Qu'est-ce que la neutralité carbone et comment l'atteindre ?

Mis à jour le par Equipe Rédaction

L’Union Européenne s’est engagée à atteindre la neutralité carbone, ou « zéro émission nette », d’ici 2050 afin de limiter le réchauffement climatique idéalement en dessous de 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels. On ne parle plus que de ça, mais au fait, c’est quoi, au juste la neutralité carbone ? Par quels leviers l’atteindre 🤔 ?

Qu'est-ce que la neutralité carbone et comment l'atteindre ?

 

Le changement climatique en question

Pas une semaine ne s’écoule sans qu’un article paraisse au sujet du dérèglement climatique, de ses causes, de ses conséquences, et du danger qu’il fait peser sur la planète 🌍. Il affecte en effet de plus en plus sévèrement les écosystèmes du monde entier, et la biodiversité qu’ils abritent. Sécheresses, élévation du niveau de la mer, vagues de chaleur, canicules insupportables, perturbations des précipitations, phénomènes naturels extrêmes, inondations, glissements de terrains, acidification des océans, augmentation du niveau de la mer… Difficile, aujourd’hui, de passer à côté des effets concrets de ce phénomène qui ne fait que s’amplifier d’année en année 🙈.

C’est pourquoi à peu près tout le monde s’accorde sur un point : il faut agir, et au plus vite, pour limiter ce réchauffement climatique, idéalement à 1,5 degré, conformément aux préconisations du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat).

La neutralité carbone : un objectif fixé par les accords de Paris

Pour cela, atteindre la neutralité carbone au milieu du siècle est un coche à ne pas manquer, et est d’ailleurs intégré aux accords de Paris adoptés le 12 décembre 2015 durant la COP21. Ce dernier s’est en effet attaché à définir un cadre pour le soutien financier, technique et le renforcement des capacités en vue de lutter contre le dérèglement climatique, avec pour objectif de limiter le réchauffement à + 2 °C - idéalement + 1,5 °C - par rapport aux niveaux préindustriels 🌡️. 👉 Ce qu'il faut retenir du dernier rapport du GIEC

Ainsi, l’article 4 de l’accord de Paris prévoit qu’il convient de « parvenir à un équilibre entre les émissions anthropiques par les sources et les absorptions anthropiques par les puits de gaz à effet de serre au cours de la deuxième moitié du siècle » ⚖️. Pour y parvenir, un Pacte vert pour l’Europe a été adopté par la Commission européenne en 2019, avec comme objectif de parvenir à un plafonnement mondial des émissions de gaz à effet de serre avant d’entamer une phase de réduction. Notamment, il ambitionne de réduire les émissions de GES européennes de 55 % d'ici 2030, et d’atteindre la neutralité carbone d'ici 2050.

Un objectif de neutralité qui est devenu juridiquement contraignant depuis que le Parlement européen et le Conseil ont adopté la loi sur le climat en 2021. Ainsi, une Stratégie Nationale Bas-Carbone (SNBC) a été adoptée en France afin de s’orienter vers une démarche de transition écologique, avec pour objectif final la neutralité carbone pour 2050.

C’est quoi, la neutralité carbone ?

La neutralité carbone consiste à trouver un équilibre entre les émissions de carbone et l’absorption du carbone de l’atmosphère par les différents puits de carbone. Des émissions nettes nulles impliquent une compensation totale des émissions de gaz à effet de serre mondiales par une séquestration au moins équivalente du carbone. Elle ne vise donc pas un objectif « zéro émissions de CO2 », mais un bilan carbone neutre afin de stabiliser le stock de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

👉Le carbone bleu, l’arme secrète contre le réchauffement climatique

Comment atteindre la neutralité carbone ?

Même si l’objectif de neutralité carbone n’a réellement de sens qu’à l’échelle de la planète, elle peut être atteinte à l’échelle d’une entreprise, d’un groupe, d’un pays, ou de la planète. Les deux leviers à disposition pour y parvenir sont donc :

  • D’une part une réduction des émissions, première étape incontournable pour limiter la concentration de CO2 dans l’atmosphère au moyen d’une transition écologique et énergétique ⤵️,
  • Et d’autre part, un développement plus important des puits de carbone afin d’augmenter la capacité de stockage de notre environnement, par un travail de restauration et de protection des puits de carbone naturels, et éventuellement de création de puits de carbone artificiels ⬆️.

Une entité comme une entreprise pourra par exemple, après un bilan carbone consistant en une analyse de l’ensemble de ses activités, identifier ses possibilités de réduction et l’orientation de ses objectifs. Elle pourra éventuellement réduire ses propres émissions directes issues de ses moyens de transport, ou de ses sites de production, ou encore agir sur ses émissions indirectes par le biais de celles de ses fournisseurs, de ses sous-traitants, ou de ses investissements. Elle devra, notamment, participer à développer des solutions d’absorption de carbone, soit directement, ou par l’intermédiaire du financement de puits de carbone au travers de projets de compensation.

C’est quoi un puit de carbone ?

De son côté, le puit de carbone désigne tout système absorbant plus de carbone qu’il n’en émet. À ce titre, différents puits de carbone naturels assurent cette fonction, dont les plus importants sont les océans (qui séquestrent près de 30 % du CO2 émis par l’Homme), les forêts (qui en captent environ 15 %) ou encore les sols.

Actuellement, malheureusement, les émissions sont écrasantes par rapport aux capacités des puits de carbone naturels, et de ce fait, les gaz à effet de serre s’accumulent dans l’atmosphère 😒. Ainsi, l'humanité produit environ 40 milliards de tonnes de CO2 dans l’atmosphère par an, tandis que selon des estimations, les puits naturels de carbone en piègent environ la moitié. L’Homme, aidé par la technologie qui ne cesse de progresser, travaille à l’élaboration de puits de carbone artificiels 💪, comme par exemple par des procédés de captage direct du CO2 dans l’atmosphère, avec des résultats pour l’instant très insuffisants par rapport à l’ampleur du phénomène. On parle alors « d’émissions négatives ».

La piste de la reconstitution des puits de carbones naturels, comme le reboisement, semble pour l’heure plus réaliste. Mais surtout, la seule vraie grosse piste pour parvenir à cette neutralité réside avant tout dans la réduction des émissions.

👉 Aspirer le CO2 pour lutter contre le réchauffement climatique : le plan des Etats-Unis

Les systèmes de compensation carbone

Pour parvenir à une neutralité carbone, d’autres moyens tels que la compensation pourront être employés. Concrètement, certains secteurs resteront nécessairement carbonés. Il sera alors nécessaire de compenser ces émissions inévitables par une réduction des émissions d’un ou de plusieurs autres secteurs. Ainsi, une entité, afin de compenser ses propres émissions carbone, peut financer des projets écologiques qui eux, permettent de réduire les émissions de CO2, bien souvent par le biais d’achat de crédits carbone.

⚠️ Néanmoins, le recours à la compensation, autrement dit la contribution carbone, ne saurait être perçu comme un droit à polluer ou un permis d’émettre autant voire plus de CO2 : elle doit nécessairement venir en complément d’une stratégie de réduction des émissions. Attention au Greenwashing !

Car une telle stratégie pose un problème de taille : le timing ! Si vous relâchez du CO2 aujourd’hui, tout en finançant la plantation d’une forêt en Chine, c’est certes mieux que rien, mais les arbres plantés mettront une quinzaine d’années avant de capter l’équivalent vos émissions, le temps d’arriver à maturité ! Et peut-être que d’ici là, ils auront été coupés pour servir de bois de chauffage, relâchant tout le CO2 stocké dans l’intervalle… Donc si chacun adopte cette stratégie, on est cuits, c’est le cas de le dire 🙄.

À retenir

La neutralité carbone, ou le « zéro émissions nettes de CO2 » est un peu le Graal de notre siècle. L’Union Européenne, et bon nombre d’autres pays (Chine, Etats-Unis, Russie, Inde…) se sont engagés à atteindre cet objectif d’ici 2050, certains plus tôt, d’autres plus tard… Le tout dans l’espoir de limiter le réchauffement climatique à + 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels. Attention néanmoins : cela ne signifie pas que nos émissions seront nulles, mais simplement qu’un équilibre devra avoir été trouvé entre nos émissions, et la captation et le stockage de CO2 afin de compenser celles-ci et de stabiliser le stock de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild


Sources : hellocarbo.com, greenly.earth, ademe.fr, francetvinfo.fr, ouest-france.fr

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Un mode vie durable, c'est quoi au juste ?

Les experts sont formels, et ne cessent de tirer la sonnette d’alarme : notre mode de vie et de consommation impacte à ce point l’environnement, les écosystèmes et la biodiversité qu’il est insoutenable sur le long terme pour la planète. En d’autres termes il faudra immanquablement en changer, et dans ce domaine, le plus tôt sera le mieux : tout l’enjeu est de ne pas atteindre le point de bascule au-delà duquel la résilience des écosystèmes sera compromise au point d’en risquer l’effondrement 😱. De ce fait, l’adoption d’un mode de vie durable n’est pas seulement une recommandation, mais devient une nécessité. De quoi s’agit-il exactement ? Sur quels leviers pouvons-nous agir, à notre niveau dès aujourd’hui 🤔 ?

Les Jeux Olympiques de Paris seront écolos, vraiment ?

Réduction de moitié des émissions de CO2 liées à l’organisation des jeux, utilisation exclusive d’énergie renouvelable et quasi exclusive d’infrastructures déjà existantes ou temporaires, restauration bas carbone… Les engagements de Paris 2024 en matière d’environnement sont ambitieux. Mais la promesse de Jeux écologiques est-elle crédible ? N’existe-t-il pas une incompatibilité de fait entre l’organisation d’un tel évènement et la lutte contre le changement climatique ? Faut-il crier au greenwashing 🤔?

Qui pollue le plus, l'avion ou le bateau ? The winner is...

On entend très souvent de nombreux griefs contre le trafic aérien dans la lutte contre le réchauffement climatique, désignés comme LE moyen de transport à éviter absolument pour limiter nos émissions. C’est oublier que le transport maritime n’a rien de bien plus reluisant, et engendrerait une pollution parfois dénoncée comme étant en réalité plus importante que celle de l’aérien. Or, d’après l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le transport maritime représente plus de 80 % des volumes transportés et 90 % des échanges intercontinentaux de marchandises. Tous les moyens de transport polluent, c’est un fait, mais dans quelle mesure ? Qui, de l’avion ou du bateau, remporte la palme du moyen de transport le plus polluant 🤔?

Comment préparer son jardin pour le printemps ? 9 Conseils

Les jours rallongent, le soleil fait progressivement son retour, quelques bourgeons apparaissent sur les arbres… Ça sent bon le printemps, ça 😎 ! Et avec lui, comme chaque année, les affaires vont pouvoir reprendre au jardin après cette longue période d’accalmie. Vous allez bientôt pouvoir dégainer vos graines et plants, mais avant toute chose, une bonne préparation est indispensable ! Comment s’assurer un beau jardin et un potager productif pour toute la saison ? Suivez le guide !

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle