Ce qu'il faut retenir du dernier rapport du GIEC

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Le sixième rapport d’évaluation du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) a été publié le lundi 20 mars 2023. Adopté à l’issue d’une session d’approbation qui s’est tenue du 13 au 17 mars en Suisse avec les représentants des 195 pays membres du GIEC, il s’agit du fruit d’une collaboration internationale synthétisant les connaissances scientifiques acquises entre 2015 et 2021 sur le changement climatique. Quelles sont les conclusions des experts ? Pourquoi est-il urgent de changer de trajectoire, comment ? Saura-t-on respecter les engagements de l’accord de Paris ? Le point 👇

Ce qu'il faut retenir du dernier rapport du GIEC

Dérèglement climatique, l’état des lieux

Ce rapport d’évaluation du GIEC, le plus complet des états des lieux sur les altérations des activités humaines sur la planète, fait état des connaissances actuelles de la science sur les causes, les impacts et les mesures à prendre pour limiter et s’adapter au dérèglement climatique. Il servira de base pour le premier bilan mondial de l’Accord de Paris sur le climat, traité international sur le réchauffement climatique adopté en 2015, qui se tiendra à Dubaï, à l’occasion de la COP28 fin 2023. Ce dernier avait en effet prévu de maintenir l'augmentation de la température moyenne de la planète bien en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels, et de limiter quoi qu’il en soit cette augmentation à 1,5 °C 🌡️.

👉 Quelles sont les 5 causes principales du réchauffement climatique ?

Un appel à une action immédiate

Après avoir rappelé que les émissions de gaz à effet de serre liées aux activités humaines ont réchauffé le climat à un rythme sans précédent (non, sans blague 😅!), le rapport du GIEC annonce que la température de la planète s’est déjà élevée d’1,1 °C par rapport à la période préindustrielle, la hausse imputable aux seules activités humaines étant de 1,07 °C, et estime que cette augmentation devrait atteindre 1,5 °C dès le début des années 2030, quels que soient les efforts de réduction immédiate des émissions mondiales de CO2.

En effet, la décennie 2011-2020 fut la plus chaude depuis 125 000 ans, tandis que de son côté, la concentration en CO2 de l’atmosphère atteint un niveau inédit depuis 2 millions d’années : entre 1850 et 2019, nous avons rejeté 2400 milliards de tonnes de dioxyde de carbone et autres gaz à effet de serre dans l’atmosphère 😔.

En parallèle, le niveau des mers est monté de 20 cm depuis 1901, et la superficie de la banquise arctique n’a jamais été aussi réduite depuis 1850. Une hausse qui pourrait atteindre 2 à 3 mètres dans les 2000 prochaines années si le réchauffement ne dépasse pas 1,5°C, et 2 à 6 mètres pour un réchauffement maintenu en dessous de 2°C 🌊.

Et si on continue sur notre trajectoire actuelle ?

En fait, si rien n’est fait, et si l’on se contentait d’appliquer les politiques en place fin 2020, le réchauffement global atteindrait 2,4 à 3,5 °C d’ici la fin du siècle, avec une valeur médiane autour de 3,2 °C 🥵. Le GIEC souligne également que plus les émissions mondiales seront élevées, moins les écosystèmes, notamment les forêts et océans, seront efficaces pour absorber le CO2. 👉 Le cycle du carbone : un élément essentiel à toute forme de vie

Même si les émissions de gaz à effet de serre augmentent moins vite que lors de la décennie précédente, leur progression se poursuit néanmoins. L’efficacité énergétique augmente, certes, mais les besoins aussi. Bon, vous les voyez, là, les objectifs de l’accord de Paris qui s’éloignent ?

👉 Est-il encore possible de stopper le réchauffement climatique ?

L’injustice climatique

Un profond déséquilibre est à déplorer entre les principaux responsables et les premières victimes du réchauffement climatique. Les communautés les plus vulnérables, d’Afrique, d’Asie, d’Amérique centrale et du Sud, de l’Arctique et des petites îles, sont indéniablement celles qui ont le moins contribué à ce phénomène. 35 à 45% des émissions sont liées à la consommation des 10% de foyers aux plus hauts revenus.

OK, et c’est quoi, le plan ?

Le plan, pour parvenir à limiter ce réchauffement à 1,5°C et 2 °C consisterait à vraiment s’activer dès aujourd’hui sur deux points : ramener les émissions mondiales nettes de CO2 à zéro et réduire fortement les autres émissions de gaz à effet de serre. Il faudrait en effet que le pic des émissions de CO2 soit atteint en 2025, avant d’entamer une décroissance jusqu’à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. En parallèle, les autres gaz à effet de serre, comme le méthane, devront également faire l’objet d’une diminution 📉.

Comment y parvenir ?

Le GIEC souligne l’importance de réduire les besoins en énergie et en matériaux de 45 % d’ici 2050, et de favoriser l’électrification des usages, à condition de produire de l’électricité bas carbone. Le secteur de l’agriculture, de la forêt et de l’usage des terres aura un rôle central à jouer en matière de réduction des émissions de préservation de la biodiversité. Le choix d’une alimentation plus végétale, réduire sa consommation de viande, la reforestation, les efforts de sobriété, la conservation de 30 à 50 % des terres et eaux de la planète y participeront 🌍, de même que la capture du carbone pour compenser les émissions impossibles à baisser.

Sortir au plus vite des énergies fossiles

En clair, le rapport rappelle encore une fois l’extrême urgence qu’il y a à sortir des énergies fossiles, qui demeure la meilleure solution pour réduire nos émissions à court terme. En clair, la combustion des énergies fossiles extraites dans les sites déjà existants dépasserait le budget carbone restant pour ne pas aller au-delà de 1,5 °C d’augmentation. Des mesures d’adaptation devront également être mises en place au plus vite, afin de réduire les risques pour la population et des écosystèmes.

👉 Les arbres pourraient réduire la mortalité liée aux canicules urbaines

L’inquiétante escalade des risques

La multiplication des évènements extrêmes (sécheresses, précipitations, fonte des glaciers et des calottes glaciaires…) et la multiplication des canicules et vagues de chaleur ont de quoi alerter puisque ces phénomènes s’aggravent d’année en année, et deviennent de plus en plus dangereux tant pour la nature que pour la population. Les espèces modifient leur comportement : certaines sont contraintes de se déplacer et de modifier leur comportement, d’autres disparaissent. 

La sécurité alimentaire mondiale est compromise, alors que nous avons dépassé les 8 milliards d’êtres humains sur la planète. L’accès à l’eau est déjà durement impacté dans certaines régions du globe. Certains écosystèmes sont très vulnérables en fonction des régions, et ce phénomène pousse certaines espèces jusqu’à l’extinction. Des risques qui gagneront en complexité au fur et à mesure du temps, et qui interviendront en cascade. 

📌
Le GIEC estime ainsi que près de la moitié de l’humanité vit dans un environnement hautement vulnérable au changement climatique. Un phénomène qui est déjà source de déplacements de population, des réfugiés climatiques qui seront bientôt légion.

👉 Feux de forêt, 2022 un été meurtrier

Le retour à la normale est-il encore possible ?

Quoi qu’il en soit, un retour à la normale ne sera guère possible avant plusieurs siècles ou millénaires, notamment en ce qui concerne certaines conséquences du changement climatiques telles que la montée du niveau de la mer ou la fonte des calottes glaciaires. Certains impacts seront, pour leur part, irréversibles, tels que la perte de la part de la biodiversité qui ne parviendra pas à s’adapter 😔.

Néanmoins, la fenêtre qui nous permettrait de contenir le réchauffement climatique à + 1,5°C est sur le point de se fermer définitivement, va-t-on la laisser passer ?

L’inertie coupable des décideurs

Malgré les grands engagements de principe émanant de nombreux pays sur leur intention d’atteindre d’ici la moitié du siècle une neutralité carbone 📢, les faits et politiques mises en place sont tout autre, et demeurent très insuffisants pour atteindre les objectifs fixés par l’accord de Paris.

👉 Peut-on vraiment encore sauver la planète ?

À retenir :

Le 20 mars 2023, le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) a rendu son sixième rapport d’évaluation, établissant l’état des lieux le plus actuel et complet sur la question du réchauffement climatique. Sans surprise, les experts confirment ce qu’on sait déjà : dans l’optique de respecter les engagements de l’accord de Paris, nous sommes bien loin du compte. Avec une température qui a d’ores déjà augmenté d’1,1 °C par rapport à la période préindustrielle, les minces efforts accomplis jusqu’à maintenant nous permettraient tout juste de limiter le réchauffement global à une fourchette comprise entre 2,4 et 3,5 °C d’ici la fin du siècle. Un rapport qui siffle la fin de la récréation, et qui appelle à sortir des grandes déclarations pour entrer dans une ère d’action et de mise en place de politiques concrètes et radicales en matière de climat.


Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : geo.fr, ecologie.gouv.fr, écologie.gouv.fr, wwf.fr, francetvinfo.fr, sciencesetavenir.fr

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

En partage sur ce sujet, un commentaire sous forme de dessin : "Vanité", dont le rapport du GIEC est à l'origine : https://1011-art.blogspot.com/p/vanite.html Et "La robe de Médée", en conséquence directe, la perte de la biodiversité : https://1011-art.blogspot.com/p/la-robe-de-medee.html

1011-art il y a 10 mois

Nos articles

Comment préparer son jardin pour le printemps ? 9 Conseils

Les jours rallongent, le soleil fait progressivement son retour, quelques bourgeons apparaissent sur les arbres… Ça sent bon le printemps, ça 😎 ! Et avec lui, comme chaque année, les affaires vont pouvoir reprendre au jardin après cette longue période d’accalmie. Vous allez bientôt pouvoir dégainer vos graines et plants, mais avant toute chose, une bonne préparation est indispensable ! Comment s’assurer un beau jardin et un potager productif pour toute la saison ? Suivez le guide !

Semaine du jardinage à l'école, tout le monde dehors !

Du 18 au 23 mars 2024, c’est la semaine du Jardinage pour les écoles 🌿 ! Cette 24ème édition intitulée « Jardiner c’est ma nature » donnera lieu, comme chaque année, à de nombreux ateliers et animations pédagogiques avec comme objectif la découverte des plantes et la sensibilisation au respect de la nature. Une initiation au jardinage qui rencontre chaque année un succès grandissant. Promouvoir une culture de la nature chez les plus jeunes est incontournable pour leur développement et leur équilibre, et c’est ce que la semaine du jardinage à l’école souhaite favoriser. Parce que tout ne s’apprend définitivement pas entre les 4 murs d’une salle de classe, à eux les grandes découvertes ! 🤗

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

L’ouverture de la pêche à la truite, c’est maintenant !

La pêche réduit le stress, entretient votre santé, travaille votre concentration, vous aide à vous ressourcer et à vous relaxer grâce à son cadre en pleine nature… C’est l’activité « slow life » par excellence 😎 ! La pêche à la truite est plus qu’un simple hobby : c’est un véritable sport d’aventure. Elle est pratiquée en eau douce, en cours d’eau rapide de haute altitude, en bord de rivière, en étang ou encore en lac. Patience, silence et persévérance seront vos meilleures armes pour la débusquer. Rencontre avec soi-même ou retrouvailles avec les copains, la pêche à la truite reprend le samedi 9 mars 2024, à vos cannes !

Réutiliser l'eau de sa douche pour alimenter les WC, bonne idée !

L’eau potable est en passe de devenir la ressource la plus précieuse de la planète, plusieurs régions du monde étant menacées de pénurie. Et pourtant, nous utilisons 140 litres d’eau par jour, dont seulement 1% pour nous abreuver. Dans ce contexte, vous souhaitez à la fois économiser de l’eau et lutter contre le gaspillage ? Saviez-vous qu’il était possible de réutiliser son eau « grise », et notamment l’eau de sa douche, pour alimenter sa chasse d’eau ? 🚽

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle