Le tourisme de la dernière chance, un baiser de la mort pour la planète

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Le réchauffement climatique progressant, bientôt, de nombreux paysages sauvages encore immaculés ne seront plus que de lointains souvenirs. Et c’est précisément la raison pour laquelle de plus en plus de touristes se montrent disposés à parcourir des centaines de milliers de kilomètres pour s’y agglutiner et aller admirer ces sites en souffrance, dont on sait qu’ils auront disparu dans quelques décennies. Une pratique touristique désignée sous le terme de tourisme de la dernière chance, qui n’est pas sans poser problème 👇

Le tourisme de la dernière chance, un baiser de la mort pour la planète

C’est quoi, le tourisme de la dernière chance ?

Le tourisme de la dernière chance, ou last chance tourism, consiste à aller observer les écosystèmes ou des paysages potentiellement condamnés à disparaitre avant qu’ils ne soient définitivement rayés de la carte du fait, notamment, du changement climatique. Une pratique touristique pour le moins morbide, donc, également désigné sous le nom de tourisme de l'apocalypse. Dans ce cas, la motivation principale du voyageur est d’aller visiter un site naturel avant sa disparition⚰️.

Concrètement, il s’agit d’aller observer la fonte des glaciers en arctique, ou les tortues de mer, menacées d’extinction, les ours polaires ou les grands singes d’Afrique, de se lancer à l’assaut du glacier de Montenvers-Mer de Glace, en Haute-Savoie, particulièrement menacé par une fonte vertigineuse, ou encore d’aller observer la Grande Barrière de corail du Queensland 🐧.

Les agences touristiques, bien entendu, ne manquent pas de surfer sur cette vague, en insistant sur la disparition prévue des sites en question à plus ou moins long terme. Et en effet, la mer de glace, par exemple, perd en moyenne 4 mètres d’épaisseur par an, les températures dans les Alpes augmentant deux fois plus vite que dans le reste du monde, ce qui en fait la vitrine parfaite du réchauffement climatique en France.

👉 L'écotourisme, pour un voyage responsable, éthique et authentique

Un baiser de la mort pour la planète

Outre le fait qu’il s’agisse d’une pratique teintée d’un évident voyeurisme, il représente surtout un danger supplémentaire pour ces milieux déjà particulièrement vulnérable, en attirant du monde en masse sur ces zones sur le point de basculer et en augmentant les pressions exercées sur ces milieux. Pourtant, il serait absolument nécessaire, au contraire, de sanctuariser les derniers espaces sauvages de la planète🥺. 👉 Ces sites menacés par les excès du tourisme et le réchauffement climatique. Outre le fait, bien entendu, que chacun de ces touristes a potentiellement parcouru une importante distance pour se rendre sur place, et donc généré d’importantes émissions de gaz à effet de serre…

Le dangereux paradoxe du tourisme de la dernière chance

Le visiteur, de son côté, entend être témoin des changements environnementaux de son époque et mieux saisir le sentiment d’urgence climatique contemporain. Il souhaite visiter avant qu’il ne soit trop tard les sites en souffrance du fait de dérèglement climatique, comprendre et témoigner du phénomène. Bien intentionné, il ne réalise néanmoins pas que cette pratique représente un danger direct pour la préservation d’un site déjà sur le point de succomber, ce qui témoigne d’une dissonance cognitive assez particulière.

Ces visiteurs, en effet, ont parfaitement conscience de la disparition de ces écosystèmes, puisque c’est l’objet même de leur présence : il s’agit, en définitive, des personnes qui ont le plus conscience des problèmes environnementaux. Ainsi, ces touristes participent à la destruction de ces sites à la valeur inestimable alors qu’ils viennent justement les admirer 🙃.

Par exemple, en recherchant toujours plus de proximité avec la faune antarctique sauvage, les amas de touristes perturbent les périodes de reproduction et envahissent l’espace de nidification des animaux. En fait, même les chercheurs ne se permettent pas d’approcher de si près la faune lorsqu’il n’y a aucun intérêt scientifique de le faire. De plus, c’est aussi la vie des populations locales qui est impactée. Par exemple, les chasseurs inuits, eux-mêmes en voie de disparition, qui chassent une fois par an le narval sur la côte est du Groenland nécessitent une tranquillité absolue. Une activité qui devient difficile du fait de la fréquentation grandissante du site par les bateaux de croisière, qui effraient la faune. Or, ces populations vivent de la chasse, et tentent de préserver un mode de vie traditionnel.

30 000 euros pour voir fondre l’Arctique

Voilà le genre de titres ayant accompagné la mise en fonctionnement du Commandant-Charcot, un nouveau navire polaire de 28m de large, 150m de long, 9 ponts et une capacité jusqu’à 245 passagers, conçu par la compagnie du Ponant. C’est un fait, la région Arctique apparaît plus que jamais comme un nouveau levier de croissance. Encore et toujours la croissance…

👉 La décroissance, une solution envisageable pour la planète ?

La prise de conscience des touristes de l’Apocalypse

Pourtant, à l’issue de leur visite, les touristes en question déclarent souhaiter agir davantage contre le phénomène du réchauffement climatique, et éprouver tristesse et colère 🥺. C’est ainsi que le tourisme de la dernière chance est également un outil de sensibilisation du grand public, et de la part de la responsabilité humaine dans ce phénomène.

👉 Des vacances oui, mais écolos ! 10 commandements à suivre

À retenir
La Grande Barrière de corail, les glaciers Arctiques, la Mer de Glace… Les touristes se ruent aux confins du monde afin de saisir une dernière chance d’admirer ces sites en voie de disparition et les derniers spécimens d’animaux au bord de l’extinction. Une véritable vogue du tourisme de la dernière chance, notamment dans les Pôles, qui ajoute une pression supplémentaire sur ces lieux sauvages déjà sur le point de basculer, qui nécessiteraient, au contraire, une véritable sanctuarisation. Pourtant, ces touristes de l’apocalypse figurent parmi les plus sensibilisés aux effets du dérèglement climatique.
Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : geoconfluences.ens-lyon.fr, tourisme-en-transition.fr, geoconfluences.ens-lyon.fr, france3-regions.francetvinfo.fr, geo.fr, theconversation.com, podcasts-francais.fr

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Un mode vie durable, c'est quoi au juste ?

Les experts sont formels, et ne cessent de tirer la sonnette d’alarme : notre mode de vie et de consommation impacte à ce point l’environnement, les écosystèmes et la biodiversité qu’il est insoutenable sur le long terme pour la planète. En d’autres termes il faudra immanquablement en changer, et dans ce domaine, le plus tôt sera le mieux : tout l’enjeu est de ne pas atteindre le point de bascule au-delà duquel la résilience des écosystèmes sera compromise au point d’en risquer l’effondrement 😱. De ce fait, l’adoption d’un mode de vie durable n’est pas seulement une recommandation, mais devient une nécessité. De quoi s’agit-il exactement ? Sur quels leviers pouvons-nous agir, à notre niveau dès aujourd’hui 🤔 ?

Les Jeux Olympiques de Paris seront écolos, vraiment ?

Réduction de moitié des émissions de CO2 liées à l’organisation des jeux, utilisation exclusive d’énergie renouvelable et quasi exclusive d’infrastructures déjà existantes ou temporaires, restauration bas carbone… Les engagements de Paris 2024 en matière d’environnement sont ambitieux. Mais la promesse de Jeux écologiques est-elle crédible ? N’existe-t-il pas une incompatibilité de fait entre l’organisation d’un tel évènement et la lutte contre le changement climatique ? Faut-il crier au greenwashing 🤔?

Qui pollue le plus, l'avion ou le bateau ? The winner is...

On entend très souvent de nombreux griefs contre le trafic aérien dans la lutte contre le réchauffement climatique, désignés comme LE moyen de transport à éviter absolument pour limiter nos émissions. C’est oublier que le transport maritime n’a rien de bien plus reluisant, et engendrerait une pollution parfois dénoncée comme étant en réalité plus importante que celle de l’aérien. Or, d’après l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le transport maritime représente plus de 80 % des volumes transportés et 90 % des échanges intercontinentaux de marchandises. Tous les moyens de transport polluent, c’est un fait, mais dans quelle mesure ? Qui, de l’avion ou du bateau, remporte la palme du moyen de transport le plus polluant 🤔?

Comment préparer son jardin pour le printemps ? 9 Conseils

Les jours rallongent, le soleil fait progressivement son retour, quelques bourgeons apparaissent sur les arbres… Ça sent bon le printemps, ça 😎 ! Et avec lui, comme chaque année, les affaires vont pouvoir reprendre au jardin après cette longue période d’accalmie. Vous allez bientôt pouvoir dégainer vos graines et plants, mais avant toute chose, une bonne préparation est indispensable ! Comment s’assurer un beau jardin et un potager productif pour toute la saison ? Suivez le guide !

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle