Quels sont les secteurs qui consomment les plus d'eau ?

Mis à jour le par Equipe Rédaction

À la veille de la période estivale, l’ombre du stress hydrique plane. Fruit de la confrontation entre la diminution des ressources en eau douce et nos besoins, qui eux, augmentent concomitamment, il ne se passe plus un été sans une ou plusieurs périodes de restriction, et ce de plus en plus tôt dans la saison. Plus de 700 communes se sont ainsi vues privées d'eau lors de la canicule en 2022. La pénurie d’eau est l’affaire de chacun, et les efforts de sobriété doivent émaner de tous, afin d’éviter autant que possible les conflits d’usage et les pénuries. Quels sont, au juste, les secteurs les plus gourmands en eau en France ?

Quels sont les secteurs qui consomment les plus d'eau ?

D’après le ministère de la Transition écologique, la France prélève en moyenne 33 milliards de mètres cubes d'eau par an sur les près de 208 milliards disponibles en moyenne chaque année dans les cours d'eau, les lacs ou les nappes. Mais à qui profite le crime ? 🕵️ 👉 Le « Plan Eau », que contient-il au juste ?

1. L’agriculture, un puits sans fond

🚜 Le secteur de l’agriculture est le plus gros consommateur d’eau, que ce soit pour les besoins d’irrigation des cultures, tout comme ceux de l’élevage. Un seul kilo de viande de bœuf implique l’utilisation de 15 000 litres d’eau 🥩. En effet, contrairement à de nombreux autres secteurs, l’agriculture consomme la quasi-totalité de l’eau qu’elle prélève, là où d’autres secteurs en restituent une bonne partie. 👉 Réduire sa consommation de viande, oui mais par quels aliments la remplacer ?

Les usages agricoles représentent ainsi environ 62% de la consommation d’eau douce 🫣, et 10% des prélèvements, principalement pour l’irrigation des cultures en période estivale. La faute aux cultures céréalières, et notamment de maïs à hauteur de 40%, très gourmandes en eau et régulièrement montrées du doigt par les défenseurs de l’environnement pour cette raison, mais également de blé pour 20%, ou encore de fourrage, de légumes frais, de vergers et de vignes.

👉 Les méga-bassines, qu'est-ce que c'est au juste ?

2. L’usage domestique : et si on fermait le robinet ?

L’usage domestique arrive en seconde position, avec 24% des prélèvements. Si chaque français consomme en moyenne 147 litres d’eau par jour pour les besoins de sa vie courante, dont 39 % sont exclusivement consacrés aux bains et aux douches, et 20 % pour les seuls WC, c’est en fait 217 litres qui sont prélevés, et qui subissent ensuite de lourdes pertes du fait des nombreuses fuites qui interviennent tant lors de leur transport que de leur distribution. Pendant ce temps, un tiers de la population mondiale n’a pas accès à l’eau potable 😔.  En définitive, l’eau de boisson ne représente qu’1% du total de notre consommation au quotidien, si l’on en croit les chiffres avancés par le Centre d’Information sur l’Eau 🫗.

👉 Les bons gestes pour économiser l'eau en période de sécheresse

3. L’énergie prélève beaucoup, mais restitue

🥶 Le refroidissement des centrales nucléaires représente à lui seul près de la moitié de l’eau prélevée dans les milieux. Ça paraît impressionnant comme ça, mais en réalité, la grande majorité de ces eaux prélevées (97,5 % du volume) est en fait restituée aux milieux naturels au moyen notamment de circuits ouverts, qui y sont majoritairement utilisés. De ce fait, la part du nucléaire dans la consommation d'eau douce en France ne s’élève en fait qu’à 12 % de la consommation totale.

👉 Le nucléaire, une énergie écologique ou pas ?

4. Des activités économiques gourmandes en eau

🏭 Au total, environ 8% des pompages effectués sont consacrés aux activités économiques (entreprises de commerce, de service, collectivités, établissements publics…). Et en particulier au secteur de l’industrie (industrie chimique, agroalimentaire, papeterie, gestion des déchets…), qui n’est pas en reste ! Il faut savoir qu’il représente environ 80 % des prélèvements de cette catégorie. Et oui, la production d’1 kg d’acier nécessite environ 300 à 600 litres d’eau, et il n’en faut pas moins de 500 pour 1 kg de papier. Pourtant, contre toute attente, une bonne partie de cette eau est finalement restituée (plus ou moins polluée, selon les cas 😅), de sorte que les activités économiques ne représentent en définitive que 4% de la consommation globale du pays.

👉 Multiplication des canicules, un indicateur clair du réchauffement climatique

5. Les canaux navigables, un impact presque neutre

⛵ Les canaux navigables font également l’objet d’une alimentation afin de maintenir leur navigabilité en toute occasion. Concrètement, 5 milliards de m3 sont donc prélevés en surface dans les rivières et cours d’eau, pour être stockés dans des réservoirs, puis restitués dans les milieux naturels. Il ne s’agit donc pas de prélèvements au sens strict du terme.

👉 Récupérateur d'eau de pluie, la bonne idée !

À retenir :
Le réchauffement climatique gagne chaque année du terrain, et avec lui son lot de canicules et de sécheresses. Des périodes où l’eau devient à la fois moins disponible et davantage prélevée : stress hydrique assuré ! Dans un objectif d’amélioration de la gestion de cette ressource menacée par le réchauffement climatique, les efforts d’économies d’eau ne peuvent désormais épargner aucun secteur, et notamment les plus gourmands en eau, comme c’est le cas de l’agriculture. Même combat pour les ménages, qui consomment énormément d’eau douce, en particulier pour se laver et pour tirer la chasse d’eau, là où de nombreux écogestes au quotidien et aménagements pourraient permettre de limiter une bonne partie de notre consommation, de même que pour l’énergie, ou encore l’industrie. Et si on coupait d’urgence l’arrivée d’eau ? Chaque goutte compte !

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : caminteresse.fr, cieau.com, lemonde.fr, sudouest.fr, tf1info.fr, francebleu.fr

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Un mode vie durable, c'est quoi au juste ?

Les experts sont formels, et ne cessent de tirer la sonnette d’alarme : notre mode de vie et de consommation impacte à ce point l’environnement, les écosystèmes et la biodiversité qu’il est insoutenable sur le long terme pour la planète. En d’autres termes il faudra immanquablement en changer, et dans ce domaine, le plus tôt sera le mieux : tout l’enjeu est de ne pas atteindre le point de bascule au-delà duquel la résilience des écosystèmes sera compromise au point d’en risquer l’effondrement 😱. De ce fait, l’adoption d’un mode de vie durable n’est pas seulement une recommandation, mais devient une nécessité. De quoi s’agit-il exactement ? Sur quels leviers pouvons-nous agir, à notre niveau dès aujourd’hui 🤔 ?

Les Jeux Olympiques de Paris seront écolos, vraiment ?

Réduction de moitié des émissions de CO2 liées à l’organisation des jeux, utilisation exclusive d’énergie renouvelable et quasi exclusive d’infrastructures déjà existantes ou temporaires, restauration bas carbone… Les engagements de Paris 2024 en matière d’environnement sont ambitieux. Mais la promesse de Jeux écologiques est-elle crédible ? N’existe-t-il pas une incompatibilité de fait entre l’organisation d’un tel évènement et la lutte contre le changement climatique ? Faut-il crier au greenwashing 🤔?

Qui pollue le plus, l'avion ou le bateau ? The winner is...

On entend très souvent de nombreux griefs contre le trafic aérien dans la lutte contre le réchauffement climatique, désignés comme LE moyen de transport à éviter absolument pour limiter nos émissions. C’est oublier que le transport maritime n’a rien de bien plus reluisant, et engendrerait une pollution parfois dénoncée comme étant en réalité plus importante que celle de l’aérien. Or, d’après l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le transport maritime représente plus de 80 % des volumes transportés et 90 % des échanges intercontinentaux de marchandises. Tous les moyens de transport polluent, c’est un fait, mais dans quelle mesure ? Qui, de l’avion ou du bateau, remporte la palme du moyen de transport le plus polluant 🤔?

Comment préparer son jardin pour le printemps ? 9 Conseils

Les jours rallongent, le soleil fait progressivement son retour, quelques bourgeons apparaissent sur les arbres… Ça sent bon le printemps, ça 😎 ! Et avec lui, comme chaque année, les affaires vont pouvoir reprendre au jardin après cette longue période d’accalmie. Vous allez bientôt pouvoir dégainer vos graines et plants, mais avant toute chose, une bonne préparation est indispensable ! Comment s’assurer un beau jardin et un potager productif pour toute la saison ? Suivez le guide !

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle