Comment réduire son empreinte numérique en 14 étapes ?

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Qui n’est pas équipé d’un smartphone, d’une tablette, ou d’un ordinateur aujourd’hui, et bien souvent des trois ? Pourtant, ce que de nombreuses personnes ignorent, c’est que nos activités sur le web ne sont pas sans conséquence sur la planète, des effets globalement très sous-estimés du fait que le numérique est immatériel. En réalité, si Internet était un pays, il serait le 3ème consommateur mondial d’électricité, après la Chine et les Etats-Unis. Il s’agit d’un domaine qui mobilise d’importantes ressources : en France, il émet 2,5% des émissions de gaz à effet de serre, et consomme environ 10% de l’électricité. On regroupe ainsi sous le terme de pollution numérique les impacts environnementaux générés par le secteur informatique dans son ensemble. Découvrez la face cachée du numérique et les astuces pour limiter, au quotidien, votre empreinte environnementale 👇

Comment réduire son empreinte numérique en 14 étapes ?

Pollution numérique : un bilan aussi méconnu qu’accablant

Un simple ordinateur portable nécessite l’utilisation de dizaines de métaux extraits dans les sols du monde entier, un processus très gourmand en énergie, en eau et en ressources diverses, mais également de 240 kg de combustibles fossiles et 22 kg de produits chimiques 📱. L’achat d’un outil numérique est l’exemple typique de ce qu’on appelle la « pollution importée », d’autant qu’au fur et à mesure que le matériel se complexifie, son impact s’alourdit. De plus, un appareil numérique comme un smartphone, de sa conception à sa distribution, fait environ 4 fois le tour du monde 🌍.

👉 Empreinte carbone : qu’est-ce que c’est ? Comment la calculer, la réduire ?

Émissions de gaz à effet de serre, déclin de la biodiversité, déchets électroniques, rejets toxiques dans l'air, l'eau et les sols… Si le plus gros provient de la phase de fabrication du matériel, notre manière de l’utiliser influe également sur l’impact environnemental du numérique. Bien que le numérique soit, de notre point de vue d’utilisateur, immatériel, le réseau internet sur lequel nous surfons tout au long de la journée repose sur le fonctionnement d’antennes relais, de satellites, de serveurs, d’ordinateurs, de câbles, et de data centers afin de transporter, traiter et stocker nos innombrables données. Un impact environnemental qui ne cesse d’augmenter, corrélativement à la digitalisation croissante de nos sociétés.

Au niveau mondial, Internet représente à lui seul 45 millions de serveurs, 800 millions d’équipements réseaux (routeurs, box…), 15 milliards d’objets connectés. En une heure, 8 à 10 milliards de mails sont échangés (hors spam !), et 180 millions de recherches Google sont effectuées. Une donnée numérique parcourt en moyenne 15 000 km. Des chiffres effarants on ne peut plus tangibles 😱.

Réduire son empreinte numérique : les gestes au quotidien

Allongez la durée de vie de votre équipement : la longévité au service de la sobriété

La résolution la plus efficace que vous puissiez prendre pour alléger votre empreinte numérique est de faire durer autant que possible vos équipements afin de diminuer leurs impacts : une tablette ou un ordinateur dont la durée d’utilisation passe de 2 à 4 ans voit son bilan environnemental amélioré de 50 % 💪. Et au-delà de 4 ans, c’est encore le mieux (et c’est tout à fait possible !). Ne succombez pas aux sirènes du marketing publicitaire 🧜‍♀️! Avez-vous vraiment besoin de ce dernier smartphone qui vient de sortir alors que le vôtre fonctionne parfaitement bien ? En cas de dysfonctionnement ou de panne, la réparation est souvent possible (et bien moins onéreuse) que le remplacement à neuf. Et si vraiment l’achat s’avère incontournable, optez pour le reconditionné !

👉 Réparer plutôt que jeter, la bonne idée !

Molo sur le streaming, et limitez la très haute définition

Le streaming représente à lui seul 60% des flux de données sur le net, et son empreinte carbone ne cesse de progresser. Regarder une heure de vidéo consomme autant d’électricité qu’un frigo pendant un an, et un utilisateur de Youtube émet environ 117 tonnes de CO2 chaque année rien qu’en visionnant des vidéos 🍿. Le streaming vidéo, c’est 300 millions de tonnes de CO2 chaque année dans le monde. C’est sûr, Netflix, c’est bien agréable au quotidien, mais la consommation de vidéos est très énergivore en raison du poids des fichiers et de la qualité des images, souvent visionnées en très haute définition.

Un geste simple consiste déjà à bloquer la lecture automatique des vidéos sur les réseaux sociaux ou sur Youtube. De plus, vous pouvez également adapter la résolution à votre écran, en fonction de si vous regarder la vidéo sur votre téléphone ou sur votre ordinateur. Sur Netflix, les paramètres par défaut peuvent être modifiés pour ne pas avoir à y penser à chaque fois 😉.

Utilisez votre barre de favoris

Il est moins énergivore d’enregistrer les sites sur lesquels vous avez l’habitude de vous rendre sur la barre des favoris, que de les retrouver via votre moteur de recherche à chaque fois, ou que de laisser des onglets ouverts, pensez-y !

Fermez vos onglets inutiles

Quand on surfe sur Internet, on a vite fait d’avoir plusieurs onglets ouverts en simultané, dont bien souvent on n’a plus l’utilité. Cette pratique est à éviter autant que possible : faire un ménage régulier dans ses onglets préserve l’environnement, car ils ne payent pas de mine, mais font tourner inutilement des serveurs 🤯.

Faites le ménage dans votre boîte mail et supprimez vos anciennes adresses

Saviez-vous que 75% des mails reçus sont des spams dont vous n’avez strictement rien à faire, et que 80% des mails reçus ne sont en fait jamais ouverts 🙄 ? Nos boîtes sont saturées de ce type de message dont on se fiche au dernier degré, de newsletters, publicités, et sollicitations en tout genre. Or, leur envoi, puis leur stockage gaspillent beaucoup d’énergie. Faire le tri régulièrement dans sa boîte mail est une pratique vertueuse pour l’environnement : jetez les spams, désinscrivez-vous des newsletters qui vous encombrent (certains outils peuvent vous y aider). Supprimez vos anciennes adresses, sur lesquelles vous continuez à coup sûr à recevoir les mêmes messages indésirables : bref, arrêtez de faire tourner des serveurs pour rien par simple passivité !

👉 11 conseils simples et efficaces pour faire des économies d’énergie

Le soir coupez votre box avant d’aller dormir

Votre box n’a pas besoin de tourner H24 : l’éteindre la nuit et pendant vos absences permet d’économiser de l’énergie 😴. L’air de rien, elle consomme à peu près autant qu’un grand réfrigérateur.

La fin de vie de votre matériel numérique

Un jour ou l’autre, cependant, arrivera le moment de mettre votre matériel au rebut, c’est inévitable. Là encore, le constat est accablant : l’ONU estimait en 2013 que 75 % des déchets électroniques échappaient aux filières légales de recyclage ♻️. Que deviennent les déchets numériques après quelques mois ou années de bons loyaux services ? Ils sont bien souvent exportés illégalement en Chine, en Inde ou en Afrique, et échouent dans de gigantesques décharges à ciel ouvert.

Ce déchet doit faire l’objet d’une collecte et d’un traitement car de nombreux matériaux contenus dans ces équipements sont recyclables et réutilisables, et pourraient être récupérés afin de construire du neuf sans piller les ressources naturelles qui s’amenuisent : or, platine, tantale, lanthane, yttrium… D’autres composants peuvent être valorisés énergétiquement. Quel gâchis quand on pense que 54 à 113 millions de téléphones portables dorment au fond de nos tiroirs !

D’autre part, une partie des composants est dangereuse pour l’environnement et pour la santé, car très polluante : arsenic, plomb, chlore, mercure, brome... Il faut donc les traiter de manière adéquate. Vous pouvez, au choix, les rapporter chez un revendeur informatique, les jeter dans une borne de collecte ou les déposer en déchèterie.

❓ Le saviez-vous ? 
La 5G n’est pas une bonne nouvelle en terme environnemental, puisqu’outre les nouveaux équipements nécessités par son déploiement, son efficacité ne compense pas la hausse de volume des données transférées du fait de son utilisation. De ce fait, l’empreinte carbone du secteur numérique pourrait connaître une augmentation de 18 à 45% d’ici 2030.

Mettez-vous en veille au bout de 3 minutes

Un geste tout simple consisté à mettre en veille votre ordinateur au bout de 3 minutes sans utilisation, et de penser à l’éteindre en cas de pause prolongée 👍.

👉 Footprint calculator, calculez votre jour du dépassement selon votre mode de vie

Limitez les mails, les pièces jointes et les personnes en copie

En fait, aussi anodin soit ce geste, il n’est pas sans conséquence : envoyer 12,3 mails par jour pendant un an pollue autant que parcourir 100 km en voiture 📧. Et lorsqu’ils sont accompagnés d’une pièce jointe, c’est encore pire ! Un mail consomme en moyenne 4g de CO2, et lui adjoindre une pièce d’1 Mo alourdit la facture à 19 g. Conclusion : pour préserver la planète, il est préférable d’envoyer moins de mails, de limiter les pièces jointes et le nombre de personnes en copie (un mail envoyé à 10 destinataires multiplie par 4 son impact environnemental !). Si le destinataire est dans le bureau d’à côté, faites quelques pas pour lui remettre le document en question sur une clé USB, ce qui en plus est plus convivial. Même combat pour votre signature de mail : faites light et évitez les images 😉.

Évitez le cloud chaque fois que possible

Il est toujours préférable d’éviter le cloud, qui utilise les datacenters, que de stocker en local 😶‍🌫️. Le stockage en ligne, c’est bien pratique, mais impose un dialogue permanent entre le terminal et les serveurs en raison des transferts de données. Vive le disque dur externe !

Refusez les objets connectés

On se demande quand même comment nos grands-mères survivaient quand on voit que certains d’entre nous ont « besoin » d’un assistant virtuel pour allumer la lumière, fermer un volet ou faire leur liste de course sur la base du contenu de leur frigo… Soyons sérieux et revoyons nos besoins et priorités : 19 milliards d’objets connectés circulaient déjà en 2019 ! Très énergivores, ils produisent de surcroit beaucoup de déchets supplémentaires.

👉 Comment réduire ses déchets ménagers ? 8 astuces simples & efficaces

Choisissez un moteur de recherche écoresponsable, et contournez-le chaque fois que possible

L’installation d’un moteur de recherche écoresponsable s’intègre dans une démarche d’allègement de son empreinte numérique, on ne dirait pas comme ça, mais de nombreuses alternatives existent ! Chaque fois que possible, contourner son moteur de recherche en tapant directement l’adresse du site permet également d’économiser de l’énergie. De même, au moment d’effectuer votre recherche, allez au plus court : utilisez des mots-clés précis pour cibler au mieux votre demande, et pensez à vider régulièrement le cache de votre navigateur.

Usez et abusez du mode « économie d’énergie »

Presque tous vos outils peuvent être paramétrés pour fonctionner en mode « économie d’énergie ». Ainsi, votre batterie se vide moins vite, et vous avez moins souvent besoin de la recharger, tout bêtement.

La digital detox, vous y avez pensé ?

Peu importent les efforts que vous fournirez au quotidien dans votre utilisation de l’outil informatique, rien de tel qu’une petite digital detox pour réduire drastiquement votre empreinte numérique 🌿 !

👉 Digital detox : éteignez votre téléphone et profitez, tout simplement

À retenir :

73% des Français n’ont pas conscience de leur impact environnemental dans le cadre de leur utilisation des outils numériques, du fait de l’aspect à première vue immatériel de la pollution numérique. Pourtant, les outils numériques ont un impact non négligeable sur l’environnement. Passer une journée à travailler sur votre ordinateur revient à parcourir 9km en voiture. Regarder des vidéos en streaming, envoyer un mail, faire une simple recherche sur Google, garder des onglets ouverts inutilement, laisser les spams s’accumuler sur sa boîte mail… Tous ces gestes d’une banalité sans nom participent à cette pollution. Comme dans tous les domaines, les bonnes pratiques peuvent vous permettre de réduire votre impact environnemental. Encore faut-il les connaître !

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild


Sources : greenpeace.fr, wwf, Ademe, greenly

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Pour vivre heureux, vivons… En yourte ? Un style de vie au naturel

La vie en yourte, retour aux sources ou effet de mode ? Si ce logement insolite séduit son public le temps d’un week-end au vert, pour d’autres, c’est devenu un mode de vie. À l’origine utilisée par les nomades d’Asie Centrale, la yourte constituait l’habitat le plus adapté au climat et à leurs habitudes. Mais qu’en-est-il pour les Occidentaux ? Les questions écologiques, l’ouverture au monde, l’envie de se rapprocher de la nature mais aussi l’apparition d’une pandémie mondiale nous ont amenés à reconsidérer en profondeur notre rapport à l’habitat et à la vie en société. Si la yourte présente de nombreux atouts et semble répondre à une quête de sens et de liberté, mieux vaut considérer tous ses aspects avant de vous lancer. Yourte ou pas ? Quelques clés pour choisir en pleine conscience.

Le 2 août 2024 : jour du dépassement. Prévenir pour mieux agir

Si nous vivons sur la même planète, vous en avez sûrement entendu parler au moins une fois… Le jour du dépassement, c’est cette date indicative à partir de laquelle nous aurons consommé l’ensemble des ressources que la Terre est capable d’approvisionner en une année. Calculé pour sonner l’alerte et sensibiliser la population mondiale, le jour du dépassement semble faire parler plus qu’il ne fait agir. Comment la date est-elle calculée ? Pourquoi est-elle différente d’un pays à l’autre ? Comment retarder concrètement son avancée ? Voici quelques clés pour mieux comprendre les enjeux du jour du dépassement. Loin de nous l’idée de nourrir votre éco-anxiété mais plutôt la prise de conscience de notre responsabilité à en matière d’habitudes de consommation.

Bernic & Clic : l’appli qui vous reconnecte à la nature

Lorsque la mer se retire, le littoral est le théâtre d’une fascinante faune et flore peu familière. Marcheurs ou pêcheurs, vous vous êtes déjà demandé comment s’appelle ce drôle de coquillage qui ressemble à un chapeau chinois ? Qu’est-ce qu’un estran ? Comment les poissons respirent-ils sous l’eau ? Bonne nouvelle ! Toutes les réponses à vos questions sont sur Bernic & Clic. Des passionnés de nature et de biodiversité ont créé l’application idéale pour éveiller la curiosité des petits marins d’eau douce et de leurs parents. Mollusques, crustacés, algues et poissons n’auront bientôt plus de secret pour vous et vos graines de sauveteurs. Rendez-vous à la prochaine marée et d’ici là, découvrez tout sur l’application qui pourrait bientôt vous accompagner dans vos futures excursions les pieds dans la vase.

Zoonoses et climat : même combat ! Enjeux climatiques & santé

Les “zoo” quoi ? Les zoonoses, ce sont les maladies transmises par les animaux aux humains. Ça vous rappelle un certain pangolin ? Tout juste ! Comment est-ce possible ? Depuis le Covid 19, de sérieuses hypothèses mettent en cause le climat. En effet, le réchauffement climatique serait à l’origine de l’émergence de nouveaux organismes vivants dits pathogènes, c’est-à-dire responsables de maladies. Comment éviter de nouvelles pandémies ? Comment préserver la biodiversité et nos écosystèmes pour lutter contre ces zoonoses ? Quels sont les dangers en matière de santé publique et économique ? Voici quelques clés pour maîtriser le sujet.

Les indispensables pour partir en Festival sans polluer

Les festivals de musique et concerts en plein air sont synonymes de plaisir et de liberté mais aussi d’abus, lorsque le Festival n’est pas éco-conçu. Pour profiter de la nature encore longtemps, mieux vaut la préserver ! Alors, avant de sillonner la France à la recherche de scènes endiablées et de bons sons à partager, voici une liste des objets durables qui vous accompagneront pendant des années et rendront vos co-festivaliers verts… de jalousie !

Les fruits et légumes d'août pour faire le plein d'énerergie !

Août est le mois le plus chaud de l’année, la saison parfaite pour les pique-niques, apéros dînatoires, barbecues et planchas 😎. On a donc envie de fraîcheur et de délicieuses saveurs sucrées. Et ça tombe bien, car les ingrédients parfaits pour des recettes légères et rafraîchissantes sont justement en plein boom. La nature n’est-elle pas incroyablement bien faite ? Les fruits et légumes sont plus que jamais gorgés de soleil, bourrés de vitamines, minéraux et antioxydants. Et si vous profitiez de vos vacances pour vous mettre au vert ?

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

La citation qui nous parle