Sable, coquillages, corail... ramener des souvenirs peut vous coûter cher !

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Lorsque l’océan se retire, il abandonne derrière lui des coquillages de toutes sortes, des galets aux teintes variées, du corail, du bois flotté, des os de seiche, des éponges 🐚… Bon, un peu de plastique, parfois, mais ça n’est pas ce qui nous intéresse. Quoi de plus relaxant lors d’un séjour en bord de mer que de flâner sur la plage et d’y contempler tous ces petits trésors. Et quoi de plus tentant que de les ramasser et de les ramener chez soi, comme un précieux butin ! Simples souvenirs, ou objets déco, bijoux… La côte est une mine d’or pour les adeptes de travaux pratiques et les créateurs de tout bord. Mais est-il autorisé de tout ramasser sur les plages ? Que dit la loi ?

Sable, coquillages, corail... ramener des souvenirs peut vous coûter cher !
Sommaire :

Le glanage sur les plages est-il autorisé ?

De jolis galets dans l’allée de votre jardin, une déco dérivée du bois flotté… L’écosystème du littoral est riche en petites merveilles que vous aimeriez bien ramener dans votre valise. C’est une pratique que l’on appelle le glanage sur les plages 🏖️. Bien sûr, vous êtes de bonne foi, vous ne voyez pas le mal : après tout, à qui cela manquera-t-il ? Ces coquillages sont déjà morts et ce n’est pas un petit sac de sable qui va faire défaut à cette immense plage ! Pourtant, la loi n’est pas de votre avis. Une réglementation existe pour protéger les écosystèmes fragiles du bord de mer, et vous pourriez prendre une belle amende, bien corsée, qui alourdirait tout à coup sévèrement votre budget vacances 😅… Car le problème, ce n’est pas vous en particulier : mais si chaque touriste, si chaque personne fréquentant cette plage suivait le même raisonnement que vous, le littoral finirait par être pillé et serait fragilisé.

Ces objets et débris que l’océan nous laisse au gré des vagues et de marées, qui forment une bande où ils sont accumulés, porte un nom : la « laisse de mer ». C’est un véritable écosystème riche en micro-organismes 👉 Biodiversité, qu'est-ce que c'est au juste ?

Ramasser des souvenirs sur la plage : une pratique réglementée

Les plages appartiennent au domaine public, mais le Code de l’environnement prévoit que leur usage est néanmoins libre et gratuit. En revanche, ce que ce Code énonce également, en son article L321-8, c’est que « les extractions de matériaux (...) sont limitées ou interdites lorsqu'elles risquent de compromettre, directement ou indirectement, l'intégrité des plages, dunes littorales, falaises, marais, (...) ». Attention, donc, c’est au cas par cas, toutes les pratiques ne sont pas autorisées ⛔ !

👉 Des vacances oui, mais écolos ! 10 commandements à suivre

Le sable et les coquillages

Concernant le sable et les coquillages vides 🐚, c’est niet : il s’agit ni plus ni moins d’une atteinte au domaine public maritime qui fragilise les littoraux. Le ramassage en petite quantité est parfois toléré, mais le prélèvement déraisonnable sera sanctionné d’une amende pouvant aller jusqu’à 1.500 €, ouille ! En revanche, ce qu’on appelle le sable éolien, c’est-à-dire celui qui a été déplacé hors de la plage du fait du vent, peut être récupéré librement.

Mais attention, à l’étranger, les peines peuvent être particulièrement sévères et aller jusqu’à la prison lorsque les quantités de sable prélevées sont importantes comme c’est le cas en Sardaigne ! Pourquoi tant de sévérité ? Car il existe un véritable commerce en ligne de sable, à destination de collectionneurs (oui, les marchands de sable, ça existe !), et notamment de Sardaigne. Et il faut reconnaître que les abus sont nombreux : en 2018, plus d’une tonne de sable a été saisie dans les bagages de touristes à l'aéroport de Cagliari 😯…

Un pillage qui est pris très au sérieux par les autorités italiennes, qui vont jusqu’à embaucher des « gardiens du sable » dans la ville de Cabras.

👉 Comment protéger les océans ? À nous de jouer !

Les galets

La présence de galets participe à protéger la côte de l’érosion. Même punition que pour le sable et les coquillages, donc, avec une amende pouvant s’élever à 1.500 € 💸. Imagiez seulement : ces petits cailloux proviennent d’amas rocheux polis par la mer et ont des millions d’années ! En Normandie, ramasser les galets est interdit depuis 1975, et leur nombre a diminué de moitié depuis le siècle dernier. En cause : le vent, les courants, et le glanage !

Les fleurs

La flore du littoral est très spécifique, et beaucoup d’espèces sont endémiques et classées comme protégées 🌺. Là, on ne rigole plus et ça commence à faire mal au niveau des sanctions, car couper les plantes côtières peut vous en coûter 150 000 € d’amende pour « atteinte à la conservation d'espèces végétales non cultivées », selon l’article L415-3 du Code de l’environnement.

Le bois flotté

C’est l’exception : la récolte du bois flotté sur les plages, ces débris d’origine naturelle, n’est pas réglementée, et vous pouvez librement récupérer ceux qui se sont échoués sur les plages et en faire ce que bon vous semble 🤗. N’oubliez pas néanmoins que les oiseaux en utilisent pour faire leur nid, donc le mieux reste quand même de penser à eux et de faire preuve de parcimonie 🐦.

Le saviez-vous ? Le glanage se pratique aussi dans les champs 👉 Glanage, ce que vous devez savoir avant de vous servir dans les champs des agriculteurs.

Le verre dépoli

Carte blanche également pour le verre, qui est bien au contraire encouragé afin d’en nettoyer le littoral. Et ramasser les déchets, vous y avez songé ? 👉 Plogging, courir pour votre santé et la nature !

Les mollusques

Les coquillages vivants sont parfois ramassés sur la côte afin d’être dégustés par les fins gourmets 😋. Il s’agit là d’une pratique qui ne connaît pas de réglementation uniforme : il convient donc de se renseigner sur les règles locales avant toute chose.

En revanche, l’air marin, c’est à volonté, il ne faut pas se priver 😉 ! 👉 Les bienfaits de l'air marin : respirez à pleins poumons !

À retenir :

Il est très tentant de ramener des souvenirs ramassés sur la plage de son séjour en bord de mer : coquillages, sable, galets, bois flotté… Un charmant butin qui peut vous coûter cher ! La pratique du glanage sur le littoral est réglementée, et ces prélèvements sont le plus souvent interdits, avec une exception pour le bois flotté. Néanmoins, il se pratique fréquemment et est rarement sanctionné s’il reste raisonnable. Ce trésor est un écosystème à lui seul, et le piller est susceptible de fragiliser le littoral, oh combien vulnérable, pensez-y !

👉 L'impact de nos crèmes solaires sur l'environnement

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : service-public.fr, geo.fr, francebleu.fr


Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Marche nordique, qu'est-ce que c'est ? Comment s'y mettre ?

La marche nordique ou Nordic Walking, ou encore Sauvakävely, était pratiquée à l’origine en Finlande par les skieurs de fond comme entraînement pendant la belle saison, et a progressivement acquis ses propres lettres de noblesse jusqu’à devenir une discipline à part entière. Le marcheur nordique se considère comme un quadrupède, qui passe de deux à quatre appuis au sol à l’aide de bâtons. Cette marche dynamique fait de plus en plus d’adeptes en raison de ses nombreux bienfaits. Décryptage 👇

Démarche ZAN, le programme pour réduire l'extension des villes

L’artificialisation des sols est l’une des premières causes du réchauffement climatique et de l’érosion massive et sans précédent de la biodiversité. En moyenne, en France, entre 20 000 et 30 000 hectares d’espaces naturels, agricoles et forestiers sont consommés chaque année. C’est pourquoi le Plan Biodiversité avait instauré en 2018 l’objectif ZAN - Zéro Artificialisation Nette - dans le but de protéger ces zones en repensant l'aménagement urbain. L’idée, c’est d’atteindre en 2050 l’absence de toute artificialisation nette des sols, avec un premier objectif intermédiaire de réduction de moitié du rythme de la consommation d’espaces d’ici 2030. Le point sur un challenge ambitieux 👇

Comment préparer mon jardin au retour du grand froid ?

Si les premiers flocons de neige ❄️ sont un spectacle qui fait toujours plaisir à voir, votre coin de verdure pourrait pourtant ne pas se remettre de l’arrivée des premiers frimas. Pour être sûr de le retrouver tout aussi beau qu’avant au prochain printemps, quelques arrangements sont nécessaires. Comment préparer votre jardin au retour du grand froid ? On vous partage toutes nos astuces ! 🌳

Et si on offrait de la seconde main cette année à Noël ?

Écologique, économique, l’idée d’offrir des présents d’occasion à Noël a de quoi séduire… Durant cette période où la surconsommation est reine et dénature l’esprit même de la Nativité, cette pratique propose une alternative très intéressante pour des fêtes de fin d’année plus vertes et éthiques. Pourtant, les réticences font encore obstacle, dans certains esprits, à sa généralisation. Un tabou qui cède peu à peu du fait de la conjoncture économique et écologique de ces dernières années. Parce que prendre soin de ses proches et de la planète est parfaitement compatible, osez la seconde main sous le sapin ! 🎄

Journée mondiale du climat, à vos agendas !

Y’a plus d' saison, ma p’tite dame ! Et chaque année, le 8 décembre, c’est la Journée mondiale du climat, instaurée à l’initiative de plusieurs ONG, avec un objectif : faire prendre conscience au plus grand nombre de l’importance des changements climatiques, qui nous impactent, chaque année, encore un peu plus. Le réchauffement climatique est désormais un sujet qui fait parler de lui quasiment constamment dans les médias, bien souvent pour alerter encore et toujours sur l’urgence climatique, et de temps en temps pour relayer les mesurettes dérisoires prises par les instances gouvernementales ou internationales. Parce que nous n’avons qu’une seule terre #UneSeuleTerre, c’est l’occasion ou jamais de réfléchir et surtout d’agir en faveur du climat.

Sapin en plastique ou naturel ? Comment choisir ?

La sapin, c’est le symbole de Noël. Avec ses guirlandes et ses boules, il est dans tous nos souvenirs de fêtes de fin d’année 🎄. Et pour beaucoup d’entre nous, il est impensable de mettre les cadeaux ailleurs qu’à son pied. Mais un dilemme se pose au moment de l’acheter. Sapin en plastique ou naturel : comment choisir entre ces deux options ?

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle