Le sable se fait rare, une ressource sous tension

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Si l’on parle souvent de l’épuisement de certaines ressources naturelles menacées par la pression humaine, telles que le cobalt, les combustibles fossiles, l’eau, et bien d’autres, le cas du sable est plus rarement abordé. Pourtant, notre dépendance à son égard en fait un matériau essentiel, au centre de toutes les convoitises. Si nous l’associons bien souvent dans notre inconscient aux immenses plages de nos vacances d’été 😎, le sable ne se résume pas à ça. Il s’agit en fait de la seconde ressource minérale exploitée par l’homme après l’eau, une ressource non renouvelable sous haute tension…

Le sable se fait rare, une ressource sous tension

C’est quoi, le sable, au juste ?

Il s’agit de l’altération d’une roche par l’effet de l’eau, du vent, et d’autres cycles naturels tels que le gel, le dégel, etc. Il existe, en fait, autant de sortes de sable que de roches sur la planète 🌍 : autant dire qu’ils sont innombrables. Les grains de sable se caractérisent autour de trois critères, à savoir leur nature – minérale s’ils sont issus de roches ou organiques lorsqu’ils proviennent de coquilles d’animaux -, leur forme et leur dimension.

👉 Sable, coquillages, corail... ramener des souvenirs peut vous coûter cher !

Des activités humaines avides de sable  

Les activités humaines sont très gourmandes en sable, notamment le secteur de la construction 🏗️. Il entre notamment dans la composition du béton (qui en comporte 25 %, outre 45 % de sédiments grossiers) et du verre, ce qui en fait un élément omniprésent dans notre quotidien. Mais pas que : votre ordinateur, vos pneus, votre peinture, ou certains de vos cosmétiques, comme le dentifrice, en contiennent également, de même que les panneaux solaires. L’industrie pétrolière, elle aussi, en utilise de plus en plus afin de rendre le processus de facturation hydraulique plus efficace. Au total, le sable représente ainsi environ 200 usages quotidiens.

👉 Quels sont les secteurs et industries les plus polluants ?

Le sable, une ressource non renouvelable

Cette ressource naturelle nécessite des centaines de milliers d’années pour être produite en grande quantité par dame nature, à la faveur d’un climat favorable à l’érosion des sols et d’une zone propice au dépôt de sédiments. Bien souvent, les conditions sont géologiquement favorables à la suite des épisodes glaciaires, caractérisés par un front de mer qui recule et une accentuation du pouvoir érosif des rivières. Or, comme chacun le sait, notre dernière période glaciaire commence à dater un peu (il y a environ 18 000 ans), et le moins que l’on puisse dire, c’est que le climat ne prend pas vraiment ce chemin 😅. Les apports sédimentaires seront donc durablement limités, et le sable actuellement présent sur le globe n’est pas renouvelé, conduisant à l’appauvrissement que nous connaissons.

👉 Énergie fossile, qu'est-ce que c'est au juste ?

Quelle est la provenance de ce sable tant convoité ?

On trouve du sable dans les fonds marins et sur les plages, bien sûr, mais également sur le continent, dans des bassins sédimentaires qui donnent accès à des formations sableuses situées tant en surface qu’en sous-sol.

👉 Pourquoi il ne faut pas marcher sur les dunes ?

Une extraction qui coûte cher à l’environnement

Comme bien souvent, qui dit opportunité économique dit désastre écologique 🫣. L’extraction du sable est un processus très préjudiciable à l’environnement. Lorsqu’il n’est pas prélevé dans des carrières, il est aspiré par des dragues au fond de l’océan, ou raclé à la pelle mécanique dans le lit des rivières. Des techniques traumatiques pour les écosystèmes et la biodiversité, qui vont jusqu’à modifier le fonctionnement hydrologique des cours d’eau, provoquer des crues, perturber les courants marins, ou encore transformer la configuration des côtes : les terres reculent petit à petit, des îles disparaissent (25 îles de l’archipel indonésien ont été tout bonnement rayées de la carte !), des plages sont progressivement englouties 😱. 👉 Les gestes à adopter pour protéger le littoral

L’extraction du sable marin, bien souvent trop près des côtes, est un mode d’exploitation qui favorise l’érosion des sols et du littoral. Par ailleurs, l’eau de mer parvient alors à s’engouffrer dans les nappes phréatiques. Les terres agricoles se salinisent et deviennent impropres à toute culture. Certaines infrastructures humaines, également, s’en trouvent affaiblies et menacent de s’écrouler.

👉 Comment les nappes se rechargent-elles ?

Pourquoi ne pas utiliser le sable du désert ?

Tous les types de sable ne conviennent pas à toutes les utilisations, ce serait trop simple 😒. Il serait bien pratique d’aller se servir dans le désert, mais il se trouve que les grains qu’il contient sont trop petits et ronds pour entrer dans la composition du béton, ce qui accentue la pression sur les autres sources de sable, notamment le sable marin. En définitive, moins de 5% du sable présent sur terre peut être utilisé pour cette destination. Ainsi, même Dubaï, au cœur du désert, importe son sable pour ses constructions pharaoniques et ses îles artificielles.

👉 Ces sites menacés par les excès du tourisme et le réchauffement climatique

Le sable, cet or jaune

Un sable devenu si précieux qu’il fait l’objet de trafics : ressource aussi rare et précieuse que le pétrole, la mafia s’est emparée de ce commerce juteux, vole et vend illégalement des milliards de tonnes de sable chaque année 💰. En Jamaïque, par exemple, La plage de Coral Springs à Trelawny, longue de 400 mètres a entièrement disparu en une seule nuit en 2008, soit l’équivalent de 500 camions de sable, dévastant au passage tout un écosystème. Par ailleurs, la mafia contrôlerait 45 % du sable des plages marocaines et sénégalaises. Les pilleurs de sable surfent sur la dune et jouissent de ce marché très florissant.

👉 Opération plage propre : 5 gestes pour la préserver

Un rythme qui s’accélère

Le rythme d’exploitation actuellement pratiqué apparaît insoutenable au regard des ressources en sable dont la planète dispose : 40 milliards de tonnes de sable sont extraites chaque année dans le monde. La demande en sable a ainsi augmenté de 360 % en 30 ans, principalement sous l’impulsion de la Chine dont les besoins ont littéralement explosé. Et pour cause : pour construire une autoroute, 30.000 tonnes de sable par kilomètre sont nécessaires. Une demande qui n’est pas partie pour s’essouffler, compte tenu de la croissance démographique mondiale et de l’urbanisation galopante. Elle pourrait croître de 45 % d’ici à 2060, d’après les résultats d’une étude parue dans la revue New Scientist en mars 2022.

👉 Combien d'humains la terre peut-elle supporter ?

À ce rythme, les plages auront définitivement disparu à l’horizon 2100 🫢, un sacré grain de sable dans l’engrenage du tourisme ! La dégradation du littoral amplifie également l’impact de certaines catastrophes naturelles : l’extraction intensive de sable au Sri Lanka aurait, par exemple, aggravé l’impact du Tsunami de 2004, d’après la Water Integrity Network.

Comment y remédier ?

Pourtant, des solutions de substitution existent. Il serait par exemple possible d’utiliser davantage de béton recyclé ♻️, ce qui permettrait aussi de réduire l’incommensurable quantité de déchets produits par le secteur du bâtiment. Aujourd’hui, en France, la part de granulats recyclés est estimée à seulement 10% de la production nationale, c’est très insuffisant !

Béton d’argile, bâtiments en terre, bois… D’autres pistes pourraient également être explorées afin de remplacer le « tout béton ».

👉 Les mégots, ennemis n°1 des océans

À retenir

La thématique de la pénurie des ressources est au centre des débats, dans un contexte où la population mondiale, qui a récemment dépassé le cap de 8 milliards d’habitants, poursuit sa progression, et où les besoins en tout genre progressent de manière concomitante. Le sable, notamment, omniprésent dans nos quotidiens, et présent dans à peu près tout ce qui nous entoure, fait l’objet d’une véritable boulimie, qui se heurte à la réalité : ressource non renouvelable, notre appétit insatiable pour ce matériau met en péril l’équilibre de précieux écosystèmes et le littoral dans son ensemble. Une tendance qui inquiète de plus en plus, et à laquelle il faudra apporter, tôt ou tard, une réponse s’inscrivant dans la sobriété et la durabilité.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild


Sources : theconversation.com, dailygeekshow.com, reporterre.net, newscientist.com, lemonde.fr, libération.fr, sciencepost.fr, consoglobe.com

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Un mode vie durable, c'est quoi au juste ?

Les experts sont formels, et ne cessent de tirer la sonnette d’alarme : notre mode de vie et de consommation impacte à ce point l’environnement, les écosystèmes et la biodiversité qu’il est insoutenable sur le long terme pour la planète. En d’autres termes il faudra immanquablement en changer, et dans ce domaine, le plus tôt sera le mieux : tout l’enjeu est de ne pas atteindre le point de bascule au-delà duquel la résilience des écosystèmes sera compromise au point d’en risquer l’effondrement 😱. De ce fait, l’adoption d’un mode de vie durable n’est pas seulement une recommandation, mais devient une nécessité. De quoi s’agit-il exactement ? Sur quels leviers pouvons-nous agir, à notre niveau dès aujourd’hui 🤔 ?

Les Jeux Olympiques de Paris seront écolos, vraiment ?

Réduction de moitié des émissions de CO2 liées à l’organisation des jeux, utilisation exclusive d’énergie renouvelable et quasi exclusive d’infrastructures déjà existantes ou temporaires, restauration bas carbone… Les engagements de Paris 2024 en matière d’environnement sont ambitieux. Mais la promesse de Jeux écologiques est-elle crédible ? N’existe-t-il pas une incompatibilité de fait entre l’organisation d’un tel évènement et la lutte contre le changement climatique ? Faut-il crier au greenwashing 🤔?

Qui pollue le plus, l'avion ou le bateau ? The winner is...

On entend très souvent de nombreux griefs contre le trafic aérien dans la lutte contre le réchauffement climatique, désignés comme LE moyen de transport à éviter absolument pour limiter nos émissions. C’est oublier que le transport maritime n’a rien de bien plus reluisant, et engendrerait une pollution parfois dénoncée comme étant en réalité plus importante que celle de l’aérien. Or, d’après l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le transport maritime représente plus de 80 % des volumes transportés et 90 % des échanges intercontinentaux de marchandises. Tous les moyens de transport polluent, c’est un fait, mais dans quelle mesure ? Qui, de l’avion ou du bateau, remporte la palme du moyen de transport le plus polluant 🤔?

Comment préparer son jardin pour le printemps ? 9 Conseils

Les jours rallongent, le soleil fait progressivement son retour, quelques bourgeons apparaissent sur les arbres… Ça sent bon le printemps, ça 😎 ! Et avec lui, comme chaque année, les affaires vont pouvoir reprendre au jardin après cette longue période d’accalmie. Vous allez bientôt pouvoir dégainer vos graines et plants, mais avant toute chose, une bonne préparation est indispensable ! Comment s’assurer un beau jardin et un potager productif pour toute la saison ? Suivez le guide !

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle