Cultiver en ville, bonne ou mauvaise idée ?

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Cultiver son propre potager, récolter ses légumes, aux valeurs nutritives décuplées et au goût inimitable, voilà des plaisirs dont on aurait tort de se priver, qui sont peut-être encore plus essentiels pour les personnes les plus coupées de la nature : les citadins. C’est aussi l’arme n°1 contre l’inflation alimentaire, qui impacte lourdement le budget des Français. Seulement voilà, une question, légitime, vient à se poser : est-il sain de cultiver des fruits et légumes en ville ? Le sol, l’air, sont-ils trop pollués pour produire des aliments bons pour la santé ? Réponse et recommandations 👇

Cultiver en ville, bonne ou mauvaise idée ?

Cultiver en ville, attention à la pollution

🥕 🍆 🍅 Retrouver le lien avec la nature, bénéficier de fruits et légumes plus sains, non traités, plus riches en nutriments, locaux, de saison… Vous auriez tort de vous priver, même si vous habitez en ville ! Et puis n’oublions pas que nous sommes avant tout des chasseurs-cueilleurs, c’est ancestral, outre le fait que la recherche d’une plus grande autonomie alimentaire taraude de plus en plus de personnes. Mais bien évidemment, l’agriculture en milieu urbain, dans son ensemble, est soumise à des risques de pollution, qu’il est important d’apprendre à maîtriser.

👉 Vivre en autosuffisance, pourquoi et par où commencer ?

Les différentes sources de pollution en milieu urbain

🤔 La question de la pollution du sol vient en premier lieu à se poser. Par ailleurs, c’est bien connu, l’air en ville est globalement plus pollué qu’ailleurs 😶‍🌫️, une pollution qui peut atteindre des pics impressionnants. Circulation routière, industries, chauffages urbains, incinérateurs…

Les principaux polluants posant problème en ville sont les suivants :

  • Les métaux lourds, bien plus présents en ville qu’à la campagne, tels que le plomb (heureusement peu bio-disponible si le pH n’est pas acide), le cadmium, le mercure, l’arsenic, le chrome, le zinc, le nickel, ou encore le cuivre.
  • Les Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques, issus à la combustion incomplète des hydrocarbures et du chauffage au bois. 👉 Se chauffer au bois, c'est vraiment écolo ?
  • Les Composés Organiques Volatiles (ou COV), ces solvants chlorés et composés organiques (benzène, toluène, xylène…), regroupés sous l’acronyme BTX.
  • Les cyanures et les pesticides ☠️.
📌
Une étude menée par le Département Ecologie de l’Université technique de Berlin en 2012 avait mis en lumière des taux de concentration en métaux préoccupants dans certains légumes cultivés en ville, particulièrement pour les tomates, extrêmement contaminées, ou pour les blettes. D’autres études se montrent plus rassurantes, sous réserve d’une bonne distanciation et protection vis-à-vis des axes routiers, et de bonnes pratiques de prévention vis-à-vis de la pollution du sol 👇

Potager bien situé, potager préservé !

Évidemment, on évitera d’installer son potager à proximité d’une zone à risque de pollution (garage, site industriel…), et dans la mesure du possible de privilégier un espace séparé des voies de circulation et autres sources de pollution par des arbres, des haies, des bâtiments… Typiquement, si vous avez la chance de bénéficier d’un peu de terrain autour de votre habitation, privilégiez une culture côté jardin, plutôt que côté rue 🌿.

⚠️ Globalement, en l’absence d’obstacles, il est recommandé de respecter une distance de sécurité d’au moins à 500 mètres des grosses avenues, ou de 100 mètres des rues passantes. Il est également envisageable de cultiver sous une serre permanente, afin de préserver votre récolte d’une partie des polluants liés aux retombées atmosphériques.

La hauteur préserve de la pollution
Si c’est impossible, il est conseillé d’installer votre potager en hauteur, dans des bacs par exemple, qui vous permettront également de maîtriser complètement la qualité de votre sol. Les plates-bandes surélevées sont la clé d’un potager sain en milieu urbain ! Le must, bien sûr, c’est de cultiver sur un toit : plus on monte en altitude, plus ça se ressent côté pollution de l’air.

Enquêtez sur l’historique de votre jardin

🕵️‍♂️ La terre garde la mémoire du passé : lorsque c’est possible, il fait essayer de retracer l’historique de son jardin à l’aide d’outils tels que Géorisques, ou le site de l’Inrae Gis Sol. Un petit coup de fil à la mairie, également, ne mange pas de pain. Le hors-sol, lorsqu’on ne connaît pas les caractéristiques de son jardin, peut être salvateur.

👉 Calendrier des fruits et légumes de saison pour consommer mieux !

Protégez votre récolte d’un sol contaminé

Afin de mettre toutes les chances de votre côté, l’astuce consiste à ajouter régulièrement du compost de votre confection, ou de la matière organique de manière à minimiser l’effet des polluants aériens : en effet, tous les types de compost réussissent à faire baisser les niveaux de contamination en diluant, de fait, le taux de contamination, c’est bon à savoir ! De plus, les végétaux sont moins susceptibles d’absorber les polluants lorsqu’ils disposent des nutriments dont ils ont besoin dans le sol🌱. Le taux de substances nutritives présentes a donc son importance, et il est d’ailleurs possible de le tester.

👉 4 informations à connaître pour réussir son compost

Quels légumes privilégier en ville ?

D’une manière générale, les légumes fruits accumulent peu les métaux lourds, tandis que les légumes racines (carottes, pommes de terre, navets…) sont davantage susceptibles de poser problème, en raison de leur capacité intermédiaire à fixer les polluants des sols. Mais ce n’est rien à côté des légumes feuilles, qui doivent être particulièrement préservés des zones les plus polluées⚠️ (laitue, choux, brocolis, petits pois non écossés, épinards, blettes…). Les herbes aromatiques, elles aussi, concentrent une importante quantité de polluants. Ainsi, cultiver des fruits et légumes fruits présente globalement moins de risques : tomates, poivrons, courges, concombre, aubergines, melons, haricots écossés, oignons, pois… Les possibilités sont nombreuses😋 !

Bien évidemment, un lavage minutieux des fruits et légumes avant leur consommation permettra de réduire les résidus de pollution présents en surface.

👉 9 idées d'engrais naturel à faire soi-même, stop aux produits chimiques

Attention à votre eau d’arrosage

Une attention toute particulière sera apportée à l’eau d’arrosage utilisée. L’eau de ruissellement des anciennes toitures en zinc est à éviter absolument, de même que l’eau de ruissellement des voiries non traitées.

À retenir
Le potager urbain est une véritable oasis de verdure dont on aurait tort de se priver ! A vous la reconnexion avec la nature et les bons légumes du jardin, mais pas à n’importe quel prix : la question de la pollution doit être étudiée avant toute chose afin d’en tirer le plus de bénéfices possibles et d’éviter toute contamination due à un sol contaminé ou à une qualité de l’air polluée. Heureusement, les bonnes pratiques vous permettront de profiter d’une récolte saine et pleine de bonnes choses pour la santé !


Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : L’incidence des pollutions urbaines sur les productions alimentaires en ville, Rapport final de la recherche réalisé pour le compte de l’Institut Bruxellois de Gestion de l’Environnement, 60millions-mag.com, futura-sciences.com

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Un mode vie durable, c'est quoi au juste ?

Les experts sont formels, et ne cessent de tirer la sonnette d’alarme : notre mode de vie et de consommation impacte à ce point l’environnement, les écosystèmes et la biodiversité qu’il est insoutenable sur le long terme pour la planète. En d’autres termes il faudra immanquablement en changer, et dans ce domaine, le plus tôt sera le mieux : tout l’enjeu est de ne pas atteindre le point de bascule au-delà duquel la résilience des écosystèmes sera compromise au point d’en risquer l’effondrement 😱. De ce fait, l’adoption d’un mode de vie durable n’est pas seulement une recommandation, mais devient une nécessité. De quoi s’agit-il exactement ? Sur quels leviers pouvons-nous agir, à notre niveau dès aujourd’hui 🤔 ?

Les Jeux Olympiques de Paris seront écolos, vraiment ?

Réduction de moitié des émissions de CO2 liées à l’organisation des jeux, utilisation exclusive d’énergie renouvelable et quasi exclusive d’infrastructures déjà existantes ou temporaires, restauration bas carbone… Les engagements de Paris 2024 en matière d’environnement sont ambitieux. Mais la promesse de Jeux écologiques est-elle crédible ? N’existe-t-il pas une incompatibilité de fait entre l’organisation d’un tel évènement et la lutte contre le changement climatique ? Faut-il crier au greenwashing 🤔?

Qui pollue le plus, l'avion ou le bateau ? The winner is...

On entend très souvent de nombreux griefs contre le trafic aérien dans la lutte contre le réchauffement climatique, désignés comme LE moyen de transport à éviter absolument pour limiter nos émissions. C’est oublier que le transport maritime n’a rien de bien plus reluisant, et engendrerait une pollution parfois dénoncée comme étant en réalité plus importante que celle de l’aérien. Or, d’après l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le transport maritime représente plus de 80 % des volumes transportés et 90 % des échanges intercontinentaux de marchandises. Tous les moyens de transport polluent, c’est un fait, mais dans quelle mesure ? Qui, de l’avion ou du bateau, remporte la palme du moyen de transport le plus polluant 🤔?

Comment préparer son jardin pour le printemps ? 9 Conseils

Les jours rallongent, le soleil fait progressivement son retour, quelques bourgeons apparaissent sur les arbres… Ça sent bon le printemps, ça 😎 ! Et avec lui, comme chaque année, les affaires vont pouvoir reprendre au jardin après cette longue période d’accalmie. Vous allez bientôt pouvoir dégainer vos graines et plants, mais avant toute chose, une bonne préparation est indispensable ! Comment s’assurer un beau jardin et un potager productif pour toute la saison ? Suivez le guide !

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle