Ces sites menacés par les excès du tourisme et le réchauffement climatique

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Le réchauffement climatique et les excès du tourisme de masse menacent de nombreux sites, quand ce n’est pas les deux à la fois. Erosion, montée des eaux, phénomènes météorologiques extrêmes, dégradations, manque de civisme… Des monuments et zones naturelles à la valeur inestimable pourraient disparaître si rien n’est fait pour enrayer le phénomène. Quelles sont ces destinations de rêve pour qui le cauchemar a déjà commencé ? Où se trouvent les plus beaux sites en voie de disparition de la planète 🌍 ?

Ces sites menacés par les excès du tourisme et le réchauffement climatique

Ces destinations en souffrance

La menace du réchauffement climatique, et par conséquent de la montée du niveau de la mer, se fait de plus en plus pressante. Corrélativement, la population mondiale ne cessant de croître – et faisant peser sur les écosystèmes une pression désormais insoutenable – le tourisme de masse est en plein boom, et les globe-trotters de tous bords se déplacent chaque année en nombre pour admirer toutes les merveilles de ce monde 😎 : cela pourrait, dans certains cas, mener à leur perte, victimes de leur succès. On estime qu’en 2030, le nombre des touristes chaque année avoisinera 1,8 milliard à travers le monde.

👉 Empreinte carbone : qu’est-ce que c’est ? Comment la calculer, la réduire ?

Certains spots mondialement connus ont déjà fermé leur porte, ou envisagent sérieusement de le faire, comme c’est le cas de l’île de Komodo au cœur de l’archipel indonésien pour préserver ses célèbres dragons 🦎, Maya Bay, la plage de Di Caprio en Thaïlande, ou encore le Taj Mahal, en Inde.

La Grande barrière de corail

Ce véritable sanctuaire marin est le plus grand système corallien de la planète, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco. Il s’étend sur 2300 km le long de la côte nord-est de l'Australie et rend des services irremplaçables à la biodiversité marine. La barrière de corail abrite en effet un écosystème extrêmement riche et complexe : plus de 4.000 espèces de poissons, de crabes, de coquillages, d’étoiles de mer, de tortues 🐠… Près de deux millions d’espèces différentes dépendent d’elle pour leur survie. Au-delà de ça, il s’agit d’un véritable rempart contre les catastrophes naturelles.

Malheureusement, la Grande barrière de corail est menacée tant par le tourisme de masse, étant l’une des plus grandes attractions touristiques de la planète, que par le réchauffement climatique, qui représente aujourd’hui son plus grand danger. Le dérèglement climatique se traduit notamment par une augmentation du niveau de la mer, un réchauffement de la température des Océans, et une dangereuse augmentation de l’acidité de l’eau, ce qui impacte la croissance des coraux et provoque leur blanchissement. 

Ces animaux, si précieux, dépérissent peu à peu dans ces conditions qui ne leur sont plus favorables. 👉 Qu'est-ce que le Corail ? Pourquoi est-il si important ?

La mer de Glace

Il s’agit du plus grand glacier français situé sur le Mont-Blanc, qui est désormais en grand danger du fait du réchauffement climatique. Son épaisseur ne cesse de se réduire, et se réduit en moyenne d’un mètre par an. Les experts sont particulièrement pessimistes quant à la pérennité des glaciers alpins à l’horizon 2100.

👉 Fonte des glaciers, un problème à ne pas prendre à la légère

Venise

Venise, la ville des amoureux 🥰, avec ses célèbres canaux et gondoles, sombre petit à petit dans la lagune dont les rives s'affaissent, et en raison de la montée progressive du niveau de la mer, due au réchauffement climatique. Son affaissement pourrait atteindre 54 cm d’ici 2100, ce qui causerait son inondation quotidienne.

Venise, c’est aussi 28 millions de visiteurs par an, ce qui en fait un des grands temples du tourisme de masse. Les paquebots de croisière peuvent même s'approcher au plus près de la cité, et provoquer des remous susceptibles de nuire aux fondations des bâtiments 😠. Une nouvelle taxe devrait prochainement voir le jour, un droit d’entrée, qui pourrait rapporter jusqu’à 50 millions d’euros par an à Venise et qui serait utilisée pour financer le coût du nettoyage. Son objectif est également de freiner l’ardeur des touristes et de limiter leur nombre.

👉 Des vacances oui, mais écolos ! 10 commandements à suivre

Le Parc national du Kilimandjaro

Les glaciers de la plus haute montagne d’Afrique qui culmine à 5.895 mètres d’altitude sont, comme tous les autres, menacés par le réchauffement climatique, et ont d’ores et déjà perdu 80% de leur surface au cours du XXème siècle 😱. Ils pourraient de fait disparaître d’ici une quinzaine d’années.

Le Machu Picchu

La cité inca du Machu Picchu, une des Sept Merveilles du monde construite à 2.430 mètres d’altitude, et notamment le glacier andin Salcantaye, pourraient bien faire les frais du réchauffement climatique. Des conséquences dramatiques sur l’accès à l’eau potable et sur la biodiversité avoisinante sont à craindre. De plus, victime de son succès, le site, qui est un incontournable lors d’un voyage au Pérou, attire près d’un million de visiteurs par an, ce qui provoque une érosion des constructions. Malgré la limitation de visiteurs quotidiens mise en place par le gouvernement péruvien, les mesures semblent insuffisantes pour protéger ce monument majestueux.

👉 Ecotourisme, qu'est-ce que c'est ?

Le patrimoine littoral des Maldives

S’il y a bien une destination qui fait rêver, c’est bien les Maldives ! Cocotiers, eau turquoise, sable blanc… Un véritable décor de carte postale, qui ne sera bientôt qu’un lointain souvenir 🏖️. La montée des eaux due au réchauffement climatique et à la fonte des glaciers les menace tout particulièrement, dans la mesure où leur sommet atteint à peine trois mètres !

👉 Sable, coquillages, corail... ramener des souvenirs peut vous coûter cher !

La mer morte

Voilà une mer qui portera bientôt son nom à la perfection, puisque sa principale source, le Jourdain, s’assèche progressivement du fait du dérèglement du climat. Ses eaux chargées en sel qui permettent de flotter sans bouée font sa réputation dans le monde entier.

La Grande Muraille de Chine

Elle est visible depuis l’espace, et pourtant son accès pourrait être fermé au public. Pour cause : 30% de sa longueur seraient déjà détruites, soit 1 962 mètres, du fait des conditions climatiques qui provoquent son érosion, du tourisme et du pillage dont elle fait l’objet par les paysans locaux pour alimenter les chantiers de construction. 

Une situation très préoccupante !

Les îles Palaos, en Micronésie

Cet archipel de 21.000 habitants situé dans le Pacifique attire 150 000 touristes chaque année, à qui les autorités font signer un « Serment des Palaos », une « promesse obligatoire faite directement aux enfants des Palaos », c’est-à-dire un engagement de préserver la nature au cours de leur séjour sur l’île 📜.

Maya Bay, en Thaïlande

Vous connaissez forcément cette superbe baie, rendue célèbre par Leonardo DiCaprio dans le film The Beach. Les retombées ont été tragiques pour ce petit coin de paradis, devenu l’enfer de la biodiversité environnante, notamment des populations de requins, en raison des 4 000 touristes qu’elle accueillait chaque jour. 

Elle a été heureusement fermée depuis juin 2018 afin de laisser les coraux se régénérer et la nature reprendre ses droits. 👉 Attaques de requin, ce que vous devez savoir, le vrai du faux

Hanauma Bay, à Hawaï

Dans le cas d’Hanauma Bay, les produits chimiques contenus dans les crèmes solaires des milliers de touristes quotidiens ont littéralement empoisonné les coraux, déversant quelque 186 kg d’écran total dans l’océan. C’est la raison pour laquelle Hawaï a adopté une réglementation interdisant les crèmes solaires contenant de l’oxybenzone et de l’octinoxate ⛔.

👉 L'impact de nos crèmes solaires sur l'environnement

L’astuce des destinations alternatives

La pratique du sous-tourisme, ou des destinations alternatives, au secours des sites les plus fréquentés du monde ? Et si vous vous rendiez à Kuelap, un site inca encore plus ancien que le Machu Picchu ? Pourquoi ne pas opter pour Trieste en lieu et place de Venise, qui possède son propre canal, bordé de palaces ? De même, Wroclaw est une ravissante Venise polonaise, avec ses 112 ponts, ses façades colorées et sa majestueuse horloge astronomique.

En y réfléchissant un peu, de nombreux spots restent injustement dans l’ombre des coins hyper touristiques, mais ne manquent pas d’intérêt pour autant. L’idéal pour un séjour hors des sentiers battus !

👉 Découvrez le slow tourisme, la tendance à adopter !

À retenir :

De nombreuses destinations sont menacées par deux des plus grandes dérives contemporaines : le réchauffement climatique et le tourisme irraisonné. Nombreux sont ceux qui subissent les deux à la fois... Des pans entiers du patrimoine culturel et naturel mondial, d’une valeur inestimable, courent à leur perte si rien n’est fait pour les préserver. Certains ferment déjà leurs portes, d’autres restreignent leur accès. Mais la montée des mers, en constante progression, n’épargnera pas de nombreux sites voués à disparaître.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : sciencesetavenir.fr, consoglobe.com, geo.fr, consoglobe.com, ouest-France.fr, nationalgeographic.fr, geo.fr, bioalaune.com


Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Comment retrouver son chemin en forêt ? 5 conseils efficaces

Quelques minutes suffisent. Pris dans l’automatisme de la marche, vous vous perdez dans vos pensées. Et quand vous refaites surface, vous vous rendez compte que vous n’êtes plus sur le bon chemin. 😱 Mais depuis combien de temps exactement ? Un quart d’heure ou plutôt une demi-heure ? Vous regardez autour de vous et ne voyez aucune trace de la piste. Seulement des arbres et encore des arbres. Si la situation peut paraître angoissante, il ne faut surtout pas paniquer. Application mobile ou indications de la nature : voici comment retrouver son chemin en forêt. 🌲

Sylvothérapie : se reconnecter à soi au contact des arbres

Les bienfaits de la nature sur notre santé physique et psychologique ne sont plus à prouver : de très nombreuses études scientifiques sont venues le confirmer. C’est sur cette vague que surfe la sylvothérapie, qui vous invite à atteindre un profond état de relaxation et de méditation au contact des arbres. Rien de tel pour réduire stress et tensions nerveuses, paraît-il. Sceptique ? Et si vous preniez un petit bain de forêt ?

5 bonnes raisons de faire un gros câlin aux arbres !

Non, nous n’allons pas essayer de vous convaincre de vous déguiser en fougère pour communier avec la nature, mais pas loin ! La sylvothérapie, vous connaissez 🌳 ? Cette discipline, qui nous vient tout droit du Japon, nous invite à se soigner au contact des arbres, en prenant pour ainsi dire un bain de forêt. Une pratique qui aurait des bienfaits insoupçonnés sur le corps et l’esprit… On a mené l’enquête pour vous : découvrez les 5 raisons de faire un câlin aux arbres !

Le chevreuil, cette merveille de la nature

Le chevreuil, du latin capreolus, est un ruminant herbivore de la famille des Cervidés. C’est en fait le plus petit d’entre eux en Europe ! Cet animal qui peuple nos forêts subjugue par sa grâce et par sa beauté. Craintif et fuyant, il peut se laisser surprendre furtivement au détour d’un sentier, et croiser son chemin est toujours un privilège. Présentation d’un magnifique représentant de notre majestueuse et riche faune sauvage 👇

Des psoques à la maison, signe d'humidité, comment s'en débarrasser ?

Dans la catégorie « petites bêtes que l’on aimerait bien éviter à la maison », on vous présente les psoques ! Ces petits insectes de quelques millimètres seulement peuvent se dissimuler un peu partout dans les habitations : dans les moulures, derrière les plinthes, sous les planchers, derrière les cloisons, les tuyaux, les gaines, ... Ils avancent à bas bruit, et lorsqu’ils deviennent visibles, ils témoignent d’une invasion déjà bien avancée. Véritables indicateurs d’humidité, en venir à bout n’est pourtant pas si compliqué. Mode d’emploi pour une maison plus saine à tout point de vue ! 👇

4 conseils pour être un peu plus écolo à la maison

Dans la vie de tous les jours, on doit parfois mettre de côté ses aspirations à plus d’écoresponsabilité. Mais face à la frénésie du monde extérieur, le chez-soi est un vrai refuge. « Chacun est maître en sa maison » comme le dit le proverbe. Une fois votre porte d’entrée fermée, il ne tient qu’à vous de transformer votre logement en ode à la vie green ! 😊 Si vous vous demandez par où commencer, voici nos 4 conseils pour être plus écologique à la maison.

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle