Végétalisation, qu'est-ce que c'est ? Quelle utilité ?

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Le réchauffement climatique, la pollution de l’air et de l’eau, la dégradation de la biodiversité… Autant d’enjeux environnementaux qui passent indéniablement de préoccupation pour l’avenir à urgence absolue. Par ailleurs, les confinements successifs ont mis en lumière notre besoin d’espace et de nature, avec pour résultat l’exode de nombreux citadins à la campagne afin de retrouver un environnement plus vert et de ne plus souffrir de l’enfermement. Une dynamique qui avait déjà été initiée depuis quelques années, face à une demande grandissante de la population. Pour relever ces enjeux, la ville du futur devra être intelligente : c’est tout l’enjeu de la végétalisation 🌿.

Végétalisation, qu'est-ce que c'est ? Quelle utilité ?
Sommaire :

C’est quoi, au juste, la végétalisation ?

Comme le chantait le groupe Tryo, dans sa célèbre chanson L’hymne de nos campagnes, « si le béton est ton avenir, dis-toi que c’est la forêt qui fait que tu respires » 🎶. Comment le contredire ? La végétalisation est une reconquête par les espèces réintroduites ou naturellement présentes dans le milieu naturel des terrains dénaturés par l’action de l’homme, donc principalement des espaces urbains, ou plus rarement à la suite de catastrophes naturelles.

Elle correspond, selon le cas, à un processus naturel de résilience écologique, lorsque la re-colonisation de la flore est spontanée, ou volontaire, lorsqu’elle est due à la replantation, et la réintroduction des espèces, afin de reconstruire les sols dégradés par l’homme 🌱. Cela peut passer par une végétalisation des toitures, des terrasses, ou des murs, dans le cadre d’une architecture HQE (Haute Qualité Environnementale), le développement de jardins partagés, de potagers urbains 🍆 🥕…

Quels sont les nombreux bienfaits que l’on peut tirer de la végétalisation ? On vous explique tout !

La végétalisation agit contre le réchauffement climatique

La végétalisation des villes est une démarche qui a toute son importance dans le contexte actuel de réchauffement climatique 🥵. Elle participe en effet à la lutte contre les « îlots de chaleur », et à rendre l’air plus respirable. C’est ainsi que certains élus ambitionnent de créer de nouvelles « forêts urbaines », ou « oasis de fraîcheur », afin de rafraîchir l’atmosphère dans les grandes agglomérations, sévèrement touchées par les vagues de chaleurs qui deviennent désormais chaque année quasi systématiques, et totalement irrespirables.

👉 Empreinte carbone : qu’est-ce que c’est ? Comment la calculer, la réduire ?

Et en effet, les experts sont formels : la végétation permet, au-delà de l’ombre qu’elle apporte, par le biais de mécanismes d’absorption et de réflexion des rayons du soleil, de réduire la chaleur, même si elle ne constitue pas une solution à elle seule à ce phénomène des plus inquiétants. Ainsi, en été, le feuillage d’un arbre réduit de 85% le rayonnement transmis dans sa zone ombragée, le rayonnement étant réfléchi par l’arbre à 15%, et absorbé par ce dernier à 70% 🌳.

Les végétaux pourraient ainsi permettre de réduire la température en ville de 0,5 à 2°C. D’après l’OMS, en 2050, 70% de la population mondiale résidera dans les zones urbaines. Paris pourrait enregistrer une hausse de 4 degrés d’ici la fin du siècle, ça va chauffer dans la capitale 😱 !

Le saviez-vous ? 
L’îlot de chaleur urbain désigne la différence de température de l’air entre une ville et la campagne voisine🌡. À l’origine de cette différence, plusieurs facteurs entrent en compte :
  • L’architecture, qui piège le rayonnement solaire et infrarouge en raison d’un effet de réflexion entre les immeubles, et limite l’évacuation de la chaleur par le vent.
  • L’imperméabilisation des sols par le goudronnage et le bétonnage des rues, ce qui a tendance à refléter et à absorber les rayons du soleil et à stocker sa chaleur, tout en diminuant le stockage des eaux et la présence de végétaux.
  • Les fortes activités humaines, qui elles-mêmes créent de la chaleur.

Une qualité de l’air améliorée par la végétalisation

Chacun sait que les végétaux absorbent du CO2, et produisent de l’oxygène, grâce à la photosynthèse. Favoriser le développement des végétaux en milieu urbain œuvre donc pour une atmosphère plus salubre🌺. Le côté négatif de la végétalisation du point de vue de la qualité de l’air est que la présence de végétaux est également source d’allergènes, gênants pour les personnes qui y sont sensibles 🤧, voire de polluants ou composés organiques volatils pour certaines espèces, ce qui peut amener à produire de l’ozone, et favoriser les pics de pollution. C’est là qu’il faut être bon dans la sélection des espèces à planter.

Pas d’extérieur ? Qu’à cela ne tienne, mettez du vert dans votre intérieur 🪴 ! 👉 Quelle plante dans une chambre ? Notre sélection pour purifier l'air et mieux dormir !, 5 bonnes raisons d'avoir des plantes d’intérieur.

La végétalisation participe à décontaminer les sols et cours d’eau

La ville est le théâtre de nombreuses activités polluantes, ce qui engendre une contamination des sols et des cours d’eau. Les végétaux, par un mécanisme de filtration, capturent ces polluants : c’est ce qu’on appelle la bioremédiation🌿. 👉 La vie secrète des arbres, 4 choses que vous ne saviez pas.

Tous ces mécanismes naturels de préservation de l’environnement sont particulièrement précieux, compte tenu des enjeux écologies actuels. La végétalisation est ainsi l’un des axes à déployer pour lutter contre le réchauffement climatique, la pollution de l’air et des eaux.

La végétalisation, un enjeu de santé publique

Vivre près d’un espace vert réduirait la prévalence de maladies telles que l’asthme (-23%), l’anxiété (-31%), ou la dépression (-25%) 😭. La nature est un levier important de bien être, favorisant le partage, l’échange et la pratique d’une activité sportive et de plein air (déplacements à vélo, en trottinette, marche à pieds, et tant d’autres) ou contemplative (observer la nature, flâner, buller, en somme 😎 !). Un effet anti-stress démontré ! 👉 Plogging, courir pour votre santé et la nature !

Finalement, la végétalisation n’est pas seulement un sujet écologique, mais également un outil puissant de santé publique. Les chercheurs commencent même à parler de « vitamines G » (pour « green »), preuve que ça fait son chemin ! S’il est difficile pour certains de se rendre dans des lieux végétalisés comme en forêt ou en bord de mer pour un bon bol d’air 🏖️, mais qu’à cela ne tienne : la nature viendra à eux !

👉 Pourquoi avons-nous tant besoin de nature dans notre quotidien ?

Des initiatives heureuses qui se multiplient

C’est pourquoi les initiatives de végétalisation se multiplient : les villes se remettent au vert. Dans les écoles, les cours de récréation entrent dans la danse 🚸 : lors des canicules, difficile pour les enfants de sortir se détendre lorsque la cour est entièrement bitumée sans ombre aucune. C’est pourquoi certaines se lancent dans les cours Oasis, comme c’est le cas à Rennes, talonnée par d’autres grandes villes (Strasbourg, Lyon, Lille, Grenoble…), c’est-à-dire des espaces plus naturels, avec des parcours de pierre, des sols en copeaux, de la végétation, des sols drainants… Une excellente piste pour faire gagner du terrain à la végétalisation d’une métropole, quand on sait qu’à Paris, les cours de récré représentent plus de 70 hectares. Très belle initiative également pour stimuler l’imagination des plus jeunes, qui peuvent grimper, construire, se cacher… Mais bien sûr également pour reconnecter les enfants à la nature, ce qui est essentiel pour leur développement et pour les aider à grandir.

👉 5 façons simples & ludiques de sensibiliser les plus jeunes à l'environnement

Les toits végétalisés : pour des villes plus vertes

Les toits végétalisés tendent à se développer afin d’offrir un espace de verdure en pleine ville, une bouffée d’air au milieu du bitume et du béton. Ces toits sont à la fois esthétiques mais présentent des avantages architecturaux certains, avec un effet d’isolation thermique et la capacité à retenir l’eau pluviale en cas de forte pluie. Une aubaine quand on sait qu’en ville, les toits peuvent représenter près d’1/3 de la surface ! Une initiative qui favorise la biodiversité dans ces zones où elle est tellement mise à mal. Les insectes, invertébrés, ou les oiseaux y trouveront refuge et s’y reproduiront 🐦. Une étude a démontré qu’en région parisienne, sur les toits végétalisés existants, 200 espèces de plantes ont été recensées dont 70% sont venues d’elles-mêmes, ainsi que 300 espèces d’animaux, dont 250 insectes. Ces toits participent également à la limitation du réchauffement urbain et à l’amélioration de la qualité de l’air, et certains sont utilisés pour produire des fruits et légumes 🍅 🥕 : plutôt sympa, comme potager !

Mais aussi parkings, murs végétalisés (ou jardin vertical), jardins collectifs, parcelles partagées…

Le permis de végétaliser, vous connaissez ?

Certaines villes ont mis en place ces dernières années un système de permis de végétaliser, afin d’encourager et d’encadrer les initiatives individuelles visant à reverdir leur ville. C’est le cas par exemple de Bordeaux, Le Havre, Marseille, Paris ou encore Strasbourg. En quoi consiste ce permis vert ? Chaque personne souhaitant entretenir un espace à proximité de son domicile ou de son lieu de travail peut en faire la demande auprès de sa mairie, dans le respect d’une charte de végétalisation de sa ville 🌱. Ainsi, chacun peut prendre l’initiative de semer ou planter des végétaux dans des jardinières, au pied des arbres, dans des parterres… Et d’en assurer l’entretien. Une liste de plantes sont autorisées, dont certaines sont comestibles, et seront donc à disposition de tous. Bien entendu, les engrais chimiques et pesticides y sont prohibés ⛔. Donnons un coup de pouce à la nature, semons une plante !

Même si vous n’avez pas la main verte, lancez-vous dans l’aventure ! 👉 Ces 10 plantes d'extérieur qui ne demandent aucun entretien !, Comment faire germer des graines ? Le mode d'emploi !, Noyau d'avocat : ne le jetez pas, voici comment avoir une superbe plante à la maison ! Lancez des bombes à graines, c'est bon pour la planète !

Même les abeilles s’y mettent

L’installation de ruches en ville s’inscrit dans la même dynamique et est pratiquée dans plusieurs agglomérations. Des ruches municipales sont ainsi installées au sommet des tours, ou dans des jardins. Et devinez quoi ? Le miel y est aussi bon qu’ailleurs et les abeilles considérées ne s’en portent que mieux, puisqu’elles ne souffrent pas des insecticides omniprésents dans nos campagnes 🐝. 👉 6 gestes simples à adopter pour aider les abeilles

À retenir :

L’importance de la nature n’est plus à prouver : les confinements successifs nous l’ont bien démontré. Multiplier les petits poumons verts en ville est bénéfique pour l’environnement et pour le moral : ils augmentent la qualité de vie des citadins de manière notable. Et franchement, c’est quand même plus joli et sympa que le tout béton, non 🌿 ? Agrandir la surface de la nature dans les endroits où elle a été quasiment éradiquée s’inscrit dans une dynamique d’avenir pour lutter contre le réchauffement climatique et les îlots de chaleur urbains, améliorer la qualité de l’air et lutter contre la pollution. Jardins partagés, tapis de plantes, murs et toits végétalisés, potagers urbains, plantes grimpantes… Et si on laissait enfin la nature reprendre ses droits ?

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : actu-environnement.com, linfodurable.fr, reporterre.net, quechoisir.org, futura-sciences.com, Ademe, enviesdeville.fr, dailygreen.fr, demainlaville.com


Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Marche nordique, qu'est-ce que c'est ? Comment s'y mettre ?

La marche nordique ou Nordic Walking, ou encore Sauvakävely, était pratiquée à l’origine en Finlande par les skieurs de fond comme entraînement pendant la belle saison, et a progressivement acquis ses propres lettres de noblesse jusqu’à devenir une discipline à part entière. Le marcheur nordique se considère comme un quadrupède, qui passe de deux à quatre appuis au sol à l’aide de bâtons. Cette marche dynamique fait de plus en plus d’adeptes en raison de ses nombreux bienfaits. Décryptage 👇

Démarche ZAN, le programme pour réduire l'extension des villes

L’artificialisation des sols est l’une des premières causes du réchauffement climatique et de l’érosion massive et sans précédent de la biodiversité. En moyenne, en France, entre 20 000 et 30 000 hectares d’espaces naturels, agricoles et forestiers sont consommés chaque année. C’est pourquoi le Plan Biodiversité avait instauré en 2018 l’objectif ZAN - Zéro Artificialisation Nette - dans le but de protéger ces zones en repensant l'aménagement urbain. L’idée, c’est d’atteindre en 2050 l’absence de toute artificialisation nette des sols, avec un premier objectif intermédiaire de réduction de moitié du rythme de la consommation d’espaces d’ici 2030. Le point sur un challenge ambitieux 👇

Comment préparer mon jardin au retour du grand froid ?

Si les premiers flocons de neige ❄️ sont un spectacle qui fait toujours plaisir à voir, votre coin de verdure pourrait pourtant ne pas se remettre de l’arrivée des premiers frimas. Pour être sûr de le retrouver tout aussi beau qu’avant au prochain printemps, quelques arrangements sont nécessaires. Comment préparer votre jardin au retour du grand froid ? On vous partage toutes nos astuces ! 🌳

Et si on offrait de la seconde main cette année à Noël ?

Écologique, économique, l’idée d’offrir des présents d’occasion à Noël a de quoi séduire… Durant cette période où la surconsommation est reine et dénature l’esprit même de la Nativité, cette pratique propose une alternative très intéressante pour des fêtes de fin d’année plus vertes et éthiques. Pourtant, les réticences font encore obstacle, dans certains esprits, à sa généralisation. Un tabou qui cède peu à peu du fait de la conjoncture économique et écologique de ces dernières années. Parce que prendre soin de ses proches et de la planète est parfaitement compatible, osez la seconde main sous le sapin ! 🎄

Journée mondiale du climat, à vos agendas !

Y’a plus d' saison, ma p’tite dame ! Et chaque année, le 8 décembre, c’est la Journée mondiale du climat, instaurée à l’initiative de plusieurs ONG, avec un objectif : faire prendre conscience au plus grand nombre de l’importance des changements climatiques, qui nous impactent, chaque année, encore un peu plus. Le réchauffement climatique est désormais un sujet qui fait parler de lui quasiment constamment dans les médias, bien souvent pour alerter encore et toujours sur l’urgence climatique, et de temps en temps pour relayer les mesurettes dérisoires prises par les instances gouvernementales ou internationales. Parce que nous n’avons qu’une seule terre #UneSeuleTerre, c’est l’occasion ou jamais de réfléchir et surtout d’agir en faveur du climat.

Sapin en plastique ou naturel ? Comment choisir ?

La sapin, c’est le symbole de Noël. Avec ses guirlandes et ses boules, il est dans tous nos souvenirs de fêtes de fin d’année 🎄. Et pour beaucoup d’entre nous, il est impensable de mettre les cadeaux ailleurs qu’à son pied. Mais un dilemme se pose au moment de l’acheter. Sapin en plastique ou naturel : comment choisir entre ces deux options ?

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle