Zoom sur le tilapia, poisson le plus consommé du monde

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Le tilapia, poisson exotique appartenant à la famille des Cichlidés originaire d’Afrique et du Proche-Orient, est étonnamment méconnu du grand public. Pourtant, il s’agirait du poisson le plus consommé au monde. Riche en protéines, pauvre en lipides, doté d’une chair au goût délicat, sa consommation n’en est pas moins parfois déconseillée. Surnommé « poulet aquatique » outre-Atlantique en raison de son goût subtil et de sa capacité à se reproduire en élevage, zoom sur ce poisson d’eau douce qui fait parler de lui !

Zoom sur le tilapia, poisson le plus consommé du monde
Sommaire :

Tilapia, qui es-tu ?

Souvent pêché au large de l’Afrique et en Orient, au Proche-Orient et Moyen-Orient, il est très bon marché, ce qui lui vaut une partie de son succès. Il s’agirait de l’espèce de poisson la plus consommée aux Etats-Unis 🏆.

On en trouve en réalité trois genres zoologiques différents, qui comprennent chacun plusieurs espèces, dont les plus courantes sont le tilapia du Nil (Oreochromisniloticus) et le tilapia de Java ou Tilapia du Mozambique (O. mossambicus), pourtant listé comme espèce « vulnérable », plus souvent consommé par les populations locales. On aurait commencé à l’élever à partir de 4.000 ans, en Egypte, mais son commerce ne décolla vraiment qu’à partir de la seconde guerre mondiale, à la suite d’une pénurie de viande en Afrique du Sud 🥩.

La légende raconte que les poissons que le Christ multiplia afin de nourrir les foules lors de l’épisode miraculeux du Nouveau Testament et de l’Evangile selon Jean étaient des tilapias, lui permettant alors de nourrir plus de 5.000 hommes. Ce qui en fait tout à coup une véritable star des bancs de poisson 😎 ! Mais le nom « tilapia » signifie tout simplement « poisson » en Botswanais…

Poisson à l’aspect compact, il a une apparence lisse, du fait de ses écailles cycloïdes, et une nageoire dorsale à 16 ou 17 épines. Sa couleur est variable, en fonction des espèces, pouvant aller du bleu très sombre au rouge orangé. Espèce tropicale, il vit dans des eaux peu profondes et chaudes, au minimum de 15 degrés, et idéalement autour de 28 et 32 degrés. Dans la nature, il peut vivre plus de 10 ans, et atteindre un poids de 5 kilos, voire plus 💪.

Poisson d’eau douce ou d’eau saumâtre, il s’adapte néanmoins à toutes les salinités, et supporte très bien de vivre en mer. C’est un omnivore brouteur qui se nourrit de phytoplancton, de périphyton, d’algues, de petits invertébrés et de détritus, contrairement au saumon ou à la truite. C’est en fait une sorte de carpe exotique 🌴.

Carpe Diem !

Bien pratique, ce poisson est presque dépourvu d’arêtes, ce qui est une autre raison de l’engouement qu’il suscite. Sa chair blanche au goût peu prononcé plaît en cuisine, car il peut être facilement arrangé à toutes les sauces et associé à sa guise 😋. Il est également excellent cru, en sushi ou en sashimi, ou encore mariné, à condition d’être extra-frais ! Les risques d’intoxications alimentaires, comme avec tous les poissons, doivent être pris en compte. Les poissons crus, fumés ou marinés peuvent en effet contenir des bactéries, des parasites ou des virus généralement détruits lors de la cuisson.

Un poisson presque dépourvu d'arêtes. 

Les atouts du tilapia dans votre assiette

🐟 D’une manière générale, la consommation de poisson une à deux fois par semaine est associée à une diminution de la mortalité coronarienne. Considéré comme un poisson maigre, le tilapia est pauvre en matières grasses, mais contient néanmoins de l’acide eicosapentaénoïque (AEP) et de l’acide docosahexaénoïque (ADH), des omega-3 qui favorisent le bon fonctionnement des systèmes immunitaire, hormonal et circulatoire :

  • En réduisant la tension artérielle et la formation de caillots, les omega-3 sont un rempart indispensable contre les maladies cardiovasculaires.
  • Un petit coup de blues 😭 ? Sortez vos casseroles ! Car au-delà de ça, ces omega-3 jouent un rôle dans la prévention de la dépression.
  • Enfin, grâce à un effet anti-inflammatoire, ils luttent contre nombre de pathologies impliquées dans ce mécanisme, comme l’asthme, le psoriasis ou l’arthrite rhumatoïde.

Son ratio omega-3/omega-6 n’est toutefois pas idéal, en particulier pour les poissons d’élevage, contrairement à des poissons gras comme le saumon, qui contiennent plus de 2 500 mg d’oméga-3 par portion de 100 grammes, contre 240 mg pour le tilapia. Cela pourrait avoir comme conséquence, au contraire, de favoriser l’inflammation dans l’organisme, et avec elle les maladies cardiaques, l’arthrite, l’asthme et autres réjouissances 🤒.

🐟 En revanche, ce poisson est une excellente source de protéines, renfermant pas moins de 9 acides aminés essentiels 💪. Pour 100 grammes de poisson, on trouve 26 grammes de protéines et seulement 128 calories. Des apports indispensables pour tous les tissus composant notre corps : peau, muscles, ou encore os. Ces protéines auraient également aussi pour effet d’augmenter l’absorption de glucose par l’organisme.

🐟 La quantité de vitamines et de minéraux contenue par le tilapia est également impressionnante. Il est riche en phosphore, qui est le 2ème minéral le plus abondant de l’organisme après le calcium, en sélénium, potassium, niacine, Vitamine B12, Vitamine D, Magnésium, Vitamine B3, ou encore B6.

🐟 Le poisson, en général, est également source de mercure, et ça c’est moins fun 😕… En cause les rejets provoqués par l’industrialisation. De fait, la santé en prend un coup. C’est pourquoi certains poissons ne doivent pas être consommés trop fréquemment ⛔, et notamment les prédateurs, en haut de la chaine alimentaire, qui ont consommé des proies qui elles-mêmes avaient consommé des proies (…) contenant du mercure, car ils en contiennent de fait une plus grosse proportion.

Ce n’est heureusement pas le cas du tilapia, qui se nourrit aux niveaux inférieurs de la chaîne alimentaire, ouf 🤗 !

Qu’en pense-t-on question écolo ?

Jeter son dévolu sur le tilapia peut participer à soulager d’autres espèces menacées d’extinction, dont les stocks s’amenuisent 👉 Comment protéger les océans ? À nous de jouer ! Néanmoins, considéré comme une espèce invasive, il pose certains problèmes pour la biodiversité de divers milieux dans lequel il a été introduit, et contribue à la disparition d’espèces endémiques dans plusieurs régions 🐠.

Les principaux pays pêcheurs de Tilapia sont le Mexique, l’Egypte, le Nigeria, et l’Indonésie. Mais le Tilapia consommé est en grande partie issu de l’aquaculture, et les principaux pays producteurs sont l’Indonésie, la Chine, l’Egypte, et le Bangladesh. En France, par exemple, nous importons principalement du tilapia congelé en provenance de chine (ouille ! Mauvaise idée, on vous en reparle un peu plus tard 😅…).

On souligne souvent le faible impact de ces élevages sur l’environnement, en comparaison des élevages de poissons carnassiers 🌍. C’est effectivement le cas, sous réserve de pratiques d’élevage responsables, et c’est là où le bât blesse… Car le Tilapia n’étant pas bien cher à nourrir, résistant et nécessitant assez peu de place, sa production est complètement folle, et malheureusement, les normes de qualité exigées en Europe sont rarement respectées…

Manger bio et de saison, réduire sa consommation de viande, bannir l’huile de palme de son caddie… Parce que la protection de l’environnement passe aussi par votre assiette ! 👉  9 conseils simples et efficaces pour réduire son impact environnemental7 gestes du quotidien qui ont un impact immédiat pour la planète8 gestes pour prendre soin de la biodiversité

Un élevage intensif montré du doigt

C’est ainsi qu’il s’agit de la 2ème espèce la plus élevée au monde, après la carpe et devant le saumon. Les produits vendus en Europe sont d’ailleurs souvent issus de modes de production intensifs (cages flottantes, étangs, raceways…). Les poissons mâles ♂️ ayant une croissance bien plus intéressante que celle des femelles ♀️ (deux fois supérieure), les élevages pratiquent couramment l’inversion sexuelle des alevins femelles à l’aide d’hormones sexuelles leur étant administrées. Ainsi, le cheptel est mono-sexe, exclusivement masculin, et de meilleure valeur marchande.

Les techniques d’élevage intensif et non réglementé, au point de mettre en péril les écosystèmes, sont montrées du doigt. Ils sont en effet susceptibles de détériorer des lacs entiers en quelques années, en raison des déchets provenant des cages qui y sont disposées. Sans parler des poissons qui parviennent à s’échapper et à mener à la disparition d’autres espèces endémiques.

Nourris aux granulés de soja, de maïs génétiquement modifié, et de déchets divers, on est loin du tilapia sauvage, plus riche en oméga-3 et en nutriments. Usage intensif des antibiotiques, exposition aux pesticides et aux produits chimiques, résidus de médicaments vétérinaires et additifs dangereux… En chine, notamment, ils sont fréquemment nourris avec des excréments d’animaux d’élevage. Hum, bon appétit, bien sûr 🤮 ! Le tilapia d’élevage est donc plus riche en omega-6, en raison de son alimentation à base d’aliments transformés, source d’inflammation, et contient un niveau de dioxine préoccupant, produit chimique dont la demi-vie est d’environ 7 à 11 ans.

Il est donc important de ne consommer que des tilapias en provenance d’élevages durables, et d’éviter les produits en provenance de Chine, ou des tilapias sauvages, qui sont de fait plus sains (mais plus rares !). Côté écolabels, on trouve les Tilapias d’élevage ASC - Aquaculture Stewardship Council (29 fermes dans le monde sont labellisés), et les poissons certifiés AB (Agriculture Biologique) 🌿. Soyez sélectif !

👉 Slow food : pour une alimentation bonne, propre et juste

À retenir :

Le Tilapia est un poisson couramment consommé mais étonnamment méconnu du grand public. Il est bon marché, n’a presque pas d’arêtes, et une chair au goût délicat et subtil. Il n’est pas particulièrement riche en omega-3, mais est en revanche une excellente source de protéines, d’acides aminés essentiels, de vitamines et de minéraux. Ce « poulet aquatique », comme on le surnomme, est très facile à élever en aquaculture, notamment de manière intensive, et les producteurs ne se privent pas, donnant lieu à des dérives susceptibles de présenter des risques pour la santé du consommateur. Il est donc important d’être très sélectif pour bénéficier sans risque des nombreux bienfaits qu’il nous réserve.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : passeportsante.net, guidedesespeces.org, consoglobe.com, santeplusmag.com, plus-saine-la-vie.com, futura-sciences.com, sante-nutrition.org


Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Marche nordique, qu'est-ce que c'est ? Comment s'y mettre ?

La marche nordique ou Nordic Walking, ou encore Sauvakävely, était pratiquée à l’origine en Finlande par les skieurs de fond comme entraînement pendant la belle saison, et a progressivement acquis ses propres lettres de noblesse jusqu’à devenir une discipline à part entière. Le marcheur nordique se considère comme un quadrupède, qui passe de deux à quatre appuis au sol à l’aide de bâtons. Cette marche dynamique fait de plus en plus d’adeptes en raison de ses nombreux bienfaits. Décryptage 👇

Démarche ZAN, le programme pour réduire l'extension des villes

L’artificialisation des sols est l’une des premières causes du réchauffement climatique et de l’érosion massive et sans précédent de la biodiversité. En moyenne, en France, entre 20 000 et 30 000 hectares d’espaces naturels, agricoles et forestiers sont consommés chaque année. C’est pourquoi le Plan Biodiversité avait instauré en 2018 l’objectif ZAN - Zéro Artificialisation Nette - dans le but de protéger ces zones en repensant l'aménagement urbain. L’idée, c’est d’atteindre en 2050 l’absence de toute artificialisation nette des sols, avec un premier objectif intermédiaire de réduction de moitié du rythme de la consommation d’espaces d’ici 2030. Le point sur un challenge ambitieux 👇

Comment préparer mon jardin au retour du grand froid ?

Si les premiers flocons de neige ❄️ sont un spectacle qui fait toujours plaisir à voir, votre coin de verdure pourrait pourtant ne pas se remettre de l’arrivée des premiers frimas. Pour être sûr de le retrouver tout aussi beau qu’avant au prochain printemps, quelques arrangements sont nécessaires. Comment préparer votre jardin au retour du grand froid ? On vous partage toutes nos astuces ! 🌳

Et si on offrait de la seconde main cette année à Noël ?

Écologique, économique, l’idée d’offrir des présents d’occasion à Noël a de quoi séduire… Durant cette période où la surconsommation est reine et dénature l’esprit même de la Nativité, cette pratique propose une alternative très intéressante pour des fêtes de fin d’année plus vertes et éthiques. Pourtant, les réticences font encore obstacle, dans certains esprits, à sa généralisation. Un tabou qui cède peu à peu du fait de la conjoncture économique et écologique de ces dernières années. Parce que prendre soin de ses proches et de la planète est parfaitement compatible, osez la seconde main sous le sapin ! 🎄

Journée mondiale du climat, à vos agendas !

Y’a plus d' saison, ma p’tite dame ! Et chaque année, le 8 décembre, c’est la Journée mondiale du climat, instaurée à l’initiative de plusieurs ONG, avec un objectif : faire prendre conscience au plus grand nombre de l’importance des changements climatiques, qui nous impactent, chaque année, encore un peu plus. Le réchauffement climatique est désormais un sujet qui fait parler de lui quasiment constamment dans les médias, bien souvent pour alerter encore et toujours sur l’urgence climatique, et de temps en temps pour relayer les mesurettes dérisoires prises par les instances gouvernementales ou internationales. Parce que nous n’avons qu’une seule terre #UneSeuleTerre, c’est l’occasion ou jamais de réfléchir et surtout d’agir en faveur du climat.

Sapin en plastique ou naturel ? Comment choisir ?

La sapin, c’est le symbole de Noël. Avec ses guirlandes et ses boules, il est dans tous nos souvenirs de fêtes de fin d’année 🎄. Et pour beaucoup d’entre nous, il est impensable de mettre les cadeaux ailleurs qu’à son pied. Mais un dilemme se pose au moment de l’acheter. Sapin en plastique ou naturel : comment choisir entre ces deux options ?

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle