Aspirer le CO2 pour lutter contre le réchauffement climatique : le plan des Etats-Unis

Mis à jour le par Equipe Rédaction

La captation directe du carbone dans l'air comme un remède contre le réchauffement climatique avait longtemps été balayée d’un revers de la main par les experts, jugée risquée et peu efficace. Mais voilà qu’elle fait son grand retour aujourd’hui et apparaît comme une option sérieuse pour limiter nos émissions. Car si l’on veut avoir le moindre espoir d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, il va falloir cravacher, et pas qu’un peu. Et les Etats Unis comptent bien se placer en tête du marché balbutiant du marché du captage de CO2, en se lançant dans l’installation de deux gigantesques usines dans les années à venir. La lumière sur ce projet d’envergure 👇

Aspirer le CO2 pour lutter contre le réchauffement climatique : le plan des Etats-Unis

Le captage de CO2, un complément prometteur pour éliminer plus de CO2

Décrite par les experts du GIEC dans leur 6e rapport d’évaluation comme une des pistes à explorer pour limiter le dérèglement climatique, la solution semble simple, du moins sur le papier : selon eux, entre 5 et 16 milliards de tonnes de CO2 éliminés (dans des réservoirs tels que la végétation, les sols, les formations géologiques ou l’océan) seront nécessaires chaque année sur la seconde moitié du siècle, alors qu’actuellement, seulement 2 millions de tonnes le sont réellement 🤔. 👉 Ce qu'il faut retenir du dernier rapport du GIEC

Les techniques d’élimination de CO2 de l’atmosphère (CDR) pourraient donc agir comme compléments aux autres efforts menés en matière de réduction des émissions de CO2, et venir au secours des puits naturels de CO2 – forêts, et océans, principalement – qui ne parviennent que très partiellement à capter les effrayantes quantités d’émissions de gaz à effet de serre issues des activités humaines. Ce n’est en effet que grâce à un mécanisme d’émissions négatives, comme c’est le cas, par exemple, de la reforestation, que nous pourrons compenser les émissions incontournables de CO2, appelée émissions résiduelles, qui persisteront quoi qu’il en soit 🌳.

👉 Quelles sont les 5 causes principales du réchauffement climatique ?

Deux usines de captage direct de CO2 aux Etats-Unis à l’horizon 2025

Pour piéger le CO2 atmosphérique, la technologie peut venir à notre secours. Parmi les solutions envisagées, on trouve le captage de CO2 de l’air, ou DACCS. Une technologie dont les Etats-Unis comptent bien s’emparer avec l’installation prochaine de deux usines de capture directe du CO2. Un million de tonnes de CO2 par an pourraient ainsi être extraites et stockées à l’horizon 2025, depuis chacun de ces sites implantés au Texas et en Louisiane 💪.

Le 11 août 2023, le Département américain de l’énergie annonçait en effet son intention d’allouer 1,2 milliard de dollars (soit 1,1 milliard d’euros) pour développer ces deux usines, qui pourraient ainsi compenser les émissions annuelles de 445 000 voitures.

👉 Vous pensez vraiment que l'avion est plus polluant que la voiture ? Avion VS voiture qui est le plus polluant

Comment fonctionneront ces usines de captage direct de CO2 ?

🤓 Les usines captureront à l’aide de grands ventilateurs l’air ambiant, et piégeront les molécules de carbone au moyen de solvants liquide ou de sorbants solides. Le carbone sera ensuite compressé, puis acheminé à une zone de stockage, avant d’être réinjectés dans d’anciens gisements de pétrole et de gaz, de veines de charbon, ou encore sous l’océan. Ainsi, ils pourront soit être définitivement stockés, soit être réutilisés sous forme de carburant, de produits chimiques ou de ciment, par exemple.

La capture de CO2, un marché émergent en expansion

Mais ce n’est pas le premier pays à se lancer le grand défi de la capture de CO2 : une quarantaine d’installations commerciales sont actuellement en service, et on trouve notamment une usine en Islande qui capte chaque année 4000 tonnes de CO2 pour les injecter en profondeur sous terre où il est transformé en pierre. Une fois stocké dans des sols de roche solide, le CO2 piégé dans les réservoirs réagit chimiquement avec les minéraux environnants, jusqu’à ce que les éléments se lient, créant des minéraux solides : c’est le stockage minéral du CO2. C’est, à l’heure actuelle, le plus gros dispositif existant de ce genre, qui sera prochainement détrôné par les deux monstres américains, plaçant les Etats-Unis en tête de ce marché naissant ✌️.

👉 La géo-ingénierie solaire, la solution au réchauffement climatique ?

Un processus coûteux et difficile à généraliser à grande échelle

Néanmoins, il s’agit d’un processus très coûteux : Actuellement, éliminer et stocker une tonne de dioxyde de carbone coûte plusieurs centaines de dollars 💰. C’est pourquoi de nouvelles approches sont à l’étude.

Si l’on en croit une étude récente publiée dans la revue Science Advances, une nouvelle technologie permettrait de capturer jusqu’à 3 fois plus efficacement le CO2 que ce que les méthodes permettaient jusqu’à présent, et de stocker ce dernier sous la mer sous forme de bicarbonate de soude, pour un coût bien inférieur. En parallèle, une équipe de scientifiques de l’université UCLA à Los Angeles travaillent sur un projet nommé SeaChange, qui consisterait à retirer une partie du CO2 contenu dans l’eau de mer afin de renouveler la capacité des océans à capter du CO2 atmosphérique, et de lui rendre son rôle de puits naturel de carbone. Balaise ! Une piste supplémentaire pour pallier la problématique du coût exorbitant du captage de CO2 directement dans l’air.

👉 Le cycle du carbone : un élément essentiel à toute forme de vie

Captage de CO2 dans l’atmosphère : attention à l’effet rebond !

Une technologie prometteuse, certes, mais dénoncée par certains comme une sorte de chèque en blanc qui pourrait inciter, finalement, à plus d’émissions. Certains géants pétroliers et industriels y voient déjà une licence pour continuer à fonctionner pour les prochaines décennies 😠. Une inquiétude qui ne semble pas dénuée de fondement, dans la mesure où le projet texan d’usine de captation de CO2, qui s’étalera sur près de 43 000 hectares, est en partie menée par… l’entreprise américaine Occidental Petroleum, firme pétrolière 🙄. D’autres investisseurs comme Airbus, d’ailleurs, se sont associés aux Américains dans le cadre de ce projet d’envergure, aux côtés d’autres grandes compagnies aériennes. Le PDG du géant américain des combustibles fossiles, Vicki Hollub, a d’ailleurs déclaré lors d’une conférence sur le pétrole et le gaz tenue en mars dernier que la capture directe de l’air « donne à notre industrie une licence pour continuer à fonctionner pendant les 60, 70, 80 prochaines années », ne laissant place à aucune équivoque sur ses intentions.

Il s’agira donc, pour certains, du prétexte parfait pour continuer à abuser de l’énergie fossile, alors que le captage de CO2 directement dans l’atmosphère ne saurait être qu’un effort complémentaire à une profonde transition énergétique, incontournable si l’on souhaite atteindre les objectifs fixés en matière de climat.

Les autres arguments contre le captage direct de CO2 dans l’atmosphère

Par ailleurs, pour avoir un effet significatif sur les concentrations mondiales de CO2, il faudrait en fait que le dispositif soit déployé à très grande échelle, ce qui nécessiterait une quantité folle d’énergie.

D’autre part, la Convention-cadre sur les changements climatiques (CCNUCC), organisme des Nations Unies, est assez sévère à l’égard des solutions progressivement déployées permettant de capturer du CO2 dans l’air, estimant que ces dernières sont technologiquement et économiquement non prouvées à grande échelle, et peuvent potentiellement faire induire des risques environnementaux et sociaux à venir.

👉 Est-il encore possible de stopper le réchauffement climatique ?

À retenir

Réduire nos émissions est indispensable, mais cela ne réglera pas le sort du CO2 déjà relâché dans l’atmosphère. C’est pourquoi les experts du GIEC préconisent, en complément des efforts de transition énergétique et de réduction des émissions de CO2 dans l’atmosphère, d’augmenter significativement les éliminations et le stockage de CO2. Dans cette course contre la montre, aucune piste n’est désormais exclue, et le captage direct de CO2 dans l’air en fait partie. Les Etats-Unis sont en passe de se placer en tête de ce marché qui connaîtra une forte expansion dans les années à venir en installant sur leur sol deux imposantes usines de capture et de stockage, capables de piéger au moins 1 million de tonnes de CO2 par an chacune. Chèque en blanc pour poursuivre les émissions ou réel progrès climatique, seul l’avenir le dira !

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : huffingtonpost.fr, ouest-france.fr, bfmtv.com, cerfia.fr, usbeketrica.com, ouest-france.fr, actu.fr, radiofrance.fr, science.org

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Prévention des feux de forêt, ce que vous devez savoir

L’été dernier a marqué les esprits du fait de la recrudescence des feux de forêt, et sonnera comme l’été de tous les records : celui des surfaces brûlées et celui des émissions de carbone en Europe. Pour la seule Union Européenne, plus de 785 000 hectares sont ainsi partis en fumée du 1er janvier au 19 novembre, et 9 mégatonnes de CO2 ont ainsi été rejetées - contre une moyenne annuelle de 6,75 mégatonnes en 2003-2021 - du seul fait de ces incendies ravageurs, avec évidemment un énorme pic estival… Il est impératif que l’été 2024 ne suive pas cette tendance apocalyptique, et pour cela, la prévention est la clé 🗝️

Les produits chimiques éternels, le poison du siècle !

Ils font polémique en ce moment, et à juste titre : les PFAS (prononcez « pifasse »), ces « produits chimiques éternels », sont partout. Textiles, emballages alimentaires, ustensiles de cuisine, cosmétiques… Quelle est l’ampleur du phénomène ? En quoi est-ce dangereux pour notre santé ? Quels sont les impacts environnementaux de cette véritable invasion ? Comment expliquer cette omniprésence de substances dont la nocivité est parfaitement connue ? Voici tout ce que vous devez savoir sur les PFAS 👇

Les conséquences du réchauffement climatique sur la fertilité

Les effets du réchauffement climatique passent désormais difficilement inaperçus : évènements météorologiques extrêmes, canicules, sécheresses, incendies de forêts, insécurité alimentaire… Des effets qui gagnent également la sphère sanitaire, en impactant sous de nombreux aspects la santé humaine. Notamment, notre fertilité, au même titre que celle de nombreuses espèces, pourrait en pâtir. Explications 👇

Les fanons de la baleine, une merveille de la nature

Cet imposant mammifère marin est aussi célèbre que méconnu. Il existe près de 90 espèces de ce cétacé, au sein duquel on peut distinguer les baleines à dents, dites « Odontocètes » des baleines à fanons, dites « Mysticètes », telles que la baleine à bosse, le rorqual commun ou encore la baleine bleue. La plus petite d’entre elles, la baleine pygmée, mesure environ 6 mètres, et la plus grande, une trentaine pour environ 150 tonnes ! Ainsi, la bouche du plus gros animal vivant de notre planète est dotée de ces étranges lames cornées… De quoi s’agit-il exactement, et à quoi servent, au juste, les fanons de la baleine ? La réponse 👇

Comment faire son Bee Wrap soi-même ? Le tuto !

Tote bag, disques démaquillants lavables, Furoshiki, … Dans le cadre d’une démarche zéro déchets, le Bee Wrap est lui aussi un indispensable ! Ces emballages réutilisables vous permettront de tourner le dos aux films alimentaires et autres papiers aluminium dans la cuisine. Mode d’emploi ! 👇

Loi AGEC, la loi anti-gaspi, que prévoit-elle exactement ?

La loi AGEC n° 2020-105 du 10 février 2020 (loi anti-gaspillage pour une économie circulaire) ambitionnait d’accélérer la transition de nos modèles de production et de consommation, dans l’optique de réduire les déchets, préserver les ressources naturelles, limiter le réchauffement climatique et protéger la biodiversité. Pour cela, elle annonce une transformation de notre système vers une économie circulaire, afin de sortir du « produire – consommer – jeter » qui caractérise nos pratiques actuelles. Quels sont ses grands axes ? Quels premiers bilans peut-on en tirer ? 👇

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

La citation qui nous parle


La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle