Police de l'environnement, les super-héros de la planète !

Mis à jour le par Equipe Rédaction

La faune et la flore ont eux aussi leurs justiciers : la police de l’environnement, vous connaissez ? Il s’agit d’inspecteurs de l’environnement dotés de pouvoirs de polices administratives et judiciaires, alloués aux problématiques environnementales. Leur mission ? Prévenir et sanctionner les atteintes à la nature. Intéressons-nous à ces super-héros au service de la planète 🌍 !

Police de l'environnement, les super-héros de la planète !
Sommaire :

Les missions de l’inspecteur de l’environnement : aussi difficiles que méconnues

  • 💪 Leur leitmotiv ? Le rôle des inspecteurs de l’environnement est de surveiller, prévenir et sanctionner les atteintes à l’environnement.
  • 💪 Leur bible ? La Convention Internationale sur le commerce des espèces menacées (CITES). La lutte contre le trafic d’espèces sauvages menacées d’extinction est au cœur de leur métier 🦁, menée par ce réseau d’agents spécialisés unique en Europe.

La police de l’environnement, placée sous l’autorité du procureur de la République, exerce ainsi ses fonctions dans plusieurs domaines d’action :

  • L’eau : pollution, atteinte aux zones humides ou du littoral 🏖️ ;
  • Les espaces naturels : espèces gibier ou protégées, lutte contre les trafics d’espèces menacées d’extinction, police sanitaire ;
  • La chasse et à la pêche 🎣 : contre-braconnage, respect de la réglementation, renforcement de la sécurité à la chasse (oui, il y a du boulot, n’est-ce pas 😅).

Les agents assurant une fonction complémentaire de coordinateur de la police de l’environnement sont également force de proposition sur la mise en place d’une politique pénale auprès du procureur de la République.

Ils sont environ 1.700 à exercer ces fonctions au sein des directions régionales et services départementaux de l’Agence Française pour la Biodiversité (Office national de l’eau et des milieux aquatiques - ONEMA, Parcs nationaux - PNF et Parcs naturels marins - Agence des aires marines protégées) et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Fonctionnaires de catégorie B, ils sont rattachés au ministère de l’écologie et de la transition écologique.

Une chose est sûre, la police de l’environnement ne chôme pas ! 👉 Biodiversité, qu'est-ce que c'est au juste ?

Des agents assermentés dotés de pouvoirs de police judiciaire

Les inspecteurs de l’environnement assurent des missions de police de l’environnement, et disposent à ce titre de pouvoirs de police administrative et judiciaire, qui leur permet de rechercher et de constater les infractions environnementales 👮🏻.

En fonction des faits constatés, et de leur gravité, une procédure administrative ou judiciaire sera mise en œuvre, bien que les deux puissent simultanément être menées de front. Et attention, les peines encourues par les contrevenants, outre des amendes conséquentes, peuvent atteindre la prison ferme pour une durée de 2 à 5 ans !

👉 8 gestes pour prendre soin de la biodiversité

Il est à noter que ceux que l’on nomme communément « gardes », tels que le garde forestier, garde du littoral, garde champêtre, sont également des agents assermentés spécialisés dans le domaine de la police de la nature. ©

Adaptabilité et polyvalence : les qualités indispensables

Entre surveillance, sensibilisation et répression, ils ont plusieurs cordes à leurs arcs 🏹 : identification des menaces pesant sur les milieux, espèces et espaces naturels, travail d’information des usagers sur le terrain lors de tournées de surveillance, ou encore constatation des infractions et verbalisation. Le contact avec le public et les acteurs locaux, tels que représentants d’associations de chasse, de pêche, ou encore d’agriculteurs est central 🤝.

L’exercice de cette fonction demande donc d’excellentes capacités relationnelles, un sens de l’observation pointu et une grande rigueur. Maîtrise de soi, sens de l’observation, fermeté, adaptabilité, résistance physique, autonomie… Autant de qualités recherchées chez un agent de la police de l’environnement !

👉 Comment prendre soin de l'environnement ?

Des fonctions qui ne sont pas de tout repos

Il s’agit d’un métier qui comprend une part de risque, s’exerçant en milieu naturel potentiellement isolé, et soumis à de nombreux aléas, notamment climatiques. Les agents peuvent potentiellement être exposés à différentes zoonoses ou maladies 🤒, telles que Lyme, le tétanos, la rage, la leptospirose… Sans parler des incivilités ou de l’hostilité éventuellement rencontrées lors du contact avec les usagers, ou contrevenants 👊.

Concrètement, ils partagent leur temps entre le terrain et le bureau, où ils rédigent des avis techniques, procédures judiciaires, se consacrent à des temps de réunion de sensibilisation…

Un métier accessible par concours

Vous cherchez un métier pour travailler tous les jours en lien avec la nature ? Ces fonctions sont accessibles par voie de concours externe ou interne : le concours de technicien de l’environnement, de catégorie B, accessible avec un niveau bac, suivi ensuite d’une formation d’un an à l’ENTE 🏫.

Cette formation suivie par les agents en herbe est à la fois technique et juridique, avec des modules de base et d’autres complémentaires, portant sur le patrimoine naturel, les milieux aquatiques, la pêche, les espaces protégés, les sites classés, etc… Certaines pratiques doivent également être maîtrisées en fonction du terrain d’intervention, telles que l’embarquement en mer par exemple.

👉 Quels sont les métiers de la transition écologique ?

À retenir :

Les inspecteurs de l’environnement, ces agents qui assurent des missions de police de l’environnement, ont pour mission de surveiller, prévenir et sanctionner les atteintes à l’environnement. Pollution, atteinte au littoral, trafics d’espèces menacées, braconnage, … Ils ont le pouvoir de faire cesser les pires atteintes portées à notre belle nature et de sanctionner les coupables : un métier qui a du sens, dans un contexte de grande vulnérabilité de la planète du fait de l’homme. Pourquoi ne pas rejoindre leurs rangs ?

👉 Comment protéger les océans ? À nous de jouer !

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : ofb.gouv.fr, métiers-biodiversite.fr, consoglobe.com, professionnels.ofb.fr, parcsnationaux.fr, cidj.com

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Marche nordique, qu'est-ce que c'est ? Comment s'y mettre ?

La marche nordique ou Nordic Walking, ou encore Sauvakävely, était pratiquée à l’origine en Finlande par les skieurs de fond comme entraînement pendant la belle saison, et a progressivement acquis ses propres lettres de noblesse jusqu’à devenir une discipline à part entière. Le marcheur nordique se considère comme un quadrupède, qui passe de deux à quatre appuis au sol à l’aide de bâtons. Cette marche dynamique fait de plus en plus d’adeptes en raison de ses nombreux bienfaits. Décryptage 👇

Démarche ZAN, le programme pour réduire l'extension des villes

L’artificialisation des sols est l’une des premières causes du réchauffement climatique et de l’érosion massive et sans précédent de la biodiversité. En moyenne, en France, entre 20 000 et 30 000 hectares d’espaces naturels, agricoles et forestiers sont consommés chaque année. C’est pourquoi le Plan Biodiversité avait instauré en 2018 l’objectif ZAN - Zéro Artificialisation Nette - dans le but de protéger ces zones en repensant l'aménagement urbain. L’idée, c’est d’atteindre en 2050 l’absence de toute artificialisation nette des sols, avec un premier objectif intermédiaire de réduction de moitié du rythme de la consommation d’espaces d’ici 2030. Le point sur un challenge ambitieux 👇

Comment préparer mon jardin au retour du grand froid ?

Si les premiers flocons de neige ❄️ sont un spectacle qui fait toujours plaisir à voir, votre coin de verdure pourrait pourtant ne pas se remettre de l’arrivée des premiers frimas. Pour être sûr de le retrouver tout aussi beau qu’avant au prochain printemps, quelques arrangements sont nécessaires. Comment préparer votre jardin au retour du grand froid ? On vous partage toutes nos astuces ! 🌳

Et si on offrait de la seconde main cette année à Noël ?

Écologique, économique, l’idée d’offrir des présents d’occasion à Noël a de quoi séduire… Durant cette période où la surconsommation est reine et dénature l’esprit même de la Nativité, cette pratique propose une alternative très intéressante pour des fêtes de fin d’année plus vertes et éthiques. Pourtant, les réticences font encore obstacle, dans certains esprits, à sa généralisation. Un tabou qui cède peu à peu du fait de la conjoncture économique et écologique de ces dernières années. Parce que prendre soin de ses proches et de la planète est parfaitement compatible, osez la seconde main sous le sapin ! 🎄

Journée mondiale du climat, à vos agendas !

Y’a plus d' saison, ma p’tite dame ! Et chaque année, le 8 décembre, c’est la Journée mondiale du climat, instaurée à l’initiative de plusieurs ONG, avec un objectif : faire prendre conscience au plus grand nombre de l’importance des changements climatiques, qui nous impactent, chaque année, encore un peu plus. Le réchauffement climatique est désormais un sujet qui fait parler de lui quasiment constamment dans les médias, bien souvent pour alerter encore et toujours sur l’urgence climatique, et de temps en temps pour relayer les mesurettes dérisoires prises par les instances gouvernementales ou internationales. Parce que nous n’avons qu’une seule terre #UneSeuleTerre, c’est l’occasion ou jamais de réfléchir et surtout d’agir en faveur du climat.

Sapin en plastique ou naturel ? Comment choisir ?

La sapin, c’est le symbole de Noël. Avec ses guirlandes et ses boules, il est dans tous nos souvenirs de fêtes de fin d’année 🎄. Et pour beaucoup d’entre nous, il est impensable de mettre les cadeaux ailleurs qu’à son pied. Mais un dilemme se pose au moment de l’acheter. Sapin en plastique ou naturel : comment choisir entre ces deux options ?

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle