La température de la climatisation limitée à 26 °C

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Ne pas fixer la température de la clim en dessous de 26 °C pour cet été 🥶 ? Ce sont les recommandations de la Ministre de la Transition Énergétique, qui rappelle à notre mémoire une règle fixée depuis en fait 16 ans, et qui n’a jamais été appliquée. C’est un peu la collection « printemps/été » du plan de sobriété énergétique du gouvernement, visant à réduire la consommation énergétique du pays, de même que ses émissions de gaz à effet de serre. Explications 👇

La température de la climatisation limitée à 26 °C

Climatisation et environnement, les inconciliables

La climatisation symbolise à elle seule toute l’absurdité humaine. Laissez-vous conter pourquoi :

Du fait des activités humaines, le climat se réchauffe, et cause donc des vagues de chaleurs et canicules de plus en plus fréquentes et longues, au point de devenir difficilement supportables 🥵. De ce fait, les taux d’équipements en climatisation des ménages sont en constante augmentation 🛒 : 25 % d’entre eux en possédaient en 2020, sans parler des entreprises. 64% des bâtiments du secteur tertiaire ayant une activité de bureaux sont ainsi climatisés, et les centres commerciaux en sont systématiquement équipés.

Comme bien souvent, ce sont d’ailleurs les plus riches qui polluent le plus, car si 37 % des professions libérales, cadres et professions intellectuelles supérieures étaient équipés d’une clim à la maison en 2020, seuls 19% des ménages dont la personne de référence est sans emploi ou inactive en possédaient une. 👉 Yachts, jets privés… Quel est l'impact écologique des vacances des hyper riches ?

Or, tous les systèmes de climatisation génèrent, bien logiquement, des émissions de CO2, que ce soit au travers de leur consommation énergétique qu’en raison des fluides frigorigènes qu’ils contiennent, bien plus problématiques encore. Les émissions de ces gaz frigorigènes, au pouvoir réchauffant élevé (certains présentant un pouvoir réchauffant plus de 1000 fois supérieur à celui du CO2 !), peuvent ainsi intervenir au stade de la fabrication, de la maintenance, de l’utilisation et de la fin de vie des appareils. Des fluides bien souvent très polluants pour l’eau et pour les sols👎.

De plus, un système de climatisation prélève de l’air chaud à l’intérieur pour le rejeter à l’extérieur du bâtiment, de sorte qu’il participe activement à la création d’îlots de chaleur urbains 🤔. Donc pour mieux vivre le réchauffement climatique que nous provoquons, nous utilisons un système de climatisation de confort basé sur une technologie très émettrice de gaz à effet de serre, qui crée de surcroît des îlots de chaleur 👏. Clairement, sur ce coup-là, on s’est surpassés !

👉 Végétalisation, qu'est-ce que c'est ? Quelle utilité ? - L'Europe se réchauffe plus vite que le reste de la planète

Plaidoyer pour un usage sobre de la climatisation

Pourtant, d’après l’Ademe, le simple fait de fixer la température de son climatiseur sur 27 °C au lieu de 22 °C suffirait à diviser par deux la consommation d’énergie de l’appareil. De plus, si l’appareil n’était enclenché qu’à partir de 30 °C de température extérieure au lieu de 27 °C, la consommation d’énergie serait divisée par 3 💪!

26°C au maximum pour la clim cet été !

C’est ce que vient de nous rappeler la ministre de la Transition Énergétique ce vendredi 8 juillet 2023, en remettant au goût du jour un décret en vigueur depuis 2007, qui touche autant les entreprises que les particuliers. Il semblerait que l’air conditionné dans les entreprises et les commerces devra désormais être réglé au maximum sur 26°C afin de limiter les émissions de gaz à effet de serre. Une règle qui n’a en fait jamais été appliquée, au point que personne n’en a pour ainsi dire jamais entendu parler 😅. Le gouvernement, fort d’un hiver au cours duquel la sobriété énergétique a plus que jamais porté ses fruits avec une consommation de gaz et d’énergie ayant diminué de 12%, a juste décidé de le réaffirmer.

Et en effet, l’article R241-30 du Code de l’énergie précise que « Dans les locaux dans lesquels est installé un système de refroidissement, celui-ci ne doit être mis ou maintenu en fonctionnement que lorsque la température intérieure des locaux dépasse 26 ° C ». Bien entendu, ces dispositions supportent un certain nombre d’exceptions, qui découlent du bon sens. Elles ne sont pas applicables pour les établissements de soins, les hôpitaux ou encore les EHPAD et lieux où sont accueillis les enfants en bas âge.

👉 Multiplication des canicules, un indicateur clair du réchauffement climatique

Aucune sanction à l’horizon

Une recommandation néanmoins assortie d’aucune sanction. Et on se demande bien, d’ailleurs, comment une telle disposition pourrait bien être contrôlée, concrètement, sur le terrain 🤔 ! Son application repose donc entièrement sur le sens de responsabilité et sur la bonne volonté de chacun, tout comme le plan sobriété de l’hiver 2022 / 2023, qui a pourtant permis de faire d’importantes économies d’énergie. Une incitation, donc, dont les résultats pourraient nous étonner ? On l’espère !

👉 Application don de chaleur : lutter contre la précarité énergétique

Il fait trop chaud pour travailler

Attention néanmoins à ne pas tomber dans l’excès inverse : l’employeur a une obligation générale de résultat en ce qui concerne la protection de la santé et de la sécurité de ses salariés, conformément à l’article L412-1 du Code du travail, selon lequel « L'employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs ». Une règle qui vaut également au regard des conditions climatiques et de la température ambiante sur le lieu de travail 🌡️. Il est évident que cette recommandation de limiter le recours à la clim ne doit pas mener à laisser cuire ses collaborateurs dans la fournaise de locaux mal isolés.

Certains aménagements du temps de travail pourraient permettre d’éviter une exposition aux fortes chaleurs, une piste intéressante ?

👉 La réduction du temps de travail serait bonne pour la planète !

Aller plus loin

Mais il est en fait généralement recommandé d’aller au-delà et de respecter un écart de 6 °C avec la température extérieure, afin d’éviter trop d’inconfort et de supporter l’écart : avec une température extérieure de 35°C, la clim ne devrait donc pas être fixée à moins de 29°C 😉.

👉 Les arbres pourraient réduire la mortalité liée aux canicules urbaines

À retenir

Désormais, plus un été sans vagues de chaleur ! Une conséquence du réchauffement climatique qui engendre un évident inconfort, voire des risques pour la santé des publics vulnérables. Pour autant, le gouvernement nous rappelle que la sobriété énergétique doit devenir la norme, que ce soit pour se chauffer l’hiver comme pour se rafraîchir l’été, et nous invite à limiter l’usage de la climatisation en fixant une température minimale de 26°C. Une règle inscrite dans les textes depuis 2007, mais n’ayant jamais été appliquée, remise au goût du jour à la faveur de la crise énergétique et climatique. N’ayant pas été assortie de sanctions, elle repose entièrement sur la responsabilité écocitoyenne de chacun.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : Ademe.fr, francetvinfo.fr, tf1info.fr, futura-sciences.com, capital.fr

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Un mode vie durable, c'est quoi au juste ?

Les experts sont formels, et ne cessent de tirer la sonnette d’alarme : notre mode de vie et de consommation impacte à ce point l’environnement, les écosystèmes et la biodiversité qu’il est insoutenable sur le long terme pour la planète. En d’autres termes il faudra immanquablement en changer, et dans ce domaine, le plus tôt sera le mieux : tout l’enjeu est de ne pas atteindre le point de bascule au-delà duquel la résilience des écosystèmes sera compromise au point d’en risquer l’effondrement 😱. De ce fait, l’adoption d’un mode de vie durable n’est pas seulement une recommandation, mais devient une nécessité. De quoi s’agit-il exactement ? Sur quels leviers pouvons-nous agir, à notre niveau dès aujourd’hui 🤔 ?

Les Jeux Olympiques de Paris seront écolos, vraiment ?

Réduction de moitié des émissions de CO2 liées à l’organisation des jeux, utilisation exclusive d’énergie renouvelable et quasi exclusive d’infrastructures déjà existantes ou temporaires, restauration bas carbone… Les engagements de Paris 2024 en matière d’environnement sont ambitieux. Mais la promesse de Jeux écologiques est-elle crédible ? N’existe-t-il pas une incompatibilité de fait entre l’organisation d’un tel évènement et la lutte contre le changement climatique ? Faut-il crier au greenwashing 🤔?

Qui pollue le plus, l'avion ou le bateau ? The winner is...

On entend très souvent de nombreux griefs contre le trafic aérien dans la lutte contre le réchauffement climatique, désignés comme LE moyen de transport à éviter absolument pour limiter nos émissions. C’est oublier que le transport maritime n’a rien de bien plus reluisant, et engendrerait une pollution parfois dénoncée comme étant en réalité plus importante que celle de l’aérien. Or, d’après l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le transport maritime représente plus de 80 % des volumes transportés et 90 % des échanges intercontinentaux de marchandises. Tous les moyens de transport polluent, c’est un fait, mais dans quelle mesure ? Qui, de l’avion ou du bateau, remporte la palme du moyen de transport le plus polluant 🤔?

Comment préparer son jardin pour le printemps ? 9 Conseils

Les jours rallongent, le soleil fait progressivement son retour, quelques bourgeons apparaissent sur les arbres… Ça sent bon le printemps, ça 😎 ! Et avec lui, comme chaque année, les affaires vont pouvoir reprendre au jardin après cette longue période d’accalmie. Vous allez bientôt pouvoir dégainer vos graines et plants, mais avant toute chose, une bonne préparation est indispensable ! Comment s’assurer un beau jardin et un potager productif pour toute la saison ? Suivez le guide !

Les giboulées de mars, c'est quoi au juste ?

Comme le veut le dicton « Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées ». Au moment où l’on voit, au loin, le printemps arriver avec soulagement, cette période marque avant tout une transition entre deux saisons. Et oui, le mois de mars est réputé pour sa météo capricieuse et ses fameuses giboulées. Alors c’est quoi, exactement une giboulée, et comment expliquer ce curieux phénomène météorologique ? Amareo fait la pluie et le beau temps et vous explique tout ça ! 👇

Retour à la campagne : l'exode urbain n'aura pas eu lieu

« Paris, tu paries, Paris, que je te quitte. Je te plaque sur tes trottoirs sales ». Comme la chanteuse Camille, tous les citadins ont un jour envisagé de tout plaquer pour partir vivre à la campagne. Mais quand certains ne font qu’y penser, d’autres passent à l’acte. Réaction post confinement ou véritable tendance ? 4 ans après la pandémie, l'exode rural n'aura pas eu lieu ! Explications.

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle