Le coût écologique des guerres : une catastrophe qui se paye sur le long terme

Mis à jour le par Equipe Rédaction

🪖 Le conflit en Ukraine, la guerre Israël-Hamas, mais aussi les plus discrètes guerres au Soudan, au Burkina Faso, en Somalie, au Nigeria ou encore en Syrie… En temps de conflit armé, si l’on évoque habituellement le nombre de victimes humaines, militaires ou civiles, on oublie presque systématiquement l’un des martyrs silencieux de la guerre : l’environnement. En effet, si même en temps de paix, il a du mal à se faire entendre et à bénéficier de la protection adéquate, les périodes de crise sont particulièrement écocides.

Le coût écologique des guerres : une catastrophe qui se paye sur le long terme

L’environnement, victime collatérale et silencieuse de la guerre

La guerre sème en effet une désolation totale, et décime tout sur son passage, sans distinction. Pourtant, les conséquences écologiques de la guerre sont bien souvent passées sous silence 🙊, comme s’il était indécent de détourner les yeux des pertes et souffrances humaines pour se pencher sur le sort de la nature. Pourtant, de ce point de vue aussi, c’est bien souvent un véritable carnage, et ces dommages considérés comme secondaires sont en fait une véritable bombe à retardement pour la population locale.

L’exemple du conflit ukrainien

Le conflit en Ukraine qui fait rage et approche doucement mais sûrement de son 2ème anniversaire en est la triste illustration, et il s’agit sans nul doute de la guerre la mieux documentée de toute l’Histoire dans ce domaine : forêts incendiées par centaines de milliers d’hectares, terres agricoles minées, puits empoisonnés, menace de catastrophe nucléaire, sites protégés dégradés, explosion du barrage de Kakhovka, incendies dans les raffineries ou usines chimiques 😱… Quel est l’état des lieux écologique de la guerre en Ukraine ?

👉 Le nucléaire, une énergie écologique ou pas ?

Des écosystèmes dévastés, une biodiversité en danger

Les écosystèmes ukrainiens ne sont clairement pas au sommet de leur forme, alors même qu’ils représentent 35% de la biodiversité de l’Europe : 70 000 espèces animales et végétales y sont recensées. Près de 900 zones naturelles protégées d’Ukraine ont d’ores et déjà été affectées par les activités militaires, ce qui correspond à environ 30% de l’ensemble des espaces protégés du pays. Les dégâts causés aux écosystèmes impacteront la biodiversité sur plusieurs siècles 😢.

Les normes environnementales revues à la baisse

En temps de crise, les normes environnementales passent évidemment à la trappe. De nombreuses restrictions environnementales ont été annulées pour les besoins de la guerre, comme c’est le cas de l’interdiction de l’abattage des arbres au printemps ou des normes relatives à la déforestation afin de fournir la population en bois de chauffage 🪵 et de développer les exportations vers l’UE. Des décisions parfaitement compréhensibles au regard de la crise épouvantable traversée par la population. C’est ainsi que les Carpates, connues pour être le « cœur vert » de l’Europe, en prennent un sacré coup.

L’agriculture sévèrement impactée

Par ailleurs, 10 millions d’hectares de terres arables ont été bombardées ou minées 💣 : 65 000 obus s’écrasent sur le territoire chaque semaine. Ainsi, près d'un tiers des cultures ukrainiennes pourrait être inexploitable après la guerre. Plusieurs générations d’agriculteurs risqueront leur vie et travailleront dans l’angoisse. Des carcasses de bétail pourrissent dans les champs, et contaminent les milieux.

Les fuites inquiétantes des sites industriels pris pour cible

L’Ukraine est l’un des pays qui comptent le plus d’industries lourdes en Europe. De nombreuses installations de traitement et d'épuration de l'eau ont subi de sévères dommages. Des sites d’exploitation minière, industriels, et agroalimentaires ont subi d’importants dégâts causant le déversement de substances dangereuses pour l’environnement, contaminant les nappes phréatiques et des rivières ☠️. Solvants, engrais, acide nitrique… Ainsi, des taux d’ammoniac 163 fois supérieurs aux normes ont été relevés dans la rivière Ikva après la destruction de réservoirs de produits chimiques dans la région de Ternopil.

Par ailleurs, les armes de guerres et véhicules abandonnés comportent des métaux lourds et des explosifs, des toxiques qui persistent dans l’environnement.

👉 Fuites de Nord Stream, quels dégâts sur l'environnement ?

La vie marine n’est pas épargnée

Des milliers de cétacés sont par ailleurs complètement déboussolés par les sonars des navires de guerre, et s’échouent sur les côtes de la mer Noire. De même que l’utilisation de bombes incendiaires au phosphore qui brûlent le corps des dauphins 🐬.

👉 Pollution marine, la comprendre pour bien agir

Qu’en est-il du bilan carbone du conflit en Ukraine ?

Par ailleurs, le bilan carbone de la guerre est évidemment à frémir : pour illustration, l’empreinte imputable au seul conflit sur une année a été estimée à 97,3 millions de tonnes de CO2, soit près de la moitié du bilan carbone total de l’Ukraine en temps de paix, sur l’année 2021. Fuites de méthane des gazoducs, feux, reconstruction d’immeubles résidentiels et d’infrastructures, consommation de carburant et d’équipements militaires… Un surplus d’émissions considérable.

Un héritage toxique pour les prochaines générations

Un héritage qui s’annonce particulièrement toxique pour les générations futures, qui seront confrontés à des risques de cancers, de maladies respiratoires et de problèmes de développement chez les bébés. Les conséquences environnementales du conflit ont été évaluées au terme d’une étude des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) qui a dénombré des milliers d’incidents possibles de pollution de l’air, de l’eau et du sol et de dégradation des écosystèmes 😱.

Et encore, on vous épargne le chapitre sur l’usage de l’arme atomique pendant la seconde guerre mondiale, de l’utilisation de « l’agent orange » au cours de la guerre au Vietnam, un herbicide qui causait la mort de la végétation, de l’utilisation d’armes chimiques en Syrie, des vagues de migrants qui vont avec leur lot de déchets, d’absence de traitement de l’eau, et on en passe 🫣…

👉 Peut-on vraiment encore sauver la planète ?  

L’écocide, futur crime de guerre ?

L’article 35 du Protocole additionnel I aux Conventions de Genève précise que d’une part, les territoires en guerre n’ont pas carte blanche quant aux armes ou technologies qu’ils ont le droit d’utiliser, et que d’autre part, il est interdit d’avoir recours à des méthodes susceptibles de causer des dommages étendus, durables et graves à l'environnement naturel ou de faire usage de tout ce qui pourrait causer des maux superflus 🌿. Des réflexions sont en cours sur la question de savoir si le concept d’écocide ne devrait pas rejoindre la liste des crimes de guerre : nous assistons à la naissance de l’écologie de guerre.

Car les enjeux environnementaux sont, eux aussi, des enjeux de sécurité : ainsi, l'humanité paye encore la facture écologique de la Première Guerre mondiale, d’après Ben Cramer, chercheur en géopolitique et sécurité environnementale au Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité, à Bruxelles. Et pourtant, ça commence à dater !

👉 Ecocide, un crime reconnu ? On vous dit tout

Une guerre écolo, vraiment ?

Il ne s’agit pas de faire la guerre avec des chars électriques ou de se promener comme jadis à cheval sur les champs de bataille, ni d’aller ramasser l’ensemble des douilles tombées au sol après un affrontement afin de ne pas dégrader la nature et de la laisser telle qu’on l’a trouvée 💚. On se doute bien qu’en pareille situation, on a comme qui dirait d’autres priorités…

À la guerre comme à la guerre ? Non, car il y a sans doute un juste milieu à trouver entre les objectifs visés et le coût environnemental de telle ou de telle frappe. Détruire une usine chimique et polluer les milieux sur plusieurs décennies pour maîtriser une petite poignée de soldats qui se trouvent à l’intérieur, n’y a-t-il pas, parfois, une disproportion ? Peut-on vraiment frapper à l’aveugle, sans se soucier une seconde des enjeux environnementaux qui revêtent aujourd’hui un tel caractère d’urgence 🤔 ?

À retenir

La guerre, cette machine à détruire, ne se contente pas de décimer les Hommes : elle n’épargne pas l’environnement. Si cet aspect des conflits armés est bien souvent considéré comme secondaire, c’est oublier qu’il s’agit, aussi, d’une question de sécurité à court et à long terme, y compris pour les populations locales. Parce qu’il est infiniment plus rapide de détruire que de reconstruire, parce que la résilience des écosystèmes est un processus long et laborieux, chaque dégradation, chaque atteinte à l’environnement laisse une trace presque indélébile sur les milieux : il s’agit d’une véritable bombe à retardement. Des écocides bien souvent disproportionnés qui seront, peut-être un jour, pris en considération et sanctionnés par la Cour Pénale internationale.

Explorer - protéger - se ressourcer

#BornToBeWild


Sources : reporterre.net, geo.fr, statistica.com, bfmtv.com, francetvinfo.fr, ici.radio-canada.ca, apostrophemag.ca

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Randonner léger : nos astuces poids plume !

Le sac à dos du randonneur est à la fois son meilleur allié, et son pire ennemi. S’équiper pour ne pas manquer, oui, mais sans se surcharger, voilà tout l’art de bien préparer une randonnée. Et ça, ça se réfléchit en amont. Plus on part longtemps, plus on est tenté d’emporter d’affaires, et plus le poids risque de devenir un terrible fardeau… Car oui, un sac trop lourd peut littéralement gâcher votre aventure et la transformer en calvaire. Au croisement des chemins entre confort, respect de la sécurité et du budget, suivez nos astuces pour trouver le juste milieu et randonner léger !

GR 75, faites le tour de Paris à pied, vous allez adorer !

Vous pensez que les grandes randonnées ne sont pas accessibles aux citadins Parisiens ? Cet itinéraire va vous prouver le contraire. Enfilez vos chaussures de marche, on vous emmène faire le tour de Paris à pied, sur la trace du GR 75 🥾.

Reprise gratuite des pneus usagés pour les particuliers : ce qui change en 2024

577 000 tonnes de pneumatiques sont mises sur le marché chaque année en France, soit 59 millions de pneus. Ces futurs déchets, bien que n’étant pas considérés comme dangereux, n’en sont pas moins composés de produits toxiques et présentent un risque tant pour l’environnement que pour la santé publique. Bonne nouvelle : depuis le 1er janvier 2024, les particuliers peuvent déposer gratuitement leurs pneus usagers chez un distributeur, sans obligation d’achat de pneus neufs. Débriefing 👇

Quelle est la nourriture qui pollue le plus ?

Manger pollue, c’est un fait. OK, mais il faut bien manger pour vivre, sommes-nous tentés de répondre… Certes, mais cessons un instant d’enfoncer des portes ouvertes et venons-en au fait : de la même manière que côté santé, il existe la malbouffe, celle qui fait plaisir au palais, mais dont il ne faut pas abuser, certains aliments sont, plus encore que les autres, des désastres écologiques : il est possible, et même indispensable, de prendre en compte le prisme environnemental dans nos choix alimentaires afin de réduire, au quotidien, notre empreinte sur la planète. Quel est le top 10 des aliments à bannir et à limiter ? Menu de la nourriture la plus polluante au monde 🤮

Comment se débarrasser des guêpes naturellement en 10 astuces

Vous êtes confortablement installé en terrasse, vous chillez, on ne peut plus détendu, et vous vous apprêtez à partager un agréable déjeuner entre amis ou en famille, avec son lot de melons, grillades et autres réjouissances. Oui, tout aurait pu être parfait, sans elles : Bzzzzz ! Il n’est pas rare qu’une ou plusieurs guêpes s’invitent à table pour profiter elles-aussi de ces mets très appréciés, ou autour de la piscine, à la recherche d’eau pour s’hydrater... Un phénomène classique, mais TELLEMENT agaçant et potentiellement dangereux, car elles peuvent être amenées à piquer un de vos convives ou un animal de compagnie. Seulement voilà, les guêpes, comme tous les animaux, ont, elles aussi, un rôle à jouer dans les écosystèmes et la biodiversité. Votre objectif ? Les éloigner sans les tuer ni vous faire piquer. Quels sont les meilleurs répulsifs faits maison naturels pour les tenir à distance respectable de votre buffet 🐝 ?

Comment se débarrasser des poux radicalement (et naturellement) ?

Peut-être avez-vous eu la désagréable surprise de constater la présence de passagers clandestins indésirables sur vos charmantes têtes blondes, au retour d’une colo ou tout simplement en revenant de l’école : oui, les poux ont le don de s’inviter chez vous de manière insidieuse, et de s’immiscer partout ! Votre objectif est donc de vous en débarrasser au plus vite, mais sans passer par la case insecticide toxique, néfaste tant pour ces parasites voraces – bien qu’ils y soient de plus en plus résistants - que pour votre enfant, et bien sûr pour la planète 🌍… Bonne nouvelle, les méthodes naturelles ET efficaces existent. Chasser les poux sans traitement de choc chimique est à la portée de tous.

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

La citation qui nous parle