Je suis locavore et vous ? Qu'est-ce que ça signifie ?

Mis à jour le par Equipe Rédaction

80% des consommateurs disent acheter désormais des produits locaux, 8 Français sur 10 affirment chercher à connaître l’origine d’un produit alimentaire au moment de l’acheter. Manger local devient une préoccupation de plus en plus présente dans les esprits, que ce soit pour des raisons écologiques, éthiques ou économiques, tendance à laquelle on doit aujourd’hui le grand succès du locavorisme, le mouvement qui invite à un mode de consommation local et plus éthique. Peut-être êtes-vous vous-même un locavore qui s’ignore ? Le point sur cette revendication qui a conquis le monde et qui ne cesse de prendre de l’ampleur 👇

Je suis locavore et vous ? Qu'est-ce que ça signifie ?

Des denrées alimentaires globe-trotteuses

Selon une étude de l’Ademe publiée en 2019, les produits alimentaires consommés par les Français parcourent jusqu’à 201 milliards de tonnes de kilomètres par an. Une petite trotte, n’est-ce pas ? Et avec elle son lot d’émission de CO2, qui avoisinerait les 22 millions de tonnes 😱. La distance moyenne parcourue par une denrée entre son lieu de production et votre assiette serait ainsi comprise entre 2.400 et 4.800 km. Environ 80% de l’offre alimentaire est assurée par les grandes surfaces, et la part importée des fruits et légumes dépasse 40% dans certaines catégories. Comment ne pas relever que ce bilan est inacceptable dans la situation qui est celle de la planète au regard du dérèglement climatique ? L’empreinte environnementale de ce que l’on mange est abyssale.

👉 Empreinte carbone : qu’est-ce que c’est ? Comment la calculer, la réduire ?

Ça veut dire quoi, être locavore ?

C’est en opposition avec ces pratiques à l’impact écologique dévastateur que le locavorisme a émergé pour enjoindre les consommateurs à se tourner vers des produits locaux. Concrètement, il s’agit d’une revendication d’un nouvel ordre alimentaire et agricole, porté par une volonté de promouvoir l’agriculture locale dans un souci d’environnement durable, de sécurité alimentaire, de justice sociale et de viabilité économique des communautés agricoles. Ce mode de consommation qui prône une alimentation locale et de saison afin de contribuer au développement durable se veut responsable, plus éthique. Et le succès est au rendez-vous : sa communauté ne cesse de croître.

Au sein même du mouvement, on relève quelques batailles de clocher, au sujet notamment de la distance maximale au-delà de laquelle un produit n’est plus considéré comme local au sens locavore du terme : les positions oscillent entre 160 km et 250 km du lieu de consommation 📍, mais en gros, vous voyez l’idée.

👉 La marche à suivre pour acheter en direct des producteurs - Calendrier des fruits et légumes de saison pour consommer mieux !

Histoire d’un mouvement planétaire

Le locavorisme nous vient tout droit des Etats-Unis, le terme prenant naissance en 2005 en Californie à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement. Il est ensuite élu mot de l’année en 2007 par le New Oxford American Dictionary, et se diffuse ensuite plus largement grâce à un dossier du Times Magazine de mars 2007. Ça y est, la tendance était lancée ! Côté Français, il a également acquis ses armes de noblesse puisqu’il est entré au Larousse depuis 2010 🤓.

À l’origine de ce concept, on trouve trois femmes (notamment Jessica Prentice, chef cuisinière soucieuse de proposer des produits frais et de proximité à ses clients) qui écriront un article publié dans le San Francisco Chronicle, signé de « trois locavores ou trois femmes qui mangent local ». Cet article s’inscrivant dans un contexte de montée du mouvement de fond « Local Food » en Californie dans les années 2000 appela alors ses lecteurs à tenter l’expérience de manger local pendant un mois entier. Un succès médiatique immédiat pour ce mot, fruit de la combinaison entre les termes latins locus (lieu, local) et vorare (avaler), qui s’est répandu comme une traînée de poudre dans tout le pays, puis partout dans le monde, jusqu’à donner naissance à toute une communauté 🌍.

Un mouvement qui n’est pas totalement étranger à celui du Slow Food, qui ambitionne de reconnecter nourriture, agriculture et culture en misant sur des ingrédients locaux, bio et de saison, par opposition au fast-food. La figure emblématique du locavorisme, Alice Waters, en est d’ailleurs également vice-présidente.

Manger local pour plus de traçabilité et de proximité

C’est ainsi que de nombreuses plateformes de mise en relation entre producteurs et consommateurs fleurissent depuis plusieurs années, de manière à limiter autant que possible les intermédiaires. Une proximité qui favorise à son tour les échanges et une meilleure connaissance des cycles agricoles, des techniques, et des saisons par les consommateurs. Ces derniers pourront alors plus facilement cibler leurs choix sur des modes de production aussi vertueux que possible 🎯, éviter les élevages industriels, et favoriser les modes de cultures raisonnées et/ou bio, et le maraîchage en permaculture, dans un vaste cercle vertueux. En consommant local, on connaît davantage les denrées consommées et on dispose d’une bien meilleure traçabilité sur les modes de production. Cela permet immanquablement de se montrer plus tatillon. Un peu de viande de cheval dans vos lasagnes 🥩 ? Non merci, très peu pour vous !

👉 Autocueillette, la bonne idée pour des fruits & légumes bons et moins chers

Pour une juste rémunération des producteurs

L’esprit locavore, c’est aussi de pratiquer des prix qui tendent vers plus d’équité et rémunérer les producteurs et artisans à la hauteur de leur travail. Le locavorisme ambitionne ainsi de réintroduire un mode de rémunération plus juste. Si être locavore et s’approvisionner en circuit court, c’est-à-dire en limitant au maximum les intermédiaires entre producteur et consommateur, sont deux choses bien différentes, il n’en est pas moins que les deux notions sont liées et souvent associées. Le locavorisme favorise logiquement le circuit court, et participe ainsi à rémunérer les producteurs de manière équitable.

Faire vivre l’économie locale

Ce mouvement s’inscrit également dans une démarche de soutien de l’économie et de l’emploi locaux, en aidant les filières agricoles et en renforçant la souveraineté alimentaire de la France. Il s’agit d’un mode de consommation qui travaille à relancer les productions et à stimuler l’économie locale 💪.

Manger local ne suffit pas

L’Ademe affirme néanmoins qu’en ce qui concerne le bilan carbone d’un produit alimentaire, seulement 20% du gaz à effet de serre émis l’est à l’occasion du transport. Tout le reste concerne la phase de production. Le critère du lieu de production est donc insuffisant, en lui-même, pour rendre un mode de consommation vertueux. Le locavorisme doit donc s’inscrire dans une démarche plus vaste.

👉 Le cycle du carbone : un élément essentiel à toute forme de vie

Il faut en effet faire la part des choses entre manger local et manger durable : à moins de manger exclusivement bio, il est tout à fait possible de manger des légumes locaux bourrés de pesticides ou cultivés en serre. Manger local, oui, mais privilégier les maraîchers qui évitent les monocultures qui appauvrissent les sols, encore plus. Pour que le locavorisme porte le plus de fruits possibles, il est donc préférable de cumuler plusieurs démarches de front : manger local, bio et de saison, en circuit court, se rapprocher autant que possible du zéro déchet et limiter sa consommation de viande.

👉 Comment faire pour manger bio et pas cher ?

Manger 100% local, c’est possible ?

C’est l’expérience qu’a tentée Stéphane Linou, en entreprenant de ne se nourrir exclusivement d’aliments produits dans un rayon de 150 km autour de chez lui, dans l’Aude, de septembre 2008 à septembre 2009. Ancien animateur de la Confédération Paysanne du département, administrateur de l’ADEAR (Association pour le Développement de l’Emploi Agricole et Rural), il a créé en 2004 la première AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) de l’Aude. Pour lui, manger local, c’est se réapproprier la souveraineté alimentaire tout en permettant au producteur de vivre de son travail sans intermédiaire et à la richesse de se fixer sur le territoire. Selon lui, il faut cuisiner et transformer, changer ses habitudes, faire la part des choses entre les notions de besoin et de caprice, l’agréable et le vital, mais c’est tout à fait possible.

👉 9 conseils simples et efficaces pour réduire son impact environnemental

Adieu fraises espagnoles

Le principal inconvénient du locavorisme réside sans doute dans la monotonie qui peut s’installer dans les assiettes, notamment en hiver. Fatalement, qui dit local dit moins de possibilités de varier les mets. Mais en cuisinant un minimum, vous apprendrez à sublimer ces produits et à en décliner toutes les saveurs 😋.

À ce sujet, il y a les locavores radicaux, et ceux qui font preuve de plus de flexibilité, et qui appellent davantage à réintroduire du bon sens dans les habitudes de consommation. Une entorse n’a jamais fait de mal à personne, l’idée est avant tout d’adopter un mode de consommation globalement plus éthique et raisonné. Ne renoncez pas à votre petit café pour autant ☕ ! Certains produits essentiels, vous l’imaginez bien, seraient alors introuvables dans la plupart des régions, notamment le sel, le chocolat (oui, c’est essentiel) ou les fruits de mer. Manger doit rester un plaisir, d’autant que le locavorisme trop radical serait en définitive contreproductif, notamment lorsqu’il se désintéresse de l’empreinte environnementale de l’agriculture.

👉 Footprint calculator, calculez votre jour du dépassement selon votre mode de vie

À retenir :

Être locavore, c’est s’inscrire dans un mouvement qui prône la consommation d’aliments locaux afin de promouvoir un nouvel ordre alimentaire et agricole plus responsable et éthique. Favoriser les produits de saison, les circuits courts, afin de bénéficier d’une meilleure traçabilité sur le contenu de votre assiette et de rémunérer plus équitablement les producteurs, voilà le défi que se lance cette revendication qui nous arrive des Etats Unis et qui nous a conquis sans grande résistance. Mais attention, manger local ne suffit pas en soi à assurer une mode de consommation plus vertueux, et doit s’inscrire dans une démarche plus vaste afin de permettre de manger durable, conformément à l’état d’esprit du locavorisme. Manger local coûte que coûte et fermer les yeux sur les autres critères essentiels, comme privilégier le bio, l’agriculture raisonnée, les circuits courts, ou le zéro déchet, serait au mieux inopérant, et au pire contre productif.

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild


Sources : cairn.info, linfodurable.fr, mediapart.fr, greenpeace.fr, ecotable.fr, blog.pourdebon.com

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Marche nordique, qu'est-ce que c'est ? Comment s'y mettre ?

La marche nordique ou Nordic Walking, ou encore Sauvakävely, était pratiquée à l’origine en Finlande par les skieurs de fond comme entraînement pendant la belle saison, et a progressivement acquis ses propres lettres de noblesse jusqu’à devenir une discipline à part entière. Le marcheur nordique se considère comme un quadrupède, qui passe de deux à quatre appuis au sol à l’aide de bâtons. Cette marche dynamique fait de plus en plus d’adeptes en raison de ses nombreux bienfaits. Décryptage 👇

Démarche ZAN, le programme pour réduire l'extension des villes

L’artificialisation des sols est l’une des premières causes du réchauffement climatique et de l’érosion massive et sans précédent de la biodiversité. En moyenne, en France, entre 20 000 et 30 000 hectares d’espaces naturels, agricoles et forestiers sont consommés chaque année. C’est pourquoi le Plan Biodiversité avait instauré en 2018 l’objectif ZAN - Zéro Artificialisation Nette - dans le but de protéger ces zones en repensant l'aménagement urbain. L’idée, c’est d’atteindre en 2050 l’absence de toute artificialisation nette des sols, avec un premier objectif intermédiaire de réduction de moitié du rythme de la consommation d’espaces d’ici 2030. Le point sur un challenge ambitieux 👇

Comment préparer mon jardin au retour du grand froid ?

Si les premiers flocons de neige ❄️ sont un spectacle qui fait toujours plaisir à voir, votre coin de verdure pourrait pourtant ne pas se remettre de l’arrivée des premiers frimas. Pour être sûr de le retrouver tout aussi beau qu’avant au prochain printemps, quelques arrangements sont nécessaires. Comment préparer votre jardin au retour du grand froid ? On vous partage toutes nos astuces ! 🌳

Et si on offrait de la seconde main cette année à Noël ?

Écologique, économique, l’idée d’offrir des présents d’occasion à Noël a de quoi séduire… Durant cette période où la surconsommation est reine et dénature l’esprit même de la Nativité, cette pratique propose une alternative très intéressante pour des fêtes de fin d’année plus vertes et éthiques. Pourtant, les réticences font encore obstacle, dans certains esprits, à sa généralisation. Un tabou qui cède peu à peu du fait de la conjoncture économique et écologique de ces dernières années. Parce que prendre soin de ses proches et de la planète est parfaitement compatible, osez la seconde main sous le sapin ! 🎄

Journée mondiale du climat, à vos agendas !

Y’a plus d' saison, ma p’tite dame ! Et chaque année, le 8 décembre, c’est la Journée mondiale du climat, instaurée à l’initiative de plusieurs ONG, avec un objectif : faire prendre conscience au plus grand nombre de l’importance des changements climatiques, qui nous impactent, chaque année, encore un peu plus. Le réchauffement climatique est désormais un sujet qui fait parler de lui quasiment constamment dans les médias, bien souvent pour alerter encore et toujours sur l’urgence climatique, et de temps en temps pour relayer les mesurettes dérisoires prises par les instances gouvernementales ou internationales. Parce que nous n’avons qu’une seule terre #UneSeuleTerre, c’est l’occasion ou jamais de réfléchir et surtout d’agir en faveur du climat.

Sapin en plastique ou naturel ? Comment choisir ?

La sapin, c’est le symbole de Noël. Avec ses guirlandes et ses boules, il est dans tous nos souvenirs de fêtes de fin d’année 🎄. Et pour beaucoup d’entre nous, il est impensable de mettre les cadeaux ailleurs qu’à son pied. Mais un dilemme se pose au moment de l’acheter. Sapin en plastique ou naturel : comment choisir entre ces deux options ?

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle