Pourquoi l'air de la montagne nous fatigue autant ?

Mis à jour le par Equipe Rédaction

La montagne constitue un environnement potentiellement hostile, que ce soit du point de vue des conditions météorologiques que de celui de l’environnement auquel il soumet notre organisme. Un séjour en altitude s’accompagne bien souvent d’une fatigue plus importante, qu’on a parfois du mal à s’expliquer, et parfois même de symptômes plus marqués. Avant de vous lancer à l’assaut des plus hauts sommets de France et d’ailleurs, il convient de s’intéresser à la question de savoir pourquoi, au juste, la montagne fatigue tant ? 🤔

Pourquoi l'air de la montagne nous fatigue autant ?

Plus d’efforts physiques, plus de fatigue !

⛷️ Bien souvent, on se rend en montagne pour pratiquer un ou plusieurs sports, que ce soit d’hiver ou d’été. Randonnée, ski, alpinisme… Un séjour en montagne s’accompagne généralement d’efforts intenses en pente, et donc d’une fatigue musculaire. Mais ce facteur ne suffit pas à expliquer la fatigue souvent ressentie en altitude.

👉 Patiner sur un lac gelé, une belle idée mais prudence !

En montagne, l’air se fait rare

Si la montagne engendre une fatigue inhabituelle, ce n’est pas seulement en raison des descentes de pistes de la journée ! L’effort physique, certes, y participe, mais c’est avant tout en raison des caractéristiques de l’air en altitude, qui a un effet physiologique.

Car s’il est à peu près certain que l’air de la montagne est assurément meilleur qu’en ville, il n’en est pas moins qu’en altitude, il se fait plus rare, et l’oxygène y est moins disponible. En fait, ce n’est pas que l’oxygène fait défaut, mais que la pression atmosphérique diminue, ce qui se traduit, pour notre organisme, par une moins bonne oxygénation : c’est l’hypoxie 🤓. Plus l’altitude est élevée, plus le problème s’accentue, et plus la baisse de pression en oxygène dans l’air ambiant se fait sentir. 

Par exemple, à une altitude de 5 800 mètres, la quantité d’oxygène disponible est moitié moins importante qu’au niveau de la mer. Mais dès 2.000 mètres, l’oxygène n’est déjà plus disponible qu’à hauteur de 80%. Et l'air marin alors ? Pourquoi l'air de la mer nous fatigue-t-il autant ?

Le corps humain réagit alors et tente de s’adapter. Le rythme cardiaque augmente et la respiration s’intensifie afin d’envoyer plus d’oxygène vers les organes. Ces conditions peuvent engendrer une certaine fatigue, voire, dans les cas plus extrêmes, un véritable mal des montagnes. Un mal qui n’a l’air de rien, parfois, mais dont l’issue peut être fatale 😱.

👉 GR 5, en route pour la Grande Traversée des Alpes

De la simple fatigue au mal des montagnes

En fonction du degré de résistance et d’adaptation propre à chacun, le corps peut alors manquer d’oxygène, et là où certains ne ressentiront que de la fatigue 🥱, d’autres ressentiront des maux plus importants, dont les symptômes sont généralement les suivants 🥴 :

  • Maux de tête 🤯 ;
  • Douleurs musculaires ;
  • Essoufflement ;
  • Perte d’appétit ;
  • Nausées 🤢 ;
  • Vomissements 🤮 ;
  • Diarrhée 💩 ;
  • Bourdonnements d’oreilles ;
  • Sommeil perturbé 😴 ;
  • Vertiges 😵‍💫 ;
  • Irritabilité 😤 ;
  • Saignement de nez ;
  • Œdème des mains ou de la face ;
  • Confusion ou euphorie 🤪.

Ces signes montrent que le corps fournit un effort d’adaptation à cet environnement, et cherche à s’en accommoder. C’est ce qu’on appelle le mal aigu des montagnes (MAM), se manifestant dans les 6 à 10 heures suivant l’ascension. Certains décrivent des effets semblables à ceux de l’ivresse alcoolique, qui durent 24 à 48 heures. Mais il convient de ne pas les confondre avec les effets de l’apéro de la veille, car tout peut aller très vite, et rapidement dégénérer.

👉 Les règles à suivre pour éviter les accidents en rando

Les formes graves de mal des montagnes

Dans de rares cas, si les premiers symptômes sont ignorés, le mal aigu des montagnes peut aboutir à un œdème pulmonaire d’altitude, sous 24 à 96 heures après une ascension rapide au-dessus de 2 500 mètres. 

Dans ce cas catastrophique, du liquide s’accumule dans les poumons, provocant des quintes de toux et un essoufflement, ce qui conduit à une détresse respiratoire et au coma, si rien n’est fait, puis à la mort. Une cyanose peut également apparaître, c’est-à-dire une coloration bleuâtre de la peau, des lèvres et des ongles. 

L’autre option, qui n’est guère plus enviable, c’est l’œdème cérébral de haute altitude (OCHA), qui se manifeste par des céphalées, des troubles de la vision, une confusion, une démarche instable, et des vomissements, jusqu’au décès 😵.

À partir de quelle altitude ?

🏔️ Les maux se font généralement sentir au-dessus de 3000 mètres d’altitude, mais peuvent débuter bien plus bas en fonction des personnes. Il n’y a pas vraiment de règles en la matière, votre organisme en est seul arbitre. 

Entre 1.000 et 2.000 mètres, on rencontre déjà une hypoxie légère et des effets peuvent être ressentis à l’effort, mais c’est principalement au-delà de 2.000 mètres que les choses peuvent davantage commencer à se corser, car les effets sont ressentis y compris au repos ou à l’effort mineur. Ainsi, 20 % des personnes qui montent jusqu’à 2 500 mètres et 40 % de celles qui montent jusqu’à 3 000 mètres présentent une forme de mal des montagnes.

👉 La vitamine G, vitamine du grand air, vous connaissez ?

Rester à l’écoute de son corps

D’où l’importance de bien savoir écouter son corps et de ne surtout pas se surestimer ! Les ascensions doivent rester progressives (400 mètres au plus chaque jour au-delà de 3 500 mètres), et nécessitent un entraînement préalable : votre condition physique est déterminante. 

À partir d’une certaine altitude, l’organisme doit passer quelques jours, voire quelques semaines, à chaque palier d’altitude afin d’avoir le temps de s’acclimater, et de créer de nouveaux globules rouges pour augmenter l’apport d’oxygène. Et c’est justement pour ça que certains sportifs de haut niveau s’entraînent en condition d’hypoxie hypobare, dans le but d’améliorer leurs performances et de profiter de l’effet boostant de ce « dopage naturel » 💪.

Les défis du genre « le dernier arrivé en haut a un petit kiki » sont évidemment à la fois stupides et déconseillés 🙄.

⛺ Par ailleurs, l’altitude à laquelle les personnes bivouaquent a plus d’importance que l’altitude maximale atteinte au cours de la journée, il convient donc de redescendre un peu pour passer la nuit ou dormir plusieurs nuits au même endroit, tout en s’autorisant des sorties à des altitudes supérieures pendant la journée. Évidemment, les personnes qui vivent au niveau de la mer ou proche sont désavantagées par rapport aux autres.

⚠️ Si les symptômes ne s’estompent pas, redescendez de quelques centaines de mètres !

👉 Les bienfaits de l'air marin : respirez à pleins poumons !

À retenir

On savait déjà que l’air de la mer fatiguait, mais qu’en est-il de l’air de la montagne ? Eh bien il fatigue également mais pas pour les mêmes raisons ! Un séjour en altitude expose en effet l’organisme à un environnement particulier : plus on monte en altitude, plus la pression atmosphérique diminue, et moins l’oxygène est disponible : c’est l’hypoxie. De ce fait, le corps, pour s’accommoder, doit produire plus de globules rouges et cet effort adaptatif engendre une certaine fatigue, quand ce n’est pas un mal aigu des montagnes, aux conséquences potentiellement graves. Par ailleurs, un séjour en montagne est bien souvent accompagné d’une plus importante activité sportive, ce qui accentue encore cette impression de fatigue.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : geo.fr, ouest-france.fr, randonner-malin.com, msdmanuals.com, irbms.com

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Merci pour la clarté de vos explications

fajs il y a 4 mois

Avec plaisir ! 🤗🏔️

Equipe Rédaction 

Nos derniers articles

Pour vivre heureux, vivons… En yourte ? Un style de vie au naturel

La vie en yourte, retour aux sources ou effet de mode ? Si ce logement insolite séduit son public le temps d’un week-end au vert, pour d’autres, c’est devenu un mode de vie. À l’origine utilisée par les nomades d’Asie Centrale, la yourte constituait l’habitat le plus adapté au climat et à leurs habitudes. Mais qu’en-est-il pour les Occidentaux ? Les questions écologiques, l’ouverture au monde, l’envie de se rapprocher de la nature mais aussi l’apparition d’une pandémie mondiale nous ont amenés à reconsidérer en profondeur notre rapport à l’habitat et à la vie en société. Si la yourte présente de nombreux atouts et semble répondre à une quête de sens et de liberté, mieux vaut considérer tous ses aspects avant de vous lancer. Yourte ou pas ? Quelques clés pour choisir en pleine conscience.

Le 2 août 2024 : jour du dépassement. Prévenir pour mieux agir

Si nous vivons sur la même planète, vous en avez sûrement entendu parler au moins une fois… Le jour du dépassement, c’est cette date indicative à partir de laquelle nous aurons consommé l’ensemble des ressources que la Terre est capable d’approvisionner en une année. Calculé pour sonner l’alerte et sensibiliser la population mondiale, le jour du dépassement semble faire parler plus qu’il ne fait agir. Comment la date est-elle calculée ? Pourquoi est-elle différente d’un pays à l’autre ? Comment retarder concrètement son avancée ? Voici quelques clés pour mieux comprendre les enjeux du jour du dépassement. Loin de nous l’idée de nourrir votre éco-anxiété mais plutôt la prise de conscience de notre responsabilité à en matière d’habitudes de consommation.

Bernic & Clic : l’appli qui vous reconnecte à la nature

Lorsque la mer se retire, le littoral est le théâtre d’une fascinante faune et flore peu familière. Marcheurs ou pêcheurs, vous vous êtes déjà demandé comment s’appelle ce drôle de coquillage qui ressemble à un chapeau chinois ? Qu’est-ce qu’un estran ? Comment les poissons respirent-ils sous l’eau ? Bonne nouvelle ! Toutes les réponses à vos questions sont sur Bernic & Clic. Des passionnés de nature et de biodiversité ont créé l’application idéale pour éveiller la curiosité des petits marins d’eau douce et de leurs parents. Mollusques, crustacés, algues et poissons n’auront bientôt plus de secret pour vous et vos graines de sauveteurs. Rendez-vous à la prochaine marée et d’ici là, découvrez tout sur l’application qui pourrait bientôt vous accompagner dans vos futures excursions les pieds dans la vase.

Zoonoses et climat : même combat ! Enjeux climatiques & santé

Les “zoo” quoi ? Les zoonoses, ce sont les maladies transmises par les animaux aux humains. Ça vous rappelle un certain pangolin ? Tout juste ! Comment est-ce possible ? Depuis le Covid 19, de sérieuses hypothèses mettent en cause le climat. En effet, le réchauffement climatique serait à l’origine de l’émergence de nouveaux organismes vivants dits pathogènes, c’est-à-dire responsables de maladies. Comment éviter de nouvelles pandémies ? Comment préserver la biodiversité et nos écosystèmes pour lutter contre ces zoonoses ? Quels sont les dangers en matière de santé publique et économique ? Voici quelques clés pour maîtriser le sujet.

Les indispensables pour partir en Festival sans polluer

Les festivals de musique et concerts en plein air sont synonymes de plaisir et de liberté mais aussi d’abus, lorsque le Festival n’est pas éco-conçu. Pour profiter de la nature encore longtemps, mieux vaut la préserver ! Alors, avant de sillonner la France à la recherche de scènes endiablées et de bons sons à partager, voici une liste des objets durables qui vous accompagneront pendant des années et rendront vos co-festivaliers verts… de jalousie !

Les fruits et légumes d'août pour faire le plein d'énerergie !

Août est le mois le plus chaud de l’année, la saison parfaite pour les pique-niques, apéros dînatoires, barbecues et planchas 😎. On a donc envie de fraîcheur et de délicieuses saveurs sucrées. Et ça tombe bien, car les ingrédients parfaits pour des recettes légères et rafraîchissantes sont justement en plein boom. La nature n’est-elle pas incroyablement bien faite ? Les fruits et légumes sont plus que jamais gorgés de soleil, bourrés de vitamines, minéraux et antioxydants. Et si vous profitiez de vos vacances pour vous mettre au vert ?

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

La citation qui nous parle