7 habitudes écolo à adopter au bureau pour la reprise

Mis à jour le par Equipe Rédaction

La reprise approche à grands pas, si ce n’est pas déjà fait pour les juillettistes ! Alors que vous vous apprêtez à reprendre votre routine professionnelle, une question vous taraude : et si, cette année, vous changiez vos habitudes pour leur donner un petit coup de vert ? En moyenne, nous passons 200 jours par an au boulot. Un constat plutôt déprimant, certes ! Mais cela signifie surtout que laisser ses principes éco-responsables à la maison n’a aucun sens : tous nos gestes pour préserver la planète comptent, y compris au travail. De nombreux aspects de la vie au bureau sont susceptibles d’avoir un impact environnemental non négligeable, pour ne pas dire colossal, en termes de consommation d’énergie, de matières premières, de génération de déchets ou encore d’émission de CO2 : Informatique, numérique, chauffage, clim, déplacements, restauration… Et si vous suiviez nos 7 conseils pour être plus écolo au bureau ?

7 habitudes écolo à adopter au bureau pour la reprise

1 - Je me mets au vélo-taf !

Vélo – boulot – dodo ? Si seulement ! Non, la plupart du temps, c’est plutôt la voiture qui est privilégiée pour se rendre au travail, ce qui n’est pas sans conséquence pour la planète. C’est ainsi que les ¾ de nos trajets domiciles-travail sont effectués, et le plus souvent, seul dans son véhicule.

On connait tous les conséquences de cette habitude polluante au possible : émission de gaz à effet de serre, embouteillages aux heures de pointe (puisque tout le monde fait pareil !)… De quoi augmenter également le stress et la morosité 😒. Les déplacements au bureau représentent 12 Millions de tonnes de CO2 par an.

👉 Empreinte carbone : qu’est-ce que c’est ? Comment la calculer, la réduire ?

Vous travaillez à moins de 5 km de la maison ? Vous n’avez aucune excuse ! En privilégiant le vélo 🚲, vous faites une très belle action pour la planète et pour votre santé et votre bien être. Les voilà vos 30 minutes d’activité physique quotidiennes préconisées par l’OMS que vous n’arrivez à caser nulle part ! Saviez-vous qu’en vélo, on est 2 à 3 fois moins exposés aux polluants de l’air qu’en voiture dans un embouteillage ? Et en prime, vous irez probablement plus vite qu’en voiture. Pour les petits malins (ou pour ceux qui habitent à plus de 5 km), le vélo à assistance électrique vous donnera un coup de pouce providentiel en montée.

👉 Se déplacer à vélo, c'est bon pour votre santé & la planète !

Si le vélo est inenvisageable, d’autres choix s’offrent à vous : Bus, tram, métro, train… Tout sauf la voiture ou pire, l’avion, s’agissant des déplacements longue distance 😱 ! Et en territoire mal desservi par les transports en commun, le covoiturage devrait être un réflexe, en prenant soin de rouler moins vite et plus souple. Conviviale et créatrice de lien, de plus en plus de salariés ont recours à cette pratique !

Limiter les pollutions liées aux transports passe aussi par le télétravail, ou par l’organisation de réunions téléphoniques ou de visio-conférences, en lieu et place d’une réunion dans des locaux.

2 - L’heure est aux économies d’énergie

L’économie d’énergie est probablement le plus grand enjeu de demain (ou plutôt d’aujourd’hui !), pour réduire son impact environnemental et lutter contre le réchauffement climatique. La part du chauffage dans la consommation d’énergie au bureau représente 50 %, et la clim, jusqu’à 20 % dans les grands immeubles de bureau. Les équipements informatiques représentent, de leur côté, 21% de celle-ci. Il est grand temps d’agir !

Au travail, comme ailleurs, tous les petits gestes comptent, ça n’est pas parce que nous ne payons pas la facture qu’il faut s’en dispenser. Éteindre son écran lorsqu’on ne se sert pas de son ordinateur, ne pas le laisser en veille pendant les pauses déjeuner ou le soir en rentrant à la maison, éteindre les lumières lorsqu’on quitte une pièce, couper imprimante et machine à café lorsqu’on ne s’en sert pas, ne pas forcer sur le chauffage l’hiver (et enfiler un pull 🥶 !) ni sur la clim en été, prendre les escaliers au lieu de l’ascenseur… Saviez-vous qu’un photocopieur consommait 80% de son énergie en mode veille ? Installer une multiprise avec interrupteur permet de mettre hors ligne tous les appareils en un seul geste le soir avant de partir. Par ailleurs, en plaçant son bureau de manière stratégique pour bénéficier de la lumière du jour, et en privilégiant les ampoules LED 💡, vous optimiserez et diminuerez la quantité d’électricité utilisée pour l’éclairage de votre poste de travail, jusqu’à 70% de dépenses en moins ! Éteignez votre radiateur lorsque vous aérez votre bureau, fermez les volets et stores pour la nuit pour limiter les déperditions de chaleur… Tous ces gestes simples et faciles à mettre en œuvre concourent à faire la différence, pensez-y !

👉 11 conseils simples et efficaces pour faire des économies d’énergie

3 - Je limite ma pollution numérique

Bien entendu, qui dit bureau, dit outil numérique, qui pèse lourd dans la balance environnementale : un impact qui n’a rien d’immatériel. Une donnée numérique (mail, téléchargement, vidéo, requête web…) parcourt en moyenne 15 000 km.

Le stockage de vos données et de vos mails est très gourmand en énergie. Faire un ménage régulier dans votre boîte mail est donc primordial. De 10 à 12 milliards de mails seraient envoyés chaque heure dans le Monde, dont 60% ne sont jamais ouverts 📧.

Faire durer son matériel informatique améliore de manière conséquente son bilan carbone, pas anodin quand on sait que la fabrication d’un ordinateur de 2 kg coûte à la planète 588 kg de matière première et 114 kg de CO2 ! En cas de panne, pourquoi ne pas suggérer à votre hiérarchie de réparer au lieu de remplacer, et le cas échéant, d’opter pour du matériel reconditionné ? Son impact environnemental est réduit de 2 à 4 fois par rapport à un appareil neuf.

Pensez également au smartphone double-sim afin de fusionner votre ligne personnelle avec la ligne professionnelle. Il faut savoir également qu’un ordinateur portable consomme 50 à 80% de moins qu’un ordinateur fixe.

Concernant vos requêtes web ❓, faites court, avec des mots-clés pertinents, et lorsque c’est possible, allez directement sur le site recherché par le biais de votre historique. La création de favoris pour les sites consultés régulièrement ou taper directement l’adresse URL sont également des pratiques vertueuses. Fermer les onglets non utilisés, ne conserver que ce qui est nécessaire et de préférence localement, en n’utilisant le cloud que lorsque c’est absolument indispensable… Tous ces gestes concourent à alléger votre empreinte environnementale dans l’utilisation que vous faites de votre équipement numérique.

👉 Digital detox : éteignez votre téléphone et profitez, tout simplement

4 - J’économise le papier

Un salarié du secteur tertiaire produit en moyenne de 120 à 140 kg de déchets par an, dont 60 kg de papier, soit 24 ramettes. Le principal déchet produit au bureau est sans nul doute le papier. Sachant qu’¼ des documents dont jetés 5 minutes après leur impression, c’est un terrible gâchis ! Vous devez donc vous interroger à chaque fois que vous lancez une impression sur son utilité, et le cas échéant, opter pour un mode éco et recto-verso, voire deux pages par feuille lorsque la qualité de lecture le permet. N’imprimer que les parties utiles du document permet déjà de réduire de manière conséquente le volume d’impression. Les feuilles à moitié imprimées peuvent servir de brouillon. Le tri du papier est une étape incontournable, surtout quand on sait qu’il peut être recyclé jusqu’à 7 fois ♻️.

👉 Déforestation, bien comprendre pour lutter

On a également tendance à se précipiter pour changer les cartouches d’encre, alors qu’on peut généralement lancer encore de nombreuses impressions avant d’être à sec.

5 - Je me mets au troc avec les collègues

Pourquoi ne pas organiser un espace troc au bureau où chacun pourrait amener les objets dont il n’a plus l’utilité, afin de les échanger ? Cela ne vous coûtera que des bacs de rangement dans un lieu de passage avec une petite affichette. Donner une seconde vie à ces produits plutôt que de jeter, la bonne idée !

6 - La pause-café ou déjeuner, c’est zéro déchet !

Les gobelets jetables, dosettes individuelles, emballages plastiques et autre futurs déchets totalement évitables n’ont plus leur place, à notre époque, à la pause-café ou déjeuner en entreprise ☕. L’ère des mugs, gourdes et lunchbox a sonné ! Emmenez votre gamelle au lieu de jeter votre dévolu sur un sandwich tout fait copieusement emballé, cela vous permettra de manger plus sain, local et de saison tout au long de l’année 😉.

👉 12 accessoires pour se mettre au zéro déchet simplement

7 - Je me mets en télétravail chaque fois que possible

Une chose est sûre, la pandémie de Covid-19 a largement participé à démocratiser le télétravail, et ça, c’est une bonne nouvelle 😷 ! C’est ainsi que 30% des salariés du privé pratiquaient le télétravail en 2020 à raison de 3,6 jours par semaine. Cela réduit les émissions de CO2 liés au transport travail – domicile, et permet également de diminuer la surface de bureau. En contrepartie, la consommation énergétique à la maison augmente mécaniquement, de même que les flux vidéo et les petits déplacements qui se font plus nombreux. De plus, certains salariés déménagent plus à distance de leur lieu de travail (allongeant les trajets), afin d’avoir plus de surface (à chauffer !). C’est ce qu’on appelle l’effet rebond du télétravail.

Il faut donc tâcher d’adapter ses pratiques numériques, afin d’opter pour plus de sobriété chaque fois que possible (réunion audio plutôt que vidéo, par exemple, ou l’utilisation du wifi au lieu de la 4 ou 5G). Néanmoins, le télétravail permettrait de diminuer d’environ 30 % les impacts environnementaux de ces déplacements, un beau progrès 💪!

À retenir :

L’heure de la reprise a sonné, et vous reprenez péniblement le chemin du travail… Mais ce chemin, ne devriez-vous pas le parcourir à vélo plutôt qu’en voiture ? Vous êtes-vous interrogé sur l’impact environnemental de vos petites habitudes quotidiennes au boulot ? Afin de limiter le réchauffement climatique et les pollutions en tout genre, nous devons dès aujourd’hui faire évoluer nos pratiques afin de les rendre plus vertueuses. La rentrée n’est-elle pas le moment ou jamais de prendre de nouvelles résolutions et de reverdir nos entreprises 🌿?

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : courrierinternational.com, consoglobe.com, Ademe, Ademe

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Sylvothérapie : se reconnecter à soi au contact des arbres

Les bienfaits de la nature sur notre santé physique et psychologique ne sont plus à prouver : de très nombreuses études scientifiques sont venues le confirmer. C’est sur cette vague que surfe la sylvothérapie, qui vous invite à atteindre un profond état de relaxation et de méditation au contact des arbres. Rien de tel pour réduire stress et tensions nerveuses, paraît-il. Sceptique ? Et si vous preniez un petit bain de forêt ?

5 bonnes raisons de faire un gros câlin aux arbres !

Non, nous n’allons pas essayer de vous convaincre de vous déguiser en fougère pour communier avec la nature, mais pas loin ! La sylvothérapie, vous connaissez 🌳 ? Cette discipline, qui nous vient tout droit du Japon, nous invite à se soigner au contact des arbres, en prenant pour ainsi dire un bain de forêt. Une pratique qui aurait des bienfaits insoupçonnés sur le corps et l’esprit… On a mené l’enquête pour vous : découvrez les 5 raisons de faire un câlin aux arbres !

Le chevreuil, cette merveille de la nature

Le chevreuil, du latin capreolus, est un ruminant herbivore de la famille des Cervidés. C’est en fait le plus petit d’entre eux en Europe ! Cet animal qui peuple nos forêts subjugue par sa grâce et par sa beauté. Craintif et fuyant, il peut se laisser surprendre furtivement au détour d’un sentier, et croiser son chemin est toujours un privilège. Présentation d’un magnifique représentant de notre majestueuse et riche faune sauvage 👇

Des psoques à la maison, signe d'humidité, comment s'en débarrasser ?

Dans la catégorie « petites bêtes que l’on aimerait bien éviter à la maison », on vous présente les psoques ! Ces petits insectes de quelques millimètres seulement peuvent se dissimuler un peu partout dans les habitations : dans les moulures, derrière les plinthes, sous les planchers, derrière les cloisons, les tuyaux, les gaines, ... Ils avancent à bas bruit, et lorsqu’ils deviennent visibles, ils témoignent d’une invasion déjà bien avancée. Véritables indicateurs d’humidité, en venir à bout n’est pourtant pas si compliqué. Mode d’emploi pour une maison plus saine à tout point de vue ! 👇

Le top 10 des villes les plus vertes de France

La planète compte aujourd’hui 3,3 milliards de citadins, tandis qu’en France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville, soit l’étendue de son influence sur les communes environnantes. Ça en fait, du citadin ! Une part de population urbaine qui ne cesse d’augmenter… Et la nature, dans tout ça 🌿? Comment préserver son petit carré de verdure, indispensable à notre bien-être, et si souvent négligé ? Quitte à être en ville, autant la choisir verte ! Mais alors, quelles sont les villes les plus vertes de France où il fait bon vivre ? Tout dépend, visiblement, des critères retenus, comme en témoignent les résultats divergents de deux études récentes menées en la matière.

On mange quoi en février ? Découvrez les fruits et légumes du moment !

En février, il faut bien le dire, on en a un peu marre de cet hiver qui s’éternise⛄... Les jours rallongent, on tient le bon bout, mais le froid joue les prolongations et le printemps paraît encore bien loin. Mais il faut voir le bon côté des choses : le mois de février, ce sont aussi des tas de fruits et légumes succulents qui vous attendent sur les étals, qui ne demandent qu’à vous apporter les nutriments dont vous avez besoin pour supporter ce temps glacial 🥶. Pleins de vitamines, minéraux et antioxydants, ils vous reboosteront et vous aideront à lutter contre les maux hivernaux.

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle