Le sable se fait rare, une ressource sous tension

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Si l’on parle souvent de l’épuisement de certaines ressources naturelles menacées par la pression humaine, telles que le cobalt, les combustibles fossiles, l’eau, et bien d’autres, le cas du sable est plus rarement abordé. Pourtant, notre dépendance à son égard en fait un matériau essentiel, au centre de toutes les convoitises. Si nous l’associons bien souvent dans notre inconscient aux immenses plages de nos vacances d’été 😎, le sable ne se résume pas à ça. Il s’agit en fait de la seconde ressource minérale exploitée par l’homme après l’eau, une ressource non renouvelable sous haute tension…

Le sable se fait rare, une ressource sous tension

C’est quoi, le sable, au juste ?

Il s’agit de l’altération d’une roche par l’effet de l’eau, du vent, et d’autres cycles naturels tels que le gel, le dégel, etc. Il existe, en fait, autant de sortes de sable que de roches sur la planète 🌍 : autant dire qu’ils sont innombrables. Les grains de sable se caractérisent autour de trois critères, à savoir leur nature – minérale s’ils sont issus de roches ou organiques lorsqu’ils proviennent de coquilles d’animaux -, leur forme et leur dimension.

👉 Sable, coquillages, corail... ramener des souvenirs peut vous coûter cher !

Des activités humaines avides de sable  

Les activités humaines sont très gourmandes en sable, notamment le secteur de la construction 🏗️. Il entre notamment dans la composition du béton (qui en comporte 25 %, outre 45 % de sédiments grossiers) et du verre, ce qui en fait un élément omniprésent dans notre quotidien. Mais pas que : votre ordinateur, vos pneus, votre peinture, ou certains de vos cosmétiques, comme le dentifrice, en contiennent également, de même que les panneaux solaires. L’industrie pétrolière, elle aussi, en utilise de plus en plus afin de rendre le processus de facturation hydraulique plus efficace. Au total, le sable représente ainsi environ 200 usages quotidiens.

👉 Quels sont les secteurs et industries les plus polluants ?

Le sable, une ressource non renouvelable

Cette ressource naturelle nécessite des centaines de milliers d’années pour être produite en grande quantité par dame nature, à la faveur d’un climat favorable à l’érosion des sols et d’une zone propice au dépôt de sédiments. Bien souvent, les conditions sont géologiquement favorables à la suite des épisodes glaciaires, caractérisés par un front de mer qui recule et une accentuation du pouvoir érosif des rivières. Or, comme chacun le sait, notre dernière période glaciaire commence à dater un peu (il y a environ 18 000 ans), et le moins que l’on puisse dire, c’est que le climat ne prend pas vraiment ce chemin 😅. Les apports sédimentaires seront donc durablement limités, et le sable actuellement présent sur le globe n’est pas renouvelé, conduisant à l’appauvrissement que nous connaissons.

👉 Énergie fossile, qu'est-ce que c'est au juste ?

Quelle est la provenance de ce sable tant convoité ?

On trouve du sable dans les fonds marins et sur les plages, bien sûr, mais également sur le continent, dans des bassins sédimentaires qui donnent accès à des formations sableuses situées tant en surface qu’en sous-sol.

👉 Pourquoi il ne faut pas marcher sur les dunes ?

Une extraction qui coûte cher à l’environnement

Comme bien souvent, qui dit opportunité économique dit désastre écologique 🫣. L’extraction du sable est un processus très préjudiciable à l’environnement. Lorsqu’il n’est pas prélevé dans des carrières, il est aspiré par des dragues au fond de l’océan, ou raclé à la pelle mécanique dans le lit des rivières. Des techniques traumatiques pour les écosystèmes et la biodiversité, qui vont jusqu’à modifier le fonctionnement hydrologique des cours d’eau, provoquer des crues, perturber les courants marins, ou encore transformer la configuration des côtes : les terres reculent petit à petit, des îles disparaissent (25 îles de l’archipel indonésien ont été tout bonnement rayées de la carte !), des plages sont progressivement englouties 😱. 👉 Les gestes à adopter pour protéger le littoral

L’extraction du sable marin, bien souvent trop près des côtes, est un mode d’exploitation qui favorise l’érosion des sols et du littoral. Par ailleurs, l’eau de mer parvient alors à s’engouffrer dans les nappes phréatiques. Les terres agricoles se salinisent et deviennent impropres à toute culture. Certaines infrastructures humaines, également, s’en trouvent affaiblies et menacent de s’écrouler.

👉 Comment les nappes se rechargent-elles ?

Pourquoi ne pas utiliser le sable du désert ?

Tous les types de sable ne conviennent pas à toutes les utilisations, ce serait trop simple 😒. Il serait bien pratique d’aller se servir dans le désert, mais il se trouve que les grains qu’il contient sont trop petits et ronds pour entrer dans la composition du béton, ce qui accentue la pression sur les autres sources de sable, notamment le sable marin. En définitive, moins de 5% du sable présent sur terre peut être utilisé pour cette destination. Ainsi, même Dubaï, au cœur du désert, importe son sable pour ses constructions pharaoniques et ses îles artificielles.

👉 Ces sites menacés par les excès du tourisme et le réchauffement climatique

Le sable, cet or jaune

Un sable devenu si précieux qu’il fait l’objet de trafics : ressource aussi rare et précieuse que le pétrole, la mafia s’est emparée de ce commerce juteux, vole et vend illégalement des milliards de tonnes de sable chaque année 💰. En Jamaïque, par exemple, La plage de Coral Springs à Trelawny, longue de 400 mètres a entièrement disparu en une seule nuit en 2008, soit l’équivalent de 500 camions de sable, dévastant au passage tout un écosystème. Par ailleurs, la mafia contrôlerait 45 % du sable des plages marocaines et sénégalaises. Les pilleurs de sable surfent sur la dune et jouissent de ce marché très florissant.

👉 Opération plage propre : 5 gestes pour la préserver

Un rythme qui s’accélère

Le rythme d’exploitation actuellement pratiqué apparaît insoutenable au regard des ressources en sable dont la planète dispose : 40 milliards de tonnes de sable sont extraites chaque année dans le monde. La demande en sable a ainsi augmenté de 360 % en 30 ans, principalement sous l’impulsion de la Chine dont les besoins ont littéralement explosé. Et pour cause : pour construire une autoroute, 30.000 tonnes de sable par kilomètre sont nécessaires. Une demande qui n’est pas partie pour s’essouffler, compte tenu de la croissance démographique mondiale et de l’urbanisation galopante. Elle pourrait croître de 45 % d’ici à 2060, d’après les résultats d’une étude parue dans la revue New Scientist en mars 2022.

👉 Combien d'humains la terre peut-elle supporter ?

À ce rythme, les plages auront définitivement disparu à l’horizon 2100 🫢, un sacré grain de sable dans l’engrenage du tourisme ! La dégradation du littoral amplifie également l’impact de certaines catastrophes naturelles : l’extraction intensive de sable au Sri Lanka aurait, par exemple, aggravé l’impact du Tsunami de 2004, d’après la Water Integrity Network.

Comment y remédier ?

Pourtant, des solutions de substitution existent. Il serait par exemple possible d’utiliser davantage de béton recyclé ♻️, ce qui permettrait aussi de réduire l’incommensurable quantité de déchets produits par le secteur du bâtiment. Aujourd’hui, en France, la part de granulats recyclés est estimée à seulement 10% de la production nationale, c’est très insuffisant !

Béton d’argile, bâtiments en terre, bois… D’autres pistes pourraient également être explorées afin de remplacer le « tout béton ».

👉 Les mégots, ennemis n°1 des océans

À retenir

La thématique de la pénurie des ressources est au centre des débats, dans un contexte où la population mondiale, qui a récemment dépassé le cap de 8 milliards d’habitants, poursuit sa progression, et où les besoins en tout genre progressent de manière concomitante. Le sable, notamment, omniprésent dans nos quotidiens, et présent dans à peu près tout ce qui nous entoure, fait l’objet d’une véritable boulimie, qui se heurte à la réalité : ressource non renouvelable, notre appétit insatiable pour ce matériau met en péril l’équilibre de précieux écosystèmes et le littoral dans son ensemble. Une tendance qui inquiète de plus en plus, et à laquelle il faudra apporter, tôt ou tard, une réponse s’inscrivant dans la sobriété et la durabilité.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild


Sources : theconversation.com, dailygeekshow.com, reporterre.net, newscientist.com, lemonde.fr, libération.fr, sciencepost.fr, consoglobe.com

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Pour vivre heureux, vivons… En yourte ? Un style de vie au naturel

La vie en yourte, retour aux sources ou effet de mode ? Si ce logement insolite séduit son public le temps d’un week-end au vert, pour d’autres, c’est devenu un mode de vie. À l’origine utilisée par les nomades d’Asie Centrale, la yourte constituait l’habitat le plus adapté au climat et à leurs habitudes. Mais qu’en-est-il pour les Occidentaux ? Les questions écologiques, l’ouverture au monde, l’envie de se rapprocher de la nature mais aussi l’apparition d’une pandémie mondiale nous ont amenés à reconsidérer en profondeur notre rapport à l’habitat et à la vie en société. Si la yourte présente de nombreux atouts et semble répondre à une quête de sens et de liberté, mieux vaut considérer tous ses aspects avant de vous lancer. Yourte ou pas ? Quelques clés pour choisir en pleine conscience.

Le 2 août 2024 : jour du dépassement. Prévenir pour mieux agir

Si nous vivons sur la même planète, vous en avez sûrement entendu parler au moins une fois… Le jour du dépassement, c’est cette date indicative à partir de laquelle nous aurons consommé l’ensemble des ressources que la Terre est capable d’approvisionner en une année. Calculé pour sonner l’alerte et sensibiliser la population mondiale, le jour du dépassement semble faire parler plus qu’il ne fait agir. Comment la date est-elle calculée ? Pourquoi est-elle différente d’un pays à l’autre ? Comment retarder concrètement son avancée ? Voici quelques clés pour mieux comprendre les enjeux du jour du dépassement. Loin de nous l’idée de nourrir votre éco-anxiété mais plutôt la prise de conscience de notre responsabilité à en matière d’habitudes de consommation.

Bernic & Clic : l’appli qui vous reconnecte à la nature

Lorsque la mer se retire, le littoral est le théâtre d’une fascinante faune et flore peu familière. Marcheurs ou pêcheurs, vous vous êtes déjà demandé comment s’appelle ce drôle de coquillage qui ressemble à un chapeau chinois ? Qu’est-ce qu’un estran ? Comment les poissons respirent-ils sous l’eau ? Bonne nouvelle ! Toutes les réponses à vos questions sont sur Bernic & Clic. Des passionnés de nature et de biodiversité ont créé l’application idéale pour éveiller la curiosité des petits marins d’eau douce et de leurs parents. Mollusques, crustacés, algues et poissons n’auront bientôt plus de secret pour vous et vos graines de sauveteurs. Rendez-vous à la prochaine marée et d’ici là, découvrez tout sur l’application qui pourrait bientôt vous accompagner dans vos futures excursions les pieds dans la vase.

Zoonoses et climat : même combat ! Enjeux climatiques & santé

Les “zoo” quoi ? Les zoonoses, ce sont les maladies transmises par les animaux aux humains. Ça vous rappelle un certain pangolin ? Tout juste ! Comment est-ce possible ? Depuis le Covid 19, de sérieuses hypothèses mettent en cause le climat. En effet, le réchauffement climatique serait à l’origine de l’émergence de nouveaux organismes vivants dits pathogènes, c’est-à-dire responsables de maladies. Comment éviter de nouvelles pandémies ? Comment préserver la biodiversité et nos écosystèmes pour lutter contre ces zoonoses ? Quels sont les dangers en matière de santé publique et économique ? Voici quelques clés pour maîtriser le sujet.

Les indispensables pour partir en Festival sans polluer

Les festivals de musique et concerts en plein air sont synonymes de plaisir et de liberté mais aussi d’abus, lorsque le Festival n’est pas éco-conçu. Pour profiter de la nature encore longtemps, mieux vaut la préserver ! Alors, avant de sillonner la France à la recherche de scènes endiablées et de bons sons à partager, voici une liste des objets durables qui vous accompagneront pendant des années et rendront vos co-festivaliers verts… de jalousie !

Les fruits et légumes d'août pour faire le plein d'énerergie !

Août est le mois le plus chaud de l’année, la saison parfaite pour les pique-niques, apéros dînatoires, barbecues et planchas 😎. On a donc envie de fraîcheur et de délicieuses saveurs sucrées. Et ça tombe bien, car les ingrédients parfaits pour des recettes légères et rafraîchissantes sont justement en plein boom. La nature n’est-elle pas incroyablement bien faite ? Les fruits et légumes sont plus que jamais gorgés de soleil, bourrés de vitamines, minéraux et antioxydants. Et si vous profitiez de vos vacances pour vous mettre au vert ?

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

La citation qui nous parle