La voiture électrique est-elle vraiment écolo ? Oui, mais !

Mis à jour le par Equipe Rédaction

Avec l’interdiction de la vente des moteurs thermiques qui se profile à l’horizon 2035, les voitures électriques représentent actuellement environ 16% des ventes. Soutenue par les pouvoirs publics au moyen d’aides à l’achat, promue comme LE moyen de réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre, la voiture électrique bénéficie d’une excellente campagne de communication. La voiture électrique, un véhicule propre ? Et si la réponse était plus nuancée qu’il n’y paraît 🤔 ?

La voiture électrique est-elle vraiment écolo ? Oui, mais !

Les véhicules électriques émettent-ils réellement moins de CO2 que les voitures thermiques ?

À l’usage, c’est une certitude : la voiture électrique émet infiniment moins de CO2 qu’une voiture thermique 🥳, et d’autant plus si la production d’électricité utilisée pour la recharger est décarbonée, c’est-à-dire d’origine nucléaire ou renouvelable. De plus, question pollution de l’air, les moteurs électriques n’émettent aucun polluant d’échappement, et diffusent moins de particules liées à l’usure des plaquettes de frein. 👉 Le nucléaire, une énergie écologique ou pas ?

Pour autant, la réputation des véhicules électriques est-elle amplement méritée 🤔 ? Quand on s’attache à quantifier les impacts environnementaux de la voiture électrique sur l’ensemble de son cycle de vie – depuis l’extraction des métaux (70 matières premières minérales sont contenues dans une seule voiture !) jusqu’à sa mise au rebut - quel bilan peut-on réellement en faire ? Une question qui occupe de très nombreux chercheurs et qui divise.

👉 Vous pensez vraiment que l'avion est plus polluant que la voiture ? Avion VS voiture qui est le plus polluant

Une importante « dette carbone » avant même la mise en circulation

Pourtant, avant même d’être mise en circulation, la dette carbone du véhicule électrique s’élève déjà à 5 à 15 tonnes équivalent CO2, une empreinte 2 à 3 fois supérieure à celle d’une voiture thermique 😯. D’après l’Agence européenne pour l’environnement, les émissions d’oxydes d'azote (dioxyde d'azote et monoxyde d'azote), qui favorisent la formation d'ozone dans les basses couches de l'atmosphère, de dioxyde de soufre, polluant gazeux de l’atmosphère qui concourt à la formation des pluies acides néfastes pour les écosystèmes, et de particules, issues de la production des véhicules électriques sont également 1,5 à 2 fois supérieures à celles des véhicules thermiques. 

👉 Quel est le moyen de transport le moins polluant ?

Comment expliquer pareil bilan ?

La batterie, un impact de production très polluant

Qui dit voiture électrique dit batterie, dont la fabrication est le fruit d’un processus très énergivore et représente à elle seule 40 % de l’empreinte environnementale du véhicule : du fait de la motorisation spécifique de la voiture électrique, sa production émet en fait deux fois plus de gaz à effet de serre que celle d’un véhicule classique, d’autant qu’une batterie lithium-ion doit se remplacer. À l’heure actuelle, qui plus est, la grande majorité des batteries sont produites en Asie, au moyen d’une énergie issue du charbon. De plus, une batterie pèse lourd, ce qui implique donc d’alléger la carrosserie en utilisant de l’aluminium en lieu et place de l’acier, dont la fabrication est 4 fois plus énergivore. 👉 Quels sont les secteurs et industries les plus polluants ?

La taille de la batterie, qui varie énormément d’un modèle à un autre, et sa durée de vie sont donc des critères centraux à prendre en compte 👍. Au-delà du pur aspect environnemental se présentent aussi des questions de responsabilité sociale : en effet, environ 70% du cobalt utilisé pour fabriquer des batteries vient de la République démocratique du Congo, qui recèle la plus importante réserve mondiale en cobalt, mais où 40 000 enfants travailleraient toujours dans les mines dans des conditions scandaleuses😠.

De plus, les matières premières, une fois extraites, parcourent ensuite le monde pour être assemblées 🌍. Par ailleurs, le recyclage de ces batteries pose encore question ♻️. Il n’en est pas moins qu’elles peuvent connaître une seconde vie, et n’ont perdu que 70% de leur capacité au moment de leur remplacement. Elles peuvent notamment servir de solution de stockage stationnaire des énergies renouvelables 😃.

👉 Yachts, jets privés… Quel est l'impact écologique des vacances des hyper riches ?

À partir de quelle distance parcourue la voiture électrique devient-elle plus vertueuse que la thermique ?

Il convient donc de rechercher à partir de combien de kilomètres parcourus la tendance s’inverse-t-elle au profit de l’électrique. À ce sujet, les sources divergent. Dans le cas d’une berline compacte, le point de bascule se situerait aux environs de 70 000 km.

D’autres experts considèrent qu’un véhicule électrique de petite taille émet moins de CO2 à partir de 30 000 ou 40 000 km, à la condition néanmoins que la production de sa batterie n’ait pas utilisé d’électricité d’origine fossile. Ainsi, selon une récente étude allemande publiée en février 2020, si la batterie est produite en Chine, le pari est perdant. Mais si elle est produite en Europe, elle ne rivalisera avec la voiture thermique qu’à partir de 100 000 à 200 000 km 🙃.

📍 La voiture électrique écolo doit être légère
Une chose est sûre, les gros modèles avec 500 km d’autonomie sont des non-sens environnementaux : le SUV électrique et écolo n’existe pas 🙅. À ce sujet, l’Ademe considère notamment qu’au-delà de 60 kWh pour la capacité de la batterie (soit l’équivalent d’une Peugeot 208, ou tout au plus d’une Renault Mégane), l’intérêt environnemental n’est pas garanti.

La question de l’origine de l’électricité

La question de l’origine de l’énergie nécessaire à produire le véhicule et à le recharger est également centrale pour trancher : l’impact du nucléaire diffère de celui des énergies renouvelables, ou encore du charbon. Le bilan carbone d’une voiture électrique dépend donc en bonne partie du pays ou de la région dans laquelle elle sera rechargée, et de la dépendance du pays en question à telle ou telle origine énergétique.  👉 Ecoconduite, les bons réflexes à adopter !

Il est plus important dans des pays comme la Pologne ou des pays asiatiques, qui produisent une part importante de leur électricité à partir de charbon, qu'en France - où elle dépend très majoritairement du nucléaire. D’après l’Ademe, en effet, « une voiture électrique roulant en France a un impact carbone 2 à 3 fois inférieur à celui d’un modèle similaire thermique ». Et d’un autre côté, il faut également prendre en compte, côté voiture thermique, l’impact de carbone de l’extraction de l’essence et de son acheminement. Autant de questions qui impactent directement le bilan carbone de la voiture électrique.

L’injustice sociale provoquée par la voiture électrique

La voiture électrique pose également un véritable problème de justice sociale : pour qu’une infime fraction de la population mondiale bénéficie d’une meilleure qualité de l’air localement, et de nuisances sonores amoindries, on pollue ailleurs, dans des régions du monde les plus impactées par le réchauffement climatique, le tout en émettant parfois globalement plus de CO2 qu’en ayant utilisé une voiture thermique 🤔.

👉 Journée sans voiture ! On se déplace comment ?

Attention à l’effet rebond de l’électrique

De plus, renouveler le parc automobile de manière accélérée vers l’électrique n’a aucun sens écologique : la mise au rebut prématuré des véhicules thermiques, avant que le coût environnemental de leur production n’ait été amorti, n’est pas un pari gagnant 🚗. Ces véhicules d’occasion et polluants provoqueraient un afflux soudain vers les pays pauvres, et y favoriseraient l’utilisation de voiture personnelle dans des régions du monde qui, faute de moyens, n’en sont pas encore à ce stade. Une surconsommation contre-productive au regard du climat que justement, nous cherchons à préserver.

Même électrique, la voiture n’est pas un véhicule durable

La transition écologique passe davantage par une sobriété que par le remplacement des véhicules thermiques par des électriques : limiter ses déplacements, ou encore opter pour des moyens de transport alternatifs chaque fois que possible (vélo, marche, train, transports en commun, voitures partagées…). 

👉 L'écomobilité, on s'y met maintenant !

👉 Se déplacer à vélo, c'est bon pour votre santé & la planète !

À retenir

La voiture électrique nous est présentée comme providentielle pour réduire nos émissions de CO2 et inverser, à terme, la tendance du climat. Mais n’est-on pas trop optimiste quand on aborde cette question ? En effet, à l’étape de la fabrication, l’empreinte environnementale de la voiture électrique est de 2 à 3 fois supérieure à celle d’une voiture thermique. Une dette carbone qui nécessitera une certaine durée d’utilisation avant d’être compensée par une bien moindre pollution au stade de l’utilisation. Une chose est sûre, pour être écolo et environnementalement viable, la voiture électrique doit être légère, et idéalement, rechargée avec une source d’énergie décarbonée. Un match plus serré qu’il n’y paraît !

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild


Sources : ademe.fr, actu-environnement.com, reporterre.net, quechoisir.org, amnesty.fr, geo.fr, lemonde.fr, futura-sciences.com, francetvinfo.fr

Retrouvez les articles sur le thème :

Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos derniers articles

Prévention des feux de forêt, ce que vous devez savoir

L’été dernier a marqué les esprits du fait de la recrudescence des feux de forêt, et sonnera comme l’été de tous les records : celui des surfaces brûlées et celui des émissions de carbone en Europe. Pour la seule Union Européenne, plus de 785 000 hectares sont ainsi partis en fumée du 1er janvier au 19 novembre, et 9 mégatonnes de CO2 ont ainsi été rejetées - contre une moyenne annuelle de 6,75 mégatonnes en 2003-2021 - du seul fait de ces incendies ravageurs, avec évidemment un énorme pic estival… Il est impératif que l’été 2024 ne suive pas cette tendance apocalyptique, et pour cela, la prévention est la clé 🗝️

Les produits chimiques éternels, le poison du siècle !

Ils font polémique en ce moment, et à juste titre : les PFAS (prononcez « pifasse »), ces « produits chimiques éternels », sont partout. Textiles, emballages alimentaires, ustensiles de cuisine, cosmétiques… Quelle est l’ampleur du phénomène ? En quoi est-ce dangereux pour notre santé ? Quels sont les impacts environnementaux de cette véritable invasion ? Comment expliquer cette omniprésence de substances dont la nocivité est parfaitement connue ? Voici tout ce que vous devez savoir sur les PFAS 👇

Les conséquences du réchauffement climatique sur la fertilité

Les effets du réchauffement climatique passent désormais difficilement inaperçus : évènements météorologiques extrêmes, canicules, sécheresses, incendies de forêts, insécurité alimentaire… Des effets qui gagnent également la sphère sanitaire, en impactant sous de nombreux aspects la santé humaine. Notamment, notre fertilité, au même titre que celle de nombreuses espèces, pourrait en pâtir. Explications 👇

Les fanons de la baleine, une merveille de la nature

Cet imposant mammifère marin est aussi célèbre que méconnu. Il existe près de 90 espèces de ce cétacé, au sein duquel on peut distinguer les baleines à dents, dites « Odontocètes » des baleines à fanons, dites « Mysticètes », telles que la baleine à bosse, le rorqual commun ou encore la baleine bleue. La plus petite d’entre elles, la baleine pygmée, mesure environ 6 mètres, et la plus grande, une trentaine pour environ 150 tonnes ! Ainsi, la bouche du plus gros animal vivant de notre planète est dotée de ces étranges lames cornées… De quoi s’agit-il exactement, et à quoi servent, au juste, les fanons de la baleine ? La réponse 👇

Comment faire son Bee Wrap soi-même ? Le tuto !

Tote bag, disques démaquillants lavables, Furoshiki, … Dans le cadre d’une démarche zéro déchets, le Bee Wrap est lui aussi un indispensable ! Ces emballages réutilisables vous permettront de tourner le dos aux films alimentaires et autres papiers aluminium dans la cuisine. Mode d’emploi ! 👇

Loi AGEC, la loi anti-gaspi, que prévoit-elle exactement ?

La loi AGEC n° 2020-105 du 10 février 2020 (loi anti-gaspillage pour une économie circulaire) ambitionnait d’accélérer la transition de nos modèles de production et de consommation, dans l’optique de réduire les déchets, préserver les ressources naturelles, limiter le réchauffement climatique et protéger la biodiversité. Pour cela, elle annonce une transformation de notre système vers une économie circulaire, afin de sortir du « produire – consommer – jeter » qui caractérise nos pratiques actuelles. Quels sont ses grands axes ? Quels premiers bilans peut-on en tirer ? 👇

La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

La citation qui nous parle


La playlist nature qui fait du bien

Nature - Peinture

Amareo

  1. Côte maritimeZen Ambiance D'eau Calme
    3:28
  2. Se délasserZen Ambiance D'eau Calme
    3:29
  3. Orage: Pluie Sur Le ToitSons De Pluie HD
    3:10
  4. Orage: Pluie ForteSons De Pluie HD
    2:55
  5. Ronronnement relaxantOasis de sommeil
    3:27
  6. La tempête tropicale à l'horizonSomnolent Jean
    1:42
  7. Pluie dans la Forêt, Pt. 01Sons de la Nature Projet France de TraxLab
    1:23
  8. Chant de cigales, Vol. 1Bruitages
    3:02
  9. Sons des rivières: Vent, ruisseauBruits naturels
    4:17
  10. Relax NaturelleChant d'Oiseaux
    2:39
  11. Bruits de feu crépitantZone de la Musique Relaxante
    3:29

La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle