Micro-forêts urbaines, connaissez-vous la méthode Miyawaki ?

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Le postulat selon lequel la reforestation est l’un des leviers majeurs à actionner pour lutter contre le réchauffement climatique et l’érosion de la biodiversité fait consensus. Il est par ailleurs démontré que planter plus d’arbres en milieu urbain est l’une des meilleures options dont nous disposions pour nous adapter à la multiplication des canicules et éviter la création d’îlots de chaleur urbains. Dans cette catégorie, la méthode Miyawaki, promettant de restaurer en un temps record des écosystèmes forestiers en milieu hostile et artificialisé, connaît un succès fulgurant, de même que de nombreux détracteurs. Adulée, décriée, zoom sur cette méthode qui fait parler d’elle 👇

Micro-forêts urbaines, connaissez-vous la méthode Miyawaki ?

Miyawaki, une méthode qui nous vient du japon

🌍 D’après l’astrophysicien Hubert Reeves, « Nous menons une guerre contre la nature. Si nous la gagnons, nous sommes perdus ». Faire céder le béton pour restaurer les espaces naturels en ville est l’un des enjeux les plus importants de notre siècle, afin de lutter contre le réchauffement climatique, les îlots de chaleur, la dégradation des écosystèmes et la disparition de la biodiversité. Akira Miyawaki, botaniste expert en écologie végétale, est né en 1928 au Japon, pays de la sylvothérapie et des bains de forêts. Poussé par la préoccupation de préserver les forêts indigènes et de restaurer la nature dans les espaces urbains, péri-urbains et industriels, il a mis au point une méthode de plantation dans une optique de résilience écosystémique.

🌿 Il propose un procédé de végétalisation « express » capable de restaurer les écosystèmes forestiers, mettant à contribution le génie écologique afin de concevoir des écosystèmes plus résilients.

La méthode Miyawaki : quel est le concept ?

La méthode promet la restauration rapide d’un écosystème forestier en quelques années, et sans intervention humaine, ou presque. La méthode Miyawaki consiste à couvrir des espaces difficiles urbanisés et dégradés (de type ancien parking, friche industrielle, bord d’autoroute, éboulis…) avec des espèces natives locales, des essences ligneuses issues d’une « végétation naturelle potentielle », du dernier stade du cycle sylvigénétique. Autrement dit, principalement des espèces locales que l’on trouverait dans une forêt mature au dernier stade de la succession écologique 💪.

🌱 Après une fertilisation naturelle du sol (par fumier, compost, ou apport de sciure) et un semis et une germination en pépinière jusqu’à obtenir un système racinaire suffisamment dense, ces derniers sont ensuite réintroduits de manière aléatoire, sans alignement, dans le respect néanmoins d’une certaine complémentarité et à la recherche d’un équilibre naturel entre les essences d’arbustes, d’arbres moyens et d’arbres de grande taille. Les jeunes arbres sont plantés de manière très serrée, avec une moyenne de 3 individus par mètres carrés.

Les 3 premières années, l’Homme continue d’intervenir pour arroser et désherber, avant de laisser la nature reprendre ses droits et son autonomie, et de laisser libre cours à la concurrence entre les plants. 🌳 En deux mots, la méthode Miyawaki consiste donc à laisser faire la nature, après un petit coup de pouce au démarrage, et permettrait d’obtenir, en 20 ans, une canopée formée, là où les méthodes conventionnelles mettraient 200 ans à y parvenir.

👉 Les arbres pourraient réduire la mortalité liée aux canicules urbaines

La success story Miyawaki

Après avoir expérimenté sa méthode au Japon, Akira Miyawaki l’a ensuite exporté avec succès en Thaïlande, en Amazonie, au Chili, ou encore Chine, sur les zones tropicales déforestées, obtenant des strates forestières et une composition microbienne du sol proche de celle des forêts primaires. Depuis 1971, Akira Miyawaki aurait ainsi planté 1700 forêts natives, soit 40 millions d’arbres, à travers plus de 15 pays, avec des résultats impressionnants.

👉 Pourquoi les arbres sont si importants au juste ?

La méthode Miyawaki s’est vue maintes fois récompensée et reconnue, notamment au sommet de Rio en 1992. S’agirait-il de LA méthode miracle pour créer rapidement des forêts urbaines pérennes ? Quoi qu’il en soit, de nombreuses expérimentations sont menées aux abords de plusieurs grandes agglomérations françaises, en collaboration avec des associations, des collectivités territoriales, des initiatives citoyennes, ou encore des écoles, dans le cadre de projets pédagogiques.

C’est ainsi que la première microforêt francilienne inspirée de la méthode Miyawaki a vu le jour en 2018 entre le marché aux puces de la porte de Montreuil dans le 20ème arrondissement et le boulevard périphérique, sur 400 m², à l’initiative de l’association Boomforest  🤗. Suivie d’une seconde opération l’année suivante par le même organisme sur 500 m2 à la porte des Lilas, de même que deux autres en 2020 dans le quartier des Hauts de Malesherbes, dans le 17ème arrondissement, et sur le campus de l’université de Nanterre. 👉 La règle des 3 - 30 – 300 : avez-vous votre dose de nature ?

D’autres voient le jour à Nantes, Toulouse, Bordeaux (à l’emplacement d’un parking), à Strasbourg (dans le cadre d’un projet de plantation de 750 plants ligneux sur 250 m2 au beau milieu de l’avenue du Rhin), Lyon, ou encore Mulhouse - cette dernière lançant l’une des plus grandes opérations du pays avec la plantation de 24 000 plants ligneux de 40 essences différentes sur 8 000 m2 le long de l’A36 au nord de la ville.

Les forêts Miyawaki s’imposent donc progressivement comme un outil de politique publique et génèrent un véritable engouement médiatique et citoyen, dans un contexte où plus de 8 Français sur 10 aspirent à vivre près d’un espace vert en ville. Pourtant, elle continue de diviser.

Une méthode controversée : le son de cloche des détracteurs

Malgré tout, l'INRAE (Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement) estime, au sujet de la méthode Miyawaki, que le rapport qualité-prix demeure insuffisant, au regard de l’importante compétition entre essences à laquelle elle donne lieu, et de la sélection naturelle qui en découle. En effet, après 12 ans, 61 à 84% des arbres seraient morts, si l’on en croit les résultats d’une étude scientifiques menée en 2010 sur l’efficacité des micro-forêts, laissant leur place aux plus résistants, ce qui suppose un investissement en partie à perte 💰. Si la micro-forêt pousse si rapidement, c’est en raison de cette concurrence : chaque arbre cherche à accéder à la lumière et aux ressources avant son voisin, et que le meilleur gagne.

De plus, il en résulterait un résultat insuffisant, plus proche de l’espace végétalisé et du bosquet, que de la micro-forêt, pouvant néanmoins constituer des îlots de fraîcheur et de refuge pour la biodiversité. 👉 Ecosia, le moteur de recherche qui plante des arbres !

Par ailleurs, cette méthode a été, à l’origine, déployée en Asie et en Amérique du sud, c’est-à-dire dans un climat tropical chaud et humide, qui diffère fortement du nôtre, en France 🌴. Peut-on donc transposer chez nous telles quelles les publications du célèbre botaniste japonais 🤔 ? La question mérite d’être posée. D’après Hervé Le Bouler, ancien responsable forêts de France Nature Environnement (FNE), « Nous sommes dans un contexte où contrairement au milieu tropical, les espèces ne sont pas faites pour vivre entre elles à forte densité. C’est une illusion d’imaginer que mélanger toutes les espèces d’un écosystème leur permettra de coopérer entre elles. ». Il s’agirait donc de s’inspirer de la méthode Miyawaki tout en l’adaptant aux conditions locales, sans oublier de prendre en compte le facteur « réchauffement climatique ».

De plus, en écologie, comme en de nombreux domaines, la taille a son importance. La dimension des forêts a donc, sur leur fonctionnement et sur la biodiversité qu’elles hébergent, une influence de taille, avec des effets de seuils. C’est ainsi que les petites forêts, et plus encore les micro-forêts, qui plus est en ville, sont beaucoup plus vulnérables que les vastes espaces boisés, et que la biodiversité qu’elles hébergent est moins riche. Suggérer que la méthode Miyawaki, en restaurant les écosystèmes forestiers, est capable de recréer la biodiversité des forêts et un équilibre naturel digne d’une forêt primaire est donc dénoncé comme étant mensonger. C’est pourtant le créneau de différentes entreprises, start-up et associations, qui à grand renfort de communication, affirment haut et fort la supériorité de cette méthode sur d’autres, plus traditionnelles, sans qu’il s’agisse d’un fait réellement démontré.

👉 Offrez un arbre avec Ecotree, préservez la forêt et son écosystème

Une démarche qui pourrait donc s’avérer perdante, car comme le soulève justement Sylvain Angerand, Coordinateur des campagnes chez Canopée, sans le vouloir, les entreprises en question « reprennent le même discours que la filière bois en entretenant l’illusion que l’on peut recréer des forêts primaires en claquant des doigts » 🫰. C’est pourquoi il est nécessaire qu’un protocole de suivi soit associé aux projets Miyawaki en cours dans l’hexagone, dans une démarche expérimentale en y associant des instituts de recherche.

La méthode Miyawaki doit s’inscrire dans un projet plus vaste

🌍 Néanmoins, on s’entend, c’est toujours mieux que de participer à la déforestation en Indonésie, et chaque arbre de planté est une victoire pour la planète, et une arme de plus contre le réchauffement climatique, en faveur du stockage du CO2 et de la biodiversité, ou encore contre l’érosion des sols. Il s’agit quoi qu’il en soit d’un concept très intéressant pour végétaliser les villes, réintroduire un peu de vert pour le plus grand bonheur des citadins, et les reconnecter à la nature, essentielle à leur santé et à leur bien-être. Si un projet ambitieux d’accroissement du couvert arboré en ville ne peut donc pas se limiter à la création de « microforêts Miyawaki », elles peuvent indéniablement y participer, aux côtés d’autres procédés.

👉 Déforestation, bien comprendre pour lutter

À retenir :

Si l’impérieuse nécessité de végétaliser les espaces urbains n’est plus discutée, la manière pour y parvenir continue, elle, de faire débat. À ce sujet, une méthode connaît depuis quelques années un succès fulgurant et fait l’objet de nombreux projets et expérimentations : la méthode Miyawaki. Celle-ci promet de reconstituer rapidement un véritable écosystème forestier, avec une intervention humaine minimale, en plantant des espèces essentiellement locales et en laissant faire la nature. Une méthode express pour obtenir, en quelques dizaines d’années, un résultat qui ne serait atteint qu’en plusieurs centaines avec des méthodes plus traditionnelles. Une méthode qui fait fureur, dans la course qui est la nôtre de lutte contre le réchauffement climatique, les îlots de chaleur, la dégradation des écosystèmes et la disparition de la biodiversité. Mais qui rencontre également de nombreux détracteurs, dénonçant des résultats insuffisants, onéreux et des promesses en partie trompeuses.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild


Sources : jardinage.lemonde.fr, theconversation.com, reporterre.net, mnhn.fr, canopee-asso.org, reforestaction.com, tela-botanica.org

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Comment préparer son jardin pour le printemps ? 9 Conseils

Les jours rallongent, le soleil fait progressivement son retour, quelques bourgeons apparaissent sur les arbres… Ça sent bon le printemps, ça 😎 ! Et avec lui, comme chaque année, les affaires vont pouvoir reprendre au jardin après cette longue période d’accalmie. Vous allez bientôt pouvoir dégainer vos graines et plants, mais avant toute chose, une bonne préparation est indispensable ! Comment s’assurer un beau jardin et un potager productif pour toute la saison ? Suivez le guide !

Semaine du jardinage à l'école, tout le monde dehors !

Du 18 au 23 mars 2024, c’est la semaine du Jardinage pour les écoles 🌿 ! Cette 24ème édition intitulée « Jardiner c’est ma nature » donnera lieu, comme chaque année, à de nombreux ateliers et animations pédagogiques avec comme objectif la découverte des plantes et la sensibilisation au respect de la nature. Une initiation au jardinage qui rencontre chaque année un succès grandissant. Promouvoir une culture de la nature chez les plus jeunes est incontournable pour leur développement et leur équilibre, et c’est ce que la semaine du jardinage à l’école souhaite favoriser. Parce que tout ne s’apprend définitivement pas entre les 4 murs d’une salle de classe, à eux les grandes découvertes ! 🤗

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

L’ouverture de la pêche à la truite, c’est maintenant !

La pêche réduit le stress, entretient votre santé, travaille votre concentration, vous aide à vous ressourcer et à vous relaxer grâce à son cadre en pleine nature… C’est l’activité « slow life » par excellence 😎 ! La pêche à la truite est plus qu’un simple hobby : c’est un véritable sport d’aventure. Elle est pratiquée en eau douce, en cours d’eau rapide de haute altitude, en bord de rivière, en étang ou encore en lac. Patience, silence et persévérance seront vos meilleures armes pour la débusquer. Rencontre avec soi-même ou retrouvailles avec les copains, la pêche à la truite reprend le samedi 9 mars 2024, à vos cannes !

Réutiliser l'eau de sa douche pour alimenter les WC, bonne idée !

L’eau potable est en passe de devenir la ressource la plus précieuse de la planète, plusieurs régions du monde étant menacées de pénurie. Et pourtant, nous utilisons 140 litres d’eau par jour, dont seulement 1% pour nous abreuver. Dans ce contexte, vous souhaitez à la fois économiser de l’eau et lutter contre le gaspillage ? Saviez-vous qu’il était possible de réutiliser son eau « grise », et notamment l’eau de sa douche, pour alimenter sa chasse d’eau ? 🚽

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle