Couches lavables VS couches jetables, qui remporte le match ?

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Vous attendez un heureux évènement, ou peut-être vient-il de pointer le bout de son nez 🥰 ? C’est le moment de réfléchir sérieusement à la logistique ! S’il est vrai que la couche jetable détient la palme de la praticité, la couche lavable regagne chaque année un peu plus de terrain. Mais attention, pas celle de nos grands-mères avec l’épingle à nourrice 🧷. Non, la couche lavable moderne est attrayante, gaie, colorée ! Vous vous demandez bien pourquoi des milliers de parents s’enquiquinent à ce point, alors que l’arrivée d’un nouveau-né est déjà bien éprouvante à plus d’un titre ? La battle couche jetable vs/ couche lavable fait rage ! Essayons de trancher…

Sommaire :

Round 1 : Sur le terrain de l’écologie

L’enjeu écologique des couches pour bébé est de taille. En effet, jusqu’à l’acquisition de la propreté aux alentours de 2 ans 1/2, un enfant utilise environ 3.800 couches, soit 200 kg ! L’ensemble couches jetables + lingettes + cotons + protections féminines (le pack textiles sanitaires hygiéniques, pourrait-on dire) représente 1 million de tonnes de déchets par an en France, dont 750 000 tonnes juste pour les couches 😱. C’est l’heure du bilan !

Bilan écologique de la couche jetable…

Question composition, une couche jetable est constituée d’une couche extérieure en plastique comportant des attaches, et de matières absorbantes au milieu, doublée d’une couche supérieure protectrice 🔬.

Les couches jetables sont fabriquées à partir de pâte à bois blanchie au chlore, ce qui produit de la dioxine, toxique tant pour vous que pour la planète ⚠️, de plastique de polyéthylène, d’un gel absorbant à base de polyacrylate de sodium, et de produits organiques volatiles, tels que toluène, éthylbenzène, xylène et dipentène.

Non compostables, non biodégradables, non recyclables ♻️, un cauchemar pour la planète ! Un seul enfant utilisera, du fait de sa seule consommation de couches jetables, 25 kg de plastique en polypropylène, soit 67 kg de pétrole, et 5 arbres, jusqu’à l’acquisition de la propreté. Les couches jetables ont un impact lourd sur l’environnement, du fait des matières utilisées pour leur conception, des substances utilisées pour réduire les odeurs et augmenter leur capacité d’absorption, et bien sûr de leur fin de vie…  

Leur procédé de fabrication est très gourmand en énergie et en eau, et favorise la déforestation 🌳. Elles finissent leur vie enfouies ou incinérées, libérant des substances néfastes pour l’environnement. Dans la nature, il leur faudra entre 400 et 500 ans pour se décomposer ! 👉 Comment réduire ses déchets ménagers ? 8 astuces simples & efficaces.

Vs/ bilan écologique de la couche lavable

La couche lavable, de son côté, est constituée d’une partie absorbante et d’une culotte de protection imperméable, fermée avec des boutons-pressions ou des scratchs, qui assure son maintien et son étanchéité 🤓. Les selles sont récupérées à l’aide d’un feuillet biodégradable placé au fond de la couche.

Elles utilisent 8,3 fois moins de matières non renouvelables, comme le pétrole, que les couches jetables. Par ailleurs, en termes de consommation d’énergie et d’empreinte carbone au cours de la production, elles utiliseraient 3,5 fois moins d’énergie et 2,3 fois moins d’eau que les couches classiques. Fabriquées la plupart du temps pour la partie absorbante en fibres naturelles (coton, bambou, chanvre, flanelle…), elles sont plus respectueuses de l’environnement 🌿.

Concernant sa production de déchets, la couche lavable, comme tous les produits réutilisables, a logiquement un impact bien moindre que la jetable.

⚠️ Mais dans leur globalité, les couches lavables ont, au même titre que les couches jetables, un impact environnemental non négligeable si l’on prend leur cycle de vie dans son ensemble, tant dans les domaines de l’utilisation de ressources naturelles, de rejets dans l’eau et dans l’air, que d’émission de gaz à effet de serre (GES) 👉 Empreinte carbone : qu’est-ce que c’est ? Comment la calculer, la réduire ?

Notamment, sur la même durée, c’est-à-dire jusqu’à l’acquisition de la propreté, un bébé nécessitera une trentaine de couches lavables qui seront lavées environ 137 fois, ce qui implique une importante consommation d’eau et d’énergie 🌊👉 Les bons gestes pour économiser l'eau en période de sécheresse.

Conclusion : ex aequo

Si l’on prend le cycle de vie complet de la couche lavable, son impact en termes de consommation d’eau et d’énergie est conséquent 😕. Au final, selon l’Ademe, elle ne présente pas un bilan beaucoup plus positif si l’on prend en compte son entretien. En réalité, l’utilisation de couches lavables ou jetables génère presque autant de gaz à effet de serre, à hauteur de 600 kg eqCO2 sur les 2,5 ans précédant la propreté, avec un impact similaire sur l’épuisement des ressources et le changement climatique.

Pas de miracle de ce côté-là pour la couche lavable ! Contre toute attente, c’est donc un quasi-match nul sur le seul terrain environnemental 👉 Comment prendre soin de l'environnement ?, 9 conseils simples et efficaces pour réduire son impact environnemental.

Comment rendre la couche lavable plus écolo ?

Pour réduire la facture écologique de la couche lavable, ses conditions d’utilisation influent beaucoup, contrairement à la couche jetable pour laquelle tout se joue au stade de la production et du traitement des déchets ! En adoptant quelques gestes simples, il est possible de réduire son impact environnemental :

Round 2 : Sur le terrain de la santé

Du côté des couches jetables, la chasse aux produits chimiques est ouverte !

Le magazine « 60 millions de consommateurs » a alerté sur la présence de substances toxiques (notamment du glyphosate et des dioxines !) dans les couches pour bébé, et Greenpeace y a découvert de son côté, en 2000, des traces de TBT (tributyl étain). Par ailleurs, un rapport d’expertise publié par l’Anses en 2019 avait mis en évidence de nombreux dépassements des seuils sanitaires fixés pour plusieurs substances chimiques dans plusieurs couches jetables représentatives du marché français. Pour aller plus loin, une étude de la DGCCRF a fait le point en 2020 sur la présence de produits chimiques dans les couches.

Si vous choisissez de vous en tenir aux couches jetables, les écolabels ont une grande importance pour la préservation de la santé de votre nourrisson et de la planète 🌍: Écolabel nordique, Écolabel européen, label Global organic textile standard (GOTS)…

Les couches lavables sont de toute évidence meilleures pour la santé des bébés 💪, ne contiennent pas de produits toxiques, et causent moins d’irritations. Pas de doute, la couche lavable remporte cette manche !

Round 3 : Sur le terrain du porte-monnaie

D’un point de vue purement économique, si la couche lavable demande, il est vrai, un investissement initial conséquent, elle est meilleur marché sur le long terme, à hauteur de 300 à 1.500 euros de moins que les jetables sur 2 ans et demi d’utilisation pour un bébé, entretien compris. Si elles sont réutilisées pour un second enfant, c’est jackpot : l’économie s’élève à 550 à 2200 euros 🤑.

Encore une victoire de la couche lavable sur sa rivale, la couche jetable 🥇!

Couché coulé : Victoire haut la main de la couche lavable 🏆!

Si nos comptes sont exacts, bien que du point de vue strictement environnemental, la plus-value d’utiliser des couches lavables n’est pas aussi évidente qu’il n’y paraît, elles remportent les deux manches suivantes, soit celle de la préservation de la santé de votre bout’chou (et on ne transige pas avec la santé de bébé !), et des économies réalisées. Et à ce qu’il paraît, quand on a pris le pli, ce n’est pas si compliqué que ça 😅. Pourquoi ne pas vous lancer, tout en vous réservant le droit d’utiliser ponctuellement des couches jetables, plus pratiques, lors de vos voyages et déplacements ?

Le lavable et réutilisable, notre avenir à tous !  👉 12 accessoires pour se mettre au zéro déchet

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Sources : Ademe, Ademe, futura-sciences.com, linfodurable.fr, consoglobe.com, bebezerodechet.com, notre-planete.info


Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Récupérateur d'eau de pluie, la bonne idée !

L’eau étant une ressource limitée, tout ce qui peut concourir à en user avec parcimon...

Lire

Allez voir le lever du soleil pour accueillir l'été !

Tous les matins, le soleil se lève. Quoi de plus routinier que ce cycle quotidien, qu...

Lire

7 applications pour reconnaître les étoiles, une soirée mémorable !

L’été avec sa météo clémente est la période idéale pour observer les étoiles ✨. Regar...

Lire

La route des fromages en Auvergne, plaisir des yeux et des papilles

Si l’Auvergne et son majestueux parc des volcans vous tentent pour les vacances, vos ...

Lire

Tout quitter pour vivre en camping-car, c’est possible ?

Vivre en camping-car : en avez-vous déjà rêvé ? Sillonner les routes, découvrir de no...

Lire

Comment profiter à 100 % de ses vacances dans la nature ?

Passer des vacances loin de la ville est un très bon moyen pour se vider la tête et s...

Lire

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle