Les énergies renouvelables sont-elles vraiment écolos ?

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Énergie renouvelable, transition énergétique… Ces thèmes qui reviennent inlassablement dans l’actualité semblent représenter en quelque sorte le Graal de la lutte contre le réchauffement climatique. La course à l’énergie propre est en effet lancée, une énergie qui permettrait de satisfaire les besoins d’une population mondiale en constante croissance sans compromettre ceux des générations futures, et sans dégrader outre mesure l’environnement. Mais les énergies renouvelables sont-elles vraiment propres🤔 ? Et d’ailleurs, une énergie 100% propre est-elle seulement possible ?

Les énergies renouvelables sont-elles vraiment écolos ?

C’est quoi, au juste, une énergie renouvelable ?

🌿 Les énergies renouvelables regroupent plusieurs catégories de procédés de production énergétique ayant comme point commun le fait d’utiliser des ressources potentiellement disponibles à l’infini, telles que le vent, le soleil ou encore la biomasse. Ainsi, à l'échelle humaine, elles sont inépuisables et disponibles en grande quantité. Elles désignent donc l'énergie solaire, l'énergie éolienne, l'énergie hydraulique, grâce aux courants marins ou aux barrages, la biomasse, issue des matières organiques, et la géothermie, qui provient de l'extraction de l'énergie contenue dans le sol.

👉 Installer des panneaux photovoltaïques, c'est rentable ?

Les énergies renouvelables au secours du climat

Nous le savons, le dérèglement climatique est en grande partie imputable à notre manière de produire notre énergie depuis la Révolution Industrielle : le recours massif aux énergies fossiles, notamment, est à l’origine des émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, amplifiant l’effet de serre. Mais ce n’est pas tout, la pollution de l’air, elle aussi, y est intimement liée : particules fines, gaz polluants… Décidément, nous aurions tout intérêt, que ce soit sur le court ou le long terme, à nous tourner vers des sources d’énergie plus propres.

👉 Réchauffement climatique : définition, enjeux, causes, solutions

Les techniques d’énergie renouvelable permettent, et c’est une véritable avancée par rapport aux énergies fossiles, de produire sans émettre de CO2, ou presque, en phase d’exploitation👏. Et c’est vrai : d’après les experts du GIEC, les panneaux solaires émettent 10 fois moins de CO2 par kWh d’électricité produite que le gaz naturel, et 20 fois moins que le charbon ou les produits pétroliers. Et l’éolien, de son côté, émet 4 fois moins que le photovoltaïque. Raison pour laquelle elles sont souvent mises en avant comme étant LA solution à tous nos problèmes actuels. Elles nous débarrasseraient également du casse-tête des déchets radioactifs dangereux que l’on reproche à l’énergie nucléaire.

👉 Le nucléaire, une énergie écologique ou pas ?

D’après les engagements d’Emmanuel Macron, les énergies renouvelables participeront à 40% de la production d'électricité en France d'ici 2030 de manière à baisser nos émissions de CO2. De même, partout sur la planète, c’est la course aux énergies renouvelables, un secteur en plein boom 🌍. Mais sont-elles si propres qu’il n’y paraît ? Pas si sûr ! Rien n’est gratuit dans ce bas monde, nous le savons bien : elles aussi ont nécessairement un impact environnemental sur lequel il convient de se pencher🧐.  

Les énergies renouvelables produisent exclusivement de l’électricité

Déjà, premier point noir : les énergies renouvelables ne produisent que de l’électricité💡. C’est un bon début, mais il ne s’agit pas de la seule énergie dont nous avons besoin au quotidien. En fait, 42% de notre consommation énergétique provient du pétrole, du gaz ou du charbon. Par exemple, nous sommes nombreux à nous chauffer au gaz, et à rouler dans des véhicules thermiques. Une transition vers le tout électrique demanderait donc d’importantes adaptations de nos modes de vie. Et dans certains domaines, tels que l’aérien, cet objectif est pour l’heure hors de portée.

L’empreinte environnementale de la production des équipements

Par ailleurs, penser que l’énergie renouvelable est une énergie propre est un raccourci fréquent mais erroné. Oui, les procédés permettent de produire de l’électricité sans émission de CO2, mais il faut bien, dans un premier temps, produire les infrastructures nécessaires : qu’en est-il du coût carbone et environnemental de la production des éoliennes ou des panneaux solaires en eux-mêmes ? Du transport des pièces nécessaires, de leur assemblage ? Cette fabrication qui nécessiterait d’être intensive pour développer autant que possible les sources d’énergie renouvelables engendre l’extraction de matériaux, la production de déchets et de polluants, et la consommation de pétrole. Si l’énergie est renouvelable, les composants, eux, ne le sont pas et consomment de l’énergie pour être extraits et transformés, ce qui induit, au passage, une importante pollution. Des ressources, d’ailleurs, qui n’ont rien de renouvelables, et qui ne sont pas assez recyclés ♻️, et la question se pose de savoir si nous en trouverons en quantités suffisantes pour prendre le salvateur tournant de la transition énergétique.

Ainsi, d’après Jacques Treiner, physicien et membre du Laboratoire interdisciplinaire des énergies de demain, « Pour une même puissance produite, il faut cinq fois plus de matériaux avec l'éolien, par rapport au nucléaire par exemple ». Ainsi, au moment de la mise en fonction d’un panneau photovoltaïque, la dette carbone initiale est conséquente.

👉 Climato-sceptiques : Quelles sont les théories de ceux qui doutent ?

Une importante menace pour la biodiversité

Différentes voix s’élèvent actuellement pour nous mettre en garde : certes, les énergies renouvelables seraient un atout de taille dans la lutte climatique, mais s’avéreraient, en revanche, plus délétères pour la biodiversité et les écosystèmes🌱. Pourquoi ? Parce que leur déploiement est très gourmand en ressources minérales et en métaux. Lithium, lanthanides, cuivre, terres rares, or, cobalt, nickel… Autant de matières premières qui sont extraites dans des mines, dont on sait qu’elles représentent un important problème environnemental. Ainsi, la ruée vers les énergies renouvelables met en péril des espèces rares et des écosystèmes encore intacts et préservés. On assiste donc à l’émergence d’un conflit de plus en plus important entre les efforts déployés pour résoudre les deux grandes crises environnementales de notre temps : la crise climatique, d’une part, et la 6ème extinction de masse, d’autre part.

Le problème de l’intermittence du renouvelable

Par ailleurs, l’autre problème présenté par un scénario de généralisation de l’énergie renouvelable est celui de l’intermittence de l’efficacité de ces sources d’énergie, et donc du stockage de l’électricité. Un panneau solaire ou une éolienne ne produit pas en continu. Ces procédés ne permettent de produire de l’énergie qu’entre 15 à 30 % du temps. Cela suppose la mise en place de solutions de stockages, et donc la fabrication de batteries en très grande quantité, elles-mêmes très gourmandes en ressources et dont l’impact environnemental n’est vraiment pas reluisant 🙃. De ce fait, il est difficile d’imaginer que les énergies renouvelables puissent remplacer totalement les énergies fossiles dans le contexte actuel, sauf à développer le recours au nucléaire, énergie qui n’émet que très peu de CO2, pour stabiliser la production. Mais les spécialistes ont bon espoir de parvenir à des solutions de stockage plus satisfaisantes dans l’avenir.

👉 Les « bombes carbone » qui ruinent les efforts pour sauver la planète

À retenir
Le développement des énergies renouvelable a le vent en poupe, et semble incontournable dans la lutte contre le dérèglement climatique, qui s’érige progressivement, et il était temps, en priorité n°1 des préoccupations environnementales. Néanmoins, ces sources d’énergie qui présentent il est vrai de nombreux avantages, notamment celui de n’émettre que très peu de CO2 dans leur phase d’exploitation, ne sont pas aussi propres qu’il n’y paraît. En effet, l’empreinte écologique de la production des infrastructures nécessaires à un déploiement de masse (panneaux photovoltaïques, batteries, éoliennes…), très gourmande en ressources et en énergie, menace les écosystèmes et la biodiversité. Outre le fait qu’il semble encore difficile technologiquement d’espérer pouvoir compter sur un « tout renouvelable » pour la production énergétique de demain, une attention toute particulière devra donc être portée, dans le déploiement des énergies renouvelables, à la seconde crise environnementale tout aussi préoccupante, à savoir l’érosion sans précédent de la biodiversité.
Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : youmatter.world, nationalgeographic.fr, francetvinfo.fr, futura-sciences.com

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Un mode vie durable, c'est quoi au juste ?

Les experts sont formels, et ne cessent de tirer la sonnette d’alarme : notre mode de vie et de consommation impacte à ce point l’environnement, les écosystèmes et la biodiversité qu’il est insoutenable sur le long terme pour la planète. En d’autres termes il faudra immanquablement en changer, et dans ce domaine, le plus tôt sera le mieux : tout l’enjeu est de ne pas atteindre le point de bascule au-delà duquel la résilience des écosystèmes sera compromise au point d’en risquer l’effondrement 😱. De ce fait, l’adoption d’un mode de vie durable n’est pas seulement une recommandation, mais devient une nécessité. De quoi s’agit-il exactement ? Sur quels leviers pouvons-nous agir, à notre niveau dès aujourd’hui 🤔 ?

Les Jeux Olympiques de Paris seront écolos, vraiment ?

Réduction de moitié des émissions de CO2 liées à l’organisation des jeux, utilisation exclusive d’énergie renouvelable et quasi exclusive d’infrastructures déjà existantes ou temporaires, restauration bas carbone… Les engagements de Paris 2024 en matière d’environnement sont ambitieux. Mais la promesse de Jeux écologiques est-elle crédible ? N’existe-t-il pas une incompatibilité de fait entre l’organisation d’un tel évènement et la lutte contre le changement climatique ? Faut-il crier au greenwashing 🤔?

Qui pollue le plus, l'avion ou le bateau ? The winner is...

On entend très souvent de nombreux griefs contre le trafic aérien dans la lutte contre le réchauffement climatique, désignés comme LE moyen de transport à éviter absolument pour limiter nos émissions. C’est oublier que le transport maritime n’a rien de bien plus reluisant, et engendrerait une pollution parfois dénoncée comme étant en réalité plus importante que celle de l’aérien. Or, d’après l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le transport maritime représente plus de 80 % des volumes transportés et 90 % des échanges intercontinentaux de marchandises. Tous les moyens de transport polluent, c’est un fait, mais dans quelle mesure ? Qui, de l’avion ou du bateau, remporte la palme du moyen de transport le plus polluant 🤔?

Comment préparer son jardin pour le printemps ? 9 Conseils

Les jours rallongent, le soleil fait progressivement son retour, quelques bourgeons apparaissent sur les arbres… Ça sent bon le printemps, ça 😎 ! Et avec lui, comme chaque année, les affaires vont pouvoir reprendre au jardin après cette longue période d’accalmie. Vous allez bientôt pouvoir dégainer vos graines et plants, mais avant toute chose, une bonne préparation est indispensable ! Comment s’assurer un beau jardin et un potager productif pour toute la saison ? Suivez le guide !

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle