Le No-Kill, une pratique en vogue !

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Si à l’origine la pêche est bien évidemment née dans le but de se nourrir, une pratique très en vogue nage à contre-courant (🤭) : le No-Kill. Dans ce cas de figure, la pêche devient un sport, un hobby, une véritable passion pour certains, qui consiste à capturer des prises pour ensuite les relâcher, et ce dans les meilleures conditions pour qu’il puisse reprendre le cours de leur vie de poisson. Il s’agit ici d’un véritable état d’esprit, d’une philosophie, qui s’ancre dans une démarche raisonnée, plus respectueuse, et plus en accord avec la nature.

Le No-Kill, une pratique en vogue !

Une pêche raisonnable et éthique

Cette pratique qui nous vient des Etats-Unis est aussi appelée « catch and release », « graciation », ou « pêche sans panier ». Elle consiste à faire de son sport un véritable art de vie durable. Il s’agit en fait d’un mode de pêche éco-responsable, qui ne met pas en péril les ressources naturelles, pratiquée dans le respect du poisson 🐟. Certains parcours lui sont entièrement dédiés, et il peut arriver de capturer deux fois le même animal, parfois reconnaissable grâce à un détail morphologique particulier, à un an ou deux d’intervalle. Dans le même état d’esprit, certains pratiquent à la fois le No-kill et le prélèvement raisonné, bien en dessous des quotas de pêche autorisés, pour préserver cette ressource qui n’a rien d’inépuisable.

Le No-Kill se pratique tant en mer, qu’en lac ou en rivière, et peut s’appliquer à tous les types de pêche. Les pêcheurs de carpe et les pêcheurs à la mouche sont néanmoins les plus adeptes, bien que les pêcheurs de carnassiers commencent à s’y intéresser de plus en plus. Si relâcher le poisson n’était pas rare jusqu’alors, du fait de la réglementation, en cas de prise d’un poisson d’une taille non conforme ou de capture accidentelle, le fait de systématiser cette pratique l’est.

👉 L’ouverture de la pêche à la truite, c’est maintenant !

Mais alors, pourquoi aller pêcher si c’est pour relâcher sa prise ?

Pour le plaisir, pour perfectionner sa technique de pêche, en se dédouanant complètement de la pêche de pure consommation. La pratique du No-Kill peut être également motivée par la pêche en milieu pollué, de même que par la rareté des poissons dans certaines zones du fait de prélèvements irraisonnés. Relâcher les poissons, y compris les plus gros spécimens, permet de préserver les meilleurs reproducteurs au patrimoine génétique, favorisant ainsi la survie des espèces 💪.

👉 L'eutrophisation : tout savoir sur cette pollution de l'eau

Optimiser les chances de survie du poisson

Mais pour que cela fonctionne, pour veiller à ce que le taux de survie des animaux rendus à la nature soit optimal, il faut respecter un certain nombre de règles de base et de précautions, et exclure les mauvaises pratiques qui engendrent une mortalité involontaire des poissons, que ce soit au moment de leur capture et de leur remise à l’eau 🐠. Le poisson doit sortir indemne de votre rencontre : relâcher un poisson pour qu’il meure quelques heures ou quelques jours plus tard n’est évidemment pas le but recherché. Bien pratiquée, le taux de mortalité liée à cette discipline du No-Kill est inférieure à 5%👍.

Eh oui, il y a « relâcher un poisson », et « relâcher un poisson », nuance ! Alors c’est quoi la différence entre un bon pêcheur et un mauvais pêcheur ? On vous dit tout 👇

👉 Biodiversité, qu'est-ce que c'est au juste ?

Une capture dans les règles de l’art du No-Kill

Bien préparer la remise à l’eau, c’est d’abord soigner sa capture🎣.

Afin de limiter la blessure infligée au poisson dans sa gueule, les hameçons triples pourront laisser leur place aux hameçons simples circulaires 🪝, et les ardillons pourront être écrasés au préalable. L’utilisation du Fish grip est à proscrire. En revanche, une pince ou un dégorgeoir pourra aider à décrocher plus facilement l’hameçon, une opération à réaliser tout en douceur, idéalement sans le faire saigner. Pour écourter au maximum le combat, l’utilisation d’un fil plus résistant est conseillée. Cette étape doit être réduite autant que possible afin de ne pas épuiser l’animal.

On la prend, cette photo ?

Il est de coutume, pour le pêcheur triomphant, de prendre une photo de sa prise, afin de flatter avant tout son ego📸. Une photo qui permet au passage de valoriser sa capture, sans nécessité de la tuer. Mais bien des dégâts peuvent être causés au malheureux poisson au cours de cette étape, qui n’a bien sûr pas été conçu par dame nature dans le but de rester hors de l’eau. ⚠️ C’est ainsi que la teneur en oxygène de l’air peut gravement endommager certains de ses organes, de sorte qu’une fois relâché, il ne survivra pas à pareil traitement. Les ouïes doivent donc absolument rester humides, et le poisson ne doit pas être sorti plus de quelques secondes de l’eau. Par ailleurs, celui-ci devra être manipulé avec précaution, l’idéal étant de placer une main sous la tête et une sous la queue, et la position verticale sera autant que possible à éviter afin de ne pas nuire à l’irrigation sanguine. Les doigts dans les ouïes sont à proscrire 🙅‍♀️.

Pensez à mouiller vos mains avant de le saisir, de manière à préserver le mucus protecteur du poisson. Pour les mêmes raisons, évitez de le poser au sol sur l’herbe, le bois ou le béton : préférez une épuisette à mailles non nouées humide. La pêche est souvent un bon moment passé en famille, emmener les enfants à la pêche est une très bonne idée ! (pour eux, pour vous peut-être un peu moins).

👉 8 gestes pour prendre soin de la biodiversité

Comment bien relâcher un poisson ?

Le poisson pourra ensuite être relâché la tête face à un courant faible, sans mouvement de va-et-vient, afin de lui permettre de se réoxygéner. Maintenez-le doucement dans cette position le temps qu’il reprenne des forces, et attendez qu’il parte de lui-même vers d’autres horizons🐟.

Une pratique décriée

Bien sûr, cette discipline ne plaît pas à tout le monde, loin de là. Certaines associations de protection animale et antispéciste s’insurgent, estimant que s’amuser à pêcher un poisson pour ensuite le relâcher est barbare. Alors oui, jouer avec un animal doté, comme tous les autres, de sensibilité et non consentant, n’est effectivement pas très petfriendly. Néanmoins, en se mettant à la place du poisson, à choisir, c’est quand même mieux que de finir en bouillabaisse 😅… Mais, globalement, la pratique la plus respectueuse de la nature et du poisson reste de les laisser en paix, on est d’accord.

À retenir :

La pratique du No-Kill est de plus en plus répandue, et consiste, comme son nom l’indique, à relâcher un poisson après l’avoir pêché. Il s’agit d’une véritable philosophie, d’un état d’esprit, qui promeut le respect du poisson et de la nature🌿. La pêche est ainsi totalement émancipée de son objectif initial, axé sur la consommation, et devient un sport. Mais la pratique du No-Kill, pour atteindre son objectif, doit être accompagnée d’un certain nombre de précautions afin de ne pas mettre en péril les chances de survie du poisson une fois relâché.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild


Sources : peche-partage.fr, vallee-dordogne.com, integralpeche.fr, 1max2peche.fr, peche.com

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Un mode vie durable, c'est quoi au juste ?

Les experts sont formels, et ne cessent de tirer la sonnette d’alarme : notre mode de vie et de consommation impacte à ce point l’environnement, les écosystèmes et la biodiversité qu’il est insoutenable sur le long terme pour la planète. En d’autres termes il faudra immanquablement en changer, et dans ce domaine, le plus tôt sera le mieux : tout l’enjeu est de ne pas atteindre le point de bascule au-delà duquel la résilience des écosystèmes sera compromise au point d’en risquer l’effondrement 😱. De ce fait, l’adoption d’un mode de vie durable n’est pas seulement une recommandation, mais devient une nécessité. De quoi s’agit-il exactement ? Sur quels leviers pouvons-nous agir, à notre niveau dès aujourd’hui 🤔 ?

Les Jeux Olympiques de Paris seront écolos, vraiment ?

Réduction de moitié des émissions de CO2 liées à l’organisation des jeux, utilisation exclusive d’énergie renouvelable et quasi exclusive d’infrastructures déjà existantes ou temporaires, restauration bas carbone… Les engagements de Paris 2024 en matière d’environnement sont ambitieux. Mais la promesse de Jeux écologiques est-elle crédible ? N’existe-t-il pas une incompatibilité de fait entre l’organisation d’un tel évènement et la lutte contre le changement climatique ? Faut-il crier au greenwashing 🤔?

Qui pollue le plus, l'avion ou le bateau ? The winner is...

On entend très souvent de nombreux griefs contre le trafic aérien dans la lutte contre le réchauffement climatique, désignés comme LE moyen de transport à éviter absolument pour limiter nos émissions. C’est oublier que le transport maritime n’a rien de bien plus reluisant, et engendrerait une pollution parfois dénoncée comme étant en réalité plus importante que celle de l’aérien. Or, d’après l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le transport maritime représente plus de 80 % des volumes transportés et 90 % des échanges intercontinentaux de marchandises. Tous les moyens de transport polluent, c’est un fait, mais dans quelle mesure ? Qui, de l’avion ou du bateau, remporte la palme du moyen de transport le plus polluant 🤔?

Comment préparer son jardin pour le printemps ? 9 Conseils

Les jours rallongent, le soleil fait progressivement son retour, quelques bourgeons apparaissent sur les arbres… Ça sent bon le printemps, ça 😎 ! Et avec lui, comme chaque année, les affaires vont pouvoir reprendre au jardin après cette longue période d’accalmie. Vous allez bientôt pouvoir dégainer vos graines et plants, mais avant toute chose, une bonne préparation est indispensable ! Comment s’assurer un beau jardin et un potager productif pour toute la saison ? Suivez le guide !

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle