Les fermes usines, l'élevage industriel poussé à l'extrême

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Il y a tout juste un an, la Chine inaugurait la plus grande porcherie au monde : un gratte-ciel de 26 étages capable d’accueillir 650 000 porcs dans la ville d’Ezhou, à proximité de Wuhan. 25 000 animaux y sont séquestrés dans de minuscules stalles automatisées. Ces animaux ne toucheront jamais la terre de leurs pieds, ne respireront jamais à l’air libre et vivront un véritable calvaire, de leur naissance jusqu’à leur mort. Si ça ce n’est pas du progrès 👏… Mais les fermes usines ne sont pas une exclusivité chinoise : en fait, les fermes usines se multiplient partout dans le monde, provoquant un malaise de plus en plus palpable au sein du grand public pourtant complices d’un système intenable. De quoi s’agit-il exactement ? Quelle est l’ampleur du phénomène ? Le point 👇

Les fermes usines, l'élevage industriel poussé à l'extrême

C’est quoi une ferme-usine ?

Est considérée comme une ferme-usine, soumise à une réglementation spécifique, les fermes de plus de 800 bovins destinés à la production de viande, 400 vaches pour la production laitière, 20 000 lapins, 40 000 volailles ou encore 2 000 porcs : autrement dit, on quitte le monde de l’élevage pour entrer dans une logique industrielle. Ainsi, les fermes usines, c’est le summum de l’élevage industriel. L’idée est de fournir des quantités gargantuesques de viande, à moindre coût, peu importe ce qu’il en coûte en termes notamment de bien-être animal. Robotisation des exploitations, absence totale de respect des cycles biologiques… Tous les moyens sont bons !

👉 Réduire sa consommation de viande, oui mais par quels aliments la remplacer ?

Les chiffres inquiétants divulgués par Greenpeace

Greenpeace, s’appuyant sur un fichier du ministère de la Transition écologique, vient de recenser les plus grandes exploitations animales françaises afin d’identifier la présence de fermes-usines sur le territoire, et d’élaborer une carte de France des fermes-usines 🗺️. Le nord-ouest de la France, et en particulier la Bretagne, est particulièrement concerné par ce phénomène. Résultat : sur les 390 000 exploitations agricoles françaises, Greenpeace recense plus de 3 000 fermes-usines, qui élèvent au total 197,9 millions de volailles, 2,7 millions de porcs et près de 53 000 bovins. Dans une seule ferme-usine localisée dans l'Oise, 1 million de volailles sont entassées. Une mégaporcherie du Finistère produit de son côté 43 000 porcs par an. Ainsi, d’après les constatations de GreenPeace, dans notre pays, 60% des animaux sont concentrés dans 3% des fermes d'élevage 😱. Pourtant, ces méga-exploitations soumises à autorisation sont de véritables aberrations éthiques, climatiques et écologiques. C’est pourquoi lundi 20 novembre 2023, Greepeace a manifesté dans une vingtaine de villes pour protester contre l'élevage industriel et l'essor des « fermes-usines » en France, dénonçant une tendance à l’industrialisation des exploitations d’élevages françaises.

👉 Le fruit du Jacquier, un étonnant fruit pour remplacer la viande

Un système qui repousse les limites du possible en forte expansion

D’une manière globale, l’être humain élève 70 milliards d’animaux par an, soit 3 fois plus qu’il y a trente ans. Malgré la dénonciation de plus en plus fréquente des dérives de l’élevage intensif, notamment par l’intermédiaire de l’association L214, ce modèle a le vent en poupe. Pourquoi ? Parce que la demande en viande des consommateurs ne cesse de progresser 🥩. Et pour les géants du secteur agro-alimentaire, il faut bien suivre la cadence pour la contenter.

Des aliments de très basse qualité, certes, mais en quantité. Le bilan fait frémir : 99 % de la viande consommée aux Etats-Unis provient de l'élevage industriel. C’est d’ailleurs au Texas que 18 000 vaches sont mortes dans l’explosion d’une ferme industrielle dans la nuit du 10 au 11 avril 2022. Une tragédie possiblement liée à une surchauffe du système d’évacuation du fumier, ou à une inflammation du méthane…

👉 Slow food : pour une alimentation bonne, propre et juste

Les fermes-usines : la rationalisation de la maltraitance animale

C’est ainsi que des milliards d’animaux ne voient jamais la lumière du jour, sont entassés les uns sur les autres en attendant une issue fatale, dans des conditions abjectes. En moyenne deux animaux meurent chaque semaine aux 1 000 vaches, dans la Somme. Maltraitance animale, mutilations, surconsommation de viande… Mais comment en sommes-nous arrivés là, et surtout, pourquoi détournons-nous les yeux de notre responsabilité 😱 ? Des pratiques qui posent plusieurs séries de problématiques, le plus important d’entre elles étant sans doute d’ordre éthique, mais qui touche également à la santé publique, en passant par l’empreinte écologique absolument catastrophique de ce modèle industriel.

👉 Quels sont les secteurs et industries les plus polluants ?

Le risque sanitaire qui plane au-dessus des fermes-usines

Les scandales sanitaires impliquant la viande se succèdent, et posent de véritables questions en matière de sécurité alimentaire. En cause, justement, les dérives de l’élevage industriel qui coure après le profit parfois à tout prix, au point de parvenir à de véritables aberrations parfois lourdes de conséquences.

Notamment, les espaces confinés des fermes-usines favorisent évidemment le développement de pathologies 🦠, et leur propagation. C’est pourquoi la viande qui en est issue est fortement dosée en antibiotiques, afin de permettre aux animaux d’y survivre suffisamment longtemps avant leur abattage, avec comme conséquence une importante antibiorésistance. La vache folle, la grippe aviaire, la peste porcine, la fièvre catarrhale ovine, l'affaire Spanghero, la viande d'animaux malades de Pologne, la fièvre Q… Les pauvres bêtes issues de l’élevage intensif ont, de fait, un système immunitaire fragile. Un fait démontré par les infectiologues, qui ont mis en lumière le fait qu’une infection touche plus sévèrement une population d’animaux standardisés, avec un code génétique unique.

C’est également la porte ouverte aux zoonoses 😷, ces pathologies qui peuvent être transmises des animaux aux humains. Les élevages industriels sont ainsi une source de pandémie, et le nombre d’épidémies dans l’élevage a presque triplé dans les quinze dernières années.

👉 Combien d'humains la terre peut-elle supporter ?

Des élevages intensifs qui aggravent la crise climatique

Mais également, ces élevages ne sont pas du tout climato-friendly et émettent d’importantes quantités de gaz à effet de serre, en grande partie imputables à la production de nourriture pour nourrir les animaux eux-mêmes. La culture de soja, abondamment utilisé dans l’agro-alimentaire, notamment, est responsable d’une importante déforestation dans des régions du Monde particulièrement vulnérables 🪵.

Des exploitations polluantes pour les milieux naturels

Au-delà de l’aspect climatique, les élevages-usines sont particulièrement polluantes : terres, eaux, océans… Tous les milieux sont impactés. Le secteur rejette de grandes quantités de nitrates au moyen de l’épandage et contamine les nappes phréatiques. Il entraîne également une pollution de l'air par les émissions d'ammoniac.

👉 L'eutrophisation : tout savoir sur cette pollution de l'eau

Changer nos habitudes alimentaires : le premier pas indispensable

Mais en réalité, même si l’on peut toujours montrer du doigt les pratiques de ce secteur qui est loin d’être reluisant, la vérité est implacable : seul l'élevage intensif peut atteindre les objectifs en matière de demande de viande de la part des consommateurs, de plus en plus nombreux au gré de la croissance démographique en constante progression. Le seul levier d’action pour y mettre un terme ou du moins pour limiter le recours à l’élevage intensif, c’est de réduire la demande, et donc de revoir nos habitudes alimentaires afin de consommer moins de viande, mais de meilleure qualité 📉. Seule une baisse de la consommation sera de nature à faire fléchir la production.

Halte au gaspillage alimentaire

La réduction du gaspillage alimentaire est également clé, car il représente une importante source de perte inutile, qui accroît donc artificiellement la demande mondiale. Si la viande produite était correctement redistribuée, déjà, on y verrait plus clair.

👉 Stop au gaspillage alimentaire, on ne jette plus !

À retenir

Avec la croissance démographique mondiale et la demande toujours plus importante en viande, l’élevage industriel gagne chaque année toujours plus de terrain. C’est ainsi que les fermes-usines prospèrent, et repoussent sans cesse les limites du possible en matière d’industrialisation de la production animale. Une rationalisation et une robotisation du système d’élevage poussé à son paroxysme, qui engendre une incommensurable souffrance animale, s’accompagnent d’un développement très préoccupant des risques sanitaires, et aggrave les crises climatiques et écologiques. Autant de sonnettes d’alarmes qui retentissent depuis plusieurs décennies, dans l’indifférence presque générale. Ce modèle, intenable sur le long terme, devra pourtant se voir substituer par des pratiques d’élevage et de consommation plus vertueuses, et cela commence à une réduction de notre consommation de viande au quotidien.

Explorer - protéger - se ressourcer

#BornToBeWild

Sources : reporterre.net, notre-planete.info, libération.fr, greenpeace.fr, radiofrance.fr, capital.fr

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Un mode vie durable, c'est quoi au juste ?

Les experts sont formels, et ne cessent de tirer la sonnette d’alarme : notre mode de vie et de consommation impacte à ce point l’environnement, les écosystèmes et la biodiversité qu’il est insoutenable sur le long terme pour la planète. En d’autres termes il faudra immanquablement en changer, et dans ce domaine, le plus tôt sera le mieux : tout l’enjeu est de ne pas atteindre le point de bascule au-delà duquel la résilience des écosystèmes sera compromise au point d’en risquer l’effondrement 😱. De ce fait, l’adoption d’un mode de vie durable n’est pas seulement une recommandation, mais devient une nécessité. De quoi s’agit-il exactement ? Sur quels leviers pouvons-nous agir, à notre niveau dès aujourd’hui 🤔 ?

Les Jeux Olympiques de Paris seront écolos, vraiment ?

Réduction de moitié des émissions de CO2 liées à l’organisation des jeux, utilisation exclusive d’énergie renouvelable et quasi exclusive d’infrastructures déjà existantes ou temporaires, restauration bas carbone… Les engagements de Paris 2024 en matière d’environnement sont ambitieux. Mais la promesse de Jeux écologiques est-elle crédible ? N’existe-t-il pas une incompatibilité de fait entre l’organisation d’un tel évènement et la lutte contre le changement climatique ? Faut-il crier au greenwashing 🤔?

Qui pollue le plus, l'avion ou le bateau ? The winner is...

On entend très souvent de nombreux griefs contre le trafic aérien dans la lutte contre le réchauffement climatique, désignés comme LE moyen de transport à éviter absolument pour limiter nos émissions. C’est oublier que le transport maritime n’a rien de bien plus reluisant, et engendrerait une pollution parfois dénoncée comme étant en réalité plus importante que celle de l’aérien. Or, d’après l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le transport maritime représente plus de 80 % des volumes transportés et 90 % des échanges intercontinentaux de marchandises. Tous les moyens de transport polluent, c’est un fait, mais dans quelle mesure ? Qui, de l’avion ou du bateau, remporte la palme du moyen de transport le plus polluant 🤔?

Comment préparer son jardin pour le printemps ? 9 Conseils

Les jours rallongent, le soleil fait progressivement son retour, quelques bourgeons apparaissent sur les arbres… Ça sent bon le printemps, ça 😎 ! Et avec lui, comme chaque année, les affaires vont pouvoir reprendre au jardin après cette longue période d’accalmie. Vous allez bientôt pouvoir dégainer vos graines et plants, mais avant toute chose, une bonne préparation est indispensable ! Comment s’assurer un beau jardin et un potager productif pour toute la saison ? Suivez le guide !

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle