Mûres sauvages, tout savoir sur leur cueillette pour se régaler !

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Les gourmands le savent bien : la saison de la mûre sauvage débute chaque année en fin d’été 😋 ! Armés de leurs paniers, ils partent à l’assaut des ronces et de leurs redoutables épines. Ce délicieux fruit noir fait en effet le bonheur de nos papilles, et il y en a plein les buissons, partout dans la nature, difficile de résister à la tentation ! Un précieux butin qui promet d’excellentes tartes, et de succulentes confitures et gelées. Pour tout savoir sur la cueillette des mûres sauvages, c’est par ici !

Mûres sauvages, tout savoir sur leur cueillette pour se régaler !
Sommaire :

Ouille ! Les mûres sauvages poussent sur les ronces

Les ronciers, ces adventices peu avenantes, sont un obstacle de taille à votre motivation. Qu’à cela ne tienne, vous vous sentez de taille à les affronter, pourvu qu’elles vous fournissent en délicieuses mûres sauvages 🍇. N’oublions pas que ces épines n’ont pas que du mauvais et servent de protection à d’autres espèces, notamment à certains oiseaux qui font leur nid à l’intérieur.

Mûrier sauvage, ronce ligneuse, ou ronce commune, cet arbrisseau qui connaît de nombreuses espèces et sous-espèces porte plusieurs appellations, et forme des haies touffues aux longues tiges couvertes d’épines 🤓. C’est un arbrisseau de la famille des rosacées, c'est-à-dire une plante ligneuse à troncs multiples. Ses rameaux, anguleux et épineux, peuvent atteindre plusieurs mètres de longs. Si l’un d’eux touche le sol, il s’enracine. Ainsi, la ronce gagne d’année en année du terrain et peut s’étaler sur de très grandes surfaces si rien n’est fait pour l’en empêcher… Au printemps, il est plus avenant et arbore de jolies fleurs rose pâle, qui ne sont autres que de futures mûres.

Bonne nouvelle : vous pouvez parfaitement et très facilement en faire pousser au jardin 😃, mais prenez garde : la ronce ligneuse est un peu sans gêne et risque de rapidement vous envahir.

La cueillette de la mûre : mode d’emploi

La récolte de la mûre peut débuter à partir de mi-août dans le sud de la France, mais elle arrive généralement à maturation entre septembre et octobre. Lorsqu’on en cueille, il est facile de distinguer les fruits arrivés à maturation, car ils se détachent facilement.

Il convient de prendre les précautions nécessaires, car les épines acérées peuvent s’enfoncer sans la peau et provoquer une infection 🤕. L’idéal est de porter un vêtement à manches longues, un pantalon (short et jupes à éviter, même par forte chaleur !) et de s’armer éventuellement de gants. Et bien sûr, en plus de pousser dans des ronces, la mûre, ça tâche 😅 ! Alors optez pour une tenue à laquelle vous n’êtes pas trop attaché… 

Comme récipient, emportez un panier, un seau ou une boîte, et évitez les contenants mous comme les sachets.

Les précautions à prendre pour votre santé

Par ailleurs, ce fruit peut être souillé par les déjections de certains animaux, et parmi eux, du renard 🦊, potentiellement porteur de l’échinococcose alvéolaire (tout comme peuvent l’être les chiens et les chats), une maladie causée par un parasite : l’Echinococcus multilocularis. Les larves ingérées éclosent, et s’installent dans le foie et d’autres organes, où ils peuvent former des kystes.

👉  Renard roux : tout ce que vous devez savoir sur lui

Il est très rare qu’elle touche l’homme (moins de 30 cas par an), mais lorsque ça arrive, les conséquences peuvent être très sévères, pouvant aller jusqu’au décès ⚰️. C’est pourquoi il est conseillé de ne cueillir que les fruits situés au-dessus de 50 cm du sol, voire 1 mètre (d’autant plus qu’il n’est pas à exclure qu’un certain nombre de chiens mâles se soient éventuellement soulagés sur ce même buisson…). Votre butin devra également être soigneusement nettoyé, en réalisant plusieurs bains à l’eau vinaigrée, puis abondamment rincé. Mais soyez tranquilles, le parasite ne résiste pas à la cuisson, ouf !

Idéalement, il faudrait éviter de consommer les mûres en bord de route fréquentée, chemins de fer ou abords d’usines en raison de la pollution, et bouder également celles qui ont poussé en bordure de champs, qui sont probablement contaminées par des pesticides. Il est plus prudent de ne cueillir de fruits qu’à partir de 50 mètres de distance d’une zone potentiellement polluée.

Les chemins de forêt sont idéaux, et donneront lieu à une agréable promenade gourmande🤗. 👉  5 bonnes raisons d'aimer marcher en pleine nature

Les 1001 bienfaits de la mûre sauvage

La mûre ET la ronce sont bourrés de bonnes choses pour notre santé :

  • Les feuilles et les racines de ronce sont depuis toujours utilisées en phytothérapie pour leurs propriétés astringentes, anti hémorragiques et antidiarrhéiques. Elles favorisent le retour veineux et soulagent les angines.
  • Elles sont utilisées en décoction, notamment en bain de bouche afin de soulager la gingivite.
  • On en trouve fréquemment en tisane, et ce n’est pas un hasard 🍵 : les feuilles séchées sont riches en anti-oxydants et vitamines C.
  • Les feuilles fraîches donnent lieu à des lotions pour traiter nombre de problèmes de peau 🧴.

👉  Découvrez ces 12 antibiotiques naturels et leur utilisation

Les mûres en elles-mêmes sont riches en anthocyanes, ce pigment à qui ils doivent leur couleur allant du rouge jusqu’au bleu noir. L’action antioxydante de ce composé lutte contre le vieillissement cellulaire, protège l’organisme des radicaux libres et renforce l’immunité 💪. C’est également un vasodilatateur qui protège les artères coronaires. Ce fruit est également riche en vitamines A, E, B, et C et en minéraux, notamment magnésium et fer, et en oligo-éléments (zinc, manganèse, cuivre).

La mûre sauvage, un pur délice

Le fruit du mûrier sauvage, aussi appelé mûron, en fait un ensemble de fruits serrés les uns contre les autres appelés drupes : c’est donc un poly-drupe. C’est un fruit charnu et goûteux, et bien entendu comestible.

La mûre est excellente en confiture ou en gelée, mais se congèle parfaitement bien si la récolte a été prolifique 🥶. L’idéal est alors de les disposer à plat sur une feuille de papier cuisson, avant de les mettre en sachet afin qu’elles ne restent pas collectées les unes aux autres et que vous puissiez en décongeler progressivement les quantités désirées.

Elles se dégustent également fraîches : sucrées, fruitées et délicieusement juteuses 😋. Certains apprécient peu les pépins qui peuvent, il est vrai, se coincer entre les dents. Un bien maigre désagrément à côté de leur saveur ! Elles peuvent encore garnir une tarte ou se déguster en crumble, en combinaison avec d’autres fruits (pommes, rhubarbe…), en clafoutis, smoothies, gâteaux, ou encore dans des muffins 🍰. Elles seront également avantageusement cuisinées en sucré-salé, pour les adeptes. Laissez parler votre imagination !

Un délice !

Mais pas que !

Les toutes jeunes tiges encore vertes et tendres peuvent être cueillies au printemps : une fois épluchées, l’intérieur est juteux et fruité ! Elles se consomment comme des asperges, ou peuvent être ajoutées à une salade de fruits. Les jeunes feuilles tendres peuvent être hachées et ajoutées aux salades ou à un bol de fromage blanc. Une fois séchées, elles se dégustent en infusions et leur procurent un agréable goût fruité.

Les fleurs de ronce sont elles aussi comestibles, mais seront utilisées en décoration, car elles ne présentent pas de qualités gustatives extraordinaires. 👉  Fleurs comestibles, un régal pour les papilles !

La cueillette : une activité réglementée

Mais attention, contrairement à ce qu’on pourrait penser, la cueillette est une pratique encadrée, tout comme le glanage ! Il est notamment strictement interdit de pratiquer la cueillette sauvage pour la revendre ensuite. D’ailleurs, officiellement, rien ne vous autorise à cueillir des mûres en forêt. En effet, selon l’article 547 du Code Civil, « Les fruits naturels ou industriels de la terre (…) appartiennent au propriétaire par droit d'accession ». En principe, ce que vous ramassez devrait donc revenir au propriétaire du terrain, qu’il soit public ou privé…

Bon, en vrai, du moment que la cueillette est destinée à la consommation personnelle, il y a une certaine tolérance, et tous les gens qui vont aux champignons ne finissent heureusement pas en prison. Attention néanmoins aux bois privés, les propriétaires peuvent être plus tatillons et l’amende peut s’élever à 750 euros ! Ramené au pot de confiture, ça fait un peu cher 😅 …

👉  La cueillette des champignons avec les enfants, une bonne idée !

À pratiquer avec modération pour nos amis les animaux

Par ailleurs, pour nous, c’est une gourmandise, mais certains animaux, comme les oiseaux, insectes ou certains rongeurs, en ont besoin pour se nourrir 🐦. Le renard et le blaireau apprécient, eux aussi, de déguster une petite mûre de temps en temps. N’ayez pas la main trop lourde, et pensez à eux !

👉 Mangeoire oiseaux : tout savoir pour bien les nourrir

À retenir :

La saison de la mûre, en fin d’été, est LE rendez-vous des promeneurs gourmands, n’hésitant pas à braver les épines hostiles des ronciers, qui nous gâtent chaque année de leurs fruits savoureux. Nous sommes nombreux à aller en faire le plein, afin d’en faire des confitures, gelées, ou de succulents desserts. Attention néanmoins à ne cueillir que les fruits à une hauteur raisonnable, afin d’éviter les zones éventuellement contaminées par les déjections d’animaux. Beaucoup de gens l’ignorent, mais tout est bon dans le roncier : les racines, les tiges, les feuilles, les fleurs… À vos paniers !

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : panierdesaison.com, plantes-sauvages-comestibles.com, lechemindelanature.com, lavoixdunord.fr


Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Marche nordique, qu'est-ce que c'est ? Comment s'y mettre ?

La marche nordique ou Nordic Walking, ou encore Sauvakävely, était pratiquée à l’origine en Finlande par les skieurs de fond comme entraînement pendant la belle saison, et a progressivement acquis ses propres lettres de noblesse jusqu’à devenir une discipline à part entière. Le marcheur nordique se considère comme un quadrupède, qui passe de deux à quatre appuis au sol à l’aide de bâtons. Cette marche dynamique fait de plus en plus d’adeptes en raison de ses nombreux bienfaits. Décryptage 👇

Démarche ZAN, le programme pour réduire l'extension des villes

L’artificialisation des sols est l’une des premières causes du réchauffement climatique et de l’érosion massive et sans précédent de la biodiversité. En moyenne, en France, entre 20 000 et 30 000 hectares d’espaces naturels, agricoles et forestiers sont consommés chaque année. C’est pourquoi le Plan Biodiversité avait instauré en 2018 l’objectif ZAN - Zéro Artificialisation Nette - dans le but de protéger ces zones en repensant l'aménagement urbain. L’idée, c’est d’atteindre en 2050 l’absence de toute artificialisation nette des sols, avec un premier objectif intermédiaire de réduction de moitié du rythme de la consommation d’espaces d’ici 2030. Le point sur un challenge ambitieux 👇

Comment préparer mon jardin au retour du grand froid ?

Si les premiers flocons de neige ❄️ sont un spectacle qui fait toujours plaisir à voir, votre coin de verdure pourrait pourtant ne pas se remettre de l’arrivée des premiers frimas. Pour être sûr de le retrouver tout aussi beau qu’avant au prochain printemps, quelques arrangements sont nécessaires. Comment préparer votre jardin au retour du grand froid ? On vous partage toutes nos astuces ! 🌳

Et si on offrait de la seconde main cette année à Noël ?

Écologique, économique, l’idée d’offrir des présents d’occasion à Noël a de quoi séduire… Durant cette période où la surconsommation est reine et dénature l’esprit même de la Nativité, cette pratique propose une alternative très intéressante pour des fêtes de fin d’année plus vertes et éthiques. Pourtant, les réticences font encore obstacle, dans certains esprits, à sa généralisation. Un tabou qui cède peu à peu du fait de la conjoncture économique et écologique de ces dernières années. Parce que prendre soin de ses proches et de la planète est parfaitement compatible, osez la seconde main sous le sapin ! 🎄

Journée mondiale du climat, à vos agendas !

Y’a plus d' saison, ma p’tite dame ! Et chaque année, le 8 décembre, c’est la Journée mondiale du climat, instaurée à l’initiative de plusieurs ONG, avec un objectif : faire prendre conscience au plus grand nombre de l’importance des changements climatiques, qui nous impactent, chaque année, encore un peu plus. Le réchauffement climatique est désormais un sujet qui fait parler de lui quasiment constamment dans les médias, bien souvent pour alerter encore et toujours sur l’urgence climatique, et de temps en temps pour relayer les mesurettes dérisoires prises par les instances gouvernementales ou internationales. Parce que nous n’avons qu’une seule terre #UneSeuleTerre, c’est l’occasion ou jamais de réfléchir et surtout d’agir en faveur du climat.

Sapin en plastique ou naturel ? Comment choisir ?

La sapin, c’est le symbole de Noël. Avec ses guirlandes et ses boules, il est dans tous nos souvenirs de fêtes de fin d’année 🎄. Et pour beaucoup d’entre nous, il est impensable de mettre les cadeaux ailleurs qu’à son pied. Mais un dilemme se pose au moment de l’acheter. Sapin en plastique ou naturel : comment choisir entre ces deux options ?

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle