Le « Plan Eau », que contient-il au juste ?

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Du fait du réchauffement climatique et des sécheresses qui l’accompagnent, de nombreuses communes connaissent chaque année des difficultés d’approvisionnement en eau potable. Un problème qui n’est pas près de s’améliorer, et qui menace des milliers de foyers d’être privés de cette ressource précieuse. Au lendemain d’un hiver historiquement sec, avec un nouveau record de 32 jours sans pluie, c’est non sans une certaine anxiété qu’on voit approcher l’été 2023. C’est ce qui a motivé le récent « Plan Eau », annoncé par le Chef de l’Etat à l’occasion de son discours du 30 mars dernier, dernier né d’un exécutif qui visiblement, laisse nombre d’organisations environnementales sur leur soif. Décryptage de ce « grand plan de sobriété sur l’eau ».

Le « Plan Eau », que contient-il au juste ?

Améliorer la gestion de l’eau en France

Le Plan Eau annoncé le 30 mars par le Président est déployé selon 5 axes comptant en tout une cinquantaine de mesures, toutes destinées à améliorer la gestion de l’eau en France :

  • Accélérer la sobriété ;
  • Lutter contre les fuites ;
  • Prévenir les pollutions ;
  • Améliorer la gouvernance de la gestion de l'eau et mettre en œuvre une tarification adaptée ;
  • Prévenir les épisodes de sécheresse.
💪 L’objectif ? 
Faire 10 % d'économies d'eau dans tous les secteurs, d'ici à 2030, dans un contexte où les experts évaluent entre – 10 et – 40% la disponibilité en eau dans les prochaines décennies.

Accélérer la sobriété

Après en avoir appelé à la responsabilité de chacun en matière de consommation d’eau, un « Ecowatt » de l’eau devrait être mis en place dès le début de l’été prochain. Mais si ! Vous savez ? Cet instrument qui avait été mis en place pour surveiller et réduire la consommation d’électricité pendant l’hiver. Le consommateur se verra ainsi alerté sur les tensions hydriques afin de fermer le robinet au moment opportun.

En parallèle, il est demandé à tous les secteurs économiques la mise en place d’un plan de sobriété. Le président a également annoncé des aides pour soutenir les particuliers et les bâtiments publics à s’équiper de récupérateurs d’eau de pluie.

Lutter contre les fuites

Par ailleurs, et il faudrait peut-être en commencer par-là, il s’agira également de réparer les nombreuses fuites responsables d’une importante perte d’eau à l’échelle nationale à l’aide de nouveaux investissements : environ 1 litre sur 5 serait bêtement perdu de cette manière. Dans certaines collectivités, le bilan serait sans appel : plus d’un litre sur deux serait ainsi gaspillé 😱. Si l’on en croit les chiffres de l’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement et de l’Office de la biodiversité (OFB), plus de 937 millions de mètres cubes d’eau auraient ainsi été perdus sur l’année 2020, soit la consommation annuelle d’environ 18 millions d’habitants.

En cause, un réseau vétuste et hors d’âge : d'après l'Office français de la biodiversité et l'Inrae, 60% du réseau français a été posé après les années 1970, soit il y a environ 50 ans. Usure des joints, corrosion, mouvement des sols aggravés par la sécheresse, pression élevée de l'eau… Des travaux de grande envergure quand on sait que sur l'ensemble du territoire français, le réseau d'eau potable représente 900 000 km de canalisations.

👉 Les bons gestes pour économiser l'eau en période de sécheresse

La parenthèse gênante sur les centrales nucléaires

Sont aussi pointées du doigt par le Président les centrales nucléaires, 3èmes consommatrices d’eau en France du fait de la nécessité de refroidir leurs réacteurs à l’aide de grandes quantités d’eau. Le Chef de l’Etat évoque une nécessaire adaptation de ces dernières aux nouvelles problématiques présentées par le réchauffement climatique, en leur permettant de fonctionner davantage en circuit fermé.

Une déclaration du Président qui a provoqué la stupeur des spécialistes et scientifiques 🤔: en effet, une centrale en circuit ouvert rejette toute l'eau qu'elle prélève dans l'environnement, et de ce fait, n’en consomme pas. En revanche, un circuit fermé provoquera une évaporation d’une partie de l’eau prélevée. Néanmoins, passer en circuit fermé pourrait permettre d’adapter le parc à la baisse progressive du débit des fleuves et rivières, et d’éviter de rejeter dans de plus petits volumes une eau réchauffée de plusieurs degrés en mettant en péril les écosystèmes. Moyennant des investissements colossaux, alors qu’aucun plan d’investissement n’est pour l’heure prévu en la matière... Il semblerait donc qu’un petit approfondissement soit nécessaire sur ce point.

👉 Le nucléaire, une énergie écologique ou pas ?

La réutilisation des eaux usées

De même, des techniques de réutilisations des eaux usées traitées devraient être développées, notre pays accusant un net retard en la matière par rapport à d’autres, de manière à atteindre 10 % de réutilisation de ses eaux usées, contre moins de 1 % aujourd’hui. L’idée serait donc de récupérer l’eau qui sort des stations d’épuration pour arroser les champs et les espaces verts.

👉 Multiplication des canicules, un indicateur clair du réchauffement climatique

Et l’agriculture, dans tout ça ?

🚜 Côté agriculture, secteur qui absorbe près de 60% de l’eau consommée chaque année en France, le Président souhaiterait maximiser la capacité de notre principal outil de stockage de l’eau : nos sols. Cela suppose de planter davantage d’arbres et de haies, de manière à favoriser ce stockage naturel et l’approvisionnement des nappes souterraines, bonne nouvelle 🤗 ! 👉 Pourquoi les arbres sont si importants au juste ?

Un secteur sous haute tension du fait des interdictions d’irrigation ayant causé des baisses de rendements de 10 à 40 % l’été dernier… La plus grosse consommatrice en eau en a pourtant cruellement besoin. C’est pourquoi aucun effort supplémentaire ne sera demandé à la production agricole en baissant encore davantage les volumes qu’elle prélève.

Par ailleurs, la réduction de l’usage des pesticides par les agriculteurs devrait permettre également une moindre pollution de nos réserves en eau, notamment dans les retenues artificielles, des méga citernes encouragées par le gouvernement alors même qu’elles provoquent une importante polémique. En effet, l'eau de ces bassines est pompée directement dans les nappes phréatiques ou dans les cours d'eau, durant la période hivernale, ce qui est perçu par beaucoup comme un accaparement de l'eau par l'agro-industrie susceptible d’entraîner une déperdition de la ressource due à l'évaporation. L’été dernier, des dérogations accordées par l’Etat avaient permis à certains agriculteurs raccordés à un stockage d’eau d’irriguer leurs cultures, tandis que ceux qui n’avaient pas cette chance n’ont pas pu arroser 😠.

Mise en œuvre d’une tarification responsabilisante

Le plan prévoit également la généralisation d’une tarification progressive de l’eau, le prix du mètre d’eau se verra donc augmenté significativement au-delà d’un certain niveau de consommation. Prendre une douche ne devrait en effet pas coûter aussi cher que de remplir sa piscine ou d’arroser sa propriété afin de conserver un gazon vert en toutes circonstances 🙄. Dissocier l’eau essentielle, l’eau utile et l’eau de confort, avec l’application de 3 tarifs croissants, vise à instaurer un dispositif de justice sociale et écologique.

Pour toutes ces raisons, le budget des Agences de l’eau sera augmenté de 500 millions d’euros par an, tout en supprimant le plafond de leurs dépenses. Les moyens financiers seront-ils à la hauteur des enjeux ?

Des engagements insuffisants

Pour les organisations environnementales, c’est la douche froide. Elles dénoncent des engagements très insuffisants face à l’importance des enjeux. Le Président oublierait, selon eux, de voir dans l’eau une ressource et des écosystèmes à protéger, omettant complètement d’aborder la question de la protection des milieux aquatiques de la pollution et de l’artificialisation qui les met en péril 🐟. 👉 Pollution marine, la comprendre pour bien agir

Par ailleurs, le fait de ne pas demander de nouvel effort à l’irrigation, qui utilise près de 80% de l’eau disponible en été, fait grincer les dents, notamment quand il s’agit d’arroser le maïs 🌽, plante tropicale inadaptée à nos climats. Par ailleurs, d’après Que Choisir, les 130 millions d’euros promis par le Président aux agriculteurs pour promouvoir une agriculture économe en eau et non polluante ne représente qu’1% des aides de la PAC, autant dire une goutte d’eau dans l’océan : une enveloppe totalement insuffisante à la transition vers une agriculture plus durable. L’agriculture intensive a de beaux jours devant elle.

À retenir :

Le Plan Eau récemment présenté par le chef de l’Etat vise à améliorer la gestion de l’eau en France et à une plus grande sobriété, dans un contexte où le réchauffement climatique progressant, les canicules et les sécheresses deviennent la norme. Les experts évaluent en effet entre – 10 et – 40% la disponibilité en eau dans les prochaines décennies, un énorme chalenge à relever pour éviter les pénuries locales de cette ressource vitale. Un « Plan Eau » qui paraît, aux yeux de nombreux observateurs, partiel et timoré au regard des enjeux.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild


Sources : huffingtonpost.fr, francebleu.fr, lepoint.fr, theconversation.com, vie-publique.fr, reporterre.net, quechoisir.org, midilibre.fr

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Un mode vie durable, c'est quoi au juste ?

Les experts sont formels, et ne cessent de tirer la sonnette d’alarme : notre mode de vie et de consommation impacte à ce point l’environnement, les écosystèmes et la biodiversité qu’il est insoutenable sur le long terme pour la planète. En d’autres termes il faudra immanquablement en changer, et dans ce domaine, le plus tôt sera le mieux : tout l’enjeu est de ne pas atteindre le point de bascule au-delà duquel la résilience des écosystèmes sera compromise au point d’en risquer l’effondrement 😱. De ce fait, l’adoption d’un mode de vie durable n’est pas seulement une recommandation, mais devient une nécessité. De quoi s’agit-il exactement ? Sur quels leviers pouvons-nous agir, à notre niveau dès aujourd’hui 🤔 ?

Les Jeux Olympiques de Paris seront écolos, vraiment ?

Réduction de moitié des émissions de CO2 liées à l’organisation des jeux, utilisation exclusive d’énergie renouvelable et quasi exclusive d’infrastructures déjà existantes ou temporaires, restauration bas carbone… Les engagements de Paris 2024 en matière d’environnement sont ambitieux. Mais la promesse de Jeux écologiques est-elle crédible ? N’existe-t-il pas une incompatibilité de fait entre l’organisation d’un tel évènement et la lutte contre le changement climatique ? Faut-il crier au greenwashing 🤔?

Qui pollue le plus, l'avion ou le bateau ? The winner is...

On entend très souvent de nombreux griefs contre le trafic aérien dans la lutte contre le réchauffement climatique, désignés comme LE moyen de transport à éviter absolument pour limiter nos émissions. C’est oublier que le transport maritime n’a rien de bien plus reluisant, et engendrerait une pollution parfois dénoncée comme étant en réalité plus importante que celle de l’aérien. Or, d’après l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le transport maritime représente plus de 80 % des volumes transportés et 90 % des échanges intercontinentaux de marchandises. Tous les moyens de transport polluent, c’est un fait, mais dans quelle mesure ? Qui, de l’avion ou du bateau, remporte la palme du moyen de transport le plus polluant 🤔?

Comment préparer son jardin pour le printemps ? 9 Conseils

Les jours rallongent, le soleil fait progressivement son retour, quelques bourgeons apparaissent sur les arbres… Ça sent bon le printemps, ça 😎 ! Et avec lui, comme chaque année, les affaires vont pouvoir reprendre au jardin après cette longue période d’accalmie. Vous allez bientôt pouvoir dégainer vos graines et plants, mais avant toute chose, une bonne préparation est indispensable ! Comment s’assurer un beau jardin et un potager productif pour toute la saison ? Suivez le guide !

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle