Les plantes seraient capables d'absorber plus de CO2 que prévu

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Excellente nouvelle pour la planète 🌍 : les plantes seraient capables d’absorber plus d’émissions humaines de CO2 que prévu ! C’est en tout cas ce que démontrent les résultats d’une étude internationale menée par le Dr Jürgen Knauer de Hawkesbury de l’Institute for the Environment de la Western Sydney University en Australie, parue le 17 novembre 2023 dans Science Advances. Des résultats optimistes, dans un domaine pourtant coutumier des tableaux les plus sombres, mais qui restent à nuancer malgré tout.

Les plantes seraient capables d'absorber plus de CO2 que prévu

Les plantes sont friandes de CO2

🤓 En effet, au travers de la photosynthèse, les plantes sont capables de transformer le CO2 en sucres pour alimenter leur propre croissance et stimuler leur métabolisme, le tout grâce à l’énergie solaire : c’est ce qu’on appelle la fixation du carbone, qui se trouve alors stocké à long terme. Un mécanisme qui nous arrange bien, car elle permet de freiner les effets du réchauffement climatique.

👉 Quelles sont les plantes qui absorbent le plus de CO2 ?

Enfin un scénario optimiste pour la planète

🌱 Nous savions déjà que la photosynthèse des plantes avait augmenté de 30% au cours du XXe siècle en réponse à l’augmentation de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, d’après une étude menée sous la direction d’Elliott Campbell de l’université de Californie, à Merced aux États-Unis parue en 2017 dans Nature.

Mais aux termes d’un récent travail de modélisation écologique, il semblerait que les végétaux soient finalement capables de capter plus du CO2 rejeté dans l’atmosphère par les activités humaines qu’anticipé par les scientifiques jusque-là 🥳. Un puit de carbone naturel plus efficace que prévu, donc. Dans le scénario le plus optimiste, cet extra de CO2 absorbé atteindrait même + 30 % dans les très hautes latitudes (en Scandinavie ou en Sibérie, par exemple).

Des résultats qui rejoignent les évaluations récemment établies par une équipe de plus de 200 scientifiques internationaux, estimant que les forêts pourraient « idéalement » absorber 328 milliards de tonnes (Gt) de carbone 💪, ou, plus vraisemblablement, 226 Gt si l'on retire de l'équation les zones autrefois boisées mais aujourd'hui utilisées pour l'agriculture et l'habitat humain, aux termes de travaux publiés dans Nature le 13 novembre 2023.

👉 Qu'est-ce que la neutralité carbone et comment l'atteindre ?

Une étude intégrant les dernières connaissances de la science sur la photosynthèse

Pour parvenir à cette conclusion, les auteurs de l’étude ont intégré à leur travail de modélisation, fondé sur un scénario climatique à hautes émissions conduisant à un réchauffement de 4,5 °C en 2100, des aspects tels que :

  • l’efficacité du déplacement du dioxyde de carbone à l’intérieur de la feuille 🍃,
  • la façon dont les plantes s’adaptent aux changements de température 🥵,
  • et dont elles distribuent le plus économiquement possible les éléments nutritifs dans leur couvert.

Des mécanismes compris dans le processus de réponse du cycle du carbone au sujet desquels notre compréhension a fait un pas de géant ces dernières années, mais encore généralement exclus de la plupart des modèles mondiaux, malgré le fait qu’ils jouent un rôle sur la capacité des plantes à absorber et à stocker du carbone.

👉 Des arbres dopés pour capter plus de CO2 : les OGM en renfort ?

🌍 L’étude a ainsi utilisé un modèle qui modélise la surface terrestre, et des équations mathématiques traduisant les processus naturels qui ont lieu sur Terre. À partir de celui-ci, il devient possible de projeter les capacités de réponse des écosystèmes en fonction de plusieurs scénarios, en jouant sur différentes variables.

D’après Matthias Cuntz, l'un des chercheurs ayant participé à l'étude pour l'Inrae, habituellement, les arbres utilisent 70 % de leur azote pour produire les enzymes, et 30 % pour produire de la chlorophylle. Au travers de la modélisation, les chercheurs ont laissé davantage de liberté d'adaptation et de liberté dans l'utilisation de leurs ressources aux arbres que dans les modèles traditionnels, ce qui a joué sur leur utilisation de l’azote en réaction à l’évolution de leur environnement.

👉 Les arbres pourraient réduire la mortalité liée aux canicules urbaines

Un déclin d’absorption de CO2 plus tardif qu’envisagé ?

D’après le modèle habituellement utilisé, les plantes atteindraient leur capacité maximum d'absorption du carbone vers 2070, avant de voir leur capacité d’absorption diminuer du fait d’une augmentation excessive des températures et d’un déficit d’humidité dans les tropiques. Si l’on se réfère au modèle utilisé par les chercheurs dans le cadre de la présente étude, le pic d’absorption interviendrait plus tard, du fait de l’atténuation de la température globale. Des absorptions qui ne vont peut-être pas baisser aussi drastiquement que ce qu'on pensait, donc.

👉 Est-il encore possible de stopper le réchauffement climatique ?

Une étude qui ne donne pas carte blanche en matière d’émissions

Bien entendu, il ne s’agit en rien d’un prétexte à saisir pour économiser nos efforts en termes de réduction d’émissions et pour tomber dans l’inaction. Les résultats obtenus demeurent en effet très théoriques et les résultats devront être croisés avec ceux d’autres études, selon des modèles différents, afin de s’accorder sur un consensus scientifique 🤝. Pour résumer, les plantes pourraient nous permettre de gagner plus de temps que prévu, mais il n’y aura pas de miracle à terme en absence de réduction drastique des émissions.

En effet, malgré tout, les chercheurs précisent que « l’étendue et la persistance de ce phénomène dans les années à venir demeurent incertaines ». Selon eux, il n’est pas garanti que cette tendance se poursuive dans la durée, et la manière dont les plantes réagiront à la concentration de CO2 dans l’atmosphère, à l’augmentation des températures, et aux variations de pluviométrie qui s’y ajouteront reste difficile à appréhender 🤔. La multiplication des sécheresses et des canicules, notamment, pourraient considérablement affaiblir leur capacité à absorber du CO2. Il faut donc rester prudent vis-à-vis des résultats de ces travaux, qui donnent néanmoins espoir pour l’avenir.

Une revégétalisation plus efficace qu’anticipé

🌿 Mais une chose est sûre : ces résultats sont en faveur d’une revégétalisation en tant que levier puissant de lutte contre le réchauffement climatique, qui aurait en définitive un impact plus important que prévu sur l’atténuation du changement climatique.

À retenir

D’après les récents travaux d’une équipe de scientifiques, il semblerait que les capacités d’absorption et de fixation du carbone par les plantes aient été sous-évalués, au regard des dernières connaissances de la science en matière de photosynthèse. Un scénario plus optimiste qu’envisagé dans les modèles utilisés habituellement, certes, mais qui ne constitue pas une carte blanche pour poursuivre nos émissions de CO2 : le couvert végétal ne parviendrait en effet qu’à nous faire gagner un peu plus de temps qu’anticipé sur le dérèglement climatique, avant un déclin inévitable des capacités de ce puit de carbone naturel. Néanmoins, si ces résultats se confirment au travers d’autres études, il s’ensuit que la revégétalisation est un levier plus puissant que prévu dans nos efforts pour atténuer le réchauffement planétaire.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : inrae.fr, sciencesetavenir.fr, geo.fr

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Un mode vie durable, c'est quoi au juste ?

Les experts sont formels, et ne cessent de tirer la sonnette d’alarme : notre mode de vie et de consommation impacte à ce point l’environnement, les écosystèmes et la biodiversité qu’il est insoutenable sur le long terme pour la planète. En d’autres termes il faudra immanquablement en changer, et dans ce domaine, le plus tôt sera le mieux : tout l’enjeu est de ne pas atteindre le point de bascule au-delà duquel la résilience des écosystèmes sera compromise au point d’en risquer l’effondrement 😱. De ce fait, l’adoption d’un mode de vie durable n’est pas seulement une recommandation, mais devient une nécessité. De quoi s’agit-il exactement ? Sur quels leviers pouvons-nous agir, à notre niveau dès aujourd’hui 🤔 ?

Les Jeux Olympiques de Paris seront écolos, vraiment ?

Réduction de moitié des émissions de CO2 liées à l’organisation des jeux, utilisation exclusive d’énergie renouvelable et quasi exclusive d’infrastructures déjà existantes ou temporaires, restauration bas carbone… Les engagements de Paris 2024 en matière d’environnement sont ambitieux. Mais la promesse de Jeux écologiques est-elle crédible ? N’existe-t-il pas une incompatibilité de fait entre l’organisation d’un tel évènement et la lutte contre le changement climatique ? Faut-il crier au greenwashing 🤔?

Qui pollue le plus, l'avion ou le bateau ? The winner is...

On entend très souvent de nombreux griefs contre le trafic aérien dans la lutte contre le réchauffement climatique, désignés comme LE moyen de transport à éviter absolument pour limiter nos émissions. C’est oublier que le transport maritime n’a rien de bien plus reluisant, et engendrerait une pollution parfois dénoncée comme étant en réalité plus importante que celle de l’aérien. Or, d’après l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le transport maritime représente plus de 80 % des volumes transportés et 90 % des échanges intercontinentaux de marchandises. Tous les moyens de transport polluent, c’est un fait, mais dans quelle mesure ? Qui, de l’avion ou du bateau, remporte la palme du moyen de transport le plus polluant 🤔?

Comment préparer son jardin pour le printemps ? 9 Conseils

Les jours rallongent, le soleil fait progressivement son retour, quelques bourgeons apparaissent sur les arbres… Ça sent bon le printemps, ça 😎 ! Et avec lui, comme chaque année, les affaires vont pouvoir reprendre au jardin après cette longue période d’accalmie. Vous allez bientôt pouvoir dégainer vos graines et plants, mais avant toute chose, une bonne préparation est indispensable ! Comment s’assurer un beau jardin et un potager productif pour toute la saison ? Suivez le guide !

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle