonars ou plates-formes pétrolières polluent les sons naturels de l’environnement naturel. Ces ondes peuvent se propager sur plusieurs kilomètres. Les baleines et les dauphins s’en trouvent fragilisés, et voient leurs moyens de communication non visuels perturbés 🐳. Les schémas de migration, de chasse et de reproduction en pâtissent immanquablement.

👉 Plogging, courir pour votre santé et la nature !

L’impact de la pollution lumineuse sur le rythme circadien des poissons de récifs

On le sait désormais : la pollution lumineuse affecte aussi des organismes marins. La lumière artificielle pénètre sous l’eau, et perturbe les repaires des poissons de récifs peu profonds non loin des environnements urbains. Leur rythme circadien est désynchronisé, de même que leur reproduction, leur alimentation ou encore leur migration. Ils sont plus vulnérables aux prédateurs.

Des conséquences dévastatrices

7 déchets sur 10 introduits dans les océans finissent par couler, formant un tapis qui participe à l’asphyxie des fonds marins. Un million d’oiseaux et 100 000 mammifères marins sont tués par les déchets marins chaque année 😔. Cette pollution est source d’un recul très inquiétant de la biodiversité marine, tandis que l’océan constitue une ressource inestimable et irremplaçable pour notre survie, hébergeant à lui seul plusieurs dizaines de milliers d’espèces, nous fournissant en oxygène et participant à réguler le climat.

👉 Pourquoi parle-t-on de la sixième extinction ?

La pollution des océans menace à elle seule et directement 693 espèces marines, provoquant notamment :

  • Un effondrement de la biodiversité ;
  • L’eutrophisation des milieux marins, c’est-à-dire son appauvrissement en oxygène créant environ 500 zones mortes d’une surface totale de 245 000 km² ;
  • Le développement de la plastisphère, ces micro-organismes qui se développent sur le plastique à la dérive ;
  • L’acidification des eaux, en raison de l’augmentation des niveaux de CO2 dans l’atmosphère, ce qui affecte les récifs coralliens de toute la planète ;
  • Une perte de subsistance pour les populations qui dépendent de la mer pour leur survie.
À retenir :

La pollution marine est particulièrement préoccupante et multifactorielle. Si nous avons longtemps pensé que la profondeur des Océans permettrait de diluer toutes sortes de substances toxiques, on sait aujourd’hui qu’il n’en est rien et que cela contamine sévèrement et durablement les écosystèmes, impactant durement la biodiversité marine. Si la plupart des déchets retrouvés en mer sont composés de plastique, bien souvent à usage unique, la pollution chimique continue insidieusement ses ravages, de même que les filets et produits de pêches abandonnés en mer. L’effondrement de la biodiversité engendré aura tôt ou tard de lourdes conséquences sur nos existences, compte tenu des services inestimables que l’Océan nous procure.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : nationalgeographic.fr, europa.eu, oceancampus.eu, wwf, conservation-nature.fr, unep.org


Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Comment retrouver son chemin en forêt ? 5 conseils efficaces

Quelques minutes suffisent. Pris dans l’automatisme de la marche, vous vous perdez dans vos pensées. Et quand vous refaites surface, vous vous rendez compte que vous n’êtes plus sur le bon chemin. 😱 Mais depuis combien de temps exactement ? Un quart d’heure ou plutôt une demi-heure ? Vous regardez autour de vous et ne voyez aucune trace de la piste. Seulement des arbres et encore des arbres. Si la situation peut paraître angoissante, il ne faut surtout pas paniquer. Application mobile ou indications de la nature : voici comment retrouver son chemin en forêt. 🌲

Sylvothérapie : se reconnecter à soi au contact des arbres

Les bienfaits de la nature sur notre santé physique et psychologique ne sont plus à prouver : de très nombreuses études scientifiques sont venues le confirmer. C’est sur cette vague que surfe la sylvothérapie, qui vous invite à atteindre un profond état de relaxation et de méditation au contact des arbres. Rien de tel pour réduire stress et tensions nerveuses, paraît-il. Sceptique ? Et si vous preniez un petit bain de forêt ?

5 bonnes raisons de faire un gros câlin aux arbres !

Non, nous n’allons pas essayer de vous convaincre de vous déguiser en fougère pour communier avec la nature, mais pas loin ! La sylvothérapie, vous connaissez 🌳 ? Cette discipline, qui nous vient tout droit du Japon, nous invite à se soigner au contact des arbres, en prenant pour ainsi dire un bain de forêt. Une pratique qui aurait des bienfaits insoupçonnés sur le corps et l’esprit… On a mené l’enquête pour vous : découvrez les 5 raisons de faire un câlin aux arbres !

Le chevreuil, cette merveille de la nature

Le chevreuil, du latin capreolus, est un ruminant herbivore de la famille des Cervidés. C’est en fait le plus petit d’entre eux en Europe ! Cet animal qui peuple nos forêts subjugue par sa grâce et par sa beauté. Craintif et fuyant, il peut se laisser surprendre furtivement au détour d’un sentier, et croiser son chemin est toujours un privilège. Présentation d’un magnifique représentant de notre majestueuse et riche faune sauvage 👇

Des psoques à la maison, signe d'humidité, comment s'en débarrasser ?

Dans la catégorie « petites bêtes que l’on aimerait bien éviter à la maison », on vous présente les psoques ! Ces petits insectes de quelques millimètres seulement peuvent se dissimuler un peu partout dans les habitations : dans les moulures, derrière les plinthes, sous les planchers, derrière les cloisons, les tuyaux, les gaines, ... Ils avancent à bas bruit, et lorsqu’ils deviennent visibles, ils témoignent d’une invasion déjà bien avancée. Véritables indicateurs d’humidité, en venir à bout n’est pourtant pas si compliqué. Mode d’emploi pour une maison plus saine à tout point de vue ! 👇

4 conseils pour être un peu plus écolo à la maison

Dans la vie de tous les jours, on doit parfois mettre de côté ses aspirations à plus d’écoresponsabilité. Mais face à la frénésie du monde extérieur, le chez-soi est un vrai refuge. « Chacun est maître en sa maison » comme le dit le proverbe. Une fois votre porte d’entrée fermée, il ne tient qu’à vous de transformer votre logement en ode à la vie green ! 😊 Si vous vous demandez par où commencer, voici nos 4 conseils pour être plus écologique à la maison.

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle