Récupérateur d'eau de pluie, la bonne idée !

Mis à jour le par Equipe Rédaction

L’eau étant une ressource limitée, tout ce qui peut concourir à en user avec parcimonie est à envisager. N’oublions pas en effet que si la planète bleue est composée à 72% d’eau, moins de 1% de l'eau sur Terre est potable 🌍 ! Sans oublier que le nombre d’êtres humains sur terre devient vertigineux, mais que la quantité d’eau, elle, n’augmente pas... L’heure est aux économies d’eau ! De nombreux gestes peuvent être adoptés au quotidien pour limiter autant que possible notre consommation, et parmi elles l’installation d’un récupérateur d’eau de pluie. Une idée de génie pour la planète et pour faire des économies. Suivez le guide !

Récupérateur d'eau de pluie, la bonne idée !
Sommaire :

Les bonnes raisons d’installer un récupérateur d’eau de pluie

Face au réchauffement climatique, l’économie d’eau potable et l’un des plus grands enjeux de notre siècle ! 👉 Empreinte carbone : qu’est-ce que c’est ? Comment la calculer, la réduire ?

Nous le savons bien, l’eau, même si elle coule à flots de nos robinets, n’en est pas moins une ressource précieuse et rare 💎. Dans une préoccupation de développement durable, une démarche de gestion raisonnée de l’eau peut parfaitement et assez facilement être mise en place à la maison, à l’aide d’un récupérateur d’eau de pluie. Traiter l’eau consomme de l’énergie, divers produits… Du gaspillage quand il ne s’agit que d’arroser ses légumes ou de tirer la chasse d’eau 🚻 ! Un consommateur français utilise en moyenne 150 à 200 litres d’eau par jour, trois fois plus qu’il y a 30 ans, ce n’est évidemment pas rien.

👉 Les bons gestes pour économiser l'eau en période de sécheresse

Ce dispositif, comme son nom l’indique, permet ainsi de récupérer l’eau de pluie afin de la stocker pour l’utiliser pour son usage personnel. Voilà pour le scoop n°1 😅! On peut noter deux conséquences directes à un pareil système :

  • Votre consommation d’eau provenant du réseau de distribution s’en trouvera réduite d’autant, et ça, c’est une bonne nouvelle pour la planète🥳 !
  • Votre facture d’eau s’en trouvera allégée 💰 : le prix de l’eau augmente chaque année, et un tiers de la consommation d’un foyer est imputable à la seule chasse d’eau. Tout mis bout à bout, une cuve pourrait vous permettre d’économiser, en tout, jusqu’à 50 % de votre facture.

Avec une superficie de toit de 1O0 m², il est ainsi possible de récupérer en moyenne de 3 000 à 60 000 litres d'eau de pluie par an 💪 ! Imaginez seulement toutes les économies réalisées… 

On estime par ailleurs que 45% de l’eau consommée dans notre pays pourrait parfaitement être issue d’eau de pluie, une très bonne nouvelle pour les nappes phréatiques qui ont tant de mal à se remplir ! À condition que tout le monde joue le jeu…

👉 Être écoresponsable, qu'est-ce que c'est ?

Que dit la loi ?

La récupération d’eau de pluie est encadrée par la réglementation. La loi autorise ainsi la récupération et le stockage de l’eau de pluie pour son usage personnel, mais uniquement dans certains cas et sous certaines conditions. Bien entendu, si elle peut tout à fait convenir pour un usage domestique, la consommation alimentaire est rigoureusement exclue ⛔.

  • En intérieur, l’eau de pluie peut être utilisée pour remplir votre chasse d’eau 🚽, laver les sols, et laver le linge à la condition d’utiliser un dispositif de traitement de l’eau adapté. En cas d’utilisation intérieure, les robinets d’accès doivent être clairement identifiés afin qu’aucune confusion ne soit possible avec de l’eau du robinet, faisant obligatoirement apparaître la mention « Eau non potable » accompagné d’un pictogramme explicite. Ces robinets doivent par ailleurs pouvoir être verrouillés ou bloqués, et ne s’ouvrir qu’avec un outil spécifique non accessible à proximité immédiate. Il est également interdit d’installer un robinet distribuant de l’eau de pluie dans une pièce où se trouvent des robinets distribuant de l’eau potable, sauf cave, sous-sol et pièces annexes de type garage. 👉 Et sinon, pourquoi pas les toilettes sèches 😁 ?
  • En extérieur, elle pourra être utilisée totalement librement : pour arroser votre potager, vos plantes, nettoyer votre voiture ou votre terrasse…

Quoi qu’il en soit, l’eau de pluie récupérée devra avoir ruisselé sur une toiture non accessible (sauf maintenance et entretien), et le stockage pourra, au choix, être effectué dans une cuve hors-sol ou enterrée, sans qu’aucun produit antigel n’y soit appliqué. 

Une déclaration en mairie est obligatoire dans le cas où votre installation est raccordée au réseau d’assainissement collectif, c’est-à-dire du traitement des eaux usées, donc généralement dans le cas où vous opteriez pour un usage intérieur de votre domicile.

Comment ça fonctionne ?

Comment ça fonctionne ? Rien de plus simple ! Il s’agit en fait d’une simple cuve reliée à vos gouttières. Lorsqu’une averse tombe, l’eau va tomber dans les gouttières, puis dégouliner dans la cuve et la remplir 🌦️. Elle sera filtrée avant d’y finir sa course, afin de retenir les feuilles d’arbres, insectes, et autres débris, ce qui permettra d’éviter la formation de vase. L’eau y sera ensuite puisée chaque fois que nécessaire :

  • À l’aide d’un robinet fixé sur la cuve si le récupérateur est hors-sol ;
  • Au moyen d’une pompe s’il est enterré.

👉 9 conseils simples et efficaces pour réduire son impact environnemental

Hors sol ou enterrée ? Telle est la question !

Le plus simple est bien sûr l’utilisation d’un récupérateur hors-sol, qui ne demande aucuns travaux préalables, hormis le raccordement de la cuve aux gouttières. Celui-ci convient très bien pour les usages extérieurs 🧑‍🌾. Vous en trouverez avec une contenance pouvant atteindre 1500 litres. D’une manière générale, 500 litres suffisent pour un arrosage d'appoint.

Un dispositif enterré ne s’improvise pas et sera logiquement plus onéreux : il demande de creuser pour installer la cuve à l’endroit prévu à cet effet, ce qui dépendra donc de la configuration du réseau de canalisations, puisqu’il devra y être relié. Il est donc préférable de faire appel à un professionnel 🚧 ! Ce système permettra un usage mixte, autant intérieur qu’extérieur, ce qui engendrera des économies plus intéressantes sur le long terme. Sa contenance pourra aller bien au-delà de 1500 litres, contrairement au récupérateur hors sol.

Si vous êtes un peu bricoleur, vous pouvez construire vous-même votre récupérateur d’eau hors sol à l’aide d’un tonneau en bois étanche, par exemple, ou l’acheter en jardineries et magasins de bricolage. Il vous en coûtera de quelques centaines à quelques milliers d’euros, selon le choix du système et sa complexité d’installation 💶. Des sommes rapidement amorties compte tenu des économies réalisées sur le long terme 😉 !

Sachez que certaines aides fiscales ou subventions peuvent être mises en place par les collectivités locales. Renseignez-vous !

Une eau douce, non calcaire (et gratos) !

Cette eau est certes non potable, mais elle n’est pas calcaire ni minéralisée, une bonne nouvelle pour votre potager, et pour votre machine à laver, si votre système vous permet de l’utiliser à cet effet. Le lave-linge pourra ainsi voir sa vie substantiellement prolongée grâce à l’utilisation de cette eau plus douce qui le préservera du tartre, sans parler de la quantité de lessive utilisée qui, plus efficace, pourra être revue à la baisse, bonne nouvelle pour la nature 🌿 ! Diantre, mais ça fait encore plus d’économie, ça ! Rappelons également que faire sa lessive soi-même est également une excellente idée pour la planète.

👉 Comment protéger les océans ? À nous de jouer !

Mieux, l’installation d’un système de stérilisation UV vous permettra de bénéficier d’une eau débarrassée à 99% de ses bactéries😯. Il est également possible d’installer un filtre à membrane ou osmoseur, ou un filtre céramique.

À retenir :

Nous sommes tous animés par un élan d’écocitoyenneté au regard du poids qui pèse de plus en plus lourd sur les épaules de la nature, des écosystèmes, de la biodiversité, … Bref, de la planète ! Notamment, la question de l’eau potable devient de plus en plus préoccupante, corrélativement à celle du réchauffement climatique. C’est pourquoi chacun devrait installer chez lui un récupérateur d’eau de pluie afin de puiser le moins possible dans les nappes phréatiques, et de s’en servir chaque fois que possible : pour arroser son jardin, tirer la chasse d’eau, ou même laver ses vêtements. Une installation qui a un coût, certes, mais qui sera vite amorti tant vos factures d’eau s’en trouveront réduites. L’un dans l’autre, chacun y trouvera son compte, un cercle totalement vertueux 🤗.

👉 Comment prendre soin de l'environnement ?

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild


Sources : service-public.fr, services-eau-france.fr, consoglobe.com, particuliers.engie.fr





Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Marche nordique, qu'est-ce que c'est ? Comment s'y mettre ?

La marche nordique ou Nordic Walking, ou encore Sauvakävely, était pratiquée à l’origine en Finlande par les skieurs de fond comme entraînement pendant la belle saison, et a progressivement acquis ses propres lettres de noblesse jusqu’à devenir une discipline à part entière. Le marcheur nordique se considère comme un quadrupède, qui passe de deux à quatre appuis au sol à l’aide de bâtons. Cette marche dynamique fait de plus en plus d’adeptes en raison de ses nombreux bienfaits. Décryptage 👇

Démarche ZAN, le programme pour réduire l'extension des villes

L’artificialisation des sols est l’une des premières causes du réchauffement climatique et de l’érosion massive et sans précédent de la biodiversité. En moyenne, en France, entre 20 000 et 30 000 hectares d’espaces naturels, agricoles et forestiers sont consommés chaque année. C’est pourquoi le Plan Biodiversité avait instauré en 2018 l’objectif ZAN - Zéro Artificialisation Nette - dans le but de protéger ces zones en repensant l'aménagement urbain. L’idée, c’est d’atteindre en 2050 l’absence de toute artificialisation nette des sols, avec un premier objectif intermédiaire de réduction de moitié du rythme de la consommation d’espaces d’ici 2030. Le point sur un challenge ambitieux 👇

Comment préparer mon jardin au retour du grand froid ?

Si les premiers flocons de neige ❄️ sont un spectacle qui fait toujours plaisir à voir, votre coin de verdure pourrait pourtant ne pas se remettre de l’arrivée des premiers frimas. Pour être sûr de le retrouver tout aussi beau qu’avant au prochain printemps, quelques arrangements sont nécessaires. Comment préparer votre jardin au retour du grand froid ? On vous partage toutes nos astuces ! 🌳

Et si on offrait de la seconde main cette année à Noël ?

Écologique, économique, l’idée d’offrir des présents d’occasion à Noël a de quoi séduire… Durant cette période où la surconsommation est reine et dénature l’esprit même de la Nativité, cette pratique propose une alternative très intéressante pour des fêtes de fin d’année plus vertes et éthiques. Pourtant, les réticences font encore obstacle, dans certains esprits, à sa généralisation. Un tabou qui cède peu à peu du fait de la conjoncture économique et écologique de ces dernières années. Parce que prendre soin de ses proches et de la planète est parfaitement compatible, osez la seconde main sous le sapin ! 🎄

Journée mondiale du climat, à vos agendas !

Y’a plus d' saison, ma p’tite dame ! Et chaque année, le 8 décembre, c’est la Journée mondiale du climat, instaurée à l’initiative de plusieurs ONG, avec un objectif : faire prendre conscience au plus grand nombre de l’importance des changements climatiques, qui nous impactent, chaque année, encore un peu plus. Le réchauffement climatique est désormais un sujet qui fait parler de lui quasiment constamment dans les médias, bien souvent pour alerter encore et toujours sur l’urgence climatique, et de temps en temps pour relayer les mesurettes dérisoires prises par les instances gouvernementales ou internationales. Parce que nous n’avons qu’une seule terre #UneSeuleTerre, c’est l’occasion ou jamais de réfléchir et surtout d’agir en faveur du climat.

Sapin en plastique ou naturel ? Comment choisir ?

La sapin, c’est le symbole de Noël. Avec ses guirlandes et ses boules, il est dans tous nos souvenirs de fêtes de fin d’année 🎄. Et pour beaucoup d’entre nous, il est impensable de mettre les cadeaux ailleurs qu’à son pied. Mais un dilemme se pose au moment de l’acheter. Sapin en plastique ou naturel : comment choisir entre ces deux options ?

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle