Pêche à pied : un bon moment dans le respect de l'environnement

Mis à jour le par Equipe Rédaction

L’océan nourrit les hommes depuis la nuit des temps, et la pêche à pied est encore pratiquée aujourd’hui par près de 2 millions de personnes chaque année. Activité plaisante qui joint l’utile à l’agréable, elle ne doit néanmoins pas fragiliser certaines zones du littoral ayant une haute valeur environnementale ou certains gisements de coquillages classés et protégés. C’est pourquoi partir à la pêche aux moules moules moules 🎶, ça ne s’improvise pas ! Les obligations et bonnes pratiques sont à connaître pour se régaler dans le respect de cette nature qui nous donne tant et préserver la ressource disponible. Suivez le guide pour une partie de pêche réussie, sécurisée, et respectueuse de l’environnement !

Pêche à pied : un bon moment dans le respect de l'environnement
Sommaire :

La pêche à pied : une activité plébiscitée par des millions de Français

Palourde grise, tourteau, tellines, pétoncles, amande de mer, bigorneaux, coques, couteau, huîtres, moules, oursins 😋… Une chose est sûre, la mer vous offre sur un plateau un feu d’artifice de saveurs ! Enfin, sur un plateau, sur un plateau… Il faut quand même se le constituer, son plateau ! Et c’est justement l’objet de la pêche à pied, cette activité pratiquée chaque année en France par 2 millions de personnes.

Entre terre et mer, plus précisément sur l'estran, partir à la pêche à pied est une aventure à chaque fois. Vous savez, l’estran, c’est cette partie du littoral entre deux mondes, qui alterne entre immersion et air libre, au gré des marées ?

Il y a tellement de suspense dans la pêche à pied ! Vous vous demandez à chaque fois ce que l’océan a bien pu vous réserver : Qu’allez-vous découvrir, observer, quelles sont les surprises qui vous attendent 🤗 ? Que vous soyez plus estran rocheux ou sableux, une partie de pêche vous permettra de vous évader complètement du quotidien, de profiter d’une bouffée d’air marin bienfaitrice et d’une agréable promenade le long du rivage. 👋 Pourquoi l'air de la mer nous fatigue-t-il autant ? - Les bienfaits de l'air marin : respirez à pleins poumons !

Lorsque la mer se retire, elle laisse derrière elle nombre de coquillages, crustacés enfouis, cachés… Le péché mignon des pêcheurs à pied et donc de les débusquer ! À noter que la partie la plus basse de l’estran ne se découvre qu’à l’occasion des grandes marées, lorsque ça se produit, c’est donc « THE place to be » pour tous les amateurs de pêche à pied 🐚. Mais la pêche à pied ne doit en aucun cas nuire à la faune ni à la flore côtière et marine. Et chemin faisant, n’hésitez pas à ramasser également les fruits de la pollution afin d’en débarrasser l’océan : plastiques, cordages… Et hop, à la poubelle à votre retour 👍! 👉 Plogging, courir pour votre santé et la nature !

Les milieux sensibles de l’estran : une riche biodiversité à protéger

Sortir pêcher, c’est profiter du bon air marin et de l’environnement côtier qui nous fait tellement de bien 🏖️. La pêche à pied est également un livre ouvert sur la biodiversité : une manière ludique d’apprendre tant de choses sur la mer et sur ses produits, l’activité parfaite à pratiquer avec ses enfants ! 👉 Quel sport de plein air pour vos enfants ? Les bienfaits de chacun !

L’estran abrite une biodiversité exceptionnelle et comprend des milieux sensibles à préserver soigneusement, comme :

  • les récifs d’hermelles fabriqués par des vers marins,
  • les herbiers de zostères, ces prairies de plantes à fleur qui se développent sur les fonds marins de sédiments meubles et qui font notamment fonction de nurserie 🐟,
  • des réserves naturelles,
  • des zones de protection de biotope, destinées à éviter la disparition d’espèces protégées,
  • des réserves de chasse et de faune sauvage…

C’est pourquoi, malgré un principe général de liberté de la pêche, cette pratique n’en est pas moins encadrée 👮.

Direction la Bretagne, cette région se prête si bien à la pêche à pied ! 👉 GR34, tout savoir avant de se lancer sur le sentier des douaniers !, GR 340, le tour de Belle-Île-en-Mer

Le principe de la liberté de la pêche

Le principe de la liberté de pêcher en mer est très ancien, et date de l’époque romaine, c’est dire, par Jupiter #Asterix ! La mer et les côtes sont dès lors considérées comme un bien commun, appartenant à tous les hommes, dont chacun peut profiter librement 🌊. C’est néanmoins le décret Colbert qui le gravera dans le marbre le premier en 1681. Mais attention, autorisé ne veut pas dire qu’il ne s’agit pas d’une activité encadrée ! Le législateur est, depuis des siècles, soucieux des abus qui pourraient notamment nuire à l’abondance du poisson 🎣.

Elle connaît ainsi certaines interdictions et restrictions que vous devez impérativement connaître avant de vous y adonner. Et ça tombe bien, on va vous en parler !

La pêche à pied se distingue du glanage, attention ! 👉 Sable, coquillages, corail... ramener des souvenirs peut vous coûter cher !

Petite check-list de base avant d’aller pêcher

Voici les points incontournables à vérifier avant même d’aller pêcher 👇

Checkez la qualité sanitaire du spot

Avant de vous lancer, il est impératif de se renseigner au sujet des sites de pêche que vous comptez fréquenter, afin de s’assurer qu’ils ne font l’objet d’aucune alerte sanitaire ou restriction particulière en cours.

La qualité sanitaire des sites de pêche est régulièrement testée, avec une fréquence mensuelle ou bimestrielle, afin d’éviter tout risque d’intoxication 🤮. Les autorités évaluent ainsi la qualité bactériologique, et surveillant l’indicateur Escherichia coli dans les coquillages, et les classes de qualité sont au nombre de 5, allant de bonne à très mauvaise, en fonction du seuil de dépassement des quatre seuils pour 100 g de chair et liquide intervalvaire 🔬. Cette entérobactérie contenue dans le tube digestif et dans les déjections des humains et des animaux à sang chaud est le marqueur d’une contamination fécale des coquillages. Plus on la retrouve dans le coquillage, plus on y trouvera de germes pathogènes : bactéries, virus, ou parasites. Et comme on n’a pas tellement envie de manger de la m…, il est vivement conseillé de suivre les recommandations à ce sujet 💩 !

Renseignez-vous sur les horaires des marées

Renseignez-vous, bien entendu, sur les horaires des marées et sur les conditions météo du jour 🌛. Évitez les journées pluvieuses et brumeuses. ⚠️  L’horaire à marée basse est celle à partir de laquelle la mer commence à remonter, il vaut donc mieux s’y prendre avant.

Assurez votre sécurité pendant que vous pêchez

Comme pour toute sortie en mer, il est impératif de prévenir votre entourage, et d’emporter votre téléphone portable ainsi qu’un moyen de signalisation comme un sifflet ou une lampe torche avec vous 🤙. Un accident peut arriver, même dans le cadre de la pêche à pied. Surveillez toujours du coin de l’œil la montée des eaux, et soyez prudent quant aux risques de chute. Restez toujours à la vue des autres pêcheurs.

Pêche à pied : le BA BA du pêcheur écoresponsable

Peu importe votre spot, vous renseigner au préalable sur les règles qui y sont applicables est une étape incontournable. Les bonnes pratiques qui suivent sont essentielles pour faire rimer pêche à pied et respect de l’environnement 🌿 ! 👉 Comment protéger les océans ? À nous de jouer !

Respectez les interdictions

Respectez précisément les interdictions de pêches et de consommation, et évitez de pêcher dans les zones portuaires, à proximité des embouchures de cours d’eau et de réseaux d’évacuation des eaux. Évitez également les zones situées à moins de 15 à 25 mètres des parcs conchylicoles, en fonction des régions. Renseignez-vous sur les spécificités de la réglementation du lieu où vous vous trouvez.

Respectez les restrictions de tailles et quantité de capture

Au-delà de ça, il existe des règles en matière de taille des crustacés, quotas et d’outils de pêche autorisés, afin de protéger le littoral et d’y préserver la biodiversité. Les espèces ont en effet besoin de ne pas subir une trop forte pression afin de se renouveler 🦐. C’est ainsi que vous devez respecter une taille minimale et une quantité déterminée pour votre petite partie de pêche. C’est l’arrêté du 26 octobre 2012 qui fixe ces règles pour chaque région française, réglementation généralement complétée par un cadre régional, départemental ou local.

Vous devez donc avoir à portée de main une « pige » ou un une réglette en bois (car ça flotte) qui vous permettra de prendre vos mesures pour les espèces ramassées. Les animaux trop petits devront être relâchés. La pêche est bonne ? Chouette ! Mais ne vous enflammez pas trop pour autant et ne prélevez que ce que vous êtes susceptible de consommer 🦀.

Privilégiez les techniques douces

Les techniques de pêche douces sont, autant que possible, à privilégier : pêche au trou, au sel… Évitez le ratissage autant que possible : il faut éviter de labourer les estrans afin de ne pas avoir d’impact négatif sur les herbiers de zostères, et de permettre la survie des jeunes bivalves. Question outillage, les pelles, fourches et tamis sont par exemple interdits ⛔.

Remettez à leur place les rochers

Si vous déplacez des blocs rocheux, prenez garde à les remettre à leur place : ils représentent un écosystème à eux seuls, et nous ne voulons pas bouleverser la biodiversité qui leur est associée. À défaut, sachez qu’il faudra 3 ans pour une roche en bon état qui a été retournée pour retrouver son état initial et son biotope. Ça donne à réfléchir 🤔…

Ne prélevez pas les spécimens portant des œufs

Les animaux vides ou portant des œufs doivent être laissés sur place.

N’arrachez pas les algues

Les algues éventuellement récoltées ne doivent pas être arrachées, mais coupées aux 2/3 de leur longueur au maximum ✂️, afin de pouvoir se régénérer plus rapidement.

Attention à la nidification des oiseaux

La période s’étalant d’avril à septembre marque la période de reproduction de nombreux oiseaux, qui s’installent sur les plages et les marais salants. Il est donc recommandé d’éviter le haut de la plage pour éviter d’écraser les œufs cachés dans le sable et les galets 🕊️. Restez autant que possible sur le sable mouillé, là où les oiseaux n’ont pas pu nicher. Même sur les plages autorisant sa présence, votre chien devra être tenu en laisse afin de les préserver de ses éventuels assauts 🐶.

👉 Des vacances oui, mais écolos ! 10 commandements à suivre

Attention aux sanctions : ça fait mal au porte-monnaie !

Attention, car la pêche des espèces protégées et interdites, ou le non-respect de la réglementation en matière de pêche peut vous coûter cher !

Si vous envisagez par exemple de vendre les produits de votre pêche à pied, il peut vous en coûter jusqu’à 22 500 € 😱. Même punition pour la pêche aux oursins pendant une période interdite, pour la détention et l’utilisation d’engins de pêche supérieurs à ceux autorisés, ou pour le non-respect des mesures de limitation de captures !

À votre retour

Ne consommez pas les coquillages morts, ébréchés ou malodorants, et stockez dès que possible les fruits de votre pêche au frigo 🥶. Idéalement, il faudrait les manger le jour même, ou du moins dans les 24 heures. Lavez-les soigneusement et faites-les dégorger au préalable dans de l’eau de mer propre afin d’éliminer les restes de sable et de vase, et régalez-vous !

👉 Slow food : pour une alimentation bonne, propre et juste

Vous êtes malade ? La marche à suivre

Vous tombez malade après un bon repas de fruits de mer issus de la pêche à pied 🤮 ? Vous ressentez des frissons, des maux de tête, souffrez de diarrhée, de nausées, de vomissements ? Rendez-vous chez votre médecin traitant et signalez-lui que vous avez consommé des coquillages récemment. S’il vous reste des coquillages, conservez-les : ils pourraient faire l’objet d’analyses ultérieurement.  

À retenir :

La pratique de la pêche à pied est très répandue, tant chez les locaux que chez les touristes. Elle permet de joindre l’utile à l’agréable, et faisant le plein de coquillages et crustacés en vue d’un bon repas bien mérité, tout en se promenant au bord du littoral, et de prendre un bon bol d’air marin. Attention néanmoins : même si la pêche à pied est libre, la réglementation encadre néanmoins cette pratique afin de protéger les écosystèmes et la biodiversité de l’estran. Ça y est, les bonnes pratiques de pêche à pied n’ont plus de secret pour vous, à vous de jouer ! Même si vous ne ramenez rien, vous ne reviendrez jamais complètement bredouille d’une partie de pêche à pied !

👉 Snorkeling, à vous les randonnées palmées !

Explorer - protéger - se ressourcer
#BornToBeWild


Sources : pecheapied-responsable.fr, pecheapied-loisir.fr, pecheapied.net, demarchesadministratives.fr, fruitsdelamer.com


Article proposé par Equipe Rédaction

Amoureux de la nature - Born To Be Wild

Nos articles

Marche nordique, qu'est-ce que c'est ? Comment s'y mettre ?

La marche nordique ou Nordic Walking, ou encore Sauvakävely, était pratiquée à l’origine en Finlande par les skieurs de fond comme entraînement pendant la belle saison, et a progressivement acquis ses propres lettres de noblesse jusqu’à devenir une discipline à part entière. Le marcheur nordique se considère comme un quadrupède, qui passe de deux à quatre appuis au sol à l’aide de bâtons. Cette marche dynamique fait de plus en plus d’adeptes en raison de ses nombreux bienfaits. Décryptage 👇

Démarche ZAN, le programme pour réduire l'extension des villes

L’artificialisation des sols est l’une des premières causes du réchauffement climatique et de l’érosion massive et sans précédent de la biodiversité. En moyenne, en France, entre 20 000 et 30 000 hectares d’espaces naturels, agricoles et forestiers sont consommés chaque année. C’est pourquoi le Plan Biodiversité avait instauré en 2018 l’objectif ZAN - Zéro Artificialisation Nette - dans le but de protéger ces zones en repensant l'aménagement urbain. L’idée, c’est d’atteindre en 2050 l’absence de toute artificialisation nette des sols, avec un premier objectif intermédiaire de réduction de moitié du rythme de la consommation d’espaces d’ici 2030. Le point sur un challenge ambitieux 👇

Comment préparer mon jardin au retour du grand froid ?

Si les premiers flocons de neige ❄️ sont un spectacle qui fait toujours plaisir à voir, votre coin de verdure pourrait pourtant ne pas se remettre de l’arrivée des premiers frimas. Pour être sûr de le retrouver tout aussi beau qu’avant au prochain printemps, quelques arrangements sont nécessaires. Comment préparer votre jardin au retour du grand froid ? On vous partage toutes nos astuces ! 🌳

Et si on offrait de la seconde main cette année à Noël ?

Écologique, économique, l’idée d’offrir des présents d’occasion à Noël a de quoi séduire… Durant cette période où la surconsommation est reine et dénature l’esprit même de la Nativité, cette pratique propose une alternative très intéressante pour des fêtes de fin d’année plus vertes et éthiques. Pourtant, les réticences font encore obstacle, dans certains esprits, à sa généralisation. Un tabou qui cède peu à peu du fait de la conjoncture économique et écologique de ces dernières années. Parce que prendre soin de ses proches et de la planète est parfaitement compatible, osez la seconde main sous le sapin ! 🎄

Journée mondiale du climat, à vos agendas !

Y’a plus d' saison, ma p’tite dame ! Et chaque année, le 8 décembre, c’est la Journée mondiale du climat, instaurée à l’initiative de plusieurs ONG, avec un objectif : faire prendre conscience au plus grand nombre de l’importance des changements climatiques, qui nous impactent, chaque année, encore un peu plus. Le réchauffement climatique est désormais un sujet qui fait parler de lui quasiment constamment dans les médias, bien souvent pour alerter encore et toujours sur l’urgence climatique, et de temps en temps pour relayer les mesurettes dérisoires prises par les instances gouvernementales ou internationales. Parce que nous n’avons qu’une seule terre #UneSeuleTerre, c’est l’occasion ou jamais de réfléchir et surtout d’agir en faveur du climat.

Sapin en plastique ou naturel ? Comment choisir ?

La sapin, c’est le symbole de Noël. Avec ses guirlandes et ses boules, il est dans tous nos souvenirs de fêtes de fin d’année 🎄. Et pour beaucoup d’entre nous, il est impensable de mettre les cadeaux ailleurs qu’à son pied. Mais un dilemme se pose au moment de l’acheter. Sapin en plastique ou naturel : comment choisir entre ces deux options ?

La playlist nature qui fait du bien

Je fais mes cosmétiques maison ! Rencontre avec Maria Cristina

Maria Cristina, membre de l'équipe Amareo a décidé de fabriquer elle-même ses cosmétiques. Ça vous tente ? Comment trouver le temps et surtout faire ? Maria Cris' (pour les intimes), en tête-à-tête avec Emilie, nous raconte tout 😊.

Plus je m'informais, plus j’étais surprise de tous les ingrédients toxiques qui nous côtoient et plus j'avais envie de préparer moi-même mes propres produits. 

🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici

Qui sommes nous?

Chaque jour, nous avons à cœur de vous montrer les merveilles de Mère Nature et de vous offrir un bol d'air frais. Nous vous donnerons également quelques conseils pour prendre soin de notre belle planète, sans injonction ni culpabilisation. 👉Pour en savoir plus sur nous.

Les pages qu'il faut suivre 

📸 Suivez-nous sur Instagram


La photo qui nous fait vibrer 


Plage de Mesquer - Regarder le soleil se coucher dans la mer... une de mes madeleines.  Chaque jour le spectacle est différent. Ce jour-là, il y a des nuages, les rayons les transpercent. Le reflet du soleil dans l'eau donne à la mer un ton unique, changeant à chaque minute. Il reste quelques traces du passage des enfants, que la mer douce mais sure efface une à une. Ecouter la mer, voir son étendue sans fin ... j'y passerais des heures

📷 By Anne-Fleur Saraux. 

Partagez vos photos sur Instagram avec le #amareochezvous. 

La citation qui nous parle