Veganuary : un mois de janvier vegan, on essaye ?

Mis à jour le par Equipe Rédaction

La consommation de viande pose aujourd’hui de nombreux problèmes environnementaux et éthiques, outre le fait qu’en excès, elle devient délétère pour notre santé. Pas moins de 323 millions de tonnes de viande ont été produites dans le monde sur la seule année 2017, et 65 milliards d’animaux sont tués chaque année, élevés bien souvent dans des conditions lamentables. Pour toutes ces raisons, de plus en plus de personnes décident de prendre la décision radicale d’exclure de leur alimentation, et de leur mode de vie en général, tout produit issu de l’exploitation animale. C’est ce mouvement que Veganuary souhaite diffuser, au travers d’une campagne qui consiste à encourager le maximum de personnes à s’essayer à une alimentation 100% végétale partout dans le monde 👇

Veganuary : un mois de janvier vegan, on essaye ?

Veganuary : le concept

Il était une fois une organisation à but non lucratif qui s’était fixé pour objectif d’encourager les gens partout dans le monde à essayer une alimentation 100 % végétale pendant tout le mois de janvier (et pourquoi pas au-delà 😉 ?), dans le but de protéger l’environnement, de réduire la souffrance animale et de préserver notre santé. L’espoir de Veganuary, c’est de convaincre les participants de poursuivre leur démarche, à l’issue de ce mois d’essai, ou tout du moins de réduire leur consommation de viande par rapport à auparavant 🥩. Autrement dit, à provoquer une prise de conscience des avantages à faire évoluer son régime alimentaire, tant pour soi que pour la planète et les animaux. L’idée est de faire émerger une nouvelle conception de la production alimentaire, et de l’étendre aussi largement que possible en rendant ce concept plus visible et accessible auprès des médias, du public et des entreprises.

Pour cela, elle compte bien soutenir et accompagner toute personne qui s’engagerait sur cette voie, afin de l’encourager à persévérer. En se lançant dans ce défi végan de 31 jours, les participants reçoivent ainsi un kit de démarrage de Veganuary ainsi qu’un livret de recettes afin d’être guidés pour leurs premiers pas dans ce nouvel univers, en évitant les carences et en préservant le plaisir de manger 😋.

Cette campagne, originaire du Royaume-Uni, tente de conquérir l’Inde, les USA, l’Allemagne, le Chili, l’Argentine et le Brésil depuis 2022, et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. En 2022, près de 630 000 personnes auraient relevé le défi du végétal dans les assiettes pendant un mois, dans plus de 200 pays 💪.

👉 Réduire sa consommation de viande, oui mais par quoi remplacer ? 

C’est quoi, le véganisme ?

Le terme de véganisme désigne un mode de vie excluant tout produit issu de l’exploitation animale, le tout au moyen d’alternatives végétales. En fait, dans le cadre du Veganuary, c’est plutôt le végétalisme qui est visé, puisqu’on se concentre exclusivement sur l’aspect alimentaire du mouvement, en excluant de son assiette viande, poisson, miel, œufs et produits laitiers, et ingrédients d’origine animale cachés dans certains produits, comme le lactosérum ou la gélatine ⛔. Margarine végan, fromage et lait végétal, oléagineux, tofu, et même jambon ou steak végan : les alternatives ne manquent pas dans les supérettes bio !

La démarche végan, quant à elle, va au-delà, et inclut par exemple l’utilisation de cuir ou de laine pour se vêtir.

👉 Slow food : pour une alimentation bonne, propre et juste

Pourquoi tester la révolution végétale ?

Les motivations pour passer le cap du véganisme dépendent d’une personne à une autre et de la sensibilité de tout un chacun.

Consommer trop de viande est mauvais pour l’environnement et pour le climat

Le secteur de l’élevage est un grand émetteur de gaz à effet de serre, et qui plus est responsable d’une bonne part de la déforestation à l’échelle mondiale : l'élevage est responsable d'environ 15 % des émissions de gaz à effet de serre liées aux activités humaines dans le monde, notamment de protoxyde d'azote (N2O) et de méthane (CH4), si l’on en croit les chiffres de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture. Voilà pourquoi globalement, la consommation de viande est mauvaise pour le climat, en particulier lorsqu’elle est excessive, ce qui est presque toujours le cas dans nos sociétés occidentales 🌍. En tête de ce classement, on trouve la production de viande bovine et de lait qui représentent à eux seuls près de 60% des émissions du secteur 🐮, mais également la viande d’agneau, l’une des plus émettrice de gaz à effet de serre. 👋 Quelle est la nourriture qui pollue le plus ?

👉 Empreinte carbone : qu’est-ce que c’est ? Comment la calculer, la réduire ?

Comment l’expliquer ? En fait il y a plusieurs aspects à prendre en compte dans ce phénomène multifacette : la production d'aliments pour le bétail, la physiologie des animaux, eux-mêmes émetteurs de gaz à effet de serre du fait des pets et les rots des ruminants, les chaînes de transformation de la viande, notamment l’utilisation de chambres froides, le stockage et traitement du fumier, le transport de la viande produite…

Côté déforestation, ce n’est pas beaucoup mieux, puisque pour fournir des pâtures au bétail et cultiver leurs aliments, la forêt ne cesse de reculer, notamment en Amazonie 🪚 🪵. 80 % des terres agricoles sont aujourd’hui mobilisées par et pour les animaux d’élevage. Et plus on grignote sur la forêt, moins elle jouera son rôle de poumon de la planète et d’absorption de CO2, c’est mathématique…

Enfin, l’élevage consomme une quantité folle d’eau – pour produire 1 kilo de bœuf, 13 500 litres d’eau sont nécessaires ! Sans parler du taux d’azote bien supérieur à la normale dans les eaux rejetées qui posent un véritable problème tant de santé publique que dans le processus de prolifération indésirable d’algues qui perturbe sévèrement les écosystèmes.

👉 L'eutrophisation : tout savoir sur cette pollution de l'eau

La viande et la santé : le mauvais combo

Les études s’entendent à démontrer que la consommation de viande, et notamment de viande rouge et de charcuterie, est associée à un risque accru de cancer colorectal 🤒. Mais l’effet d’une consommation excessive de viande va bien au-delà, car leur consommation favoriserait également la survenue d’autres types de cancers comme le cancer du sein, dont l’occurrence augmenterait elle aussi corrélativement à la consommation de viande, de même que ceux de l'œsophage, de l'endomètre, des poumons, du pancréas, de la prostate et de l'estomac. À l’inverse, une alimentation riche en anti-oxydants aurait des effets protecteurs établis.

De plus, l’excès de consommation de produits animaux favorise la survenue de surpoids, le diabète de type 2, d’hypertension ou encore de maladies cardiovasculaires 💓.

👉  Footprint calculator, calculez votre jour du dépassement selon votre mode de vie

Viande et bien-être animal, les inconciliables

De très nombreux consommateurs ne souhaitent plus participer à la souffrance animale. Depuis les conditions de vie misérables des animaux d’élevage aux scandales à répétition sur le traitement cruel et barbare infligé aux bêtes dans les abattoirs, sans parler du transport qui précède parfois sur des milliers de kilomètres et dans des conditions épouvantables, il faut bien reconnaître qu’il y a de quoi avoir l’appétit définitivement coupé pour les produits d’origine animale 🤢.

Aujourd’hui, un Français consomme en moyenne 60 kg de viande par an. Végétaliser son assiette, même partiellement, est un enjeu central dans la lutte contre le réchauffement climatique et la préservation de l’environnement.

À retenir :

Pour protéger la planète, sa santé et cesser de prendre part à la maltraitance animale, de plus en plus de personnes sont tentées par le véganisme, un mode de vie qui consiste à exclure de son assiette tout produit issu d’une exploitation animale quelle qu’elle soit. C’est ce mouvement que Veganuary souhaite rendre accessible au plus grand nombre en proposant de relever le défi de manger 100% végétal pendant un mois en janvier, avec l’espoir non dissimulé d’espérer insuffler un déclic et des habitudes durables. Cette campagne, qui se répète chaque année, fait de plus en plus d’adeptes chaque année. Tenté par l’expérience ?  

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild

Source : futura-sciences.com, lemonde.fr, inserm.fr, passeportsante.net, inrae.fr, veganuary.com

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Pour vivre heureux, vivons… En yourte ? Un style de vie au naturel

La vie en yourte, retour aux sources ou effet de mode ? Si ce logement insolite séduit son public le temps d’un week-end au vert, pour d’autres, c’est devenu un mode de vie. À l’origine utilisée par les nomades d’Asie Centrale, la yourte constituait l’habitat le plus adapté au climat et à leurs habitudes. Mais qu’en-est-il pour les Occidentaux ? Les questions écologiques, l’ouverture au monde, l’envie de se rapprocher de la nature mais aussi l’apparition d’une pandémie mondiale nous ont amenés à reconsidérer en profondeur notre rapport à l’habitat et à la vie en société. Si la yourte présente de nombreux atouts et semble répondre à une quête de sens et de liberté, mieux vaut considérer tous ses aspects avant de vous lancer. Yourte ou pas ? Quelques clés pour choisir en pleine conscience.

Le 2 août 2024 : jour du dépassement. Prévenir pour mieux agir

Si nous vivons sur la même planète, vous en avez sûrement entendu parler au moins une fois… Le jour du dépassement, c’est cette date indicative à partir de laquelle nous aurons consommé l’ensemble des ressources que la Terre est capable d’approvisionner en une année. Calculé pour sonner l’alerte et sensibiliser la population mondiale, le jour du dépassement semble faire parler plus qu’il ne fait agir. Comment la date est-elle calculée ? Pourquoi est-elle différente d’un pays à l’autre ? Comment retarder concrètement son avancée ? Voici quelques clés pour mieux comprendre les enjeux du jour du dépassement. Loin de nous l’idée de nourrir votre éco-anxiété mais plutôt la prise de conscience de notre responsabilité à en matière d’habitudes de consommation.

Bernic & Clic : l’appli qui vous reconnecte à la nature

Lorsque la mer se retire, le littoral est le théâtre d’une fascinante faune et flore peu familière. Marcheurs ou pêcheurs, vous vous êtes déjà demandé comment s’appelle ce drôle de coquillage qui ressemble à un chapeau chinois ? Qu’est-ce qu’un estran ? Comment les poissons respirent-ils sous l’eau ? Bonne nouvelle ! Toutes les réponses à vos questions sont sur Bernic & Clic. Des passionnés de nature et de biodiversité ont créé l’application idéale pour éveiller la curiosité des petits marins d’eau douce et de leurs parents. Mollusques, crustacés, algues et poissons n’auront bientôt plus de secret pour vous et vos graines de sauveteurs. Rendez-vous à la prochaine marée et d’ici là, découvrez tout sur l’application qui pourrait bientôt vous accompagner dans vos futures excursions les pieds dans la vase.

Zoonoses et climat : même combat ! Enjeux climatiques & santé

Les “zoo” quoi ? Les zoonoses, ce sont les maladies transmises par les animaux aux humains. Ça vous rappelle un certain pangolin ? Tout juste ! Comment est-ce possible ? Depuis le Covid 19, de sérieuses hypothèses mettent en cause le climat. En effet, le réchauffement climatique serait à l’origine de l’émergence de nouveaux organismes vivants dits pathogènes, c’est-à-dire responsables de maladies. Comment éviter de nouvelles pandémies ? Comment préserver la biodiversité et nos écosystèmes pour lutter contre ces zoonoses ? Quels sont les dangers en matière de santé publique et économique ? Voici quelques clés pour maîtriser le sujet.

Les indispensables pour partir en Festival sans polluer

Les festivals de musique et concerts en plein air sont synonymes de plaisir et de liberté mais aussi d’abus, lorsque le Festival n’est pas éco-conçu. Pour profiter de la nature encore longtemps, mieux vaut la préserver ! Alors, avant de sillonner la France à la recherche de scènes endiablées et de bons sons à partager, voici une liste des objets durables qui vous accompagneront pendant des années et rendront vos co-festivaliers verts… de jalousie !

Les fruits et légumes d'août pour faire le plein d'énerergie !

Août est le mois le plus chaud de l’année, la saison parfaite pour les pique-niques, apéros dînatoires, barbecues et planchas 😎. On a donc envie de fraîcheur et de délicieuses saveurs sucrées. Et ça tombe bien, car les ingrédients parfaits pour des recettes légères et rafraîchissantes sont justement en plein boom. La nature n’est-elle pas incroyablement bien faite ? Les fruits et légumes sont plus que jamais gorgés de soleil, bourrés de vitamines, minéraux et antioxydants. Et si vous profitiez de vos vacances pour vous mettre au vert ?

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

La citation qui nous parle